Exclu. Gaume retourne à l’école !

Non, rassurez-vous, Gaume n’abandonne pas la musique. L’école pour lui, c’est bien fini. Mais il y est tout de même retourné le temps de clipper le titre Soothing as a Hurricane. Résultat : une vidéo absolument magnifique, signée Jeremy Bleunven et tournée avec des élèves de l’école de l’Ange Gardien à Pornic. Gaume nous raconte tout…

© Jean Marie JAGU

« C’est un titre que j’ai composé en 2017. Pour le clip, j’avais envie de tourner de belles images, spontanées, esthétiques sans avoir forcément de scénario. Par rapport à la dernière phrase de cette chanson : « Down on memory lane / plongé dans les souvenirs », j’ai eu l’envie de tourner le clip dans une école pour illustrer le souvenir, le retour à l’enfance. C’est d’ailleurs le seul rapport entre le clip et la chanson ! J’ai eu l’occasion de rencontrer le directeur de l’école de l’Ange Gardien à Pornic, enthousiaste et partant pour l’aventure. Les gamins d’une classe de CM2 ont travaillé le texte de cette chanson en cours d’anglais en amont du tournage.

J’étais persuadé que retourner à l’école avec des grattes électriques et en mode Rock, ça ferait plaisir à mes parents (rires). J’ai quitté l’école assez jeune mais je ne suis pas rancunier, l’école a été plus rancunière envers moi ».

« Au mois de juin, on a réuni tout ce beau petit monde, une quinzaine d’acteurs en herbe. Les gosses ont bien joué le jeu, l’exercice n’était pas évident, on leur demandait de chanter face caméra en gros plan devant les copains. Heureusement, on a eu des moments de relâchement où musiciens et gamins jouaient au ballon, au pendu dans la cour. On trouvait ça beau toute cette innocence et cette énergie. Tous ces moments ont été filmés par notre réalisateur Jeremy. Ces plans se sont retrouvés au montage sans préméditation de notre part.

On a fait un concert à Pornic cet été sur la plage dans le cadre de la programmation estivale de la mairie. Les gamins sont montés sur scène pour faire le morceau avec nous. C’était excellent !

On peut dire qu’on a passé de bons moments à faire les cons avec des gamins qui s’éclatent : c’est cette spontanéité qu’on visait pour le clip et ça a matché.

Tout le mois de novembre, le clip sera diffusé au Cinéma Saint Gilles à Pornic tous les jours avant chaque séance. Merci à eux ! Le clip a été diffusé en avant-première pour les enfants au cinéma le 1er novembre. Ça m’a permis de faire la première partie de Queen sur le film Bohemian Rhapsody… #consécration »

Propos recueillis par Eric Guillaud le 6 novembre 2018

Gaume est à l’affiche des Rockeurs ont du coeur le 15 décembre à Stereolux à Nantes. On vous dit tout ici

Plus d’infos sur Gaume là

08 Nov

Sorties de Secours : Agar Agar, LANE, Puts Marie et Savak au menu du week-end

De l’électro pop à tendance expérimentale, du rock très rock et du post-punk, c’est notre sélection serrée des concerts du week-end en Pays de la Loire. À vous de jouer…

© Rémi Srce

Pour Les Inrocks, il serait « le duo français que le monde nous envie », ni plus ni moins. Le plus simple pour le vérifier, c’est d’écouter l’album qu’il vient de sortir ou mieux encore de filer à Stereolux le 10 novembre, le duo parisien vous fera goûter de son amour pour la musique électro tendance expérimentale. À l’heure où sont écrites ces quelques lignes, il restait des places mais je ne saurais vous conseiller de réserver très vite…

Si je vous dis LANE, ça ne vous dira peut-être pas – encore – grand chose. Mais si je vous dis The Thugs et Daria, je vois déjà vos visages s’illuminer. Oui, le mythique groupe angevin est de retour, en partie du moins. Eric et Pierre-Yves Sourice ont rebranché les guitares en compagnie de Félix Sourice et deux musiciens de Daria, Etienne et Camille Belin. Résultat de cette presque réunion de famille, un bon gros son rock comme on aime. Le groupe sera en concert au VIP à Saint-Nazaire le 9 novembre en compagnie des Suisses Puts Marie…

Eux viennent de Brooklyn, New York, et jouent de l’indie rock influencé par l’underground américain des années 80 et le post-punk britannique. Ils viennent tout juste de sortir un album et s’offrent une petite tournée en France et en Angleterre. Ils seront au Zinor à Montaigu le 9 novembre en compagnie de Train Fantôme et Brainfreeze…

C’est tout pour aujourd’hui, rendez-vous la semaine prochaine si tout va bien.

