21 Jan

Eugenia : le deuxième bébé du trio rock nantais Nursery attendu pour le 31 janvier

Il ne pèse pas lourd, ne pleure jamais, risque pourtant de faire du bruit, Eugenia est le nouveau bébé du groupe nantais Nursery. Il est attendu pour le 31 janvier et devrait combler de bonheur les amoureux du rock. En attendant le faire-part, on vous offre déjà l’interview des parents…

Paul, Jean et Julien – Nursery © France 3 – Eric Guillaud

Un disque, finalement, c’est comme un enfant, il faut le porter pendant des mois, souffrir un peu pour lui donner vie, le nourrir et l’accompagner pendant des années. Celui-ci s’appelle Eugenia. C’est le deuxième de Nursery, groupe nantais formé en 2014 autour de Paul Gressien (batterie et chant), Julien Dumeige (guitare et chœurs) et Jean Duteil (basse et chœurs).

Eugenia, c’est onze titres qui secouent pas mal, de la musique toxic-pop comme notre trio aime la définir sur son compte Facebook, comprenez du rock parfois brutal et sombre, avec des guitares acérées, une basse qui tabasse, une batterie sous tension et des mélodies biberonées à la pop histoire de lier le tout. Pour en parler, rendez-vous était pris avec Paul, Julien et Jean dans un de leurs repaires favoris quelque-part dans le centre-ville de Nantes. Interview...

Nursery, c’est qui, c’est quoi ?

Paul. Nursery, c’est quand on est tous les trois ensemble et qu’on fait du bruit avec les instruments. On essaie de faire des chansons à notre sauce, ce n’est pas très très contrôlable, on essaie de rester sur un fil quelque part entre la pop et le plus bizarre qui secoue un peu.

Pourquoi ce nom ? 

Paul. On voulait quelque chose à la fois d’enfantin et clinique. Nursery, c’est la chambre d’enfant et en même temps l’infirmerie…

Pourtant, vous ne faites clairement pas de la musique pour les crèches ?

Julien. On a malgré tout régulièrement un public d’enfants qui danse devant la scène.

Paul. Oui, et on fait ça un peu comme des gosses aussi.

Vous dites être un trio de toxic-pop. Ça fait peur, c’est quoi au juste la toxic-pop ?

Jean. C’est parti d’une blague. Comme il faut toujours mettre un style sur les affiches, on a essayé de trouver autre chose que le banal pop rock. Et comme on avait la volonté de faire quelque chose d’un peu dark et beau à la fois, toxic et pop collaient bien.

Une musique tendue et des mélodies très travaillées. C’est votre marque de fabrique ?

Paul. Oui, au chant, je tiens à une mélodie qui soit « chantable ». Côté musique, c’est effectivement un peu tendu parce qu’en concert on aime ça…

Eugenia est votre deuxième album. Il sort le 31 janvier. Fébriles ? Inquiets ? Tout simplement heureux ?

Jean. Soulagé. On a fait un premier album il y a maintenant trois ans, on a pas mal tourné avec, ça nous a donc demandé du temps pour composer et sortir celui-ci. Un peu soulagé, donc, et hâte de voir les retours.

Paul. Et c’est la première fois que France 3 nous interviewe, alors déjà on a réussi ça… (rires)

Porn Life en est le 1er extrait de l’album, que raconte-t-il ?

Paul. C’est l’histoire d’un type qui doit faire le sale boulot, qui doit se salir les mains. Ce n’est pas très précis, c’est même un peu flou…

Question incontournable, les influences ? Wire, Pixies mais encore ? Sonic Youth peut-être ?

Paul. Pixies, oui, on s’est accordé là-dessus, Wire beaucoup au début et ça reste toujours notre repaire. Sonic Youth, personnellement, je n’ai jamais écouté.

Julien. Oui, je vois le lien que tu peux faire mais non nous ne sommes pas très Sonic Youth. J’aime bien certains morceaux mais je n’ai jamais creusé plus que ça.

Paul. Les Beatles

Jean. On a tous des influences diverses mais, oui, on se retrouve sur les Beatles, Wire, Pixies… Après, chacun amène son grain de sel.

Un mot sur la pochette de votre album. Comment avez-vous choisi cette photo ?

