12 Oct

Nouveau clip, nouvelle reprise : le duo KO KO MO même pas KO!

On aurait pu les imaginer abattus par la crise sanitaire mais que nenni, le duo nantais KO KO MO garde la pêche et son récent passage à l’hôpital n’avait qu’un objectif :  tourner le clip de Last Night A DJ Saved My Life, un méga hit disco-rap des années 80 revu façon rock’n’roll…

Photo du tournage © David Gallard / Clack

Il y a trois ans, la reprise de Personal Jesus des fameux Depeche Mode avait enflammé les réseaux et médias sociaux et offert aux KO KO MO une reconnaissance éternelle dans la stratosphère rock. Deux cent mille vues, deux albums et pas mal de concerts plus tard, le duo rock rebranche les guitares pour nous offrir une nouvelle reprise, un autre tube interplanétaire, le mythique Last Night A DJ Saved My Life du groupe Indeep, que tout le monde a déjà entendu si ce n’est fredonné.

Du disco chez les KO KO MO ? Du disco, oui, mais du disco passé à la moulinette rock avec à la sortie, du lourd, de l’explosif. Warren et K20 nous expliquent :

« Nous voulions faire une réponse à notre première cover Personal Jesus. Pour aller plus loin, l’idée était de prendre un morceau qui n’avait rien à voir avec l’esthétique Rock, donc, quoi de plus inattendu que de partir d’un titre disco pour KO KO MO ? Les paroles de cette chanson des débuts des années 80 (1982) pourraient presque se traduire comme un dialogue entre nous grâce à notre différence d’âge, nos personnalités et nos influences musicales. Nous passons pas mal de notre temps en tournée, ce qui nous permet et nous laisse le temps de se faire découvrir énormément de choses… Entre autres, de la musique. Pour cette cover, c’était pour nous l’occasion de collaborer pour la première fois avec une autre équipe de tournage « CLACK » Des copains, mais surtout des artistes talentueux, qui aiment notre univers et avec qui nous avons eu un réel plaisir à travailler aujourd’hui. Et le message de cette reprise, par les temps qui courent, nous plaisait beaucoup. Tout le monde a une chanson qui lui sauve la vie, à un moment où un autre… ».

Sans être hypocondriaque, on ne rêve pas forcément de fréquenter les hôpitaux. Alors, pourquoi avoir choisi un hôpital désaffecté pour ce nouveau clip ? Réponse du réalisateur Kevin Charvot :

« Le choix d’un hôpital abandonné pour KO KO MO semblait évident. Au vu de leur musique électrique et musclée, il fallait trouver un lieu avec une âme, un vécu, un passé et un présent où pouvaient s’exprimer les deux artistes. Cet endroit a accueilli des soignants, des malades, des jeunes, des vieux… En voyant la musique comme une thérapie, le parallèle sautait aux yeux, Last Night A DJ Saved My Life ».

Eric Guillaud

Plus d’infos sur KO KO MO ici, sur CLACK

30 Sep

Chemical love : le premier clip du groupe nantais Amy Lee & The Loco Project Band

Après avoir flirté avec le folk à ses débuts, Amy Lee & The Loco Project Band a rebranché les guitares pour un deuxième album beaucoup plus électrique, beaucoup plus rock. En attendant de le découvrir au printemps 2021, voici le premier single clipé par l’illustrateur Maxime Brugnon, Chemical Love...

© extrait clip Chemical Love

Amy Lee & The Loco Project Band, c’est d’abord un nom, Amy Lee pour le côté féminin, le côté sensible assumé, même si le groupe est purement masculin. Et The Loco Project Band pour le côté musical, peut-être des influences blues ou soul souterraines. C’est surtout un nom qui brouille les pistes, reconnaissent les garçons, un nom qui ne les enferme pas dans un style. D’ailleurs, après avoir donné dans le folk, Amy Lee & The Loco Project Band a ressorti les guitares électriques pour un premier EP baptisé The Summer Session, livré en février 2020, et surtout un prochain album qui sera plus lourd, plus agressif, avec tout de même des incursions du côté de la pop et des musiques urbaines. Six titres ont déjà été enregistrés, six autres devraient l’être très prochainement, huit formeront l’objet final…

En attendant, le groupe dévoile son premier single et son premier clip, un clip réalisé en mode dessin animé par l’illustrateur nantais Maxime Brugnon. Jérémy Grollier, chanteur et guitariste, nous explique tout ça et le reste…

« Le titre Chemical Love a été écrit il y a quelques temps maintenant. Il évoque une passion destructrice d’une personne envers une autre avec à la fois le plaisir et le chaos que ça peut procurer. On a travaillé le titre en deux parties. une première plutôt mélodique et une seconde complètement instrumentale, chacune des deux phases musicales évoquant tantôt l’un ou l’autre des sentiments ». 

