15 Nov

Les Z’éclectiques, tous les groupes qu’il faut voir en un clic

Du jazz à la pop, en passant par l’électro ou le space afro-disco, peu importe le style, le festival Les Z’éclectiques fête ses vingt ans du 15 au 17 novembre à Angers, Chemillé et Cholet autour d’une programmation comme toujours ouverte, curieuse et populaire. On vous dit tout ici…

© JULIE OONA

Pendant trois jours, du 15 au 17 novembre, les Z’éclectiques nous offrent pour ses 20 ans un plateau de choix, une Collection Automne réunissant une bonne quinzaine de groupes ou artistes d’envergure nationale, voire internationale, mais aussi des artistes locaux ou émergents, de quoi repartir dans tous les cas avec une surdose de vitamine. Et ça, c’est plutôt bon pour affronter l’hiver qui arrive…

On commence avec qui ?  En fait, tout a commencé le 14 novembre, date passée au moment d’écrire ces quelques lignes, un concert rencontre à la médiathèque de Cholet avec les Angevins Des Lions Pour Des Lions. Bon, c’est passé, alors passons…

Mais dès ce jeudi soir, on entre dans le dur avec une soirée électro – hip hop à l’espace culturel de l’université à Angers. Deux groupes au programme : CTRFÇN, dîtes Contrefaçon, et SEIN…

Vous dormez un peu, si vous le souhaitez, un petit café, et on se donne rendez-vous le vendredi 16 novembre, au Jardin de Verre à Cholet cette fois, en compagnie de deux noms nantais, Inüit et Voyou, de la pop dans les deux cas, et le coup de coeur des organisateurs, Kepa. Nous, notre coup de cœur serait plutôt Voyou mais peu importe, ils jouent le même soir et au même endroit. Pas de choix à faire ici…

Idem pour le samedi, si vous préférez Agar Agar à Bagarre, Thérapy Taxi à Feu! Chatterton, Romeo Elvis à Boris Brejcha, Soviet Suprem à Winston Mcanuff, ou le contraire, pas la peine d’avoir développé un don d’ubiquité exceptionnel pour les voir et les entendre, ils seront tous sur la scène du théâtre Foirail à Chemillé. Nous, on aime Thérapy Taxi et son côté un peu rock, un peu pop, un peu rap, un peu électro, un peu variété…

Et ce n’est pas fini. Le 17 novembre et à Chemillé toujours , une nouvelle scène, la Zec Lab, sera dédiée à la découverte, à l’émergence, avec des artistes locaux ou des ovnis musicaux comme, Clara Luciani, Des Lions Pour Des Lions, Les Pascals ou encore The Mauskovic Dance Band.

Voilà, vous savez tout mais si ça ne suffit pas, vous pouvez toujours aller voir ici.

Eric Guillaud

Sorties de secours : Johnny Mafia, Arno Futur, PIND, Inüit au programme du week-end

Du rock garage qui a du sens, du punk qui n’est pas mort et de la pop made in Nantes… c’est notre sélection serrée, très serrée, des concerts du week-end en Pays de la Loire. À vous de jouer…

© Jessica Calvo

Ils sont quatre, viennent de la bonne ville de Sens, qu’ils ont décrétée unilatéralement « capitale du monde », et comptent bien noyer l’hexagone sous onde sonore tendance rock garage sauvage. C’est en tout cas bien parti avec leur nouvel album tout juste sorti, Johnny Mafia rejoint les MNNQNS et les Pogo Car Crash Control dans le top des groupes français qui montent qui montent qui montent… Ils seront en concert à La Charrue étoilée à Châteaubriant le 16 novembre

Punk is dead ? Punk is not dead. La preuve avec cette journée d’étude PIND proposée par Trempolino à Nantes le 17 novembre autour d’un projet de recherche universitaire consacré à l’histoire de la scène punk en France depuis 1976 jusqu’à nos jours. Je sais, ça fait un peu sérieux mais au delà des débats et autres tables rondes, trois groupes joueront en soirée: Arno Futur, Toxxic TV et Psychotic Unicorns. Et c’est gratuit !