Paul. C’est une photo de Julien. On a voulu la faire nous-mêmes cette pochette, cette photo s’est imposée.

Julien. C’est une photo que j’ai prise il y a quelques années du côté du Mont-Saint-Michel. On s’est dit que ça collait plutôt bien avec l’esprit de l’album.

Avec une froideur clinique…

Julien. Oui, les poubelles donnent ce côté froid mais il  y a aussi un coucher de soleil romantique…

L’album sort chez Kythibong, pourquoi ce choix ?

Paul. ça s’est fait naturellement. On a rencontré les gens du label au moment de la sortie du premier album qu’on avait fait seuls… Et on est très heureux.

Quel regard portez-vous sur la scène locale ?

Paul. Humainement, on aime un peu tout le monde, Musicalement, ça dépend de chacun de nous. Mais globalement, toute la scène locale est plutôt chouette, on a partagé l’affiche avec pas mal de groupes?

Jean. Ils ne sont pas de la région mais on aime beaucoup La Honte de Rennes, Les Potagers nature de Bordeaux, Chocolat Billy, Api Uiz…

Quel album tourne en boucle sur vos platines actuellement ?

Julien. Je n’ai pas été obsédé par un album dernièrement. C’est d’ailleurs assez angoissant de ne pas avoir une obsession pour la musique. J’écoute souvent Daniel Johnston qui est mort il n’y a pas très longtemps.

Jean. Moi, je n’écoute pas trop d’albums en entier. Je fonctionne par titres. En ce moment, je navigue entre le noise des années 90 genre Bästard ou Deity Guns et le hip hop un peu underground de Ghostmane, du rap très noir…

Paul. J’écoute beaucoup Koonda Holaa, un Tchèque qui écume l’Europe avec une bonne musique de voyage intelligente et sensible. J’écoute aussi beaucoup Taxi Girl. Je n’ai malheureusement pas l’album donc je l’écoute sur YouTube. Si quelqu’un en possède un exemplaire, je veux bien lui acheter…

On vous souhaite quoi pour 2020 ?

Jean. Une bonne santé, des concerts, des rencontres, que le disque plaise, que tout se passe bien…

Paul. Et de nouvelles chansons…

Merci Paul, Jean et Julien, merci Nursery

Propos recueillis le 14 janvier 2020. Plus d’infos sur Nursery ici. Le groupe sera en concert le 30 janvier à Angoulême, le 31 janvier au Pannonica pour sa release party, le 1er février au Zinor, le 13 février au Fury Bar à Rouen, le 14 février à La Malterie à Lille, le 15 février aux Instants chavirés à Montreuil, le 7 mars à Stereolux à Nantes en première partie de Vox Low, le 28 mars à Warsaw en Pologne, le 12 avril au Palma festival à Caen, le 25 avril au Jardin moderne à Rennes…

17 Jan

En concert à Nantes. Octave Noire, la belle promesse de la pop française

Ce sera à n’en pas douter l’un des moments forts du nouveau festival nantais baptisé BISE, le concert d’Octave Noire le 22 janvier nous permettra de découvrir l’une des révélations de la scène pop électro venue nous présenter son deuxième album, Monolithe. Interview…

Octave Noire © Fabien Tijou

« Los Angeles, entre promesse et doute », chante-t-il sur son dernier single sorti en novembre. Aucun doute en tout cas de ce côté-ci de l’Atlantique, Octave Noire est bien la promesse pop que l’on attendait tous et toutes en ce début d’année. Son premier album, Néon, sur lequel se trouvaient déjà deux petites pépites voyageuses, Un Nouveau monde et Belém Belém, nous laissait présager le meilleur. Il est là ce meilleur, avec Los Angeles, premier extrait d’un album à paraître le 14 février et baptisé Monolithe.

Octave Noire, c’est le projet de Patrick Moriceau. Un parcours atypique, depuis Bouaké en Côté d’Ivoire jusqu’à Paris, une initiation musicale passant par la flûte à bec, le djembé et le piano, une passion très tôt pour les synthés et les sons, quelques années en musicologie, deux albums d’indielectro sous un autre pseudo, pas mal de compositions pour d’autres artistes avant que lui-même s’accepte finalement en chanteur. En 2017, c’est l’écriture de son premier album, Néon, son premier succès avec Un Nouveau monde, pas mal de concerts ici ou là… et puis retour au studio pour Monolithe, un petit bijou d’électro-pop à la fois mélancolique et lumineuse. De quoi titiller notre curiosité. Octave Noire, qui est-il, d’où vient-il ? Réponse ici et maintenant…

Pourquoi Octave noire ?

