29 Avr

La Nuit de l’enfer au Zénith de Nantes : dernier tour de chauffe avant le Hellfest

À deux mois du festival des musiques extrêmes à Clisson, le Zénith accueille mardi 30 avril la dernière étape du Warm Up Hellfest Tour, une soirée spéciale autour de Dagoba, Princesses Leya, Ultra Vomit, Tagada Jones ou encore Mass Hysteria. Rencontre avec Alex Rebecq, directeur de la communication du Hellfest…

Alex Rebecq (à gauche) avec la team du Warm Up Hellfest Tour 2019 – © Brian Ravaux

Après Vannes, Brest, Caen, Lille, Paris, Bordeaux ou encore Limoges, le Warm Up Tour Hellfest pose sa sono au Zénith de Nantes mardi 30 avril pour le grand final. Au menu : Dagoba et Princesses Leya qui ont assuré les 14 dates de cette tournée mais aussi, soirée d’enfer oblige, Mass Hysteria, les Nantais Ultra Vomit et les Rennais Tagada Jones. De la musique mais pas que, Alex Rebecq, directeur de la communication du Hellfest en charge du Warm Up Tour nous dit tout et bien plus encore…

Le Warm Up Tour Hellfest 2019 s’achève sur une quatorzième date au Zénith de Nantes mardi soir. Satisfait de cette nouvelle tournée ?

Alex. Oui, énormément satisfait, la troisième édition de ce Warmup Tour Hellfest remporte un très gros succès et je commence déjà à réfléchir sur de nouvelles idées pour l’année prochaine. À cette heure, nous sommes à la douzième date à Limoges, nos pieds sont usés et nos yeux sont gonflés par la fatigue mais rien n’ébranle notre motivation pour finir en beauté jusqu’au grand final du Zénith de Nantes.

Le Hellfest affiche complet chaque année sans dévoiler un nom de groupe. Quel est l’intérêt de ce Warm Up finalement si ce n’est la promo du festival ?

Alex. Cette tournée Warmup est une opération promotionnelle de proximité, c’est l’opportunité pour nous de venir à la rencontre des fans du festival et de proposer une soirée itinérante fédératrice pour tous les amateurs de musiques métal sous l’étendard du Hellfest. Organisateurs, fans et artistes peuvent se rencontrer en toute simplicité autour d’un verre pour discuter du festival, mettre des noms sur des visages, et gagner de nombreux pass 3 jours. Le Hellfest, contrairement à d’autres, demeure un festival fait par des fans de métal pour des fans de métal et il est important pour nous de rester très proches de nos festivaliers, quitte à se déplacer chez eux !

J’imagine que c’est pour toi et l’organisation du festival en général l’occasion aussi de recueillir des commentaires, des réactions, des demandes, des récriminations de la base, des festivaliers en somme. Qu’est-ce qu’il en ressort cette année ? Quels sont les axes d’amélioration que vous avez ou allez travailler ?

Alex. Nous répondons à beaucoup de questions et surtout nous tachons d’expliquer la logistique et l’organisation d’un festival pour que les fans comprennent nos choix et nos décisions. La passion dépasse la raison pour certains et il est important pour nous de leur expliquer nos limites et nos intentions dans les améliorations de festival, ou dans les choix de la programmation. De nouveaux écrans, des changements au métal corner, un relooking du bois et de la zone restauration, de nouvelles sculptures et encore beaucoup d’autres choses qui devraient en surprendre plus d’un. C’est toujours plus facile et plus agréable de parler avec les fans en direct plutôt que sur les réseaux sociaux. Surtout qu’il nous est impossible de trouver ce temps libre pendant les 3 jours d’exploitations en juin à Clisson !

Mardi soir, c’est La Nuit de l’enfer au Zénith de Nantes, une première. Il y aura de la musique mais encore ?