Tout va bien pour Inüit ! Le groupe nantais vient de sortir son premier album, Action, jugé par Les Inrocks comme « indispensable et racé ». Côté concerts, ils n’arrêtent pas, ils seront à Stereolux à Nantes le 24 novembre et avant ça à l’affiche des Z’éclectiques du côté de Cholet le 16 novembre

C’est tout pour aujourd’hui, rendez-vous la semaine prochaine si tout va bien.

Découverte. YEAST en concert ce jeudi 15 novembre au Ferrailleur à Nantes

Trois EP au compteur, pas mal de concerts à travers l’hexagone, une musique pop décomplexée, sexy et funky, une énergie rock, le combo lyonnais YEAST débarque à Nantes avec la ferme intention de dérouiller toutes articulations réfractaires. Interview…

© Maxime Thevenon

Le week-end approche et vous sentez monter en vous comme une folle envie de remuer du popotin en rythme ? C’est normal. Et ça tombe plutôt bien, nul besoin d’ordonnance ou d’invitation VIP, direction le Ferrailleur où se produit ce soir YEAST, un combo lyonnais qui commence sérieusement à faire parler de lui sur la scène pop made in France. La preuve, il est en interview sur notre blog !

YEAST, c’est qui c’est quoi ?

YEAST, c’est Léo (chant/guitare/clavier), Arthur (guitare), Judicaël (basse/synthé) et Cyril (batterie). On existe depuis maintenant 4 ans, et on vient de sortir notre 3e EP, « Dust of Light » le 12 octobre dernier !

YEAST, levure en français. Pourquoi ce nom ? 

On a souvent cette image inconsciente du groupe qui brainstorme pendant des mois pour trouver un nom, et ce n’est pas du tout notre cas ! Le nom YEAST nous est venu hyper naturellement. De base parce qu’on trouvait que ça sonnait bien et que graphiquement c’était joli, tout simplement, et ensuite parce que la base de notre musique est très légère, très aérienne. On s’est dit que ça collait bien et que ça nous correspondait, et en plus c’est un nom qui a le mérite d’intriguer donc banco.

Votre musique est à la fois joyeuse, dansante, pop décomplexée, foncièrement funk, et en même un brin mélancolique. C’est comme ça que vous l’imaginiez à vos débuts ?

En partie, ce n’est pas quelque chose d’évident à prévoir ! Je dirais que la base pop décomplexée à la fois joyeuse et mélancolique est arrivée vraiment au début. On s’est rendu compte qu’on aimait beaucoup ce paradoxe qu’on retrouvait dans nos chansons, et la pop, c’est tout simplement l’esthétique de base que nous voulions faire. En fait, c’est surtout ces deux dernières années que nous avons évolué. On a passé un cap en rencontrant des artistes comme Jain, Talisco, Part Time Friends, Her… On a commencé à jouer dans de grandes salles, à aborder la musique d’une façon plus mature, à nous poser de nouvelles questions… C’est au final assez récemment que nous avons pris un tournant plus dansant et funky, c’est un aspect qu’on cherchait à ajouter à notre musique depuis longtemps, mais sans forcément avoir réussi à mettre le doigt dessus jusqu’ici.

On sent pas mal d’influences diverses dans vos chansons mais quel groupe, quel artiste, album ou concert vous a donné envie de faire de la musique ?

On a tous un parcours propre à nous même, et malgré quelques références communes, on a tous eu ce déclic de façon différente. Ce qui est sûr, c’est qu’on a tous eu la chance d’avoir écouté des disques supers dans la voiture de nos parents ! Bowie, The Doors, Supertramp, The Stranglers… Et ensuite, on s’est tous construits individuellement au fil du temps. C’est assez délicat comme question, parce qu’on écoute pas du tout la même chose à l’âge où on commence à faire de la musique qu’à celui où on en a fait notre métier.

Plus généralement, quelles sont vos influences ?

