11 Avr

Premier album et premier clip pour le duo folk nantais Sylbi Vane

Prêts pour le grand saut ? En l’espace de quelques jours, le duo nantais Sylbi Vane a sorti un premier album et diffusé un premier vrai clip, deux bonnes raisons de plonger dans son univers folk intimiste…

Sylbi Vane

Tony à la batterie et Romain à la guitare forment ce très jeune groupe de folk nantais dont les influences sont à chercher du côté des « icônes de la folk moderne », comme Bon Iver et Sufjan Stevens qu’ils citent sans hésiter et dont ils cherchent « à tirer l’essence acoustique et universelle ».

Leur premier album baptisé L’Origine du bleu est disponible en numérique depuis le 22 mars ici-même. Huit titres le composent formant un univers folk intimiste, mélancolique et contemplatif.

Du son mais aussi des images. Un premier clip accompagne l’album depuis quelques jours, Hundred, tourné entre Nantes et Crossac en bordure de la Brière, avec quelques images volées sur le littoral du côté de la baie de Pont-Mahé et de Quiberon. Que racontent ce titre et ce clip ? Réponse des intéressés…

« Avec ce clip, nous avons simplement voulu montrer le lien qui unit toutes personnes à son environnement, on a beau changer de décor, il n’y a plus grand chose à faire aujourd’hui, les mondes s’opposent sans cesse et on les traverse sans réellement le vouloir. Comme une ritournelle éternelle, l’errance comme fonction naturelle et salvatrice. »

Eric Guillaud

Plus d’infos sur Sylbi Vane ici

28 Mar

Lemon Twins de KO KO MO, les coulisses d’une pochette signée Jean-Marie Jagu et Marie Piriou

Jamais une pochette d’album n’aura dégagé autant d’énergie, du jaune partout, des citrons par centaines, jusque dans le titre, et le duo KO KO MO au milieu de tout ça. Le photographe Jean-Marie Jagu et la graphiste Marie Piriou nous racontent les coulisses de cette création…

Jean-Marie Jagu et Marie Piriou © Jean-Marie Jagu

Au risque de vous paraître d’un autre siècle, ce qui est de toute façon vrai, je vais vous parler d’un temps que les moins de 20 ans ne peuvent connaître, un temps où la musique s’écoutait exclusivement sur un support disque, vinyle ou CD.

Aucun fichier numérique à l’époque, aucune plateforme de téléchargement ou d’écoute en streaming, les albums étaient aussi des objets et souvent de beaux objets, aux pochettes rivalisant de créativité et participant clairement a l’image et au succès des groupes. Chacun de nous se souviendra de la pochette de l’album Sgt Pepper and the Lonely Hearts Club Band » des Beatles, assurément l’une des plus célèbres.

Avec le retour des vinyles, l’intérêt pour le bel ouvrage renaît. Dans le jargon artistique, on appelle ça l’artwork. De par leur métier, le photographe Jean-Marie Jagu et la graphiste Marie Piriou y sont particulièrement sensibles. C’est d’ailleurs Marie qui a réalisé la pochette du premier album des KO KO MO, c’est encore elle qui signe la pochette du deuxième, Lemon Twins, avec la collaboration de Jean-Marie, connu sur la place de Nantes et au-delà pour ces photos de concert.

Comment en vient-on à imaginer une piscine de citrons dans laquelle seraient plongés deux musiciens qui ne manquent pourtant pas d’énergie ? C’est ce que nous avons demandé, entre autres, à Marie et Jean-Marie ici et maintenant…

Eric Guillaud

Le nouvel album, Lemon Twins sera disponible dans les bacs et sur toutes les plateformes habituelles le 29 mars. À cette occasion, découvrez Warren et K20, les KO KO MO au complet, en interview et en live sur nos antennes web, à partir de 10h, et télé, dans le journal de 19h.

22 Mar

Disquaire Day 2019 : rendez-vous le 13 avril pour la fête du vinyle

Le vinyle, c’est une affaire qui tourne. Depuis son retour sur le devant des bacs, les disquaires indépendants ont repris du poil de la bête et creusé leur sillon. En huit ans, leur nombre aurait doublé en France. De quoi donner des envies de faire la fête. Ça tombe bien, le 13 avril c’est le Disquaire Day. Vinyles collectors, dédicaces, showcases, DJ sets sont au programme…

@ MAxPPP – Thierry Gachon

De 3000 dans les années 70, le nombre de disquaires indépendants est tombé à 200 en 2010 avant de remonter à 334 en 2017 (sources Ministère de la Culture) et aux alentours de 400 aujourd’hui. Ce renouveau est bien entendu dû au regain d’intérêt pour le vinyle, 4 millions d’unités en 2018, 20% du marché physique, et aux différentes actions menées comme le Disquaire Day dont la première édition eut lieu en 2011.

