24 Août

Couvre Feu à Frossay du 25 au 27 août: un festival qui donne envie de sortir…

20989023_10159371996315085_8833559477615349835_obis

Ça va pulser du côté de Frossay ce week-end. Ça va même pulser sévère. Après une édition itinérante en 2016, le festival Couvre Feu s’installe dans cette petite commune de Loire-Atlantique située à une dizaine de kilomètres du terrain de jeu qui l’a vu prospérer à Corsept. 

Un site naturel qui accueillera du vendredi 25 au dimanche 27 août six chapiteaux, trois scènes, une trentaine de groupes et quelques milliers de festivaliers, amoureux de musique tous styles confondus.

La suite ici

23 Août

Festival Couvre Feu : Tagada Jones en concert vendredi 25 août, en interview ici et maintenant

Ils courent ils courent les Tagada Jones. De ville en ville, de festival en festival, de concert en concert, ici ou ailleurs, en France, aux States ou en Angleterre, toujours aussi enragés et engagés…

Après le mémorable concert donné au Hellfest en juin, les Rennais reprennent le camion et débarquent cette fois à Frossay le 25 août dans le cadre du festival Couvre Feu. Ont-ils pu profiter de l’été pour faire des châteaux de sable à la plage ? Sont-ils heureux de venir à Frossay ? Sont-ils prêts pour la rentrée ? Autant de questions essentielles qui nous hantent depuis des semaines et que nous avons pu enfin poser au leader du groupe, Niko himself…

Capturetagadabis

La dernière fois – et la première d’ailleurs – que nous nous sommes croisés, c’était au Hellfest, un concert absolument dantesque devant une Warzone surchauffée. Tu t’en es remis ?

Niko. Oui, ce concert à vraiment été incroyable, un super souvenir. Depuis nous avons beaucoup joué et chacune des dates que l’on a fait nous a laissé de superbes souvenirs mais bien évidemment on n’a pas oublié ce HF et les 15-20.000 personnes en délire qui chantaient nos morceaux à tue-tête… Un souvenir gravé à tout jamais.

J’ai l’impression que toi et ton groupe avez depuis enchaîné les dates pour une tournée d’enfer qui court jusqu’en février 2018 je crois ? C’est de la folie…

Niko. Comme pour chaque sortie d’album, on joue énormément. Il y a déjà plus de 100 dates programmées depuis la sortie de « La peste et le choléra » en mars dernier, et ça continue… On tournera jusqu’au début 2019 et on atteindra sans doute les 200 concerts sur cette tournée. On adore la scène, c’est notre leitmotiv !

Pas de vacances ? Pas de châteaux de sable sur la plage cette année ? Boulot boulot boulot…

Niko. Mais est-ce qu’on peut considérer réellement que faire des concerts c’est du boulot? Bon disons boulot peut-être mais certainement pas boulot, boulot, boulot.  On vie de notre passion et je sais que ça n’est pas forcement donné à tout le monde. Alors tant pis, les châteaux de sable attendront.

Tu me disais dans une interview il y a quelques mois que Tagada Jones, c’était « toujours à fond ». Comment fait-on pour tenir le coup et donner le meilleur de soi à chaque concert dans ces conditions ? 

Niko. Alors chacun sa recette, mais pour ma part c’est tout de même une bonne hygiène de vie et du sport. Une bonne alimentation est déjà une sacrée source d’énergie….et puis on essaye de ne pas trop boire 😉

Qu’est-ce qui te fait te lever le matin et bondir sur scène le soir ? La rage ?

Niko. Sans doute, ça n’est pas pour rien que nous avons appelé notre boite de tournée Rage Tour. Lorsque tu te lèves pour aller à l’usine tu n’as forcément pas la même motivation que lorsque tu te lèves pour aller sur scène. Bref, les jours où l’on est un peu crevé, le public nous redonne largement assez d’énergie pour aller jusqu’au concert suivant… Et ça dure depuis 23 ans.

La rage… et l’amour de la musique je suppose. Quel album a tourné sur ta platine à en user la pointe diamant cet été ?

Niko. Alors cet été, c’est l’album de Frank Carter qui a tourné le plus. En plus, on a eu la chance de jouer deux fois avec lui cet été : au Hellfest et au mythique festival punk anglais Rebellion.

Le dernier album en date de Tagada, La Peste et Le Choléra, parle de la guerre en Syrie, des migrants, de la haine et des attentats, notamment ceux du 13 novembre à Paris. Comment as-tu vécu ceux de Barcelone ? Crois-tu qu’on puisse, qu’on doit, s’habituer à l’horreur ?

