17 Mai

La chanteuse algérienne Djazia Satour en concert à Nantes ce vendredi 17 mai

Elle vit à Grenoble depuis 1990 mais l’Algérie est son pays. Elle le porte dans son cœur, dans sa peau et dans sa voix. Et quelle voix ! Djazia Satour sera en concert vendredi 17 mai à Nantes dans le cadre du Printemps des Nefs. Et c’est gratuit, gratis, kostenlos, free, مُجَامِل

Djazia Satour ©Yannick Siegel

On l’a connue choriste dans le groupe algérien Gnawa Diffusion puis chanteuse au sein du groupe MIG avant qu’elle se lance il y a maintenant une quinzaine d’années dans une carrière solo. On l’a entendue chanter sur de la soul ou de l’electro trip-hop, sans jamais oublier son héritage algérien, elle revient aujourd’hui avec un album entièrement chanté en arabe, Aswât, dix chansons qui explorent ses racines, sans renier cette fois son parcours musical et ses influences anglo-saxonnes.

Finis les samples, retour aux instruments traditionnels qui donnent la couleur de l’album et permettent à Djazia Satour d’opérer un tournant dans sa carrière. Pour autant, la chanteuse a souhaité conserver la modernité de la pop avec des mélodies et des arrangements finement travaillés. Résultat, Aswât est un petit bijou d’indie folk-pop arabe avec des textes au thématiques universelles telles que l’exil, le déracinement, la nostalgie…

« J’aborde ces thématiques qui peuvent être parfois dures toujours sous l’angle de la beauté de l’art, de l’émotion… », confie-t-elle dans une interview accordée au site DR.GROOV’, « Je ne pouvais pas m’enfermer dans des textes faisant preuve de légèreté, il fallait que j’exprime ma sensibilité ».

Pour découvrir son univers, sa voix et cette très belle sensibilité, rendez-vous sous les Nefs à Nantes, ce vendredi 17 mai à 20h30.

Eric Guillaud

Plus d’infos sur Djazia Satour ici

16 Mai

Sorties de secours : Novo Amor, Bombino et Altin Gün au programme du week-end

Du folk alternatif gallois, du rock africain et du psychédélico-oriental, c’est notre sélection très serrée du week-end en Pays de la Loire…

Novo Amor ©Daniel Alexander Harris

Une poignée de singles, deux EP et un premier album dans les bacs depuis l’automne 2018, c’est peu mais suffisant pour se dire que la carrière d’Ali John Meredith-Lacey, aka Novo Amor, est devant, droit devant, rien à changer, un univers envoûtant, atmosphérique, minimaliste, à écouter les yeux fermés. Le musicien originaire de Cardiff sera sur la scène de Fuzz’Yon à La Roche-sur-Yon samedi 18 mai en compagnie de Gia Margaret…

« Favoriser les rapprochements et les rencontres entre les cultures, sensibiliser au vivre ensemble et au respect de l’autre, de sa différence, de sa culture, de son origine… ». C’est l’objectif que se s’est assigné le festival  DiverScènes ainsi que l’association du même nom en proposant depuis 2011 des concerts ouverts sur le monde. Ce jeudi 16 mai, place au rock du désert avec Bombino aux Saulnières au Mans…

Avec un nom pareil et une musique comme la sienne, on aurait facilement pu imaginer Altin Gün venir des rives du Bosphore. Mais non, le groupe a été imaginé et créé du côté d’Amsterdam par un Néerlandais amoureux de la scène rock anatolienne des années 70. Résultat : Altin Gün nous plonge depuis quelques années dans un univers psychédélico-oriental savoureusement irrésistible ou l’inverse. C’est à découvrir ce jeudi 16 mai au Pôle étudiant à Nantes

C’est tout pour aujourd’hui, rendez-vous la semaine prochaine si tout va bien.

Eric Guillaud

10 Mai

Les Von Pariahs prêts à (re)faire trembler le rock nantais

Ils sont de retour et ça pourrait être brutal. Il faut dire que les Von Pariahs n’ont jamais fait dans la chanson douce. Et aucun signe ne montre un éventuel assagissement de ce côté-là. Bien au contraire, le premier single du troisième album à paraître en octobre prochain est une véritable bombe post-punk à répétition…

Mais où étaient-ils donc passés ? Plus ou peu de nouvelles depuis des mois… Eh bien la réponse est simple : ils travaillaient sur leur nouvel album, le troisième, annoncé pour octobre prochain. Trois ans après Genuine Feelings, six ans après Hidden Tensions, le sextet le plus punk rock de la galaxie nantaise balance à la face du monde un premier extrait aussi tendu qu’enivrant. 