Les groupes qu’on aura tendance à citer le plus souvent seraient des groupes comme Foster the People, Foals, Phoenix, ou plus récemment des groupes comme Parcels ou The 1975, qui nous ont beaucoup marqué par leur créativité et leur laisser-aller dans l’écriture de leur musique. Après, on écoute et on s’inspire de tout ! Ce n’est pas parce que la base de notre musique est pop qu’on s’arrête à ça. Par exemple, en live, on a une attitude très rock. Ce n’est pas quelque chose de calculé, c’est comme ça, c’est naturel. On n’hésite pas non plus à s’inspirer de compositeurs classiques, de producteurs électro… il n’y a pas de règle en fait.

Quel album aurait tendance à tourner sur vos platines en ce moment ?

Il y a l’album de Parcels et le dernier Foster the People justement, qui prennent pas mal de place en ce moment ! Sinon il y a les derniers albums de Kimbra, Phoenix, l’Impératrice… On a quand même été pas mal gâtés ces derniers mois.

Vous venez de Lyon, c’est le bon endroit pour vivre, trouver l’inspiration et développer un projet comme le vôtre ?

Comme partout, c’est un endroit avec des plus et des moins, c’est une ville superbe, agréable à vivre, il s’y passe plein de chose, il y a des artistes extraordinaires un peu partout… Mais en même temps c’est très compliqué de sortir de Lyon quand on fait de la pop, du rock, ce genre de musique. Lyon est une ville qui a une culture électro hyper forte, et c’est tout sauf facile de tirer son épingle du jeu dans ces conditions. C’est simple, les choses ont commencé à bouger pour nous le jour où nous avons décidé d’aller faire des petits concerts dans des bars, des clubs, un peu partout en France. Au-delà de ça, ça nous a fait un bien fou de prendre la route et de partir à l’aventure. On garde des souvenirs exceptionnels, notamment du Grand Ouest.

Qu’est-ce que vous vous racontez dans le van pendant les longs voyages?

On y passe beaucoup de temps dans ce van, alors si on devait tout te lister, on en aurait pour un bon moment ! On parle de tout et de rien, on peut se raconter n’importe quoi et piquer des grands fous rires entres potes, comme avoir des discussions sérieuses avec notre manager qui nous accompagne sur presque tous les concerts, ou simplement ne rien dire et regarder le paysage. Ou encore le téléphone et Netflix, c’est une invention formidable.

Vous avez environ 4 ans d’âge, 3 EP et pas mal de concerts au compteur. Et demain ?

En 4 ans on a fait quand même pas mal de choses, parfois on regarde derrière nous et on se dit « On a déjà fait tout ça ? je ne m’en étais même pas rendu compte… ». Mais on est loin d’avoir fait le tour de la question. On a encore beaucoup de concerts en perspective, en France et ailleurs, notamment une tournée d’une semaine début décembre en Allemagne. On continuera à défendre notre dernier EP sur scène en 2019, en nous allons tout doucement commencer à nous pencher sur l’écriture d’un premier album.

Merci YEAST

Propos recueillis par Eric Guillaud. YEAST sera en concert ce jeudi 15 novembre au Ferrailleur à Nantes avec Two Faces et The Rams. Plus d’infos sur YEAST ici

08 Nov

Sorties de Secours : Agar Agar, LANE, Puts Marie et Savak au menu du week-end

De l’électro pop à tendance expérimentale, du rock très rock et du post-punk, c’est notre sélection serrée des concerts du week-end en Pays de la Loire. À vous de jouer…

© Rémi Srce

Pour Les Inrocks, il serait « le duo français que le monde nous envie », ni plus ni moins. Le plus simple pour le vérifier, c’est d’écouter l’album qu’il vient de sortir ou mieux encore de filer à Stereolux le 10 novembre, le duo parisien vous fera goûter de son amour pour la musique électro tendance expérimentale. À l’heure où sont écrites ces quelques lignes, il restait des places mais je ne saurais vous conseiller de réserver très vite…

Si je vous dis LANE, ça ne vous dira peut-être pas – encore – grand chose. Mais si je vous dis The Thugs et Daria, je vois déjà vos visages s’illuminer. Oui, le mythique groupe angevin est de retour, en partie du moins. Eric et Pierre-Yves Sourice ont rebranché les guitares en compagnie de Félix Sourice et deux musiciens de Daria, Etienne et Camille Belin. Résultat de cette presque réunion de famille, un bon gros son rock comme on aime. Le groupe sera en concert au VIP à Saint-Nazaire le 9 novembre en compagnie des Suisses Puts Marie…

Eux viennent de Brooklyn, New York, et jouent de l’indie rock influencé par l’underground américain des années 80 et le post-punk britannique. Ils viennent tout juste de sortir un album et s’offrent une petite tournée en France et en Angleterre. Ils seront au Zinor à Montaigu le 9 novembre en compagnie de Train Fantôme et Brainfreeze…

C’est tout pour aujourd’hui, rendez-vous la semaine prochaine si tout va bien.