L’édition 2019 qui se tiendra le 13 avril fédère 200 disquaires disséminés dans 90 villes de France. Au programme : des vinyles en édition limitée (plus de deux cents références par an) mais aussi des dédicaces, des showcases, des DJ sets, des Disquaires Day Night…

Dans les Pays de la Loire, Nantes, Angers, Le Mans participent à l’opération avec un total de 13 disquaires. Culture Bar Bars proposera de son côté différents événements, expos, ventes, concerts…

Parmi les vinyles collectors proposés cette année : The Rolling Stones – Through The Past, Darkly (Big Hits Vol.2), Johnny Cash – Best Of – I Got Stripes, Gorillaz – The Fall, Ennio Morricone – La Stagione Dei Sensi (Original Motion Picture Soundtrack), David Bowie – Pin Ups (2015 Remastered Version) ou encore Charlie Parker – Charlie Parker With Strings: The Alternate Takes.

Eric Guillaud

Plus d’infos ici. Toutes les références là

08 Mar

Faites chauffer les platines. L’album du vendredi: CollectiV de Jim Jones and The Righteous Mind

Avant 2014, il ne se séparait jamais de sa Revue, Jim Jones parcourt aujourd’hui les scènes d’Angleterre et d’ailleurs avec The Righteous Mind. Un deuxième album vient de sortir et ça déménage sécos…

The Jim Jones Revue a toujours bien fonctionné en France, peut-être même plus qu’en Angleterre. C’est en tout cas ce que déclarait Jim Jones dans une interview donnée au site route66 en 2009 : « J’estime que c’est de la France que le “Buzz” a démarré. Depuis que nous avons joué ici pour la première fois, notre carrière connaît une ascension fulgurante. Partout où nous passons il y a beaucoup de monde. Je trouve que les gens connaissent vraiment bien la musique dans ce pays, ils la comprennent immédiatement et en ont une idée exacte. Il y a une grande histoire entre ce pays et le Rock’n’roll. Ils n’en connaissent pas que les origines… ».

Ce qui n’a pas empêché le groupe de se splitter en 2014. Aussitôt, Jim Jones a rebondi avec une nouvelle formation, Jim Jones and The Righteous Mind, qui vient de sortir un deuxième album prêt à envahir nos ondes sonores d’un rock’n’roll garage bien lourd avec des rifs monstrueux dans la lignée d’un Jon Spencer Blues Explosion. Collectiv, c’est son nom, réunit dix titres qui ne peuvent que vous imprimer le cerveau et faire trembler les murs. À écouter assez fort !

Eric Guillaud

CollectiV, MaSonic Records

ENTRETIEN. Back in Beat, un nouvel album pour Elmer Food Beat en avril

Le printemps sera chaud et l’été, bouillant. Inutile de consulter une carte météo pour s’en convaincre, non, la hausse des températures viendra cette fois des bacs de nos disquaires préférés. Responsable et coupable, le groupe Elmer Food Beat qui sort un nouvel album. Son nom: Back In Beat. Un seul mot d’ordre : le rock’n’roll. Et un peu les filles aussi…

Elmer Food Beat @Shelly Webster

On ne les changera pas nos Elmer Food Beat. Trente-trois ans qu’ils nous chantent la vie, l’amour, les filles – mais pas que – sur des airs de rock’n’roll à danser jusqu’au bout de la nuit. Et ils en ont fait danser du monde, plus de 1000 concerts à ce jour, cinq albums au compteur, sans compter celui à venir en avril, Back in Beat, et une pelletée de tubes à tomber à genoux et demander pardon pour tant de bonheur.

Car oui, Elmer Food Beat, c’est le bonheur pour tous et pour toutes. Le bonheur de partager une certaine idée du rock’n’roll. Mais au fait c’est quoi pour eux le rock’n’roll ? Réponse ici et maintenant…

On nous a prévenu, et j’ai pu le vérifier sur quelques morceaux, Elmer fait un retour au rock’n’roll, le vrai, avec des gros sons de guitares, des rifs à tous les étages, des chœurs qui font wouhouwouhou tendance Beach Boys et un chant qui vire sur le collectif. Mais c’est quoi le rock’n’roll aujourd’hui ? Un truc de vieux, comme dirait ma fille de 13 ans ?