Alex. En effet, le warm Hellfest 2019 se termine en beauté avec notre nuit de l’enfer au Zénith de Nantes le 30 avril. Le format change pour ce final car en plus de Dagoba et Princesses Leya nous rajoutons à l’affiche Tagada Jones, Mass Hysteria et Ultra Vomit ! La scénographie va être repensée spécialement pour cette nuit de l’enfer, les plasticiens de Monic la mouche nous préparent une arène métallique sculptée de 7 mètres de haut avec écran intégré et chandelier géant, nous rajouterons de la pyrotechnie sur scène et des projections. Le hall lui sera habillé tout en mapping vidéo accompagné des résultats de l’exposition « What the Hell » et d’un village de stands, quelques partenaires alcooliers offrirons des dégustations et nous accueillerons les mécènes du festival dans un espace privé ! Tout un programme complet pour une soirée qui nous l’espérons sera à la hauteur des attentes des fans du Hellfest et des néophytes !

Alex Rebecq – Hellfest 2018 © Eric Guillaud

On sait que vous voulez aujourd’hui développer les partenariats avec la ville de Nantes. Avez-vous des pistes, des projets, pour d’autres événements dans un proche avenir ?

Alex. Nous avons déjà travaillé avec le Château des Ducs de Bretagne et le Zénith, nous travaillons aussi avec certaines écoles en parallèle sur des projets satellitaires ou nous impliquons des étudiants. Nous préparons un petit crossover vidéo avec l’opéra Graslin et depuis quelques mois nous sommes rapprochés de la mairie de Nantes et de madame Johanna Rolland dans le but de rencontrer les acteurs culturels de la ville. Bien qu’a Clisson, le rayonnement du festival impacte la ville de Nantes et nous sommes heureux de voir que nos idées et nos projets peuvent s’intégrer dans de nouvelles actions culturelles. Nous travaillons dessus, mais nous ne pouvons encore rien dire car nous n’en sommes encore qu’aux étapes préparatoires et aux discussions !

Merci Alex

Plus d’infos sur la Nuit de l’enfer ici

23 Avr

Festival L’Ère de rien 2019 : les cinq groupes à ne surtout pas louper

La huitième édition du festival L’Ère de rien se joue les 26 et 27 avril sur les rives de la Sèvre nantaise à Rezé. Une bonne douzaine de groupes émergents, principalement anglais mais aussi américains, danois et français, se partagent l’affiche. Voici notre sélection totalement subjective mais nullement restrictive…

Wives

Wives (26 avril, chapiteau Chemin bleu). Ils viennent de New York, du Queens plus précisément, et débutent ici, oui oui à Rezé, une tournée européenne qui les emmènera vers Paris, Berlin, Amsterdam, Nottingham, Londres, Brighton… et peut-être même vers les sommets de la gloire. Car oui, Wives, malgré sa jeunesse pourrait bien quitter rapidement le statut de groupe émergent pour celui de confirmé. En tout cas, en l’espace d’un clip, sublime, et d’un single tout autant, le quatuor a trouvé sa voie, imposé un style. Et ce n’est qu’un début. Pour découvrir le groupe avant tout le monde, c’est maintenant…

Lady Bird (27 avril, chapiteau Chemin bleu).  Eux viennent du Kent au Royaume-Uni, sont récemment passés par la case du Printemps de Bourges et se positionnent le week-end prochain sur Rezé pour vous faire goûter de son univers révolté et violent, du punk énergique mais aussi mélodique soutenu par le duo punk Slaves qui les a fait signer sur son label Girl Fight Records…

Teenage Bed (27 avril, Manoir de la Morinière). On vous parlait de lui il n’y pas très longtemps ici-même, de lui et de sa belle actualité. Label, album, single, clip… Il est vrai que le printemps a été plus que généreux avec le Nantais Nathan Leproust et son projet Teenage Bed. Impliqué depuis toujours dans l’organisation du festival, il sera cette fois sur la scène pour partager avec le public son univers folk aussi libre qu’intimiste, aussi mélancolique que défricheur…

Fur (26 avril, chapiteau Chemin bleu). Originaires de Brighton, ces gamins nourris aux sixties pourraient bien eux aussi faire parler d’eux rapidement. Ils cartonnent d’ores et déjà sur YouTube avec des vidéos avoisinant les centaines de milliers voire les millions de vues, le record étant détenu par If You Know That I’m Lonely, avec plus de 6 millions de consultations à ce jour. Inutile de vous dire que le premier EP du groupe était très attendu, il est sorti en février…

Brace! Brace! (26 avril, chapiteau Chemin bleu).  « Un groupe pop avec une appétence pour le bruit ». Ce n’est pas moi qui le dit mais Thibault Picault, l’un des quatre membres de Brace! Brace!. Et ce n’est pas faux. le groupe 100% lyonnais a commencé dans le rock garage avant de s’orienter vers des arrangements de plus en plus pop, mais en gardant la même énergie et surtout la guitare. La base. Résultat : une pop élevée à grands coups de riffs. Étonnant !