Personal Jesus : quand KO KO MO reprend le tube interplanétaire de Depeche Mode

C’est l’un des titres les plus connus et les plus rock de Depeche Mode. Le célébrissime duo nantais KO KO MO en a fait une reprise survitaminée, immortalisée il y a quelques mois dans un clip tourné sur la scène du théâtre Graslin à Nantes et aujourd’hui gravée sur un 45 tours. De quoi nous redonner la foi ?

© Jean Marie JAGU

De quoi nous redonner la foi dans le rock bien sûr. Qui a osé dire qu’il était mort ? Depuis une pincée d’années maintenant, K20 à ma gauche et Warren à ma droite prouvent le contraire avec une batterie explosive, une guitare incandescente, une voix extraordinaire, une énergie de fou et un talent de dingue.

Après un premier album, Technicolor Life, beau comme un tatouage, pas loin de 150 concerts en France et autour, KO KO MO s’offre une petite récréation avec cette reprise de Personal Jesus, l’un des morceaux les plus célèbres du groupe Depeche Mode. Pour connaître le pourquoi du comment et surtout le comment du pourquoi, nous nous devions d’interroger nos deux musiciens nantais. Interview…

Personal Jesus a été repris des milliers de fois à travers la planète. C’est un succès planétaire vieux de 30 ans. Pourquoi avoir repris ce titre ?

K20. Nous n’avions pas de cover dans notre répertoire et ce titre nous tenait à cœur depuis un moment. Warren le jouait déjà en solo en intro de café concert, nous l’avons donc réarrangé tous les deux avec la patte KO KO MO.

Justement, reprendre un morceau c’est une chose mais y coller sa patte en est une autre. Est-ce que ça a été facile ?

K20. Jouer, travailler et arranger des morceaux ensemble n’a jamais été très compliqué, nous sommes très complémentaires et avons souvent les même goûts, la même approche sur les compos et arrangements donc ça va. Ce qui n’a pas été facile pour nous, c’est de se dire… « Nous allons faire Une Reprise » ??!!??

Ça n’a pas été un choix direct pour nous, ce n’est pas un truc que l’on voulait faire à la base. Le fait de faire une cover c’est super, mais pourquoi ? Tout le monde fait ça !! Mais l’idée de mettre sa touche sur une chanson ou un morceau que tout le monde connait, ça permet de faire découvrir son univers et sa singularité à travers celui ci.

Au-delà du titre Personal Jesus, que représente Depeche Mode pour vous ?

K20. Nous pensons que ce groupe est intemporel et qu’il a marqué et marquera plusieurs générations.

Le 45 tours sera bien évidemment disponible en vinyle. On connaît votre passion pour ce support. Vous en avez quoi ? plusieurs milliers ? D’où vous vient cette passion ?

K20. J’ai cette passion du vinyle depuis plusieurs années, ça a commencé en 1995 avec les vinyles de mon Papa et le virus m’est venu… J’en ai plus de 3000 aujourd’hui. Le vinyle est non seulement un disque, mais aussi un objet, une image, une pochette, une œuvre d’art quelque part.

Warren. Vers l’âge de 12 ans, j’ai demandé à mon papa d’installer la platoche qui dormait dans le grenier et, depuis, il ne se passe plus une minute sans qu’un disque tourne, sinon c’est l’angoisse. Il y a des disques qu’on peut écouter 1000 fois sans se lasser. C’est plus qu’un objet, on est carrément dans le culte.

Promo, concerts… Vous n’arrêtez pas depuis des mois pour ne pas dire des années. Dans quel état d’esprit êtes-vous aujourd’hui ?

K20. C’est vrai que nous avons la tête bien dedans depuis un moment et, qu’en plus , nous sommes dans les mixes du deuxième album. Mais nous n’allons pas nous en plaindre, c’est tellement passionnant !

C’est effectivement notre métier aujourd’hui, mais tellement enrichissant et, en plus, nous vivons dans une agréable ville qui permet de bien nous ressourcer à chaque retour de voyages ou tournées. 

Un 45 c’est très bien, un 33 c’est encore mieux, c’est pour quand le deuxième ?

K20…. Printemps 2019 🤪

Merci K20, merci Warren

Le 45 tours Personal Jesus est en vente sur le site de KO KO MO à partir du vendredi 9 novembre. Attention, seulement 500 copies disponibles.