Vincent. Pas du tout un truc de vieux ; c’est l’essence, l’origine… C’est l’énergie. C’est la base. Regardez KO KO MO vous trouvez ça ringard vous ? Tu peux dire à ta fille d’aller ranger sa chambre !!!

Lolo. Une musique plus ancienne que l’electro / zouc / rap certainement, une musique inventée bien avant la tablette numérique où le portable téléphonique et qui à tout autant révolutionné son monde ;  ni une musique de vieux ni une musique pour les vieux, le rock’n‘roll est intemporel désormais. Si tu tapes du pied et si ta tête se balance d’avant en arrière sans pouvoir s’arrêter, c’est probablement que tu es en train d’en écouter, le rock’n’roll aujourd’hui représente toujours ce qu’il a été depuis ses débuts, un souffle de liberté toujours utile pour emmerder ses voisins…

Manou. Rock’n’roll is not dead

Regardez KO KO MO vous trouvez ça ringard vous ? Tu peux dire à ta fille d’aller ranger sa chambre !!!

Et c’est quoi être rock’n’roll finalement ? C’est dormir toute la journée, tout remettre à demain, tomber du haut d’un cocotier, comme vous le chantez dans le potentiel tube de l’été ça c’est rock ?

Lolo. Tomber du haut d’un cocotier, ça, Keith Richards s’en est chargé ; pour le reste être Rock’n’roll aujourd’hui, c’est se sentir libre et aimer une musique jouée par des humains pour des humains… et bien sûr mille autres choses, le sujet est tellement vaste…

Vincent. C’est tout ça … C’est trouver important des choses qui ne le sont pas pour tout le monde. C’est bien sûr la musique, mais aussi faire passer la musique dans sa vie avant pas mal de trucs futiles. C’est un mode de vie, une façon de penser ou mieux une façon de ne pas penser 😉

Manou. Ouais et partir pour des concerts.

Un nouvel album donc, avec une pochette qui fait référence au Back in Black d’AC/DC sorti en 1980. Pourquoi ce choix ?

Manou. Pour le clin d’oeil à AC/DC, puisqu’on a décidé de mettre le volume des amplis à 11.

Vincent. Évidemment parce que c’est une de nos influences, c’est les booms quand on était gamins et pas encore musiciens. On faisait du Air Guitare avec les copains. Et puis la pochette est noire …

Lolo. Ça évoque un retour au travail, un nouveau projet après ce qui nous est arrivé. Comme Bon Scott en son temps, Twistos n’aurait pas voulu que la machine s’arrête, il a tellement contribué au succès et à la réussite du groupe et avait un tel plaisir à partager ce mode de vie avec ses copains qu’après son départ il aurait été plus difficile pour nous d’arrêter que de continuer. Cet album lui est dédié.

Twistos, si tu n’aimes pas cet album frappe un coup …… j’ai rien entendu , je pense qu’il l’aime

Twistos est bien sûr toujours dans vos / nos cœurs, dans vos / nos pensées. Pensez-vous qu’il aurait aimé cet album ?

Lolo. Twistos, si tu n’aimes pas cet album frappe un coup …… j’ai rien entendu , je pense qu’il l’aime 😉

Vincent. Certainement ! Le groupe tendait depuis quelques temps déjà vers une musique plus rock. Twistos a toujours été plus Pop, mais l’influence de Lolo le chatouillait depuis un moment 😉

Manou. Bien sûr, il est d’ailleurs présent (les chœurs de Lucille c’est lui) et deux titres ont été faits à partir de bouts de textes de lui.

On y parle de filles, notamment d’une certaine Lucille, mais encore ?

Vincent. On parle aussi de l’amour des filles, du respect, des crétins qui ne les respectent pas, des machos, des mythos et de rock bien sûr.

Manou. On y parle d’amour, de rencontres, de flirts, de nuits trop courtes, de mythomanes, de rock, de vieux beau, de guitare, de la dame qui dit non, de la petite chatte Sidonie, de DSK…

Lolo. Il y a Vanessa, Valérie, Coralie, Amélie, Sidonie plus un tas d’autres filles dont nous n’avions pas les prénoms, désolé, et bien sûr toujours des garçons qui les convoitent, les désirent, les inventent et les imaginent…

Comment s’est déroulée l’écriture de cet album ? Qui a signé les morceaux ? Comment s’est décidée cette option chant collectif beaucoup plus prononcé ?

