08 Juin

Saint-Gilles-Croix-de-Vie aussi bien que la Californie ? La Francilienne Clair et le Vendéen Philippe Katerine disent oui dans une chanson qui sent bon le sable chaud

Vous cherchiez le tube de l’été ? Ne cherchez plus il est là et il porte le nom d’une ville vendéenne : Saint-Gilles-Croix-de-Vie. Une chanson écrite par l’excellentissime Philippe Katerine, portée par la somptueuse voix de la jeune artiste Clair et clipée par le non moins talentueux Gaëtan Chataigner. À consommer sans modération !

Et on s’y croirait en Californie. Soleil, planches de surf, océan, plage de sable… le décor est planté, tout y est ! Comme dans un rêve, un doux rêve.

La suite ici

22 Avr

La Nantaise Miss Machine reprend une chanson de Francis Cabrel et nous étonne encore et encore

Tube des années 80, « Encore et Encore » est depuis resté en lévitation au dessus de nos têtes comme un repère dans nos vies, dans nos histoires d’amour et de désamour, la chanteuse pop Miss Machine lui redonne un sacré coup de modernité, de quoi nous donner des frissons pour le reste de l’éternité…

Comme le dirait très justement un photographe bien connu sur la scène rock nantaise, « ça fout les poils ». Et à vrai dire, Miss Machine ne nous a jamais habitués à autre chose que des morceaux à forte valeur émotionnelle ajoutée. À la façon de ce titre Tout Autour extrait de son premier EP sorti en 2020…

La suite ici

09 Déc

Rencontre avec le duo de musique pop électronique Dampa à l’occasion de la sortie de son nouvel EP, Le Tunnel

Au bout d’un tunnel, il y a la lumière, toujours. Et cette lumière en ce sombre mois de décembre pourrait être incarnée par Dampa, un duo d’électro bien dans sa peau, bien dans sa pop. Interview…

Dampa © F3 / Eric Guillaud

Angeline et Victor, même les prénoms s’accordent parfaitement, Angeline et Victor, donc, forment Dampa, un duo d’électro-pop né à La Rochelle, aujourd’hui installé à Nantes. Une bonne nouvelle pour la scène musicale locale, une bonne nouvelle pour nos oreilles vagabondes !

Tous les projets ont une histoire, celle de Dampa oscille entre l’ombre et la lumière, le clair et l’obscur, des moments de grâce, des moments difficiles, des tunnels, avec au bout la lumière. Son nouvel EP en indique la direction, la sortie, et marque peut-être le début de quelque chose…

Le Tunnel est le nom de l’EP, c’est aussi le nom d’un clip ou plus exactement d’un court-métrage de 11 minutes, un road-trip à la mise en images soignée, embarqué par une musique hypnotique, de quoi nous laisser définitivement sous le charme.

Et nous donner envie de rencontrer Angeline et Victor. Rendez-vous leur est donné du côté de la brasserie La Cigale à Nantes, un petit café et c’est parti pour un long échange au cours duquel on parle de marchés aux crevettes en Thaïlande, de Pokemon, oui oui, mais aussi et surtout de musique…

La suite ici

18 Oct

INTERVIEW. Un nouveau morceau de la Nantaise Miss Machine pour bien commencer la semaine…

Elle a la pop dans le sang et le rock dans le médiateur, Miss Machine est de retour avec un nouveau single tubesque à souhait. Ouvrez grands les oreilles et surtout les yeux pour regarder les choses avec elle…

© Jean-Marie Jagu

Nous l’avions rencontrée il y a un peu plus d’un an, Éloïse Boisseau aka Miss Machine sortait alors un premier EP baptisé Tout autour (interview à retrouver ici), elle revient aujourd’hui avec un nouveau morceau accompagné de son clip, Regarder les choses. Mais quelles sont ces choses ? C’est ce que nous nous sommes empressés de lui demander…

L’interview ici

22 Sep

Knives Out : le retour en fanfare du duo rock angevin The Blind Suns

Plus rock que jamais, plus incandescent que jamais, le groupe angevin The Blind Suns prépare un album pour 2022 et nous en donne un avant-goût dès maintenant avec le single « Knives Out ». Branchez les guitares, sortez les lunettes noires, interview…

Ils s’appellent  Dorota Kuszewska et Romain Lejeune, forment l’épine dorsale du groupe The Blind Suns et nous reviennent enfin avec un nouveau single et un clip, prélude d’un album prévu pour 2022.