Propos recueillis par Eric Guillaud le 07 novembre 2018

03 Nov

Dead End : le bouleversant premier clip du Lavallois Quentin Sauvé

Quentin Sauvé n’est pas vraiment un inconnu du côté de Laval. Bassiste du groupe de post-hardcore Birds in Row, il s’apprête aujourd’hui à sortir son premier album solo Whatever it Takes. Ça c’est pour le 1er février 2019. Dans l’immédiat, il nous en offre un avant-goût de toute beauté avec le titre et le clip Dead End partagés sur les réseaux sociaux et plateformes de streaming ces jours-ci…

© Florian Renault

Ceux qui le connaissent à travers les productions de Birds in Row seront forcément surpris. Par sa voix d’abord, une voix posée, claire, puissante. Par la musique ensuite. On baisse le son, on met de côté les influences punk hardcore à la Converge pour se tourner vers des sonorités plus folk convoquant Bon Iver. Par son univers, profondément mélancolique dans ce premier titre, plus lumineux nous promet-on dans les prochains. Et enfin par ce clip, une petite merveille réalisée par Ananda Safo, dans lequel Quentin a mis en scène ses propres grands-parents. Ils sont très âgés mais dégagent quelque chose de beau et profond qui doit s’appeler l’amour.

Quentin Sauvé nous explique…

« Dead End parle du plaisir de rester seul chez soi, sans voir personne. J’ai toujours su que ce serait le premier morceau de l’album. C’est une sorte d’introduction, courte et sans détour, plutôt pessimiste, mais qui sera suivie de morceaux plus lumineux. Un peu comme le mur de briques de la pochette, que l’on va démolir au fur et à mesure de l’album pour voir ce qu’il cache. Le clip est plus représentatif de l’ensemble de l’album. On y voit mes grands-parents, et des images tirées de souvenirs de famille. D’un côté, ma grand-mère, pensive, sachant la fin proche et se sentant un peu inutile, se remémore de bons moments. De l’autre, mon grand-père qui essaie de lui acheter le même bouquet de fleurs que celui de leur mariage, et qui finit par le fabriquer lui-même avec du papier. Ce sont en quelques sortes deux facettes de ma personnalité ».

Plus d’infos sur Quentin Sauvé ici

Eric Guillaud

02 Nov

La Nuit Je Mens : l’hommage de Cachemire à Alain Bashung

On évoquait il y a quelques jours la présence d’une chanson écrite par Dominique A sur l’album posthume de Bashung à paraître le 23 novembre, un autre nom de la scène musicale nantaise, Cachemire, rend aujourd’hui hommage au chanteur décédé en 2009 en reprenant La Nuit Je Mens avec le son et l’image…

© François Crampon

Pour ceux qui ne le connaîtrait pas encore, Cachemire est un groupe nantais qui fait dans le rock’n’roll pur et dur chanté en français, oui Madame, dans la langue de Molière exactement.

Après avoir surpris son petit monde avec le clip Qu’est-ce qu’on attend? qui réunissait sur la même pellicule le groupe Cachemire, Didier Wampas et Dick Rivers, le voici rendant un hommage particulier à l’une des stars du rock made in France, Alain Bashung. Une reprise foncièrement rock de La Nuit Je Mens, un clip furieusement classe et sexy, Freddy le chanteur nous dit tout…

Que représente pour vous Alain Bashung ?

Freddy. Alain Bashung fait partie de nos influences. C’est un symbole du rock en France. Au même titre que Gainsbourg, il avait une façon inégalable d’interpréter un titre. On ne parle pas de technique vocale et/ou instrumentale, mais de poésie et de diction. L’album Fantaisie militaire a été pour moi une révélation et principalement le titre La Nuit je mens.

Que représente plus précisément cette chanson ? Pourquoi l’avoir choisie pour une reprise ?

Freddy. C’est un titre que je redécouvre à chaque écoute et qui me donne des frissons. Je me lasse beaucoup et vite. Pour ce titre, non ! Et je ne sais pas pourquoi…

La poésie presque absurde de ce titre peut nous emmener dans beaucoup de décors différents. Pour ma part, il est très sensuel et planant. Ça a aussi été un challenge de faire cette reprise, le titre est tellement bien écrit, composé et mixé… On a beaucoup hésité avant de se lancer dans cette aventure de peur de détruire l’âme du morceau mais qui ne tente rien n’a rien !

Le clip que vous sortez aujourd’hui est à la fois très sexy et très rock. Qui l’a réalisé ? Comment s’est déroulé le tournage ? Que pensez vous du résultat ?