Leur idée ? « Casser le rythme rock. Insister sur la répétition, la longueur. Le tout puis le rien. Des paroles noires, post apocalyptiques, dans un monde où on manque d’air, le no future des Pistols résonne, le couplet chanté à la manière d’une comptine malsaine.  

Dans ce morceau l’idée est de pousser le rock dans ses retranchements, de le faire s’emballer sur un ostinato pour venir s’écraser sur des refrains forts et dynamiques ».

Eric Guillaud

Plus d’infos sur Von Pariahs ici

09 Mai

Sorties de secours : La Maison Tellier, Soul Square et Malted Milk au programme du week-end

Du folk rock venu de Rouen, du hip hop et de la soul made in Nantes, c’est notre sélection très serrée du week-end en Pays de la Loire…

La Maison Tellier © William Lacalmontie

Après La Beauté pour tous et Avalanche, les cinq habitants de La Maison Tellier fondée en 2005 du côté de Rouen en Normandie reprennent la route pour nous présenter Primitifs Modernes, nouvel album, onze titres et toujours un univers parfaitement reconnaissable fait de mélodies mélancoliques, de textes poétiques, d’influences cinématographiques, le tout en français. Après un passage à Laval début avril, La Maison Tellier revient dans la région, elle sera le 9 mai aux Saulnières au Mans et le 14 mai au Chabada à Angers…

En 2005, trois beatmakers nantais amoureux de la soul, du jazz et du funk s’associent à l’un des plus talentueux DJ, membre du groupe C2C, pour former Soul Square, un hymne au hip hop des années 90. Le crew aujourd’hui porté par Djay Crate, Guan Jay et RaceCar vous donne rendez-vous le 11 mai au Ferrailleur à Nantes autour de son dernier EP Hidden Truth

On termine avec Philomelos #2, une soirée de soutien aux jeunes migrants le 13 mai à Stereolux à Nantes. À l’affiche : Le Spectre d’Ottokar, Vitor Garbelotto, Helena Noguerra, Ulysse Aragau, Lucie Berthomier, Philippe Katerine, François Ripoche ou encore Malted Milk pour des performances uniques…

C’est tout pour aujourd’hui, rendez-vous la semaine prochaine si tout va bien.

Eric Guillaud

07 Mai

INTERVIEW. Hellfest 2019 : le groupe montbéliardais Fallen Lillies remporte le tremplin The Voice of Hell

510 groupes inscrits, 25 517 votants et un nom à l’arrivée : celui de Fallen Lillies. En remportant le tremplin du Hellfest, ce groupe 100% féminin gagne sa place pour un concert sur la MainStage 2. Rendez-vous le vendredi 21 juin à Clisson… 

© Denis Bretey

Elles sont quatre, Hélène au chant et à la guitare, Marine à la batterie, Laura à la guitare lead et Ludivine à la basse. Elles viennent de Montbéliard et balancent un rock tendance heavy rock / garage avec de la disto à gogo comme elles disent.

Pas le genre de nanas à attendre gentiment qu’on leur ramène la pantoufle de verre. « Les clichés, les attitudes qu’on attribue à la femme parfaite, nous on s’en fou, et on le dit! », préviennent-elles sur leur compte Facebook. Ça a le mérite d’être clair !

Alors, comment ont-elles vécu la sélection et quel effet cela fait-il de se retrouver sur la Mainstage 2 en juin prochain ? Réponse ici et maintenant…

« On s’est inscrite à ce tremplin à l’origine « juste pour voir ». On n’avait même pas forcément prévu de communiquer dessus car ça nous met toujours un peu mal à l’aise d’avoir à solliciter les gens. À l’ouverture des votes, on a simplement fait part de notre participation au tremplin The Voice of Hell sur nos réseaux, et puis les gens se sont mis à partager massivement, à nous envoyer des messages, à commenter, etc. On s’est retrouvée à l’étape 2, puis à l’étape 3, pour arriver jusqu’en finale. C’était déjà une grosse surprise pour nous et la mobilisation des gens nous a fait tellement tellement plaisir. On ne saura jamais assez dire merci.

