20 Juil

Tournée d’été #2. Art Sonic, Poupet, Les Nocturnes… KO KO MO fait monter la température sur les festivals

Ils n’arrêtent pas les KO KO MO, toujours sur la route, parfois dans les airs et sur les mers, pour rejoindre une scène ici ou ailleurs et livrer un set énergique, du rock à l’état pur, le sourire en plus. Ils sont comme ça les KO KO MO, simples et généreux, intègres et proches des gens. Leur deuxième album est en préparation mais c’est sur une scène qu’il faut avant tout les découvrir. Interview…

© Jean-Marie Jagu

Bonjour les KO KO MO, comment allez-vous?
K20. Bonjour… Et bien tout va pour le mieux dirons nous. Tout va bien pour nous.

Une tournée ça ne s’improvise pas, comment vous y êtes-vous préparés?
K20. Tu sais, nous pouvons dire que nous sommes toute l’année en tournée et ça nous va bien, nous n’avons pas trop de pauses, surtout en ce moment car nous sommes en même temps en train de fabriquer notre deuxième album.

Qu’est-ce que vous appréciez le plus dans une tournée?
K20. Etre ensemble surtout, car parfois pour un show d’une heure, nous faisons 1000 heures de route, mais on adore ça et ça nous laisse le temps de se raconter nos vies et de dire des conneries. Mais il y a aussi les superbes rencontres que nous faisons, des artistes, des techniciens, les découvertes et le public qui est différents à chaque fois.

Quel est votre dernier concert ?
K20. Notre dernier concert c’était Une nuit en Muscadet pas très loin de chez nous à Mouzillon, avec Massilia et Les Wampas.

Comment ça s’est passé ?
K20. Tout s’est bien passé, bel accueil « comme d’habitude », nous étions aussi heureux de jouer à quelques kilomètres de chez nous, ce qui a permis à beaucoup de Nantais de venir nous voir sur scène. Et on adore.

Et le prochain sur la liste ?
K20. Le prochain concert c’est ART SONIC avec Damso – The Blaze Pleymo… Un super festival, puis Le Grand Festival avec Gauvain Sers – Hyphen Hyphen… et le festival de Poupet avec Shaka Ponk, une belle mini tournée pour cette semaine.

Pouvez-vous nous raconter votre date la plus folle de ce début d’été ?
K20. Nous ne voulons pas faire les chauvins, mais comme nous ne jouons pas souvent chez nous, cette fameuse date du 30 Juin dernier à Nantes pour « La Nuit du Van » à été vraiment folle et inoubliable pour nous, c’était juste dingue.

Comment s’occupe-t-on entre deux dates ? Et l’ambiance dans le van ?
K20. L’ambiance dans le van est toujours parfaite, nous ne sommes que trois sur la route et toujours de bonne humeur, donc tout va bien. Et en ce moment entre chaque date, c’est des sessions pre prods car nous sommes sur notre deuxième album et ça prend du temps.

Quel est le programme pour le groupe après la tournée des festivals ?
K20. Et bien une petite surprise à la rentrée et les enregistrements et finitions du deuxième album… Le reste c’est secret;)

Merci K20, merci KO KO MO. Propos recueillis par Eric Guillaud le 20 juillet 2018

Plus d’infos sur le groupe ici

KO KO MO sera en concert au Festival Art Sonic à Briouze le 20/07, à Saint-Pierre-de-Chartreuse le 22/07, à Poupet à Saint-Malo-du-Bois le 24/07, à Trebur le 27/07, à L’Île-aux-Pies le 28/07, aux Nocturnes à Saint-Brieuc le 3/08…

19 Juil

Tournée d’été #1. Poupet, Paléo Festival, Les Vieilles Charrues, Les Escales… Inüit sur tous les fronts

Ils n’ont pas attendu de sortir un album pour faire parler d’eux. Leur ADN, c’est la scène et ils vont l’arpenter tout l’été, depuis Poupet jusqu’aux Vieilles Charrues, en passant par le Paléo Festival ou Beauregard. De quoi se mettre en condition pour la rentrée qui s’annonce mouvementée pour les Inüit. Interview…

Inüit à Poupet 2018 © MaxPPP – Marc Ollivier

Bonjour les Inüit, comment allez-vous ?

Simon. Salut! En pleine forme! Nous sommes sur la route en ce moment direction la Suisse pour le Paléo Festival.

Une tournée ça ne s’improvise pas, comment vous y êtes-vous préparés ?