Je souhaitais que mon pseudo soit évocateur dès la première fois qu’on l’entend. Je voulais mélanger les sens. La vue avec la couleur, ou non couleur « noire », et l’ouïe, avec l’octave. J’aime le principe de la synesthésie, c’est à dire la communication entre les sens. Une couleur qui appelle un goût, un son qui évoque une matière.

Monolithe est votre deuxième album. Vous vous sentez comment à la veille de sa sortie ? Plus léger, plus confiant qu’au moment du premier ?

Heureux ! Je suis très serein à la veille de sa naissance. J’ai pris le temps nécessaire pour le composer, l’arranger. C’est une suite logique de Néon, il est son petit frère. Ils se ressemblent mais ont chacun leur personnalité propre. J’en suis fier. J’ai très envie de le partager sur scène. Donc oui, léger et confiant.

Si je classe Monolithe dans ma discothèque aux côtés des albums de Gainsbourg, Tellier et Chamfort, ça vous convient ?

Non seulement ça me convient, mais je dirais que je me sens très honoré. Ce sont de vraies références pour moi, depuis longtemps. Je remarque que les arrangements sont très importants dans leurs chansons. C’est là où je prends le plus de plaisir. L’utilisation des cordes notamment. Pour ces raisons, je me sens proche d’eux. Certainement le besoin de maîtriser au maximum la production.

Belém dans le premier album, Los Angeles dans le deuxième, c’est quoi au juste la musique pour vous, la quête d’un nouveau monde ?

C’est avant tout la liberté. C’est un jeu aussi. Un jeu dont j’invente les règles. C’est un champ de liberté énorme. Quand je compose, je crée un monde, ses personnages, son climat, sa temporalité etc… C’est aussi pour ça que j’apprécie les synthétiseurs. Ils permettent d’ouvrir le champ des possibles avec leurs sonorités futuristes. Donc, oui, peut être pas un nouveau monde, mais certainement un autre monde.

Premier single de ce nouvel album, le magnifique Los Angeles. Comment naît une chanson comme celle-ci ? Et que raconte-t-elle ?

L’album était presque fini, mais je sentais qu’il manquait un titre. C’est comme cela que je me suis remis au travail. J’avais le thème musical depuis quelques temps, mais je n’arrivais pas à le développer. Puis à force de chercher, je crée la musique et les arrangements. C’est à ce moment là que je fais appel à mon ami Frédéric Louis, auteur, avec qui je travaille depuis longtemps. Je le fais venir dans mon studio, branche le micro, et lui demande de faire une impro afin de trouver la mélodie du chant, et peut être une esquisse de paroles. Dès la première prise, il chante « Los Angeeeles » avec la mélodie que vous connaissez. Nous avions le thème de la chanson. Puis je me suis souvenu d’un voyage que j’avais fait dans cette ville. J’y avais rencontré un jeune français, barman, venu à Hollywood pour tenter sa chance en tant qu’acteur. C’est lui qui m’a donné l’idée de parler, à travers cette ville, de tous ces gens qui quittent leur pays, leur vie, pour un avenir meilleur.

C’est très universel. C’est une ville qui attire. Une ville lumineuse pour certains destins, mais sombre pour d’autres.

Trois clips à ce jour, trois clips réalisés par Gaëtan Châtaigner. Incontournable ?

Pour moi, oui. Gaëtan a tout de suite été sensible à ma musique. Il était présent à notre tout premier concert à Quimper. Je connaissais son travail notamment à travers les clips qu’il a fait pour son compère Philippe Katerine, ou Francis et ses peintres. Quand il m’a proposé de réaliser mon 1er clip pour nouveau monde, j’étais très fier.

Il a su comprendre ce que raconte ma musique, au delà des mots. Les ambiances, les atmosphères. Sur Los Angeles, il a su saisir mes envies, comprendre la musique, tout en ajoutant son grain de folie. C’était parfait.