Freddy. Je réalise tous les clips de Cachemire et celui-ci me tenait à cœur. Nous avons toujours cherché le second degré et la déconne dans nos précédents clips. Pour celui-ci, je voulais être précis et beaucoup plus poétique. Je me suis fait une interprétation de ce morceau très personnelle depuis des années. J’ai voulu la retranscrire en image et j’avoue en être fier… c’est exactement ça ! Cela dit, je n’étais pas seul. Cat Lily Woo a su interpréter son rôle à la perfection. François Crampon a capté des images magnifiques et David Auffray (l’homme de l’ombre de Cachemire) me connait à 100% et c’est aussi grâce à eux que ce clip est à la hauteur de nos attentes sans oublier mes 4 autres frangins / Sven, Seb, Frais et Ronan.

Cachemire en clip c’est bien mais en concert c’est extra. Des dates ?

Freddy. Rendez-vous sur le site de Cachemire pour connaitre toutes nos actus. Nous serons le 3 novembre aux Touches avec Laura Cox, dans le nord à Maresquel-Ecquemicourt le 16 novembre et puis ce sera la petite tournée du festival Culture Bar-Bars. Ça, c’est pour novembre…

Propos recueillis par Eric Guillaud le 29 octobre 2018

01 Nov

Bebop festival : 10 jours pour se la couler pop !

Vous sentez comme une envie de pop ? Mais aussi de rock, d’électro et de chanson française ? Sarthois, ne bougez pas, vous êtes au bon endroit. Pour les autres, direction la trottinette ou le jet le plus proche. Bebop Festival revient avec une flopée d’artistes. Dix jours de gourmandises sonores, on vous dit tout ici…

©MaxPPP – Émilie Cayre

Lords of the New Church, Divine Comedy, Suede, La Mano Negra, Noir Désir, The Kills… Il en a vu passer du monde en 32 ans, et du beau monde. Des grands noms mais aussi des artistes émergents, des Français mais aussi des Anglais, des Américains, des Argentins… Le Bebop festival est de retour avec une affiche de grande tenue. Soyez pop, soyez Bebop !

Pourquoi commencer en douceur quand on peut le faire avec rage. Direction la péniche Excelsior à Allonnes pour la première soirée fixée au 1er novembre avec à l’affiche deux groupes qui pourraient réveiller les morts, les Argentins Capsula et leur rock sauvage à la Cramps et les Manceaux Run Ronie Run qui font pour leur part dans le rock 90’s…

La fête continue le 2 novembre à la salle Henri Salvador à Coulaines avec Flox et Vanupié, le 3 novembre à l’espace Ronsard au Lude avec Belacide et Elliott Murphy avant de faire une petite pause de décibels le dimanche 4 novembre, juste le temps de la projection du film Mes Frères de Bertrand Guerry…

Retour aux affaires les lundi 5 et mardi 6 novembre à La Halle aux Blé à La Flèche avec Miossec qui nous propose en avant-première le temps de deux soirées exceptionnelles son nouveau spectacle…

Révisez vos classiques et courrez au Palais des Congrès du Mans le 7 novembre pour retrouver celui qui, dans la pop, met tout le monde d’accord, l’incontournable Étienne Daho. Tilö assure la première partie…

Jeudi 8 novembre, direction l’espace Athéna à La Ferté-Bernard pour le concert de Juliette et ThéOphile…

Enfin, bouquet final les vendredi 9 et samedi 10 novembre avec pas moins de douze artistes ou groupes. Tout se passe au Forum au Parc des Expos autour de 47TER, Afrodite, Columbine, Eddy de Pretto, Feu! Chatterton, Sate (le 9), Cats on Trees, L’Impératrice, Morcheeba, Synapson, Triggerfinger et Lane (le 10)…

Plus d’infos ici

Eric Guillaud

18 Oct

Sorties de secours : Moodoid, Kazy Lambist, Jake La Botz et San Carol au menu du week-end

Du disco-funk à paillettes, du roots rock et de la pop sophistiquée, c’est notre sélection serrée des concerts du week-end en Pays de la Loire…

San Carol © Fred Lombard

Il a cartonné avec le titre Je suis la montagne, cartonné une nouvelle fois avec La Lune, le groupe emmené par Pablo Padovani a pourtant choisi de ne pas s’endormir sur ses lauriers, changement de cap pour son deuxième album, le ton se fait moins pop baroque, plus funk. Moodoid sera en live au 6par4 à Laval le 18 octobre en compagnie de Kazy Lambist…