Bien sûr, il ne s’agit là que d’une partie des groupes à l’affiche. À vous de découvrir les autres. Un seul mot d’ordre : soyez curieux. Et profitez-en également pour flaner du côté des découvertes graphiques avec cette année, parmi les invités, Joe Tonté, le Studio Bengal, Sarah Rougant, Claire Baldairon…

Plus d’infos sur le festival ici

09 Avr

ENTRETIEN. Le groupe rennais Tagada Jones fête ses 25 ans à Fontenay-le-Comte

Ils n’ont plus 20 ans et ne s’en cachent pas, ils seraient même du genre à le proclamer haut et fort et à le fêter joyeusement. Les Tagada Jones seront en concert à Fontenay-le-Comte en compagnie d’une dizaine de groupes amis les 12 et 13 avril. Interview…

© Mathieu Ezan

2019 s’annonce torride ! Ce n’est pas moi qui le dit mais les Tagada Jones qui viennent de reprendre la tournée des salles avec un petit anniversaire à fêter, 25 ans, oui quand même, 25 ans d’existence, des centaines de concerts, 9 albums studio et toujours le même énergie à jouer sa musique et défendre certaines causes.

Car Tagada Jones est un groupe engagé et enragé qui se nourrit de l’actualité pour écrire ses textes. Écologie, racisme, religion, terrorisme, violences conjugales, mondialisation…  pas un thème, pas un, n’échappe à ces dignes héritiers de la scène rock alternative des années 80.

La tournée anniversaire du groupe passe par Fontenay-le-Comte les 12 et 13 avril, plus qu’un concert, un festival qui réunira une dizaine de groupes amis. Niko, le chanteur et guitariste du groupe, nous explique tout ça et plus encore…

Avoir 20 ans, c’est bien, avoir 25 ans c’est comment ?

Niko. Avoir 25 ans c’est bien aussi ;-). Franchement nous n’aurions pas le droit de nous plaindre, nous n’avons jamais eu autant de monde à nos concerts, ça dépasse même tout entendement pour un groupe punk…. Cela fait 25 ans que nous défendons nos valeurs, mais voila aujourd’hui le contexte a énormément changé et une grande partie de la jeunesse se retrouve dans nos textes et nos chansons. Assez paradoxalement, depuis quelques années, plus on vieillit plus notre public rajeunit.

Un quart de siècle dans les jambes et toujours pas d’arthrose. Qu’est-ce qui vous fait encore gambader ensemble ? Une certaine idée du rock, l’argent, la gloire, l’amitié… ?

Niko. Evidemment l’amitié avant tout. Tagada c’est une aventure humaine, on ne fait pas du rock pour la gloire et encore moins pour l’argent. On fait du Rock parce qu’on a ça au fond de nous, c’est notre ADN, on y croit et bien sûr on adore fermer la porte du camion et partir à l’aventure, tout comme il y a 25 ans…. Rien n’a changé.

Et toujours la même rage ?

Niko. Evidemment, notre rage reste intacte. Dans le style de musique que nous faisons, il n’y a pas de place pour les imposteurs, le public ne se trompe d’ailleurs pas la dessus. Perso, j’espère que lorsque que le groupe sera rincé, nous aurons le courage d’arrêter plutôt que de donner des prestations minables. La rage, c’est ce petit plus qui donne une énergie impalpable mais difficilement quantifiable, seulement sans rage: pas d’énergie, sans énergie: pas de Rock.

Vous fêterez vos 25 ans à Fontenay-le-Comte les 12 et 13 avril. Qu’est ce qu’on pourra y voir et y entendre ?

Niko. Une nouvelle fois nous avons invité les copains a venir faire la fête avec nous. Au programme du vendredi: Black Bomb A, Lofofora, No one is Innocent, Ultra Vomit et Le bal des Enragés. Au programme du samedi: Punish Yourself, Les Sheriff, Les Ramoneurs de Menhirs, Sick of It All et donc Tagada. Deux grosses soirées avec 4500 enragés chaque soir et une ambiance qu’on espère au top comme lors des 4 dernières éditions.