Gaëtan Chataigner à la réalisation du clip, Eric Pifeteau en chef décorateur et acteur, Dominique A en invité sur le morceau J’ai Choisi, et Yotanka en label, c’est une histoire un peu nantaise tout ça, une histoire de famille ?

Oui 🙂 Certainement un retour aux sources inconscient. En effet, il se trouve que mon nom de famille vient de la région nantaise, alors que je n’y ai plus de famille directe. C’était mon destin. On n’y échappe pas. Et je dois dire qu’on s’y sent très bien.

Dominique A mais aussi ARM, Mesparrow en invités sur ce deuxième album… Un besoin de vous entourer ?

De m’entourer de gens que j’apprécie. Avant d’être Octave Noire, je faisais de la musique sous d’autres pseudos. Je ne chantais pas du tout, mais je faisais appel à des chanteurs ou chanteuses pour mes compositions. C’est une démarche de producteur, que l’on trouve beaucoup dans les musiques électroniques. C’est un peu un retour à cette manière de travailler.

Ces invités amènent l’album vers d’autres univers. Ce sont des fenêtres qui s’ouvrent, d’autres couleurs. Par exemple, Avant d’envoyer la chanson J’ai choisi à Dominique A, je la chantais moi-même, en mode maquette. Je l’aimais bien comme ça. Quand Dominique A a enregistré la même chanson avec sa voix, elle avait d’un coup presque un autre sens, alors qu’il y avait les mêmes mots, les même notes. Son interprétation a donné une nouvelle dimension à la chanson, et ça, c’est précieux.

Quel est l’album qui tourne actuellement en boucle sur votre platine ?

Je n’écoute pas vraiment d’album en boucle, mais je me suis surpris hier à réécouter avec grand plaisir Stupéflip et Justice. Je dois être dans une période radicale lo-fi sale gosse 🙂

À quoi pourrait ressembler le proche avenir d’Octave noire ?

Des concerts, des voyages, du gros son, des synthés qui s’entassent dans mon studio, un superbe concert au café de la danse le 25 mars, et un 3e album à l’horizon.

Merci Patrick, merci Octave Noire

En concert à Nantes le 22 janvier, Tourcoing le 20 février, Quimper le 7 mars, Magny-le-Hongre le 13 mars, Angers le 20 mars, au Café de la danse à Paris le 25 mars…

Plus d’infos sur Octave Noire ici

16 Jan

CLIP. Alda, une invitation au voyage lancée par l’Angevin Thylacine

Entre ciel, terre et mer, Alda, le nouveau clip du musicien angevin Thylacine, nous plonge dans la magie des îles Féroé…

© Cécile Chabert

On aurait tendance à vous conseiller de fermer les yeux et de vous laisser bercer par la douce musique de Thylacine, mais ce serait un sacrilège, vous priver des magnifiques images de ce nouveau clip tourné sur les îles Féroé et baptisé Alda.

Alors, non, ne fermez pas les yeux, ouvrez-les même en format cinemascope, admirez la magie des lieux, la beauté sauvage de ces falaises sculptées par l’assaut des vagues sur des millénaires…

Comme il l’a fait auparavant à bord du Transsibérien en Russie ou dans une caravane Airstream du côté de l’Argentine, Thylacine a enregistré la musique d’Alda in situ, « dans une grotte de mer », précise-t-il sur son compte Facebook, « avec une réverbération naturelle et des sons de vagues »

Une véritable symphonie iodée à retrouver en album dès le 7 février ! On aime, on adore, on partage…

Eric Guillaud

Plus d’infos sur Thylacine ici

14 Jan

BISE : un festival qui embrasse le monde de la musique les 21 et 22 janvier à Nantes

C’est une première, les BIS, Biennales Internationales du Spectacle, lancées à Nantes en 2004, s’ouvrent cette année au grand public avec un festival de musique baptisé BISE. 2 jours de concerts, 19 artistes venus d’un peu partout et autant de découvertes…

Morgane Imbeaud © Goledzinowski

C’est simple et attendrissant comme un souffle sur la joue, BISE est le nom d’un nouveau festival de musique sur Nantes, un festival ouvert au public dans le cadre des rencontres professionnelles du BIS.