Niko. Nous avons l’habitude de nous nourrir de l’actualité pour faire nos morceaux, mais franchement on aimerait bien s’en passer !!! J’ai bien peur que pour les années à venir on paye un lourd tribut.
Il ne faut pas oublier que la quasi-totalité des auteurs d’attentats sont nos concitoyens. Nous avions fait en 2006 un morceau nommé « le feu aux poudres »  sur l’abandon des jeunes dans les quartiers les plus difficiles. Aujourd’hui, les plus faibles d’entre eux se laissent attirer dans les filets des terroristes. Il aurait fallu traiter le sujet en amont, aujourd’hui le mal est fait et ça risque de durer encore longtemps, trop longtemps.

On a le sentiment que cet album, le neuvième, est une étape importante, qu’il a propulsé le groupe dans une autre dimension…

Niko. Je crois que c’est sans doute l’intégralité de la carrière de Tagada qui propulse le groupe. Nous avons un parcours atypique puisque nous avons toujours tout fait en DIY (Do It Yourself, ndlr). Il n’y a donc jamais eu de gros moyens ou de grosses promos, juste le travail de petites fourmis du rock, indépendantes et alternatives. Aujourd’hui pas mal de jeunes s’intéressent à ce parcours différent, loin des succès, de la mode et des hits radios.

Direction le festival Couvre Feu vendredi 25 août, une étape comme les autres ?

Niko. Oui et non, ce sera la troisième fois que nous nous produirons sur le festival, alors on a toujours une émotion supplémentaire quand on joue pour des gens qui nous soutiennent depuis le début. Et puis la Loire-Atlantique c’est une région où Tagada à toujours eu de très bons retours, on s’attend donc à une belle ambiance.

Comment s’annonce la rentrée pour les Tagada Jones ? Vous avez bien toutes vos petites fournitures ?

Niko. On prépare de petits changements dans le set, car comme on joue énormément et que pas mal de gens viennent nous voir plusieurs fois dans l’année on ne veut pas les lasser. Donc, au programme de la rentrée : remplacer quelques anciens crayons par des crayons neufs !!!

Merci Niko

Plus d’infos sur Tagada Jones ici et sur le festival Couvre feu là

Fonetiq Flowers, le nouvel album du groupe angevin Lo’Jo dans les bacs le 1er septembre

3149026003514_600

35 ans d’existence, 35 ans à promener sa poésie musicale dans tous les coins et recoins de l’hexagone. Une aventure exceptionnelle pour ce groupe angevin emmené depuis le début en 1982 par Denis Péan et Richard Bourreau, rejoints par la suite par Nadia et Yamina Nid El Mourid, Kham Meslien, Franck Vaillant et Baptiste Brondy.

Fonetiq Flowers est son quatorzième album. Il sera disponible le 1er septembre en CD, digital et en vinyle…

Comme toujours, Lo’Jo nous invite avec cet album à un incroyable voyage musical avec une douzaine de chansons ouvertes sur le monde, un mélange de chanson française et de world music. Lo’Jo est un « groupe discrètement essentiel » écrivait très justement Stéphane Deschamps pour Les Inrocks à la sortie de l’album précédent « Cinéma el Mundo ». Je confirme…

Eric Guillaud

21 Août

Teriaki, festival des musiques indépendantes et scénographiées au Mans du 24 au 27 août

Captureteriaki

Inutile de jouer les équilibristes comme la demoiselle de l’affiche pour réclamer à cor et à cri de la bonne musique pour votre retour de vacances, le festival Teriaki a pensé à vous comme il le fait tous les deux ans depuis… depuis pas mal de temps déjà !

22 ans d’existence ? Il suffisait de compter, c’est simple, c’est en tout cas la onzième édition, oui déjà, de ce festival de musiques indépendantes et scénographiées. 22 ans mais Teriaki refuse toujours de rentrer dans le rang des festivals policés. Ici, on ne fait pas dans la complaisance, ni dans la demi-mesure, Teriaki est un festival de passionnés pour les passionnés, un rendez-vous de curiosités sonores et visuelles pour ceux qui aiment la découverte, le décalé et parfois même le bizarre.

Bizarre, vous avez dit bizarre ? 

Oui oui, on a dit bizarre. Bizarre comme ce groupe de Rouennais Agamemnonz qui joue de la surf-music avec un nom de héros et des costumes de dieux grecs. Pas banal…

Παράξενος diraient les Grecs mais je m’égare. Agamemnonz ne sera pas seul à braver les stades, pardon les scènes du festival. Comme à chaque édition, la programmation se veut riche et surprenante avec quelques grands noms des musiques amplifiées contemporaines, Holy Fuck, Yonatan Gat ou encore Torb…

À l’affiche également, des groupes émergents tels que Usé, Le Comte ou Cold Pumas…