 Arrivées à l’étape du choix du jury (50 groupes restants), on se disait qu’on n’avait de toute façon aucune chance face à la qualité des autres groupes. Et puis hier les résultats sont tombés. Je ne saurais même pas vous exprimer ce qu’il s’est passé dans nos têtes à toutes les 4 ! On a vécu des montagnes russes émotionnelles avec ce tremplin, et l’aboutissement est au-delà de tout ce qu’on pouvait espérer ».

« Jouer sur la Mainstage? Ça nous remplit de joie et nous fait peur, ça nous excite et nous terrorise, mais par dessus tout c’est un rêve que nous ne pensions jamais pouvoir réaliser. Fouler une scène aussi mythique c’est juste incroyable! Cela fait des années qu’on fait ce festival côté public, et qu’on a le plaisir de voir sur scène des artistes légendaires qui nous ont tant inspiré comme encore Joan Jett l’année dernière. Une nuit est passée depuis l’annonce des résultats, mais je pense qu’aucune de nous ne réalise encore ce qui nous arrive.

Pouvoir vivre ça ensemble, toutes les 4, après tout ce qu’on a partagé, c’est l’apothéose (mais loin d’être un point final !!!). Une chose est sûre, c’est qu’on est reboostée au possible, et bien déterminée à prouver que le rock’n’roll n’est pas une affaire de genre. Parce que oui, on est super fière de faire regagner un peu de place à la femme sur l’affiche de ce festival 🙂« 

Eric Guillaud

Plus d’infos sur Fallen Lillies ici

02 Mai

Ça c’est rock : le nouveau clip d’Elmer Food Beat

En avril, Elmer Food Beat sortait un album tout noir et très rock et défilait en roi du carnaval. En mai, il continue de se faire remarquer avec un tout nouveau clip tourné à l’opéra Graslin à Nantes. Et ça c’est très rock!

© Gilles Simon

Et hop, il n’aura fallu que quelques petites semaines entre le tournage et le partage de ce nouveau clip tourné au théâtre Graslin à Nantes mais on ne rigole pas avec le rock chez les Elmer Food Beat. C’est quoi être rock allez-vous me dire ? On leur avait justement demandé il y a quelques temps dans une interview à retrouver ici : « C’est trouver important des choses qui ne le sont pas pour tout le monde. C’est bien sûr la musique, mais aussi faire passer la musique dans sa vie avant pas mal de trucs futiles. C’est un mode de vie, une façon de penser ou mieux une façon de ne pas penser »

Alors ne pensons plus et regardons…

Eric Guillaud

Elmer Food Beat retrouvera le théâtre Graslin le 16 janvier 2020 pour un concert exceptionnel

Sorties de secours : Guerilla Poubelle, AqME et -M- au programme du week-end

Du punk qui s’emballe, du métal qui remballe, de la pop-rock pas banale, c’est notre sélection très serrée du week-end en Pays de la Loire…

Guerilla Poubelle © Delphine Gabet

Amis du punk et assimilé, le festival des Rhinos Féroces fait son retour au Zinor à Montaigu du 2 au 4 mai pour une cinquième édition des plus sauvages. Au programme : pas loin de 25 groupes parmi lesquels les Nantais Heavy Heart, les américains Arms Aloft, les Toulousains Alea Jacta Est, les Lyonnais No Scientists ou encore les Parisiens Guerilla Poubelle, 16 ans d’existence, un bon millier de concerts à travers l’hexagone, quatre albums studio et toujours la même rage…

Dans un registre tout aussi enragé mais un peu plus métal, voici AqME qui après plus de 20 ans de concerts et neuf albums studio a décidé de tirer sa révérence non sans dire adieu à ses fans dans une ultime tournée qui passe par le Ferrailleur à Nantes le 2 mai…

Son nom ne comporte qu’une lettre mais son univers en est riche à l’infini, Lettre infinie est d’ailleurs le nom de son dernier album en date, Matthieu Chedid, -M- pour les intimes, sera en live à l’espace culture Antarès au Mans le 2 mai…

C’est tout pour aujourd’hui, rendez-vous la semaine prochaine si tout va bien.