Un seul mot d’ordre ici : la découverte de jeunes talents. Ils seront 19 groupes ou artistes à fouler la scène de Stereolux et Trempolino les 21 et 22 janvier, à commencer par notre coup de coeur, Octave noire, et son électro-pop envoûtante…

De l’électro au rock, du rap à la chanson, tous les styles seront représentés dans cette première affiche, de l’électro avec la DJ et productrice française Sara Zinger ou le duo ATOEM, de l’electronica soul avec Global Network, du r’n’b avec Jaïa Rose, de la pop avec Philémone ou Morgane Imbeaud, ex-moitié du groupe Cocoon…

Mais aussi du rap avec DI#SE, du rock avec les Lettons Carnival Youth, les Franco-Irlandais Bigger, les Italiens The Pier ou encore les Franco-américains It’s Sunday…

Des groupes venus d’un peu tous les coins de la planète mais aussi de chez nous, oui Madame, du made in Pays de la Loire, avec Degree, Lenparrot ou encore Theophile…

Bref, de quoi faire de belles découvertes et claquer une bise à cette année 2020 qui commence fichtrement bien…

Eric Guillaud

Plus d’infos sur les BIS ici et sur le BISE là

11 Jan

Découverte. le groupe nantais Parpaing Papier sort le grand jeu

Ils auraient pu s’appeler Pierre-papier-ciseaux, du nom de ce  jeu de mains qui occupait les longues journées d’hiver de notre jeunesse mais il ont choisi Parpaing Papier, gagnant à tous les coups. Les Nantais viennent de sortir un premier album 100% rock avec des vrais morceaux d’humour dedans…

Maman, j’ai peur ! Ce n’est pas tous les jours qu’on reçoit une lettre anonyme à son bureau. Alors oui, ça peut faire peur ! Mais cette lettre anonyme-là n’est pas signée d’un ami qui me veut du bien, ou du mal, non, elle est signée Parpaing Papier, un étrange assemblage de mots qui colle bien à ce groupe nantais, « dur comme un parpaing, fin comme du papier ». C’est ce qu’il promet en tout cas !

Écoutez Parpaing Papier sinon…

Sinon ? ok ok, on écoute…

Fondé il y a quelques mois par Martin Hallier, ex-Kiemsa, ex-Dancefloor Disaster, rejoint par Clothilde Arthuis à la guitare, Fabrice Chaussé à la basse et Corentin Bossard à la batterie, Parpaing Papier balance un punk-rock qui déménage sec avec des paroles en français à l’humour légèrement surréaliste, un peu comme si on avait enfermé dans la même pièce les musiciens de Cachemire, Elmer Food Beat et Ultra Vomit avec pour mission de changer la face du rock. Ou du monde. Du lourd donc, du dur, du parpaing, mais aussi du léger, de la finesse, du papier, une musique que l’on peut aujourd’hui apprécier dans un premier EP cinq titres baptisé Tester des casques. À se taper la tête contre les murs de bonheur !

Parpaing Papier sera en concert le 26 janvier et le 15 février à Carquefou, le 13 mars à Lauzach, le 18 avril à Montferrand…

Plus d’infos sur Parpaing Papier ici

Eric Guillaud

07 Jan

Découverte : quand les musiciens de Lame signent un hymne rock pour Nantes

Ils auraient pu chanter New York, Los Angeles, Paris ou même Toulouse, ô Toulouse, mais ils ont choisi Nantes parce qu’ils y sont nés et qu’ils y vivent encore aujourd’hui. Et ça tombe plutôt bien, entre le rock et Nantes, il y a comme une histoire d’amour qui rime avec toujours…

Lame © Ylho

Il y a du Strokes dans l’air et on ne va pas s’en plaindre. Depuis 2017, Lame ratisse les scènes musicale des Pays de la Loire avec un rock énergique et mélodique qui rappelle les heures glorieuses du célèbre groupe new-yorkais. Après un EP en 2019, Lame prend de bonnes résolutions pour 2020, rejoint le dispositif d’accompagnement MAD (Musique A Découvrir) de Trempolino et partage sur les réseaux une chanson-hommage à Nantes, un véritable hymne à écouter en boucle. Étienne Sauvage, leader, chanteur et guitariste du groupe nous dit tout et même plus…

« Nantes est un hymne à notre ville, parce que c’est dans cette ville qu’on s’est rencontré tous les quatre et que Lame est né. J’ai pensé la chanson comme un hommage paradoxal, ironique, où je m’amuse par exemple de l’attractivité nouvelle de la ville et de ses conséquences : croissance, gentrification etc. Mais Nantes, c’est surtout une chanson taillée pour la scène, un refrain accrocheur qui invite à se réunir et que le public peut facilement reprendre en chœur. C’est un morceau qui permet une certaine communion avec notre public.