Lolo. Il fallait tout d’abord respecter l’esprit d’Elmer et la mémoire de Twistos, il a d’ailleurs contribué à cet album grâce à des notes que nous avons pu récupérer grâce à ses enfants ; Kelu ( son frère d’arme à l’époque ) à co-écrit un morceau avec lui et nous a écrit «  quand la dame » …. Cette notion de chant collectif est en réalité un retour aux sources d’Elmer, des doubles voix pour l’harmonie et des chœurs pour en remettre une couche ont toujours été la marque de fabrique du groupe…

Vincent. C’est Lolo qui a repris les commandes suite à la disparition de Twistos. Il avait déjà fait des titres sur l’album précédent. Il avait plein de choses dans ses tiroirs… Certains morceaux ont été bricolés par Kelu et Lolo à partir d’idées inachevées de Twistos.

Quelles ont pu être vos influences pour cet album ?

Lolo. Les influences très diverses vont des Ramones à Chuck Berry en passant par les Beatles, les Stones, les Beach Boys, AC/DC etc etc etc. Que des jeunes premiers ;-)… eux mêmes influencés par d’autres… c’est le serpent qui se mord la queue… Plus sérieusement, nous sommes bien évidemment influencés par un tas de choses mais c’est sans calcul que nous nous laissons porter par la musique d’Elmer …..

Vincent. Une vraie volonté de faire plus rock. Que ça ressemble plus à ce qu’on fait sur scène.

L’album sort le 19 avril. Et après ?

Manou. Et après c’est le 20…

Lolo. Nous serons sur les routes de France et de Navarre pendant les mois qui arrivent, le leitmotiv d’Elmer à toujours été «  heureux sur scène », nous vous invitons donc à venir partager notre bonheur au détour d’un chemin de traverse… (tiens, ça me rappelle quelqu’un…)

Vincent. Y’a le 20 Avril, le 21 Avril, le 23, le 24, etc …Plus sérieusement, c’est tournée pendant au moins 2 ans peut être 3, selon la durée de vie de l’album. De belles dates : La Cigale Paris, peut être mieux encore en 2020. Certainement des voyages dans les Iles et beaucoup de soirées très chaudes partout en France . Venez nous voir, on boira un verre !!!

Merci Elmer Food Beat.

Propos recueillis par Eric Guillaud le 8 mars 2019. Plus d’infos sur Elmer ici. Toutes les dates de la tournée là

01 Mar

Label, album, single, clip… la belle actualité du Nantais Nathan Leproust aka Teenage Bed

Libre, intimiste, mélancolique, expérimental, l’univers folk de Nathan Leproust, aka Teenage Bed, est unique dans le paysage musical nantais. Sa musique ne s’entend pas, elle s’écoute, elle se mérite presque, ne révélant son véritable caractère qu’après plusieurs écoutes. Le songwriter vient de lancer un nouveau label, un nouveau single, un nouveau clip, et s’apprête à sortir un album en compagnie de l’artiste américain Shelf Life. Interview…

Nathan Leproust © Stephanie Fisher

Tu viens de lancer un nouveau label Pale Figure, pourquoi ce nom ? Et pour quoi faire ?

Nathan Leproust. J’ai toujours plein d’idées et d’envies, que ce soit en terme de clips, projets, créations, dates à mettre en place… J’aime bien organiser les choses et j’avais envie d’avoir les mains libres. Monter un label est arrivé comme une évidence il y a quelques mois et pour moi ça redonne un peu de sens à la notion d’indépendance. Curieusement, le nom est venu avant le projet. Et j’en suis bien content parce que c’est toujours difficile de trouver le nom parfait. Pale Figure, ça se dit en anglais comme en français et plus ça va plus je suis attaché à redonner une place au français dans ce que je fais donc c’est bien. En plus, ça commençait à me faire trop mal au cœur de voir ma mère galérer à prononcer le nom de mes projets en anglais.

Ça commençait à me faire trop mal au cœur de voir ma mère galérer à prononcer le nom de mes projets en anglais.

Le premier projet à sortir sous ce label s’appelle Fairy Tales in Yoghourt. Peux-tu nous le présenter ?

Nathan. C’est le projet de Benoit (Classe Mannequin, Bantam Lyons, Trainfantome,…) et tout bon Nantais fan de musique indé l’aura vu sur scène plusieurs fois avec un projet ou un autre. Fairy Tales c’est son projet le plus intimiste et proche de sa composition pure. Forcément, ça me parle. C’est des mélodies douces mais percutantes, une tension très classe entre de la technique musicale et une certaine simplicité dans la manière de la délivrer. C’est un des premiers projets nantais que j’ai connus en arrivant il y a 7 ans. On avait fait une vidéo acoustique réalisée par Steve Marchesse à l’époque et j’en garde un souvenir vif. Quand il m’a parlé du fait qu’il allait sortir un EP, je lui ai tout de suite proposé. Il a un album génial en gestation depuis des années. J’espère qu’il le sortira un jour (Vas-y Benoit bordel!!!)