Chanteur, auteur-compositeur et même acteur (Animal Factory, True Detective…), Jake La Botz a plus d’une corde à sa guitare. Il vient de signer son huitième album, « Sunnyside », dix titres de roots rock teintés de blues et de folk. On compare sa voix à celle de Tom Waits ou de Willy de Ville, Jake La Botz sera en concert le 19 octobre à Fuzz’yon à La Roche-sur-Yon, le 20 octobre au VIP à Saint-Nazaire…

Deux ans, deux ans qu’on ne l’avait pas vu sur une scène. Et pour cause, San Carol était au fond de la mine pour en extraire quelques pépites sonores. C’est chose faite, le projet angevin de Maxime Dobosz retrouve la lumière des projecteurs dès le 19 octobre avec dans son sac un nouveau clip, un concert au Bras de Fer à Nantes et surtout la sortie d’un bel album qui brille dans la nuit. Tout ça le 19. Et si jamais vous êtes invité au repas annuel de Tante Sophie ce jour-là, séance de rattrapage le 20 au Chabada à Angers…

C’est tout pour aujourd’hui, rendez-vous la semaine prochaine si tout va bien.

16 Oct

Mou : un nouveau clip qui a du chien

Depuis quelques temps déjà, Mou agite en douceur la scène nantaise avec sa pop sucrée tendance caramel, il vient tout juste de sortir un nouveau clip baptisé Sensuelle que voici…

extrait clip Sensuelle

« Tu es sensuelle mon amour je pense, tu es sensuelle bien trop d’élégance,Tu es sensuelle mon amour je pense, Tu es sensuelle attisant tous mes sens… ».

Aucun doute, le jeune artiste nantais sait parler aux femmes. Ces quelques mots en feraient tomber plus d’une sous le charme du chanteur au bon look barbu. Mais Mou ne s’adresse pas à la gente féminine mais plutôt à la race canine. Du moins, c’est ce que pourrait nous laisser penser le très beau clip décalé réalisé par Grégoire Canut et Lola Durget.

Élevé au Hip Hop et à la chanson française, fan hier de Doc Gynéco, Oxmo Puccino, Fabe, et plus récemment de Mild High Club, Homeshake ou encore Muddy Monk, Mou a développé un univers au ton savamment nonchalant et joliment décalé.

« Je suis relativement calme voire mou… », déclarait l’artiste il y a quelques temps au site Les Échos Décorés, « personnellement et je me suis rendu compte que dans ma musique, cette nonchalance revenait. Cela me semblait logique de ne pas vendre quelque chose qui n’était pas moi, je pense que les gens sont prévenus quand ils écoutent mes tracks ! ».

Nonchalant peut-être mais pas les deux pieds dans le même sabot. Mou est cuisinier de formation et de profession. La chanson, il l’a pratiquée à ses heures perdues, avec l’aide de ses amis, Bâton, Lenparrot ou encore Raphael d’Hervez aka Pegase, avant que ça ne devienne un peu plus sérieux. Enfin sérieusement décalé. Mais on aime…

Eric Guillaud

Plus d’infos sur Mou ici

12 Oct

The Gift : le nouveau clip de The Limiñanas

« J’ai senti qu’ils avaient quelque chose du Velvet Underground ». Ces quelques mots sont de Peter Hook, le célèbre bassiste de Joy Division à propos de The Limiñanas. Pas étonnant dès lors de le retrouver à la basse sur deux titres produits par l’excellent groupe français. Il y a d’abord eu Garden of Love, puis aujourd’hui The Gift dont le clip vient tout juste d’être partagé sur YouTube. Lionel Liniñana nous raconte…

 » On a composé et enregistré The Gift chez nous à Cabestany et on l’a terminé à Berlin dans le studio d’Anton Newcombe. A la basse lead vous reconnaîtrez surement le son si particulier de Peter Hook. Peter Hook était le bassiste de Joy Division et de New Order. C’est l’un de nos héros à Marie et moi. Depuis très longtemps. Depuis l’époque dont parle ce clip, celle du lycée, des bandes, des mods et des skins, des rockab et des Rudes Boys qui fumaient en discutant dans la cour du Lycée Jean Lurçat. The Gift parle de ce que deux d’entre eux sont devenus et d’un rendez vous amoureux manqué. Il a été réalisé par Aurélien Richter et vous y retrouverez le désormais fameux acteur/ danseur décadent Foulques de Boixo. » 

The Limiñanas sera en concert à Rennes le 28 novembre, à Brest le 29 novembre, à Nantes le 30 novembre, à Vannes le 1er décembre…

Plus d’infos ici

Eric Guillaud

RSS