« Étant fan du travail de Maxime Brugnon, je lui avais demandé de dessiner la pochette du premier album qui était très réussie et c’est tout naturellement qu’on lui a demandé s’il s’essaierait au dessin animé. L’idée du clip animé nous est venue de faire une sorte de voyage dans la tête du héros. Cela nous permettait de ne pas être limité en termes d’imagination, ni de se heurter à des limites techniques… Il a donc fait une première esquisse de 40 secondes sur une démo qu’on avait enregistré à la maison. En voyant les 40 premières secondes, on a décidé de rentrer au studio (au Garage Hermétique) et de produire le titre plus sérieusement. Quelques jours plus tard, on décidait finalement de partir sur un album et de confier la réalisation visuelle des autres titres à Maxime. Il travaille actuellement sur un deuxième clip et l’album devrait voir le jour au printemps 2021 »

Plus d’infos sur Amy Lee & The Loco Project Band ici

28 Sep

Nantes. Miss Machine, l’avenir de la pop est en marche!

Elle s’appelle Eloïse Boisseau aka Miss Machine, vous ne la connaissez peut-être pas mais elle pourrait bien apporter un peu de fraîcheur à la scène nantaise et au-delà avec une pop rock savoureuse couchée depuis ce matin sur un mini-album. Interview…

© Eric Guillaud

« Plus rock que Vanessa Paradis, plus pop qu’Emmanuelle Monet ex-Dolly, voici Miss Machine, une Nantaise de 20 ans tout rond qui pourrait bien faire parler d’elle dans un très proche avenir ».

Voilà comment je présentais Miss Machine il y a pratiquement deux ans à l’occasion de la sortie de son tout premier clip De quoi j’ai l’air tourné dans un salon de coiffure nantais. Difficile de ne pas tomber sous le charme…

La suite ici

22 Sep

Vous l’appelez comme vous voulez, vous payez ce que vous voulez, le nouvel album du trio nantais Gaume est sorti

Appelez-le comme vous voulez ! Voilà comment s’appelle le dernier album de Gaume. En anglais, ça donne Call It What You Whant, onze titres qui sonnent rock, pop et folk. Rencontre avec le boss Roman Gaume à l’occasion de l’un des rares concerts que le groupe a pu donner en ces temps de covid…

© Eric Guillaud

Celle-là, on ne me l’avait jamais faite. À l’heure du rendez-vous que nous nous étions fixés au Ferrailleur, la mythique salle de concerts de Nantes où il devait se produire le soir même, Roman Gaume me laisse un message : « Éric, c’est Roman, excuse moi, j’ai un souci, je ne peux pas rentrer dans le parking de ma résidence, je ne peux pas prendre ma voiture, ils ont dû changer la serrure… ».

La suite ici

21 Sep

Jimi Hendrix : un livre pour célébrer son génie à l’occasion des 50 ans de sa mort

Beaucoup le considèrent comme le plus grand guitariste de rock du XXe siècle, le plus influent. Une chose est certaine, en quatre petites années de carrière seulement et autant d’albums, son jeu exceptionnel a révolutionné le genre au point qu’aujourd’hui encore, 50 ans après sa mort, l’homme est toujours célébré…

Jimi Hendrix, c’est d’abord une physionomie que tout le monde connait et reconnait, une physionomie et un look, hippie.

Un musicien noir qui joue du rock psychédélique, de quoi déboussoler l’Amérique des années 60. D’ailleurs, ce n’est pas dans son pays natal qu’il va devenir la star Jimi Hendrix mais en Angleterre où son manager, Chas Chandler, l’emmène en 1966. Alors que tous les groupes anglais partent à la conquête des État-Unis, lui débarque en Angleterre. Mais le choix est judicieux. En moins d’une semaine, il monte son groupe Jimi Hendrix Expérience et donne son premier concert.

Suivent quatre années de pure folie, de fièvre créative, de concerts explosifs, de guitares détruites, de brèves liaisons amoureuses et de drogues. Mais rien n’arrête Hendrix qui devient un héros révolutionnaire aux yeux de la jeunesse américaine. Jusqu’à ce jour de septembre 1970 où il est retrouvé mort dans l’appartement de sa compagne Monika Dannemann. Le certificat de décès stipule qu’il s’est étouffé dans son vomi après une intoxication aux barbituriques.

Comme Janis Joplin qui mourra au même âge que lui quelques mois plus tard, Jimi Hendrix est une comète qui connut une gloire aussi brève qu’intense.

Sur la base de nombreux documents parfois inédits, de reproductions de textes, d’une iconographie exceptionnelle, et de trois interviews du producteur et ingénieur du son Eddie Kramer, de l’artiste, musicien et petit frère Léon Hendrix, du bassiste Billy Cox, le journaliste et critique italien Ernesto Assante retrace cette formidable aventure rock. Assurément un beau bouquin !