Cette année, il y aura même un camping pour la première fois, et comme toujours de la bière bio et artisanales, des stands, et une grosse ambiance !

Le festival affiche complet le 13 avril, soir où vous êtes programmés. Mais il y aura d’autres occasions de vous voir dans la région je crois…

Niko. Alors à l’heure ou je parle, il ne reste plus que 80 places pour le vendredi qui affichera donc vraisemblablement complet aussi. Bien sûr nous avons d’autres rendez-vous dans le coin, notamment une très grosse date concoctée par le Hellfest au Zenith de Nantes avec Ultra Vomit, Mass Hysteria, Dagoba et Princess Leila, ou encore une participation au festival des feux de l’été à St Prouant fin juin qui se relance cette année après un interruption de deux ans.

Merci Niko. Plus d’infos sur les Tagada Jones ici

Eric Guillaud

02 Avr

Hellfest 2019. Quatre-vingts jours avant l’enfer

Quatre-vingt jours, c’est beaucoup et peu à la fois, suffisant pour faire un tour du monde, relativement juste pour se préparer comme il se doit à l’enfer. Le Hellfest est maintenant dans notre ligne d’horizon, le moment est venu de faire un petit point d’étape…

© MaxPPP – Eddy Lemaistre

Le printemps est arrivé, le changement d’heure, effectué, le soleil se refait tranquillement une beauté… bref ça sent les beaux jours et qui dit beaux jours dit Hellfest. La quatorzième édition du festival des musiques extrêmes se jouera du 21 au 23 juin à Clisson. Pour l’heure, c’est le grand calme. Enfin presque…

L’affiche

Pas de nouveaux noms depuis la révélation de l’affiche complète en novembre. 156 groupes sont au programme, des groupes qui viennent pour beaucoup des États-Unis, d’Angleterre, de Suède, d’Allemagne, du Canada… et pour 27 d’entre eux de France.

The Voice of Hell

Un nom tout de même viendra d’ici peu s’ajouter à l’affiche, celui du groupe vainqueur du tremplin The Voice of Hell. 510 groupes sont en compétition cette année, vous pouvez les découvrir ici. En 2018, c’est Redemption qui a remporté le tremplin et joué sur l’une des Mainstage…

Le running order

Pas de nouveaux noms donc mais le running order (horaires de passage des groupes) a lui été dévoilé dans son intégralité la semaine passée. MainStages, Temple, Altar, Warzone ou Valley, Metal Corner et Hell Stage, vous pouvez dès maintenant organiser votre planning des concerts .

Le Warm Up Tour

Si tu ne viens pas au Hellfest, le Hellfest viendra à toi. Toujours accompagné du même slogan, le Warm Up Tour reprend la route le 17 avril pour 14 étapes à travers la France (Vannes, Brest, Caen, Lille…) et un happening au Zénith de Nantes. Toutes les dates ici.

La Nuit de l’enfer

C’est le nom de l’ultime étape du Warm Up Tour. Elle se jouera au Zénith de Nantes le 30 avril avec une affiche renforcée : à Dagoba et Princesses Leya se joindront Mass Hysteria, Ultra Vomit et Tagada Jones qui fête ses 25 ans d’existence.

Le Knotfest

Le site du festival accueillera le jeudi 20 juin le Knotfest du groupe Slipknot, un festival dans le festival, 10 groupes de metal au programme, notamment Slipknot, Rob Zombie, Sabaton, Amon Amarth ou encore le groupe allemand Powerwolf. Contrairement au Hellfest, il reste des places ici

Un colloque international sur le metal

Du 17 au 20 juin, pendant que de nombreux métalleux seront sur le point de rejoindre Clisson, des chercheurs universitaires et étudiants seront réunis à Nantes pour plancher sur la musique metal. On vous dit tout ici.

L’acteur Javier Bardem à Clisson ?