Et des locaux, Yum Yum, Tanguy Clerc ou Quadrupède du Mans…

Musique mais pas que, Teriaki, c’est aussi des installations connectant musiques amplifiées et nouvelles technologies, des performances, des ateliers, des conférences, des ciné-concerts… avec pour unique objectif  « de susciter l’inoubliable, de suggérer le sourire et de provoquer la fête ». On ne pouvait rêver de mieux, On se retrouve sur le dancefloor…

Plus d’infos sur le festival ici

18 Août

Festival Terra Incognita : trois bonnes raisons de courir à Carelles les 18 et 19 août

© Florent Dubois

MNNQNS © Florent Dubois

Pour les pas trop balaises en géo, Carelles se trouve dans le nord de la Mayenne, pratiquement à la frontière avec la Basse-Normandie. Et que se passe-il à Carelles depuis 7 ans à pareille époque ? Le festival Terra Incognita qu’on ne peut que vous conseiller au regard de la programmation. Alors que se joue à quelques kilomètres de là – 113 exactement – La Route du rock avec quelques pointures internationales comme The Jesus and Mary Chain, PJ Harvey ou encore Mac Demarco, Terra Incognita vous propose plutôt de défricher le terrain musical à grands coups de découvertes.

Un village avec tout ce qu’il faut pour passer un bon moment, un camping pour bien dormir, des petits plats confectionnés à partir d’ingrédients issus de l’agriculture biologique et/ou locale… Que demander de plus ? De la musique peut-être. Vingt groupes sont à l’affiche et parmi eux nos trois bonnes raisons de courir à Carelles :

1/ Les MNNQNS ou MaNNeQuiNS viennent de Rouen et balancent un rock à la fois sauvage et élégant, influencé par des groupes comme Television, Sonic Youth, Death Grips, Tame Impala ou encore The Horrors. Adrian, le chanteur et guitariste du groupe nous confiait dans une interview fin 2016 : « toute la démarche du projet étant d’écrire le meilleur morceau pop possible avant de l’envoyer valser dans les abysses à grand renfort d’effets et de dissonances ». C’est la formule secrète de MNNQNS et c’est bon !

2/ Pethrol avec un H et sans E est un duo pop électro lyonnais fondé en 2013 et réunissant la pétillante Héloïse Derly et le sympatique Cédric Sanjuan. Un album au compteur, « Figures », pas mal de concerts à travers la France et quelques clips dont le magnifique « As Far As I Know » que voici voilà…

3/ Mountain Bike vient d’une ville dont le nom se termine par elles comme Carelles mais commence par Brux. Ils sont belges donc mais ont révisé leur géo, eux, et posté ces quelques lignes sur leur compte Facebook : « Ce samedi on sera au festival Terra Incognita. On a regardé sur Wikipédia, c’est situé dans le pays de la Loire (la charmante localité de Carelles se trouve à mi chemin entre Rennes, le Mans et Saint Malo), il y a 20 habitants au Km2 et la densité de population est en légère baisse. Voilà ». Merci Wikipédia. Pour ce qui est de la musique, Mountain Bike joue un rock aux mélodies imparables dans la lignée de leurs concitoyens Absynthe Minded…

Voilà nos trois bonnes raisons mais il y en a beaucoup d’autres…

Plus d’infos sur le festival ici

Eric Guillaud

En attendant la rentrée : rencontre avec David Darricarrère et Léa Colombet du groupe Das Kinø

Capturedaskino

Sur la pochette de l’album comme sur scène, David Darricarrère et Léa Colombet ne font qu’un(e), une osmose totale, une complicité de tous les instants, mieux encore une romance musicale. Alors quand on interviewe Das Kinø, on interviewe forcément David ET Léa dans un même élan…

C’était un soir de printemps 2017 au Ferrailleur à Nantes. Das Kinø fêtait la sortie de son premier album, « The call of a vision », en offrant à une centaine de fans présents un concert magique, de ceux qui vous marquent pour quelques années, une salle en configuration lounge, musiciens, techniciens et public au même niveau dans la fosse, une lumière tamisée, un son feutré, une intimité extraordinaire et une pop électro-sensuelle qui vous colle des frissons… Bonheur !

La suite ici

 

On se pince le nez mais on ouvre grand les oreilles : Du fumier pour accueillir les festivaliers de La Route du Rock chez nos voisins bretons

©PHOTOPQR/OUEST FRANCE/Margaux Tertre LE 15 08 2017 ; Les gendarmes ont dû intervenir, hier après-midi, pour une médiation entre les organisateurs du festival La Route du Rock et un agriculteur (MaxPPP TagID: maxnewsworldfour341375.jpg) [Photo via MaxPPP]

© MaxPPP / Margaux Tertre

La fête promettait d’être belle et elle sera assurément au rendez-vous jusqu’au dimanche 20 août même si un agriculteur propriétaire de quelques terrains autour du site principal du festival breton a eu l’indélicatesse de déposer deux gros tas de fumier à quelques heures de l’ouverture, l’un près de l’entrée des artistes et l’autre près du point d’accueil des festivaliers.