18 Oct

Sorties de secours : Moodoid, Kazy Lambist, Jake La Botz et San Carol au menu du week-end

Du disco-funk à paillettes, du roots rock et de la pop sophistiquée, c’est notre sélection serrée des concerts du week-end en Pays de la Loire…

San Carol © Fred Lombard

Il a cartonné avec le titre Je suis la montagne, cartonné une nouvelle fois avec La Lune, le groupe emmené par Pablo Padovani a pourtant choisi de ne pas s’endormir sur ses lauriers, changement de cap pour son deuxième album, le ton se fait moins pop baroque, plus funk. Moodoid sera en live au 6par4 à Laval le 18 octobre en compagnie de Kazy Lambist…

Chanteur, auteur-compositeur et même acteur (Animal Factory, True Detective…), Jake La Botz a plus d’une corde à sa guitare. Il vient de signer son huitième album, « Sunnyside », dix titres de roots rock teintés de blues et de folk. On compare sa voix à celle de Tom Waits ou de Willy de Ville, Jake La Botz sera en concert le 19 octobre à Fuzz’yon à La Roche-sur-Yon, le 20 octobre au VIP à Saint-Nazaire…

Deux ans, deux ans qu’on ne l’avait pas vu sur une scène. Et pour cause, San Carol était au fond de la mine pour en extraire quelques pépites sonores. C’est chose faite, le projet angevin de Maxime Dobosz retrouve la lumière des projecteurs dès le 19 octobre avec dans son sac un nouveau clip, un concert au Bras de Fer à Nantes et surtout la sortie d’un bel album qui brille dans la nuit. Tout ça le 19. Et si jamais vous êtes invité au repas annuel de Tante Sophie ce jour-là, séance de rattrapage le 20 au Chabada à Angers…

C’est tout pour aujourd’hui, rendez-vous la semaine prochaine si tout va bien.

11 Oct

Sorties de secours : Birth of Joy, Hubert Félix Thiéfaine et Mourn au menu du week-end

C’est bon, vous avez obtenu votre pass pour le Hellfest ? Alors vous pouvez reprendre une vie normale et courir vers la salle de concerts la plus proche. Du rock psychédélique made in Hollande, de la chanson française qui descend de la montagne et de l’indie rock catalan, c’est notre sélection serrée des concerts de ce week-end en Pays de la Loire…

Depuis son passage aux Transmusicales à Rennes en 2012, il ne se passe plus une année sans que le trio hollandais Birth of Joy ne revienne nous voir. Depuis le 29 septembre, il est à nouveau sur nos terres, prêt à dégainer son rock psychédélique fiévreux. Un groupe à déguster sur scène. Ça tombe bien, Il est le 11 octobre à Fuzz’Yon à La Roche-sur-Yon et le 12 octobre au VIP à Saint-Nazaire…

Tout corps vivant branché sur le secteur étant appelé à s’émouvoir : Un album, le premier, a suffi pour faire d’Hubert Félix Thiéfaine l’une des grandes figures de la chanson française avec sa voix et sa poésie inimitables. C’était en 1978. 40 ans plus tard, le chanteur aux 170 chansons, 5 millions d’albums vendus et 2 Victoires de la musique remonte sur scène pour une tournée anniversaire qui commence par le Zénith de Nantes vendredi 12 octobre…

Ils viennent de Catalogne, ont tous dans la vingtaine et déjà trois albums studio en poche, trois albums d’indie rock brut de décoffrage, entre punk et pop, avec des influences à chercher du côté de PJ Harvey ou Patti Smith. Mourn sera au Lieu Unique samedi 13 octobre en compagnie du Nantais Nathan Leproust et de son nouveau projet Teenage Bed…

C’est tout pour aujourd’hui, rendez-vous la semaine prochaine si tout va bien.