En quoi consistera précisément ton job ?

Nathan. Pour l’instant, je suis tout seul. L’idée c’est de valoriser les projets sur les médias, éventuellement trouver des dates, créer des connexions, éditer des K7, proposer des outils de com… L’idée, c’est de partir des projets et de les pousser comme je peux. Là, je suis concentré sur les deux premières sorties mais j’ai un ou deux autres trucs sur le feu.

Tu es toi-même musicien. Avec ton projet Teenage Bed, tu t’apprêtes à sortir sous ton label un album réalisé avec un Américain de Philadelphie, Shelf Life. Qui est-ce ? Comment l’as-tu rencontré ?

Nathan. C’est une histoire un peu folle. Je suis parti en voyage aux États-Unis à la fin de l’année 2018. J’avais contacté ce type à Philadelphie parce que j’écoutais sa musique et qu’elle me parlait beaucoup. Il m’a répondu et on avait convenu que ce serait cool de boire une bière comme je passais par là-bas. J’ai fini par passer tout une soirée chez lui à parler musique et à se faire écouter des démos. On s’est directement super bien entendu. C’est un gars super. J’étais sensé rester un jour et deux semaines plus tard j’avais passé Thanksgiving avec lui, appris deux ou trois trucs sur le football américain, enregistré un album et partagé un dîner avec Alex G, une de mes grosses influences. Merci Philly.

On se retrouvait le soir à boire des coups dans le bar du coin et à faire connaissance. Un beau jour on s’est rendu compte qu’on avait un album

Comment en vient-on à décider d’écrire un album à quatre mains ? Comment et où s’est déroulé l’enregistrement ?

Nathan. On n’a pas vraiment décidé. Scott est quelqu’un de très prolifique. Il a sorti 4 albums rien que sur 2018. C’est aussi ce que j’admire chez lui. Pour le coup, j’écris aussi assez vite et c’est pour ça qu’on s’est bien entendu je pense. On aime capter les chansons quand elles sont encore fraîches. Son studio est dans sa cave. À partir de là tout s’est enchaîné rapidement. On a spontanément bossé sur un morceau le deuxième jour puis un autre le lendemain… Et ainsi de suite. Au bout d’une semaine on s’est rendu compte qu’on avait quatre morceaux quasi-finis alors on a poussé le processus. On se retrouvait le soir à boire des coups dans le bar du coin et à faire connaissance. Un beau jour on s’est rendu compte qu’on avait un album.

On te sent très heureux de cette expérience et du résultat. À deux, on est quelqu’un d’autre, comme tu le chantes dans le single Rendezvous ?

Nathan. Oui, il y a de ça. Scott et moi étions à différents moments musicaux et humains et nos routes se sont croisées dans un timing presque parfait. On s’est beaucoup apporté l’un et l’autre. Je me sens chanceux et c’est important de célébrer sa chance une fois de temps en temps. Concernant cette phrase, elle a forcément un écho particulier par rapport à cette collaboration mais c’est aussi un clin d’œil à Abby la copine de Scott avec qui j’ai aussi beaucoup partagé. On discutait à 3 heures du matin sur les choses de la vie et de l’amour et je me suis souvenu d’une phrase que m’avait dit ma mère ‘A deux on est quelqu’un d’autre. Oui, mais lequel?’. Abby m’a dit que je devrais la mettre en musique. J’en ai eu l’occasion le lendemain.

Je pense qu’on révolutionnera jamais les accords par contre il y aura toujours des moyens nouveaux de s’exprimer dans le grain de son.

On ne peut pas dire que ta musique soit mainstream. On pourrait même parfois la qualifier d’expérimentale, en tout cas d’intimiste. Comment la qualifies-tu toi-même ? Et quelles peuvent être tes influences ?

Nathan. J’aime la chanson et ce qu’on appelle le songwriting. L’art de faire danser un propos avec des accords et des rythmiques c’est ce qui m’intéresse que ce soit dans la pop, le rock, le folk ou même le rap. Mon voyage sur la côte Est des États-Unis n’était pas anodin, je me sens très proche d’une certaine scène musicale de là-bas et je suis aussi très attaché à la démarche d’enregistrement. En fait, j’aime beaucoup les musiciens qui composent, chantent et enregistrent eux-mêmes parce que ça touche à une certaine pureté du propos artistique global et même si le résultat n’est pas parfait, il n’en est que plus humain. Dans cette tradition, je pourrais citer The Microphones, Coma Cinema, (Sandy) Alex G ou même Elliott smith. Je pense qu’on révolutionnera jamais les accords par contre il y aura toujours des moyens nouveaux de s’exprimer dans le grain de son.