Étrangement, Nantes est née à New-York lors d’un voyage. La mélodie m’est venue d’un bloc, en arpentant les rues de la ville, la tête en l’air, les yeux rivés sur les gratte-ciels. Ce n’est qu’un an plus tard que l’air m’est revenu en mémoire et que j’ai attaqué l’écriture. Plutôt que d’écrire sur New-York, l’idée s’est vite imposée d’évoquer plutôt une ville que je connais bien mieux et qui a davantage de résonances personnelles. J’ai donc simplement intitulé la chanson Nantes. La référence à New-York, on l’a gardée avec le groupe en donnant une note un peu strokesienne à l’arrangement ».

Plus d’infos sur Lame ici

06 Jan

Concerts : les immanquables de ce début d’année 2020 en Pays de la Loire

Balthazar, Voyou, Katerine, Octave Noire ou encore Kid Francescoli… nous avons fouillé dans la programmation des salles de la région et dégoté rien que pour vous 20 concerts qui vous feront aimer la nouvelle année…

Voyou le 3 avril en concert à Nantes © Camille Dronne

1. On commence avec le groupe parisien Frustration qui vient de sortir un nouvel album sous les couleurs du label Born Bad Records, un efficace mélange de punk et de cold-wave qui vous aidera à perdre définitivement les kilos superflus emmagasinés pendant les fêtes de fin d’année. Frustration sera en live sur la scène de Stereolux à Nantes le 23 janvier…

2. N’ayons pas peur des mots, il s’agit là d’un des meilleurs groupes européens du moment, les Belges de Balthazar en tournée permanente depuis la sortie de leur quatrième album Fever seront de retour dans la région le 24 janvier, au Chabada à Angers…

3. Lui, on le suit depuis pas mal d’années maintenant, le plus poète et déjanté des chanteurs français Philippe Katerine a repris la route pour défendre son album Confessions. Il sera à L’Oasis au Mans le 24 janvier…

4. Une guitare, quelques violoncelles et une voix, douce et assurée, il n’en faut pas beaucoup plus pour faire naître des émotions et nous transporter de l’autre côté de la montagne. Le Nantais Aymeric Maini a fait son retour il y a quelques semaines avec Winter Sun, premier extrait d’un album qu’Il viendra nous présenter le 28 janvier à la salle Paul-Fort à Nantes…

5. Lui ne fait pas dans la douceur, plutôt dans le brutal, le sextet le plus punk-rock de la galaxie nantaise, Von Pariahs, sera le 31 janvier à Fuzz’Yon à La Roche-sur-Yon pour présenter son dernier album en date, le troisième, Radiodurans

6. Coucou les revoilou, les French Cowboy and the One, version duo des French Cowboy, ex-Little Rabbits, ont retrouvé la route du studio de Jim Waters à Tucson Arizona pour nous concocter un nouvel album baptisé AF. Sortie prévue le 7 février, quelques jours avant une tournée dans la région. French Cowboy and the One sera le 14 février à Stereolux à Nantes, le 15 février au Jardin de Verre à Cholet, le 7 mars à L’Oasis au Mans, le 13 mars à Fuzz’Yon à La Roche-sur-Yon…

7. Près de 25 millions de vues pour Amour plastique, un premier clip posté sur les réseaux sociaux il y a un peu plus d’un an, 10 million pour le suivant, Roi, bientôt 1 million pour le dernier en date, Mai... Si ce n’est pas une succes story, ça y ressemble bigrement. Les Nantais Matthieu Reynaud et Adèle Castillon n’étaient pas sortis de l’adolescence lorsqu’ils ont fondé Videoclub. Ils entament en 2020 une grande tournée française qui passera par Fuzz’Yon à La Roche-sur-Yon le 14 février…

8. Vous n’avez pas encore vu les KO KO MO en live ? Vous risquez bientôt de vous sentir seuls au monde. Mais pas de panique, le duo rock nantais a encore quelques dates dans son panier, notamment le 15 février au VIP à Saint-Nazaire, c’est le moment… ou jamais !

