VIDEO. Parité : les ministères loin du compte

Depuis l’arrivée de François Hollande à l’Elysée, les gouvernements se sont succédé et, à chaque fois, photo de famille à l’appui, la parité a été respectée. Dans la bouche des membres du gouvernement, la parité revient un peu comme un refrain. A les entendre, l’équilibre entre hommes et femmes pourrait être la règle partout. Mais respectent-ils ce principe dans leurs propres cabinets ministériels ? L’Œil du 20h a fait les comptes.

35% de femmes, un quart de dirigeantes

En réalité, parmi les 472 collaborateurs qui composent l’entourage des ministres et des secrétaires d’Etat, 65% sont des hommes. Les femmes sont d’ailleurs en minorité dans la grande majorité des cabinets. Sur le podium des mauvais élèves, la première place revient au ministère de l’Intérieur et ses 88% d’hommes. Deuxième place pour le ministère des Finances et des Comptes publics. Le ministère de l’Ecologie occupe la troisième place.

Mais la parité, ce n’est pas seulement une question de moyenne. Quand elles travaillent dans des cabinets ministériels, les femmes sont encore plus rares que les hommes aux postes de direction. Seuls 25% des directeurs et chefs de cabinet sont des femmes.

Nota : L'équipe de l'Œil du 20h s'excuse pour la faute d'orthographe qui s'est nichée dans le deuxième graphique présenté dans ce reportage. Il fallait naturellement lire "handicapés".

VIDEO. Grèce : à quand la fin de l'austérité ?

En Grèce aussi, les soirées de victoires électorales sont pleines de promesses. Mais le plus n'est-il pas de les tenir, même quand on incarne la rupture comme Alexis Tsipras ? Selon notre décompte, le gouvernement de gauche radicale a été obligé d'adapter certaines mesures de son programme depuis sa victoire en janvier dernier.

Au revoir la Troïka… enfin presque

L’un des objectifs annoncés d’Alexis Tsipras était de botter les experts Troïka (le FMI, la BCE et la commission européenne) hors de Grèce. C’est chose faite : la Grèce traite désormais avec un quintet dénommé “Groupe de Bruxelles”. Seul problème : les trois experts de la Troïka sont toujours de la partie.

Le Premier ministre avait également promis d’augmenter immédiatement le salaire minimum en le ramenant à 751 euros mensuels et de stopper les privatisations. Mais là encore, tout ne s'est pas passé comme prévu.

VIDEO. Origine de la viande dans nos plats cuisinés : encore du flou dans les étiquettes

Depuis le scandale de la viande de cheval, certains industriels et les pouvoirs publics avaient promis la transparence. Deux ans plus tard, l’Oeil du 20h a voulu vérifier si toutes les étiquettes de nos lasagnes et autres hachis donnaient une information précise sur l’origine de la viande mitonnée dans ces barquettes. Nous avons donc testé 190 produits transformés à base de viande de bœuf et de porc de 17 marques différentes. Bilan mitigé : 52% des étiquettes indiquent le pays d’origine de la viande.

Peu d’obligations, peu de volonté

Parmi les mauvais élèves, on retrouve notamment Leclerc, Williams Saurin et Leader Price. Il faut dire qu’aucune de ces marques ne s’était engagée à plus de transparence après le scandale. Mais les enseignes, qui avaient promis de tout dire à leurs consommateurs, jouent-elles totalement le jeu ? Pas si sûr…

Du côté des pouvoirs publics, si une loi a été votée il y a un an, son application se fait attendre. Pour qu’elle entre en vigueur, il faut que tous les pays de l’Union européenne adoptent  le même principe. Le commissaire européen en charge du dossier que nous avons rencontré semble préférer le volontariat à la mise en place d’une mesure stricte… comme la loi votée en France.

VIDEO. Déontologie à la mairie de Paris : du retard à l'allumage ?

Parmi les réalisations dont la nouvelle maire de Paris est la plus fière figure en bonne place sa réussite en matière de déontologie. Dès juillet 2014, les services d’Anne Hildago annonçaient dans un dossier de presse que “les conseillers de Paris ont désormais un code de déontologie qui établit un corpus de règles et de grands principes éthiques”. Pourtant, lorsque l’Oeil du 20h s’est penché dessus, il s’est aperçu que le compte n’y était pas.