Où pourra-t-on découvrir en live ce projet transatlantique ?

Nathan. Je suis actuellement en train de nous organiser une tournée en France début mai. Je peux déjà vous dire qu’on sera à l’Ère de Rien le 28 avril après midi au manoir du Parc de la Morinière sur des sessions semi-acoustiques. Si tout va bien, on fera quelques dates en ‘full band’ avec basse et batterie pour défendre l’album à travers la France.

Album, label mais aussi festival, tu fais partie de l’organisation de L’Ère de rien dont tu parles justement, festival qui se jouera cette année les 27 et 28 avril à Rezé. Un groupe à conseiller ?

Nathan. Avec toutes ces histoires, je suis fatalement moins impliqué dans l’organisation cette année mais l’équipe est en train de faire un travail de fou pour cette édition. À commencer par le magnifique teaser qui est, je pense, le plus réussi depuis le début de l’aventure. Côté programmation, si je devais ne citer qu’un groupe, je citerais sans doute Puma Blue. Je garde un très gros souvenir de sa prestation en live et je sais déjà que ça va marquer les esprits.

Merci Nathan. Propos recueillis par Eric Guillaud le 28 février 2019. Plus d’infos sur Teenage Bed ici, sur le label Pale Figure là

L’album Shelf Life X Teenage Bed sera disponible le 15 mars

13 Fév

Gaume : interview et session acoustique à l’occasion de la sortie de l’album Square One

Même s’il n’a pas toujours résidé dans la région, Roman Gaume est devenu une véritable figure de la scène rock nantaise, hier avec son groupe Roman Electric Band, aujourd’hui avec son projet solo baptisé Gaume tout simplement. Le musicien vient de sortir un nouvel album Square One. L’occasion rêvée de le rencontrer…

Gaume © Jean-Marie Jagu

Roman Gaume est un rockeur, aucun doute là-dessus, mais de ces rockeurs au grand cœur et au sourire généreux, toujours de bonne humeur, toujours enthousiaste même lorsqu’il s’agit d’assurer pour France 3 Pays de la Loire, au pied levé s’il vous plait, l’interview en anglais d’un groupe programmé à La Nuit de l’Erdre. C’était en juillet dernier. Le groupe en question s’appelait The Hives. Par chance, Roman, qui était lui-aussi programmé dans ce festival, en est un grand admirateur.

Mais qu’on ne s’y méprenne pas, traducteur-interprète n’est pas son métier, Roman est un musicien, un sacré musicien qui aime depuis toujours faire sonner les mélodies comme celle-ci, Cast Your Shadow On My Wall, jouée en acoustique rien que pour nous sur la scène de la Distillery du Black Shelter à Carquefou…

Quatre albums au compteur avec son premier groupe Roman Electric Band, une participation remarquée à la saison 3 de The Voice, beaucoup de concerts à travers l’Europe et une belle échappée en solo depuis 2016 sous le nom de Gaume.

Dans ce premier album sous pavillon Gaume, Square One, le musicien nantais laisse parler son cœur et ses tripes, alignant treize morceaux aux mélodies entêtantes, aux rythmes tantôt très rock’n’roll, tantôt plus proches de la balade folk. Un vrai univers de songwriter à la Elliott Smith, sa référence, qu’il partage avec ses musiciens, Vincent Duval à la basse, Charly Delille à la batterie et Victor Vasselin à la guitare électrique.

D’Elliott Smith, de l’album Square One, de compos au p’tit déj, de la release party prévue le 2 mars à Stereolux à Nantes…, il en est question dans l’interview qu’il nous a accordée, toujours à la Distillery du Black Shelter. Pourquoi ici ?

« On a pas mal rendu hommage aux lieux qui ferment ces derniers temps, comme le Dynamo. Je voulais rendre hommage aux lieux qui ouvrent… ».

Eric Guillaud

Merci à Roman Gaume, merci à Vincent, Charly, et Victor, merci au Black Shelter de nous avoir accueillis pour cette session acoustique. Release party le 2 mars à Stereolux à Nantes. Plus d’infos sur Gaume ici.