9. Depuis 1993, Orange Blossom fait entendre sa différence sur la scène nantaise avec une musique qui invite au voyage, un savant mélange d’influences rock, d’électro et de musique traditionnelle, ethnique. Il revient avec un spectacle unique, envoûtant, spectaculaire, une expérience sonore et visuelle hors norme impliquant des machines de François Delarozière, directeur artistique de la compagnie La Machine, notamment à l’origine du fameux éléphant de Nantes. Orange Blossom sera en concert le 6 mars au Zénith de Nantes…

10. Lui aussi convoque le voyage dans sa musique. À moins que ce soit ses voyages qui convoquent la musique. Quoiqu’il en soit William Rezé, aka Thylacine, angevin de naissance, écrit sa musique en situation, ici dans le Transsibérien en Russie ou là dans sa caravane-studio au Chili. Et quand il ne voyage pas pour composer sa musique, il voyage pour la jouer. Il sera en concert le 6 mars au Chabada à Angers…

11. Du vrai rock’n’roll en français dans le texte, les wampas n’ont pas bougé d’un iota depuis 1983, date à laquelle le groupe s’est lancé dans l’aventure. Ils reviennent avec un nouvel album, Sauvre le monde, avec le r qui fait toute la différence. Les Wampas seront à L’Oasis au Mans le 7 mars et à Fontenay-le-Comte le 11 avril dans le cadre du Tribute Berurier Noir…

12. Aucune erreur d’aiguillage pour ces quatre Mulhousiens qui depuis une douzaine d’années développent un univers musical à l’énergie rock survitaminée. Après Stereolux à Nantes le 16 octobre, dernier, le Chabada à Angers le 31 octobre et Le Mans le 9 novembre, ils seront sur la scène de Fuzz’Yon le 14 mars…

13. Cinquante ans de scène, treize albums studio, des milliers de concerts un peu partout et toujours la niaque, Arno revient avec Santeboutique qui signifie bazar ou bordel en Belqique, un album à découvrir en live le 17 mars à L’Oasis au Mans et le 31 mars à Stereolux à Nantes…

14. Un peu de douceur dans ce monde de brutes, la Danoise Agnès Obel revient en févier avec un nouvel album qui devrait nous chatouiller les oreilles. Le titre Island of Doom en est le premier extrait. L’artiste sera le 19 mars à la Cité des Congrès à Nantes…

15. Il nous a collé des frissons pour l’éternité avec le titre Un Nouveau monde, extrait de son premier album sorti en 2017, Octave noire récidive avec Los Angeles, premier extrait de son deuxième album à sortir en février, une virée électro-pop sous le soleil californien qu’il nous jouera en live sur la scène du Chabada à Angers le 20 mars. Il sera aussi à l’affiche du Bise Festival à Nantes le 22 janvier..

16.Lui-aussi nous avait collé le frisson avec l’album Play me again, petit bijou de musique mélancolique, pudique et magnétique, Mathieu Hocine, aka Kid Francescoli, reprend la route des scènes hexagonales pour promouvoir un quatrième album baptisé Lovers. Il sera le 27 mars à Stereolux à Nantes et le 10 avril au Chabada à Angers…

17. Retour au rock avec les Parisiens de Toybloïd qui partageront la scène du Chabada le 28 mars avec les Nantais Cachemire et l’ex-Dolly Manu…

18. Il s’appelle Voyou mais n’a rien d’un mauvais garçon, bien au contraire, le Nantais fait un carton en ce moment avec sa pop solaire. Il sera le 3 avril à Stereolux à Nantes…