Eric Guillaud

30 Avr

Quand Gaume reprend la chanson You’re The One That I Want de la comédie musicale Grease

C’est l’une des scènes cultes du film Grease, Danny et Sandy, John Travolta et Olivia Newton-John, lancés dans un duo qui a fait le tour du monde. Le songwriter nantais Gaume vient de reprendre le titre à sa manière, avec un quatuor à cordes, des guitares et pas mal de frissons…

Gaume © Jean-Marie Jagu

Elle fait partie des chansons les plus entendues à travers la planète, du Japon au Canada, de la France aux États-Unis, You’re the One That I Want a squatté le podium des charts pendant des semaines, des mois, avant d »être reprise un peu partout et par tout le monde, de Patrick Topaloff et Sim (oui oui!!!) à Angus and Julia, en passant par The Shadows ou Pauline Croze. 

Quarante ans après, le Nantais Roman Gaume qui a sorti son album Square One il y a quelques semaines et que nous avions rencontré à l’occasion, nous en offre une magnifique reprise en compagnie de son groupe et d’un quatuor à cordes. Déjà plus de 126 000 vues au compteur, on aime, on partage…

Eric Guillaud

Plus d’infos sur Gaume ici

29 Avr

Deluxe : un concert sauvage et gratuit le 12 mai à Nantes

Sa musique ressemble aux costumes des six musiciens, un sacré mélange des genres et des couleurs, un cocktail énergétique à vous faire oublier les printemps capricieux et vous propulser au cœur de l’été. Deluxe sort prochainement un troisième album et vous donne rendez-vous le 12 mai à Nantes pour un concert sauvage… sous le soleil exactement.

© BOBY

Il a marqué le paysage musical de ces dernières années avec les belles moustaches de ses musiciens mais aussi et surtout sa musique pour le moins festive. Deux albums, un EP et des centaines de concerts un peu partout à travers le monde, Deluxe est aujourd’hui une affaire qui roule.

Alors, autant se faire plaisir et retrouver les belles sensations du début avec des concerts dans la rue, là où tout a commencé. C’est ce que le groupe proposera en mai avec son Acoustik Moustache Tour, 7 dates à travers la France en amont de sa tournée « officielle » pour partager les titres de son nouvel album « Boys and Girl ».

« On a commencé dans la rue il y a plus de 10 ans… », explique le groupe dans un post sur son compte Facebook, « et grâce à vous nous vivons aujourd’hui un rêve, il nous semblait normal d’y revenir, gratuitement, au plus près de notre public pour célébrer la sortie du nouvel album ! ».

Cette tournée sauvage passe par Nantes le 12 mai, le groupe se produira Place Félix Fournier à 15h. Il reviendra à l’occasion du festival de La Nuit de l’Erdre à Nort-sur-Erdre le 30 juin 2019 puis à Stereolux à Nantes le 14 novembre 2019.

Eric Guillaud

Concerts sauvages les 10 mai à Toulouse, 11 mai à Bordeaux, 12 mai à Nantes, 24 mai à Lyon, 25 mai à Paris, 26 mai à Bruxelles et 16 juin à Aix-en-Provence

La Nuit de l’enfer au Zénith de Nantes : dernier tour de chauffe avant le Hellfest

À deux mois du festival des musiques extrêmes à Clisson, le Zénith accueille mardi 30 avril la dernière étape du Warm Up Hellfest Tour, une soirée spéciale autour de Dagoba, Princesses Leya, Ultra Vomit, Tagada Jones ou encore Mass Hysteria. Rencontre avec Alex Rebecq, directeur de la communication du Hellfest…

Alex Rebecq (à gauche) avec la team du Warm Up Hellfest Tour 2019 – © Brian Ravaux

Après Vannes, Brest, Caen, Lille, Paris, Bordeaux ou encore Limoges, le Warm Up Tour Hellfest pose sa sono au Zénith de Nantes mardi 30 avril pour le grand final. Au menu : Dagoba et Princesses Leya qui ont assuré les 14 dates de cette tournée mais aussi, soirée d’enfer oblige, Mass Hysteria, les Nantais Ultra Vomit et les Rennais Tagada Jones. De la musique mais pas que, Alex Rebecq, directeur de la communication du Hellfest en charge du Warm Up Tour nous dit tout et bien plus encore…

Le Warm Up Tour Hellfest 2019 s’achève sur une quatorzième date au Zénith de Nantes mardi soir. Satisfait de cette nouvelle tournée ?