Simon. Nous sommes un groupe vraiment basé sur le live au départ. Nous avons toujours voulu être sur scène ensemble. Nous composons tous dans Inüit et formons une sorte de famille. Le moment de la scène, c’est vraiment une invitation pour les gens à nous rejoindre. La tournée, d’une certaine manière, nous la « préparons » depuis la formation même du projet.

Qu’est -ce que vous appréciez le plus dans une tournée ?

Simon. Cette réponse sera certainement différente pour chacun d’entre nous. Certains préféreront le moment où nous jouons sur la scène, d’autres les moments plus calmes où nous pouvons nous retrouver un peu seul, ou à l’inverse les moments de déconne globale.

Je ne pense pas me tromper en disant qu’aucun de nous préfère le fait d’être dans le camion pendant des heures et des heures et des heures … Mais c’est ce qui fait aussi le charme du truc. 🙂

Quel est votre dernier concert ?

Simon. Nous étions au Festival de Poupet en Vendée la semaine dernière et, juste avant, au Festival Beauregard en Normandie.

Comment ça s’est passé ?

Simon. Très bien, l’ambiance était très cool. A Beauregard, nous avons joué en après-midi, pourtant il y a eu des milliers de personnes devant la scène. C’était vraiment plaisant!

Et le prochain sur la liste ?

Simon. Paléo Festival en Suisse demain, le Grand Son à Saint Pierre de Chartreuse samedi et les Vieilles Charrues dimanche ! Nous serons aussi aux Escales à St Nazaire le 28/07 ;).

Pouvez-vous nous raconter votre date la plus folle de ce début d’été ?

Simon. Certainement Beauregard. C’était vraiment une date cool. Nous n’avons jamais eu autant de personnes devant nous! C’était grisant de dingue.

Comment s’occupe-t-on entre deux dates ? Et l’ambiance dans le van ?

Simon. Ça dépend de chacun. Lorsque nous pouvons rentrer un peu à la maison, certains produisent des morceaux pour d’autres projets, d’autres sont plus vacances, d’autres composent pour eux ou pour le groupe …

L’ambiance dans le van est assez tranquille, on commence à être vraiment habitués à être ensemble dans cet espace clos.

Les tournées, c’est aussi l’occasion de rencontres et de découvertes. En avez-vous une en tête ?

Simon. Complètement! On rencontre pas mal de monde, on croise beaucoup de groupes et on voit des paysages de dingue.

Mmmh, certainement la rencontre avec Arold. C’est le nouveau directeur de l’Alliance Française à Porto-Viejo en Equateur. Nous y étions il y a quelques semaines, c’est un gars de ouf! Il s’était mis en tête d’organiser un festival tout seul à l’autre bout du monde. Il a 23 ans, a déjà parcouru le monde et fait des trucs de malade. C’était bien cool d’écouter son histoire.

Quel est le programme pour le groupe après la tournée des festivals ?

Simon. Nous sortons notre premier album le 12 Octobre prochain sur le label Cinq 7. Pas de vacances de prévues, simplement des semaines de résidence pour préparer le prochain show et la prochaine tournée. Nous serons d’ailleurs dans la région pour la release de cet album le 24 Novembre à Stereolux à Nantes, et les places sont déjà en vente !

Merci Simon, merci Inüit

Plus d’infos sur le groupe ici

Inüit sera en concert au Paléo Festival le 20/07, au Grand Son à Saint-Pierre-de-Chartreuse le 21/07, aux Vieilles Charrues le 22/07, aux Escales à Saint-Nazaire le 28/07, à Niort le 16/08, à Muzillac le 18/08, à Grenoble le 8/09, à Saint-Herblain le 14/09, à Paris La Maroquinerie la 15/10, à Rodez le 2/11, à Villefranche-sur-Saone le 17/11, à Nantes le 24/11 pour la release party, à Dijon le 30/11..

18 Août

En attendant la rentrée : rencontre avec David Darricarrère et Léa Colombet du groupe Das Kinø

Capturedaskino

Sur la pochette de l’album comme sur scène, David Darricarrère et Léa Colombet ne font qu’un(e), une osmose totale, une complicité de tous les instants, mieux encore une romance musicale. Alors quand on interviewe Das Kinø, on interviewe forcément David ET Léa dans un même élan…

C’était un soir de printemps 2017 au Ferrailleur à Nantes. Das Kinø fêtait la sortie de son premier album, « The call of a vision », en offrant à une centaine de fans présents un concert magique, de ceux qui vous marquent pour quelques années, une salle en configuration lounge, musiciens, techniciens et public au même niveau dans la fosse, une lumière tamisée, un son feutré, une intimité extraordinaire et une pop électro-sensuelle qui vous colle des frissons… Bonheur !

La suite ici