Eric Guillaud

Hendrix, le livre hommage, de Ernesto Assante. Glénat. 35€

11 Sep

Women : le funk du groupe Ask After B pour un week-end ensoleillé

Coloré, ensoleillé et radicalement funk, le nouveau clip du groupe nantais Ask After B pourrait bien réduire à néant la morosité ambiante tout en rendant un hommage appuyé aux femmes, à toutes les femmes…

Branchez les guitares, chaussez les rollers et c’est parti pour un peu plus de trois minutes de légèreté assumée. Women, le nouveau clip du groupe nanto-choletais vient de sortir sur les plates-formes habituelles avec deux belles ambitions : nous aérer l’esprit et rendre hommage à la femme, toutes les femmes, soeur, mère ou compagne.

« C’est un road trip très complice de deux femmes en roller quad… », nous explique le chanteur Freddy Tremblay, « un clip en toute simplicité, très coloré, rafraichissant, des sourires et l’été qui se prolonge. La chanson est un hommage à ce que représente LA femme dans ce monde et sur la gratitude que nous, les hommes, lui devons »

Le titre Women est extrait du premier EP d’Ask After B, Dazzling Light, sorti en juin 2019. Le clip a été tourné cet été sur l’île de Nantes sur une idée originale de Freddy tremblay et sous l’oeil avisé du vidéaste Judicael Olivier pour WARM-Productions, avec Karine et Anna dans le rôle des roller girls, le tout dans un esprit californien un peu 90′. De quoi glisser tranquillement jusqu’à la fin de la crise sanitaire… et au-delà!

Eric Guillaud

Plus d’infos sur Ask After B ici

30 Juil

Pays de la Loire : une étude pour évaluer l’utilité sociale des festivals de musiques actuelles

Pas l’ombre d’un de nos festivals habituels cet été. Mais le coronavirus aura peut-être eu une vertu, celle de révéler un peu plus leur utilité sociale. Le Pôle de coopération pour les musiques actuelles en Pays de la Loire sort une étude sur le sujet. Les festivals ne sont pas que divertissants.

© PACO / CLACK – les Z’Eclectiques 2015

Avec habituellement plus de 180 festivals de musiques actuelles, les Pays de la Loire affichent une belle dynamique, constituant pour les jeunes ligériens « des espaces propices aux premières expériences de sorties culturelles… ». Mais il serait simpliste de réduire tous ces festivals à leur seul caractère divertissant, c’est ce qui ressort d’une étude réalisée par Marion Tourrier Leglise, chargée d’étude missionnée par le Pôle de coopération pour les musiques actuelles. Pour elle, les festivals sont bien plus que ça, ils sont des « laboratoires où l’on innove sans cesse pour s’adapter et surprendre, où l’on rend possibles de nouvelles pratiques sociales et professionnelles… »

La suite ici

10 Juil

Levitation France à Angers : les premiers noms de l’affiche 2020 dévoilés

Enfin, de bonnes nouvelles avec, on croise les doigts, le retour des concerts et des festivals pour la rentrée. Les organisateurs de Levitation France ont en tout cas dévoilé en début de semaine les premiers noms à l’affiche d’une huitième édition qui se tiendra avec trois petites semaines de décalage les 9 et 10 octobre 2020. Pas de quoi décourager les amoureux du rock psyché !

Fontaines DC© Pooneh Ghana

Le Festival rock de la rentrée en Pays de la Loire se tiendra bien au Quai à Angers avec toutefois trois semaines de décalage, histoire de mieux préparer cette nouvelle édition et laisser pleinement le temps au virus de faire ses bagages et quitter la Terre pour une autre galaxie.

C’est une bonne surprise pour les amateurs de rock qui en ont fait un rendez-vous incontournable, c’est une bonne surprise pour tous ceux qui s’intéressent plus largement à la vie culturelle sur la ville d’Angers et la région après des semaines pour ne pas dire des mois de décibels muselés par le coronavirus.

Parmi les premiers noms à l’affiche, une majorité d’Anglais, quelques Français, des Belges ou encore des Portugais. Pas d’Américains pour le moment. Il est vrai que la situation sanitaire aux États-Unis est loin d’être stabilisée, empêchant pour le moment tous projets de déplacements.

Deux belles pointures qui ont marqué la scène anglo-saxonne ces deux dernières années ouvrent le bal, les Anglais Shame et les Irlandais Fontaines DC, avec en commun une énergie punk-rock à tout casser sur leur passage.

Du psyché, vous en voulez vous en aurez avec une dizaine de ses meilleurs représentants actuels, de Sonic Boom à Squid, en passant par Los Bitchos, Sunflowers, Wy The Eye? ou encore Black Country New Road.

Côté français se succéderont sur les deux scènes du Quai les Parisiens de Zombie Zombie qui reprendront des morceaux de Sonic Boom, les Toulousains Slift ainsi que les Rennais Baston et Guadal Tejaz.

L’affiche complète sera dévoilée d’ici la fin de l’été. En attendant, prenez soin de vous et des autres…

Eric Guillaud

Plus d’infos sur le festival ici

RSS