 

08 Fév

Faites chauffer les platines. L’album du vendredi : Not Easy To Cook de Cannibale

Mais qui sont ces gars-là ? Et d’où viennent-ils d’abord pour se faire appeler Cannibale et nous sortir un album aussi bariolé et baptisé Not Easy To Cook ? Faut-il avoir peur, se cacher derrière sa platine ? Réponse ici…

Pas de panique, Cannibale n’a pas encore mangé d’enfants. La première fois que j’ai entendu parler du groupe, c’était il y a une petite semaine à l’occasion de son passage en concert à Nantes, à la Maison de l’étudiant.

« Tu viens voir Cannibale ce soir ? », me lance une collègue. « Ca… quoi ? Cannibale ? Non, connaît pas… »

Évidemment, je n’y vais pas. Et puis je tombe sur l’album Not Easy To Cook chez mon disquaire préféré, l’écoute vite fait sur ma plateforme de streaming musical toute aussi préférée, et reste bouche bée. À l’heure de la normalisation rampante et du lissage général, Cannibale sait prendre des partis pris surprenants avec une musique rock garage tendance tropical, plutôt ensoleillée donc, en tout cas jamais glauque ou sanguinolente comme pourrait laisser entendre le nom de l’album associé au nom du groupe.

Bon, j’embarque l’album et l’écoute sur ma platine – toujours – préférée. Et franchement, là, je me dis qu’il y a de toute évidence du bon.

Mais les questions restent. Qui sont ces gars-là ? Et d’où viennent-ils d’abord?

De L’Aigle, oui, de L’Aigle, charmante commune de l’Orne, 8075 habitants, accessoirement commune de naissance de ma chérie (mais ça vous vous en moquez) et donc de ces cinq trublions, oui ils sont cinq, qui n’en sont pas à leur coup d’essai. Not Easy to Cook est leur deuxième album. On peut même dire qu’ils ont un peu de bouteille et beaucoup d’humour comme le montre ce clip…

C’est frais, c’est vert, bien relevé, signé chez Born Bad Records (JC Satan, Cheveu…), un bon petit plat en somme et une belle découverte, Cannibale vous attend maintenant pour sa release party à La Maroquinerie à Paris le 11 février… Sinon, tous les concerts du groupe sont ici, les news là.

Eric Guillaud

Not Easy To Cook. Cannibale (Born Bad Records)

07 Fév

Album, single, release party, clip… le duo nantais KO KO MO toujours à bloc !

C’est l’une des locomotives rock de la scène nantaise, le groupe qu’il faut avoir vu sur scène et entendu sur disque pour comprendre que, oui, le rock a encore de beaux jours devant lui. KO KO MO revient le 29 mars avec un nouvel album et dès maintenant avec un single et un clip à faire fondre l’univers. Branchez les guitares…

KO KO MO © Jean Marie JAGU

Après Technicolor, le tandem le plus ouf de la planète rock actuelle débarque avec un nouvel album baptisé Lemon Twins. Ce sera pour le 29 mars. Release party dans la foulée le 6 avril à Stereolux.

De quoi rendre dingues les plus impatients mais mais mais Supersonikk lève un peu le coin du voile avec une petite interview ici et maintenant à l’occasion de la sortie du premier single extrait de l’album, Self Love Age, et du très beau clip réalisé par Sébastien Marqué…

C’est le grand retour des KO KO MO ? Qu’est-ce que vous avez fait depuis deux ans ? Bronzage intensif au Canaries ou Trek en Birmanie ?

K20. Ce n’est pas un “Grand Retour”, mais simplement la sortie de notre deuxième album “Lemon Twins”, 2 années après notre 1er Technicolor Life et entre temps, pas de bronzage intensif ni de trek en Birmanie, mais plutôt en tournée en France et pas mal à l’international en 2017 / 2018.

Le nouvel album Lemon Twins est prêt à sortir. Des rumeurs persistantes parlent d’une compile de berceuses. Vous confirmez ?

K20. Oui, Lemon Twins est en cours de pressage pour le moment et bientôt prêt à sortir, ça ne sera malheureusement pas une compile de berceuses, mais bien évidemment la suite logique de KO KO MO, c’est à dire que l’on reste dans la même veine du premier opus en version plus brute, avec plus de partis pris et bien assumés. On vous laisse le découvrir…

Plus sérieusement, comment vous sentez-vous à la veille de sa sortie ? Satisfaits, libérés, reposés, inquiets ?

K20. Pour ne rien vous cacher, nous sommes évidemment reposés du fait qu’il soit terminé et fiers de ce 2e album, beaucoup plus de travail et de partis pris que le précédent. En sachant que pour Technicolor Life nous n’avions aucun recul puisque c’était notre 1er album.