L’interview ici…

24 Mar

Finalement la nuit : Quand la voix de la suédoise Fredrika Stahl croise les mots du Nantais Dominique A

C’est l’histoire d’une rencontre, d’une rencontre entre une voix et un texte. La voix est celle de la chanteuse Fredrika Stahl, le texte est signé Dominique A, le résultat est un petit bijou musical qui caresse l’oreille dans le bon sens… comme une évidence.

Avant d’être l’histoire d’une rencontre, c’est l’histoire d’un album disponible depuis le 12 mars. Natten, nuit en suédois, a été composé entre le coucher et le lever du soleil, d’où l’atmosphère très particulière qui s’en dégage, onze titres à la douceur ouatée et mélancolique.

Et puis, au milieu de ces onze titres, un duo, entre Fredrika et le Nantais de longue adoption, Dominique A. Elle a composé la musique, les mélodies et posé sa voix, lui a apporté ses textes et accepté de l’accompagner vocalement.

Finalement la nuit, un nom prometteur qui tient ses promesses, comme le songe d’une longue nuit d’hiver, un voyage au pays de la sensibilité scandinave. Mais avec, et c’est une première pour Fredrika, un texte en français. Pourquoi ? Comment ? Fredrika nous dit tout et bien plus encore…

L’interview ici

21 Jan

Découverte. L’univers magnétique et électronique du Nantais Sébastien Guérive

Après 20 ans de projets musicaux divers et variés, le Nantais Sébastien Guérive a décidé de se recentrer et d’assumer pleinement ses choix dans un album pensé comme une bande originale de film. L’album sort en mars, le premier single sera disponible ce vendredi 22 janvier accompagné d’un clip magnifiquement hypnotique. Rencontre…

Sébastien Guérive en studio

Sébastien, peux-tu te présenter en quelques mots pour ceux qui ne te connaissent pas encore ?

Sébastien Guérive. Je suis un compositeur nantais depuis plus de 20 ans à travers différentes formes artistiques. J’ai monté différents projets musicaux, dont  La Pensée Errante, Io’n, Da Sweep. Issu de la musique classique et contemporaine, je me suis intéressé très vite à la musique électronique, à la recherche d’un équilibre entre ces univers.

Omega Point est ton premier album, du moins sous le nom de Sébastien Guérive. Il sort le 19 mars prochain. Comment le présenterais-tu ?

Sébastien Guérive. Lorsque j’ai décidé de sortir cet album sous mon nom, il était important pour moi d’assumer ma singularité artistique que j’ai façonnée durant toutes ces années. Il s’agit d’un album où l’on retrouve de l’ambient, du sound design et de l’electronica. J’ai souhaité utiliser des synthétiseurs analogiques afin d’obtenir des timbres instrumentaux et des niveaux d’expressivité aussi riches que clefs des instruments acoustiques. 

Les albums instrumentaux sont aujourd’hui très rares. Pourquoi ce choix?
 
Sébastien Guérive. Il est vrai que dans le paysage français peu d’artistes sortent des albums instrumentaux car ce type d’esthétique est plus difficile à défendre en France. Maintenant au niveau international on retrouve plus facilement des albums instrumentaux. J’ai fait ce choix, car j’ai voulu donner à cet album l’esprit d’une bande-son de film. Celle que j’aimerais un jour composer 🙂
Quelles sont ou quelles ont pu être tes influences majeures ?
 
Sébastien Guérive. Dans les artistes qui m’influencent actuellement, je citerais :  Jóhann Jóhannsson, Nils Frahm, Ben Frost et Rival Consoles.
 
On rapproche ton travail sur la musique à celui d’un plasticien. Tu considères la musique comme un art visuel ?
 
Sébastien Guérive. Pour moi, la musique peut être assimilée aux arts plastiques, elle peut sculpter les sons au même titre qu’un plasticien. Je considère que la musique instrumentale est le partenaire idéal pour s’associer à l’image.
 
Un premier single sort ce vendredi, il s’appelle Omega II et est accompagné d’un clip réalisé par Thomas Blanchard, un clip hypnotique, expérimental, étrange, comme ta musique. Un mariage parfait ?
 
Sébastien Guérive. Je souhaitais pour le clip Omega II un univers d’images organiques et chorégraphiques, dont le sujet est la métamorphose. Le travail de Thomas étant de longue date consacré à la macro remplissait totalement la partie organique et son idée d’images stroboscopiques sur la danseuse à permis de traiter l’aspect chorégraphique. Nous espérons avoir trouvé le bon écho visuel à ce single et nous présenterons également ces images sous forme d’exposition.

Propos recueillis par Eric Guillaud le 20 janvier 2021

Plus d’infos sur Sébastien Guérive ici. Sortie de l’album le 19 mars en vinyle et en digital (Atypeek Music)