09 Oct

DÉCOUVERTE. The Slow Sliders surfe sur la pop tranquille

Ils sont nantais d’adoption mais brestois de naissance, quatre potes qui se sont rencontrés sur les bancs de l’école et ont décidé un beau jour de se lancer dans la musique sous les couleurs de The Slow Sliders. Ils viennent de sortir leur premier album Glissade tranquille chez Kythibong. Rencontre…

© Magad’ (Gavotte Misaine)

On le compare – trop? – souvent à Mac DeMarco, la coqueluche de l’indie pop à la cool. Il y a de ça très certainement. Mais The Slow Sliders n’a pas attendu que le nom du musicien américain soit sur toutes les lèvres pour affirmer son style, tranquille.

Un rythme posé, des guitares sous effet, une voix lointaine, flottante, et des mélodies finement ciselées qui s’invitent dans votre cerveau droit pour ne plus jamais en sortir, c’est la marque de fabrique du groupe aujourd’hui installé à Nantes.

Mais ne vous fiez pas aux apparences, derrière cette nonchalance de circonstance se cachent quatre musiciens qui ne sont pas venus jusqu’ici pour faire de la figuration. En huit ans, Gwen (guitare solo), Clovis (batterie), Victor (chant et basse) et Axel (guitare rythmique) ont acquis l’expérience nécessaire pour envisager aujourd’hui de voir plus loin, tourner à l’étranger et surtout enregistrer un premier album. Il s’appelle Glissade tranquille, huit titres qui brillent par leur écriture et leur tonalité à la fois mélancolique et lumineuse.

Nous avons rencontré Gwen et Clovis par un jour un peu triste, un peu gris, pas très loin de leur studio de répétition, pas très loin non plus de la salle de concerts nantaise Stereolux où le groupe se produira le 20 octobre. Nous avons évoqué l’album, les influences du groupe, les textes, Mac DeMarco et même la chanson Yesterday. Interview ici et maintenant…

Plus d’infos sur The Slow Sliders ici

Plusieurs dates à vernir pour voir et écouter The Slow Sliders : le 18 Octobre à l’Échonova à Saint-Avé, le 19 Octobre au Portobello à Caen, le 20 Octobre à Stereolux à Nantes, le 22 Octobre à l’Expression libre à Troyes, le 23 Octobre au Point Éphémère à Paris, le 24 Octobre à Fuzz’Yon à La Roche-sur-Yon, le 26 Octobre à L’avant-Scène à Bordeaux, le 22 Décembre à l’Espace Glenmor à Carhaix…

04 Oct

Sorties de secours : Zenzile, Her et General Elektriks au menu du week-end

Un précurseur du dub hexagonal, une figure de la soul rennaise et un groupe qui va vous faire danser, c’est notre sélection serrée des concerts du week-end en Pays de la Loire.

© Tim Deussen – General Elektriks

Il aurait pu tout arrêter au décès de son alter ego Simon Carpentier en août 2017, mais non, Victor Solf a choisi de continuer l’aventure en sa mémoire. Le premier album de Her est sorti en mars 2018, depuis, le Rennais est en tournée à travers la France, il sera jeudi 4 octobre au Chabada à Angers…

Son nouvel album sort cette semaine et signe son grand retour au dub originel, celui de la Jamaïque, celui aussi de ses débuts, Zenzile sera en live le 6 octobre au Jardin de Verre à Cholet en compagnie de Jay Ree et Jamika…

Pop, funk, hip hop, jazz, électro… le Français Hervé Salters, à l’origine du projet General Elektriks, aime le mélange des genres et, forcément, ça se sent à l’arrivée. Sa musique est la résultante de toutes ces influences. En concert, pas de temps morts, ça chante, ça danse… On saute dans ses baskets et direction le centre culturel de Saint-Sébastien-sur-Loire le vendredi 5 octobre…

C’est tout pour aujourd’hui, rendez-vous la semaine prochaine si tout va bien.