Peut-être. En tout cas, le célèbre acteur a été officiellement invité au Hellfest par Yohann Le Névé, l’un des organisateurs, lors de son passage au festival du film espagnol à Nantes. Il a reçu deux billets pour lui et sa femme Penelope Cruz…

Eric Guillaud

01 Avr

Chemillé. Les Z’éclectiques collection printemps: Une soirée annulée, une autre confirmée

Le week-end prochain s’annonçait sous les meilleures auspices pour les amateurs d’électro et de hip hop avec deux belles soirées à l’affiche des Z’éclectiques. Malheureusement, celle du vendredi 5 avril a dû être reportée…

 Polo & Pan © Barrere & Simon

Avec cette collection Printemps, les organisateurs souhaitaient proposer une esthétique différente, plus électro-hip hop que d’habitude, et notamment dédiée à la scène alternative. Mais la soirée du 5 avril n’a pas trouvé son public, nous ont confié les organisateurs ce matin, et a dû être reportée. Dommage, nous aurions pu entendre trois talents de la nouvelle scène électro-pop à la française, Malik Djoudi, Léonie Pernet et le Nantais Degree…

Tout n’est pas perdu, le rendez-vous du 6 avril est maintenu avec du lourd et de la découverte, du hip hop et de l’électro. Au menu : Gringe, Odezenne, Jazzy Bazz, Polo & Pan, N’To, Valdimir Cauchemar, Odor et Aloïse Sauvage, Ouai Stéphane et Glitter٥٥

Eric Guillaud

Plus d’infos sur le festival ici

15 Mar

Face & Si 2019 : la programmation complète dévoilée

De Pascal Obispo à Elmer Food Beat, le festival vendéen fait comme chaque année le grand écart entre les styles pour élaborer un festival à forte connotation familiale et conviviale. En attendant les premiers décibels, voici déjà la programmation…

© MaxPPP – Frédéric Dugit

Quel est le point commun entre Les Négresses Vertes et Kendji Girac ? Entre Georgio et Pascal Obispo ? Entre Lou et Les Wriggles ? Entre Elmer Food Beat et Barry Moore ? À première vue, pas grand chose même si tous font de la musique et se retrouvent à l’affiche du prochain Face & Si qui se jouera du 6 au 8 septembre. C’est le pari des organisateurs du festival, bien mélanger les genres, du rock à la variété, du rap au swing, pour obtenir un cocktail de musique accessible à tous et toutes…

Aux noms précédemment cités viennent s’ajouter BBS, Dirty Dance Swing, Cie Léo & Léon, Petit Py &Tropical Joe et enfin le vainqueur du tremplin.

Eric Guillaud

Plus d’infos sur le festival ici

06 Mar

Avant le Hellfest à Clisson, un colloque international sur la musique metal à Nantes

Pendant que de nombreux métalleux seront sur le point de rejoindre Clisson pour la 14e édition du festival de musiques extrêmes, des chercheurs universitaires et étudiants seront réunis à Nantes pour plancher sur la musique metal du 17 au 20 juin…

© Fabienne Béranger

Pour la plupart d’entre nous, le métal est synonyme de gros son, de belles vibrations, de headbang (l’art de faire tourner la tête et les cheveux en rythme), éventuellement d’un bon slam (l’art de se laisser porter par la foule), pour d’autres il offrirait plutôt matière à réflexion…

La suite ici

04 Mar

Les 3 éléphants : la programmation complète du festival dévoilée aujourd’hui

On l’attendait, elle est tombée, la programmation de la 22e édition des 3 éléphants risque de provoquer un tsunami sonore à Laval et dans toute la région, 36 noms côté musique, une bonne quinzaine côté arts de la rue et cinq jours de folie douce pour mettre tout le monde d’accord entre le 22 et 26 mai…

Columbine © Sophie Hemels

En mai, fais ce qu’il te plait ! Ok, mais n’oublies surtout pas les 3 éléphants, tu pourrais le regretter amèrement. Pour sa 22e édition, le festival prend encore du poids avec désormais cinq jours de programmation, au lieu de trois, et une affiche qui mélange comme à son habitude les arts de la rue et la musique, les têtes d’affiche et les groupes émergents, le rock et le rap, la joie et la bonne humeur…

Souvenez-vous, Orange Blossom, Gnawa Diffusion, Ekova, Cornu ou encore Zenzile ont fait partie des tout débuts de l’aventure, Sergent Garcia, Yann Tiersen, Gotan Project, Mickey 3D, Keziah Jones, Amadou et Mariam, Arno, Tryo, Suuns, The Do, Détroit, Fauve, Christine and the Queens, Christophe, Dominique A, Juliette Armanet ou encore Louise Attaque ont rejoint l’aventure au fil des éditions.