19. Les Perpignanais Marie et Lionel des Limiñanas, Emmanuelle Seigner, actrice mais aussi chanteuse, et l’Américain aujourd’hui installé à Berlin Anton Newcombe, leader du Brian Jonestown Massacre forment L’Épée, quatre amoureux de sons distordus et de rythmes hypnotiques, unis pour le meilleur, une sorte d’internationale d’un rock aiguisé et tranchant qui ne pouvait se retrouver sur disque que sous un nom venu de l’enfer, Diabolique. L’Épée sera en live le 4 avril à Stereolux à Nantes…

20. Après le Hellfest à Clisson en 2011 et Les Escales à Saint-Nazaire en  2016, l’iguane sera de retour dans la région le 17 avril pour un des huit concerts donnés en France pour la promotion de son nouvel album, Free. Pas dans un festival cette fois mais à La Cité des Congrès à Nantes, salle plus habituée à vibrer au son de la musique classique et de la variété…

19 Déc

Now or Never : le nouveau clip des Nantais KO KO MO tourné sous le soleil de Nouvelle-Calédonie

Mais où étaient donc passés les KO KO MO ? En tournée ! Un peu partout sur notre belle planète, depuis l’Australie jusqu’aux Pays-Bas, depuis la Lituanie jusqu’en Nouvelle-Calédonie. Avant de reprendre la route en janvier, le duo rock le plus abrasif de la scène nantaise nous offre un nouveau clip à découvrir maintenant ou jamais !

Capture du clip Now or Never

Plus de sons, plus d’images, vous pensiez que les KO KO MO se la coulaient douce quelque part sur une plage paradisiaque occupés à siroter un lait de coco fraise des bois à l’ombre d’un palmier royal ? Vous n’aviez pas tout à fait tort. Du moins pour la plage, les palmiers et peut-être le lait de coco fraise des bois.

Pour le reste, K20 et Warren n’ont pas vraiment eu le temps de jouer les touristes et ont assuré une tournée d’enfer qui les a amené un peu partout à travers le monde, en Italie,en Australie, en Allemagne, en Espagne mais aussi en Nouvelle Calédonie d’où ils nous envoient cette carte postale. Ce clip réalisé par Sébastien Marqué retrace le périple du duo et son passage au Blackwoodstock festival… le tout au son de Now or Never, nouvel extrait de l’album Lemon Twins paru cette année.

Eric Guillaud

Les prochains concerts  : 17/01 – Mosaic (Lisieux), 18/01 – Espace Alexandre Gautier (Loireauxence), 07/02 – Maison des Arts et Loisirs (Laon), 08/02 – Espace Lionel Boutrouche (Ingré), 15/02 – Le VIP (Saint-Nazaire), 27/02 – La Cordonnerie (Romans), 28/02 – La Souris Verte (Épinal), 29/02 – Le Moulin de Brainans (Brainans), 03/03 – L’Aeronef (Lille), 14/03 – Festival Handiclap (Nantes), 28/03 – 46e Rugissant (Figeac), 03/04 – l’Empreinte (Savigny Le Temple), 12/04 – Festival Territoires Sauvages (Teich), 17/04 – Le Bournot (Aubenas)

10 Déc

La Nuit de L’Erdre 2020 : -M-, Angèle, Gims, Lomepal, Noah… à l’affiche de la 22e édition

On connaissait déjà les dates du festival, les 26, 27 et 28 juin, on avait également appris le concert surprise de Jeanne Added le 30 mai, on découvre ce matin une première partie de la programmation avec comme toujours un savant mélange des genres….

© MaxPPP – Eric Malot

De la pop-rock, de la chanson française, du rap… Comme toujours, les organisateurs du festival nortais, qui viennent de dévoiler une partie de la programmation, ont su trouver le bon dosage pour conserver l’esprit éclectique et familial qui a fait la notoriété du festival.

Neuf noms sont désormais connus, des pointures nationales comme -M-, Angèle, Lomepal, Yannick Noah, Gims, Suzane, Lorenzo, Rilès et des jeunes pousses en la personne des Nantais Videoclub…

54000 festivaliers avaient foulé la terre de Nort- sur-Erdre l’année dernière, un très beau score pour ce festival qui fêtera cette année sa vingt-deuxième année.

La billetterie du festival ouvrira jeudi 12 décembre à partir de 9H dans l’ensemble des points de vente officiels,

Eric Guillaud

Plus d’infos sur La Nuit de l’Erdre ici