27 Sep

Sorties de secours : Keren Ann, les festivals Things We Fest et FVTVR au menu du week-end

Un festival punk, l’anniversaire d’un label nantais, une grande chanteuse folk-rock accompagnée d’un quatuor à cordes, c’est notre sélection serrée du week-end, des concerts incontournables en Pays de la Loire.

© Amit Israeli – Keren Ann

Et on reparle du Zinor. Après l’Aïnu Fest la semaine passée, la salle de concert de Montaigu accueille le Things We Fest, 2e édition. Au programme des concerts mais pas seulement avec, dans le plus grand désordre, Litovsk de Brest, Long Way Home de Nantes, Cookies de Paris, Eat Me d’Angleterre, Chacals d’Angers, Krokodil de Reims… ou encore Buried Option d’Orléans. Bref, pas loin de 25 groupes venus d’un peu tous les horizons pour deux belles soirées les 28 et 29 septembre…

Sept albums studio, des collaborations tout à fait remarquables, notamment avec Benjamin Biolay, une voix incroyablement belle et émouvante, pas mal de singles qui nous tournent encore dans la tête, essayez Sur le Fil et vous comprendrez, bref une vie déjà bien remplie. Mais Keren Ann n’est pas du genre à se reposer sur ses lauriers, la voici à nouveau sur la route, en compagnie cette fois du quatuor à cordes Debussy. Et c’est beau à en pleurer ! L’artiste sera au Quai à Angers le 29 septembre et au LU à Nantes le 2 octobre…

Il a sorti des disques de Minitel Rose, Rhum For Pauline, Pégase, Disco Anti Napoleon, Romantic Warriors, College, Ricky Hollywood, Mou ou encore Ed Mount, le label FVTVR fête ses 10 ans et vous invite à souffler les bougies en compagnie des artistes du label dans le cadre de la 4ème édition de son festival qui se déroulera le 29 septembre à Trempolino à Nantes… Au programme : exposition, concerts, performance, DJ, lives acoustiques…

C’est tout pour aujourd’hui, rendez-vous la semaine prochaine si tout va bien.

20 Sep

Sorties de secours : Vampillia, Aïnu Fest et Chien Fantôme au menu du week-end

Du métal japonais, un festival underground pour gens spéciaux et du rock de chambre… c’est notre sélection serrée du week-end, des concerts incontournables, surprenants ou déroutants. Hey Ho Let’s go !

© Rob Walbers

Du métal japonais ? Ceux qui fréquentent assidûment le Hellfest savent pertinemment que ça existe. Et si vous en doutez encore, alors direction Fuzz’Yon à La Roche-sur-Yon ce week-end, dimanche 23 septembre à 19h30 pour être précis, où se produira le groupe Vampillia. Son univers est vraiment très surprenant, à la fois doux comme la rosée du matin sur les cerisiers en fleurs et brutal comme un tsunami. C’est expérimental, avant-gardiste, inclassable… mais follement nécessaire. Vampillia partagera la soirée avec les Français Alcest…

On reste en Vendée avec l’Aïnu Fest 8e édition, une « rencontre populaire et festive de gens un peu spéciaux et particulièrement adorables autour de la musique dite amplifiée », prévient l’organisateur. Pour vérifier si vous êtes un peu spécial, direction le Zinor à Montaigu les 21 et 22 septembre. Pas mal de groupes à l’affiche dans un peu tous les styles, du reggae inversé avec Ouverture Eclair, du mur du son avec Sister Iodine, du doom jazz avec Gura, du rap minéral avec Sous-Terre, du Grave New Punk avec Sexplosion et même du Gabber musclée avec Hilguegue. Que demandez de plus ?

On termine avec Chien Fantôme, un groupe nantais qui fait dans le rock de chambre, oui oui, de la musique calme et tranquille, douce et mélancolique, aux « nuances crépusculaires et cordes fantomatiques ». Une batterie, une guitare, un violon, un violoncelle, deux voix, et hop nous voilà partis pour un beau voyage. Ah oui j’oubliais, Chien Fantôme sera en live à La Grande Barge à Nantes le 21 septembre

C’est tout pour aujourd’hui, rendez-vous la semaine prochaine si tout va bien.