« C’est l’aboutissement d’années de tensions et de rapports détestables », a expliqué à l’AFP le directeur de la Route du rock, François Floret, jugeant que l’agriculteur, Jean-Luc Lecoulant, « agit comme un seigneur sur son domaine. Nous ne disons rien d’habitude face à son chantage et à ses mesquineries, pour ne pas mettre d’huile sur le feu, mais nous sommes obligés cette fois de nous expliquer afin de faire comprendre que nous sommes victimes de cet individu ».

Il accuse l’agriculteur d’utiliser l’électricité du fort pour alimenter les clôtures des enclos où paissent ses vaches charolaises. « Non seulement il se sert du circuit communal à titre privé, mais cela pose un problème de sécurité, pour l’évacuation des lieux, si ce branchement sauvage venait à faire sauter la lumière », dénonce François Floret.

Jean-Luc Lecoulant, de son côté, refuse de s’exprimer. « Je suis chez moi, je fais ce que je veux ! », a-t-il simplement lâché au journal Ouest-France.

Appelés sur place par les organisateurs, les gendarmes n’ont pas constaté d’infraction « à première vue », jugeant l’agriculteur libre de déposer du fumier sur ses terres. Ils ont tenté en vain de jouer les médiateurs. Le maire de la commune de 2.400 habitants, Jean-Francis Richeux, regrette « la façon de faire » de Jean-Luc Lecoulant, qu’il a démis mercredi de ses fonctions d’adjoint.

Mais qu’importe l’odeur du moment qu’on a le son, le bon son , et de ce côté-là ça devrait aller. Pour sa 27e édition, La Route du Rock vous offre sur un plateau The Jesus and Mary Chain, PJ Harvey, Allah Las, Angel Olsen, Parquet Courts, Mac Demarco, Future Islands, Soulwax, Thee oh Sees, Temples, Black Lips, Yak… bref que du bon et il reste des places.

Eric Guillaud avec L’AFP

Plus d’infos sur le festival ici, le papier de France3 Bretagne ici et celui des Inrocks là

17 Août

Ultra Vomit : le making-of du clip « Kammthaar »

Il y a deux mois, le groupe nantais Ultra Vomit partageait sur les réseaux sociaux son dernier clip en date, « Kammthaar », truffé d’humour et d’effets spéciaux. 680 000 vues plus tard, oui oui ça marche plutôt pas mal pour eux merci, voici le making-of du clip histoire de tout connaître des secrets de beauté des quatre garçons et accessoirement des secrets de tournage…

Et pour ceux qui n’auraient pas encore vu le clip original. Montez le son…

16 Août

Wax mag : un nouveau magazine pour tous les amoureux du vinyle

IMG_1015

Un bon vieux magazine papier pour parler de nos bons vieux vinyles, c’est le concept à la fois simple et pertinent de Wax mag dont le premier numéro est disponible en kiosque depuis cet été et parfois diffusé gratuitement dans quelques enseignes commerciales.

Au sommaire : les dernières sorties bien évidemment, des news en pagaille, un papier sur le label Stax (Sam and Dave, Booker T and the Mgs, Rufus Thomas,…) dont on célèbre le soixantième anniversaire, un zoom sur le Summer of love, une rencontre avec deux fous de vinyles, le Français Antoine de Caunes d’un côté et l’Américain Jack White de l’autre, ce dernier étant le génial musicien que l’on connaît (White Stripes, The Raconteurs…) mais aussi le fondateur du label Third Man Records…

Wax Mag ne joue pas dans la même cour que Rock’n’folk, Noise et autre Rolling Stone mais compte assurément accompagner ce nouvel engouement du grand public pour le vinyle, un engouement dont les raisons, précise le rédacteur en chef Alain Gouvrion, « ne doivent pas tant à la nostalgie qu’à la beauté de l’objet lui-même et par la qualité du son qu’il propose, longtemps vantée par ces adorateurs du vinyle qu’on moquait encore il y a peu… : des collectionneurs vieillissants qui couraient les conventions de disques, les brocantes ou les derniers disquaires de Londres, L.A. ou Barcelone, pour dénicher la perle rare, obscure bande-originale d’un film horrifique des seventies ou obscur groupe psychédélique brésilien ». Les temps changent!

Pour l’instant, le magazine est disponible en kiosque sur Paris, Rennes et Toulouse, et parfois distribué gratuitement par quelques enseignes de la grande distribution, notamment à Atout Sud Rezé en périphérie de Nantes. Le deuxième numéro est prévu pour le 20 septembre.

Eric Guillaud