Alex. Oui, énormément satisfait, la troisième édition de ce Warmup Tour Hellfest remporte un très gros succès et je commence déjà à réfléchir sur de nouvelles idées pour l’année prochaine. À cette heure, nous sommes à la douzième date à Limoges, nos pieds sont usés et nos yeux sont gonflés par la fatigue mais rien n’ébranle notre motivation pour finir en beauté jusqu’au grand final du Zénith de Nantes.

Le Hellfest affiche complet chaque année sans dévoiler un nom de groupe. Quel est l’intérêt de ce Warm Up finalement si ce n’est la promo du festival ?

Alex. Cette tournée Warmup est une opération promotionnelle de proximité, c’est l’opportunité pour nous de venir à la rencontre des fans du festival et de proposer une soirée itinérante fédératrice pour tous les amateurs de musiques métal sous l’étendard du Hellfest. Organisateurs, fans et artistes peuvent se rencontrer en toute simplicité autour d’un verre pour discuter du festival, mettre des noms sur des visages, et gagner de nombreux pass 3 jours. Le Hellfest, contrairement à d’autres, demeure un festival fait par des fans de métal pour des fans de métal et il est important pour nous de rester très proches de nos festivaliers, quitte à se déplacer chez eux !

J’imagine que c’est pour toi et l’organisation du festival en général l’occasion aussi de recueillir des commentaires, des réactions, des demandes, des récriminations de la base, des festivaliers en somme. Qu’est-ce qu’il en ressort cette année ? Quels sont les axes d’amélioration que vous avez ou allez travailler ?

Alex. Nous répondons à beaucoup de questions et surtout nous tachons d’expliquer la logistique et l’organisation d’un festival pour que les fans comprennent nos choix et nos décisions. La passion dépasse la raison pour certains et il est important pour nous de leur expliquer nos limites et nos intentions dans les améliorations de festival, ou dans les choix de la programmation. De nouveaux écrans, des changements au métal corner, un relooking du bois et de la zone restauration, de nouvelles sculptures et encore beaucoup d’autres choses qui devraient en surprendre plus d’un. C’est toujours plus facile et plus agréable de parler avec les fans en direct plutôt que sur les réseaux sociaux. Surtout qu’il nous est impossible de trouver ce temps libre pendant les 3 jours d’exploitations en juin à Clisson !

Mardi soir, c’est La Nuit de l’enfer au Zénith de Nantes, une première. Il y aura de la musique mais encore ?

Alex. En effet, le warm Hellfest 2019 se termine en beauté avec notre nuit de l’enfer au Zénith de Nantes le 30 avril. Le format change pour ce final car en plus de Dagoba et Princesses Leya nous rajoutons à l’affiche Tagada Jones, Mass Hysteria et Ultra Vomit ! La scénographie va être repensée spécialement pour cette nuit de l’enfer, les plasticiens de Monic la mouche nous préparent une arène métallique sculptée de 7 mètres de haut avec écran intégré et chandelier géant, nous rajouterons de la pyrotechnie sur scène et des projections. Le hall lui sera habillé tout en mapping vidéo accompagné des résultats de l’exposition « What the Hell » et d’un village de stands, quelques partenaires alcooliers offrirons des dégustations et nous accueillerons les mécènes du festival dans un espace privé ! Tout un programme complet pour une soirée qui nous l’espérons sera à la hauteur des attentes des fans du Hellfest et des néophytes !

Alex Rebecq – Hellfest 2018 © Eric Guillaud

On sait que vous voulez aujourd’hui développer les partenariats avec la ville de Nantes. Avez-vous des pistes, des projets, pour d’autres événements dans un proche avenir ?

Alex. Nous avons déjà travaillé avec le Château des Ducs de Bretagne et le Zénith, nous travaillons aussi avec certaines écoles en parallèle sur des projets satellitaires ou nous impliquons des étudiants. Nous préparons un petit crossover vidéo avec l’opéra Graslin et depuis quelques mois nous sommes rapprochés de la mairie de Nantes et de madame Johanna Rolland dans le but de rencontrer les acteurs culturels de la ville. Bien qu’a Clisson, le rayonnement du festival impacte la ville de Nantes et nous sommes heureux de voir que nos idées et nos projets peuvent s’intégrer dans de nouvelles actions culturelles. Nous travaillons dessus, mais nous ne pouvons encore rien dire car nous n’en sommes encore qu’aux étapes préparatoires et aux discussions !

Merci Alex

Plus d’infos sur la Nuit de l’enfer ici