Cette année, on reprend la formule gagnante avec quelques grosses pointures, des éléphants de la musique en quelque sorte, comme Étienne de Crecy, Sebastian, Jeanne Added, Columbine ou encore Clara Luciani…

Des pointures mais aussi des découvertes, telles que Penelope Isles, Ekiti Sound, Pion, Juicy…

36 groupes au total et un bel échantillon de genres, depuis le rock sauvage des Psychotic Monks jusqu’à l’électro vagabonde de Thylacine,, en passant par la pop atmosphérique de Flavien Berger, l’électro pop savoureuse de Malik Djoudi, l’univers totalement décalé de Maxenss…

Musique mais aussi arts de la rue, le festival accueillera une quinzaine de compagnies qui proposeront autant de spectacles les samedi 25 et dimanche 26 mai. À noter la présence des Machines de l’île et du groupe Orange Blossom le 22 mai pour une installation scénique « machinisée » baptisée Sharing

Eric Guillaud

Tous les noms, toutes les infos ici

25 Fév

La Nuit de l’Erdre 2019 : les cinq derniers noms de l’affiche révélés

Il en manquait cinq et non des moindres. Cinq noms qui rythmeront la 21e édition du festival La Nuit de l’Erdre. Des pointures du rap, du rock et de la pop. On récapitule et on se donne rendez-vous du 28 au 30 juin à Nort-sur-Erdre…

Deluxe © BOBY

Dans une première salve en décembre, comme un cadeau de Noël avant l’heure, les organisateurs de La Nuit de L’Erdre avaient annoncé la venue de Roméo Elvis, Soprano, Hubert-Félix Thiéfaine, Boulevard des Airs, Gaétan Roussel, Dub Inc, KO KO MO, INÜIT et Electric Sin.

Sept nouveaux noms sont venus compléter l’affiche fin janvier, une légende de la pop pour commencer, Roger Hodgson, chanteur et leader de Supertramp, mais aussi Disclosure, Clara Luciani, Bigflo & Oli, Bon Entendeur, Train To Roots et Minuit

Pour finir, les organisateurs dévoilent aujourd’hui les cinq derniers noms, Nekfeu, Eddy de Pretto, Deluxe, Editors et Les Ogres de Barback, bref de quoi attirer la foule des grands jours…

Eric Guillaud

Plus d’infos sur le festival et billetterie ici

KO KO MO, Philippe Ménard, Gaume, Dirty Deep… Pontchâteau branche les guitares du 28 février au 2 mars pour la deuxième édition du festival La Corde raide…

La guitare au cœur de la musique, c’est le credo de ce festival qui après un galop d’essai en 2018 revient pour une deuxième édition gonflée à bloc. Quatre jours de concert, douze groupes, et une passion partagée pour la gratte dans tous ses états…

© Jean Marie Jagu

En 2018, La Corde raide proposait trois groupes, une exposition, le tout sur une soirée. En 2019, les organisateurs ont remonté les manches pour vous offrir une édition maousse costaud, quatre jours de concerts, douze groupes, une exposition consacrée à la guitar box, un showcase, un masterclass, un atelier guitare et même un concert hors les murs avec les Kosmic Krapados.

Côté affiche, il y aura du beau monde, à commencer par les Nantais Philippe Ménard, Gaume et KO KO MO (le 1er mars à 20h)…

Du rock mais aussi du blues, du blegrass, du folk, du rockabilly, avec Blues’n’Show, Back Down (le 28 février à 20h), Jeff Tréguer, Vincent Bloyet, Jolies Letters (le 2 mars à 14h30), Dirty Deep, Thomas Schoeffler, Olivier Gotti, The Sugar Family (le 2 mars à 19h)…

À noter, les concerts du 28 février et du 2 mars après midi sont gratuits, ceux du 1er mars et du 2 mars en soirée sont payants.

Eric Guillaud

Plus d’infos sur le festival ici