Après plus de 200 dates, beaucoup des voyages, de rencontres et de créations sur les routes, bien sûr que nous sommes non pas inquiets, mais un peu stressés de ce sortie d’album. Pour nous c’est le 2e, mais pour beaucoup de personnes, c’est le premier…

Mais tellement hâte qu’il soit dans vos oreilles 😘

Le premier single s’appelle Self Love Age. Qu’est-ce que ça raconte ?

K20. C’est l’histoire d’une rencontre qui bouleverse une vie. Au point de remettre en jeu ces priorités de la vie et de lâcher un peu les artifices de nos petites boites électriques… « Nos insupportables » comme on aime bien les appeler… Et leur pouvoir auto-centriste qu’on connait bien sur la société. C’est une sorte de renaissance.

Qui dit sortie d’album dit release party. Ce sera à Stereolux le 6 avril. Grosse fête en perspective ?

K20. Et bien oui, venez donc toutes et tous avec tout le monde le 6 Avril prochain, pour cette soirée sortie d’album dans la salle Maxi de Stereolux.

Grosse fête sûrement mais surtout gros kiffe en famille 🔥❤.Tellement contents de le partager sur scène à la maison. Rendez-Vous le Samedi 6 Avril 2019 avec quelques surprises.

Merci K20, merci Warren. Propos recueillis par Eric Guillaud le 6 février 2019 (sortie officielle du single le 8 février)

Plus d’infos sur KO KO MO ici

01 Fév

Faites chauffer les platines. L’album du vendredi : l’indispensable Fever de Balthazar

Chez les Balthazar Monsieur, on sait rester élégant en toutes circonstances même quand on met des hyènes ou assimilées sur la pochette de son dernier album et qu’on le baptise Fever. Depuis Applause, son premier album, le groupe belge a su garder le cap d’un rock « too much class for the neighbourhood » comme auraient dit les Dogs. Montez le son…

Jinte Deprez et Maarten Devoldere © Athos Burez

Et c’est vrai qu’ils ont la classe nos rockeurs belges préférés, la classe belge peut-être, de cette classe qui a permis à Deus, Ghinzu, Girls in Hawaii ou encore et bien sûr Arno de venir grattouiller et pousser la chansonnette sur nos terres rock avec succès.

Balthazar, c’est d’abord une basse qui tacle en douceur, un son énorme mais avec finesse, délicatesse, classe. On y revient. Et puis c’est le chant bien sûr avec la voix sensuelle, chaude, de Maarten Devoldere, une voix qui glisse sur la batterie, le clavier, les guitares, le violon et vous emmène loin, très loin, un subtil mélange de Leonard Cohen et de Tom Waits, disent les spécialistes, une voix bien à lui surtout, reconnaissable entre toutes. C’est avec Rats, le deuxième album, que Balthazar décolle. Avec le troisième, Thin Wall, il reste en lévitation…

Et puis… et puis le groupe se met en sommeil ou en pause comme on veut. La violoniste quitte le navire. Chacun vaque à ses occupations, Jinte Deprez avec son projet J.Bernardt, Maarten Devoldere avec Warhaus. C’est beau, ça ressemble à du Balthazar mais ce n’est pas du Balthazar.

Est-ce la fin de l’aventure ? Trois albums et puis s’en va ? Le monde a tremblé mais…

« Ça a toujours été l’objectif de se regrouper pour faire un autre album. On a fait nos projets solos pour sortir d’une routine qui devenait dangereuse pour notre cohésion. Il y avait clairement un danger de devenir trop prévisibles vis-à-vis de nous-mêmes », déclare Jinte Deprez à Culturebox.  

Et finalement les revoili les revoilà avec Fever, 11 titres d’une énergie folle, à tomber par terre et se rouler sur la moquette, du Balthazar aux accents funk qui dit merde à la morosité, ne demande qu’à vous faire danser. On dit Fever inspiré par les expériences solo des deux membres historiques, c’est surtout la suite logique d’une belle aventure musicale avec des titres qui mettront d’accord les fans de la première heure rassurés par des titres comme Fever, et tous les petits nouveaux forcément conquis par Wrong vibration. La preuve, certaines dates de leur tournée européenne affichent d’ores et déjà complet. Rendez-vous à Lille le 24 mars, Paris le 25 mars, Montpellier le 29 mars, Mérignac le 2 avril, Nantes le 3 avril… La classe !

Eric Guillaud

Balthazar, Fever (Pias).