Des élus en HLM, la transparence oubliée

Dans le plan initial de la maire de Paris, les élus de la capitale devaient notamment s’engager à ne plus habiter dans un logement social. Un an plus tard, ils sont toujours quatre à en occuper un. Et parmi eux, seule l’élue communiste Raphaëlle Primet a accepter de s’expliquer.

Autre élément, le code de déontologie prévoyait une transparence totale sur le patrimoine des élus. Problème : sur la site de la mairie de la ville, on ne trouve trace d’aucune déclaration. Et pour cause, une nouvelle commission est depuis rentrée dans le jeu. Sans son aval, impossible de publier le patrimoine des élus et en six mois de fonctionnement, elle n’a toujours pas siégé.

VIDEO. Extrême-gauche, extrême-droite : même programme économique ?

Les périodes électorales sont propices aux nouveaux éléments de langages. Pendant la campagne départementale, la droite a fait émerger un nouvel argument pour lutter contre le Front national. Selon plusieurs cadres de l’UMP, le programme économique de l’extrême-droite serait le même que celui de l’extrême-gauche. Nicolas Sarkozy et ses lieutenants se sont notamment appuyés sur les positions communes de Jean-Luc Mélenchon et Marine Le Pen sur la victoire de la gauche radicale en Grèce ou l’âge de départ à la retraite.

Des accords et beaucoup de désaccords

Mais cela suffit-il pour affirmer que l’extrême-gauche et l’extrême-droite partagent leur programme économique ? L’Oeil du 20h a passé au crible toutes les propositions de l’élection présidentielle de 2012 du Front National, du Front de Gauche, du NPA et même de Lutte Ouvrière. Conclusion : si certaines mesures sont partagées notamment par le Front de Gauche et le Front national, une trentaine de mesures rend les programmes incompatibles.

VIDEO. La grosse intox du parachute doré des conseillers généraux

Ces derniers jours, L’Oeil du 20h a bien cru être passé à côté d’un vrai scoop. Selon une pétition en ligne et plusieurs sites d’information  classés à droite, “les élus battus aux élections se seraient voté un parachute doré”. Le message est simple : à quelques jours d’une  possible défaite, les socialistes auraient assuré leurs arrières financièrement parlant. Problème : ce n’est pas aussi simple que ça.

Une double intox

Jusqu’à présent, quand un élu local (maire, conseiller municipal, ou régional…) perd son mandat, il ne touche pas de chômage, mais une indemnisation. Jusqu’à présent, il la touchait pendant 6 mois. Le 19 mars dernier, l’assemblée nationale a porté ce délai à un an. Pour autant, le montant de l’indemnisation n’a lui pas été augmenté.

Mais ce qui étonne ceux qui dénoncent cette nouvelle mesure, c’est surtout le moment choisi par les députés – de droite et de gauche - pour voter cette loi. Les parlementaires ont-ils voté une loi taillée sur-mesure pour ceux qui seraient battus aux départementales ? Pas vraiment. Ce texte a été élaboré à l’automne 2012 et surtout, il ne sera applicable qu’en janvier 2016.

VIDEO. L'armée française louera-t-elle bientôt ses armes ?

Et si notre armée partait bientôt en guerre avec des véhicules de location ? Si l’idée paraît étonnante, elle n’en est pas moins prévue par le ministère de la Défense. Dans le cadre de la loi Macron, le gouvernement a fait passer un amendement qui a attiré l’Oeil du 20h. Ce texte permet au ministère de la défense d'effectuer un drôle de passe-passe budgétaire en l'autorisant à vendre des frégates militaires et des avions de transports à des sociétés créées de toute pièce pour l'opération puis à louer ce même matériel à ces mêmes sociétés.

La Défense, un budget sanctuarisé

En vendant ce matériel, l'Etat ferait rentrer deux milliards d’euros dans ses caisses. Une somme qui correspond précisément à ce qui manque aujourd'hui au ministère de la Défense pour boucler son budget 2015. En début d'année, le gouvernement espérait combler ce trou en vendant certains bâtiments officiels ou des fréquences hertziennes de l’armée. Mais ces projets ne sont plus d’actualité.

Trouver une solution est d’autant plus urgent que François Hollande a promis de “sanctuariser”le budget des armées françaises à hauteur de 31.4 milliards d'euros. Un impératif alors que les troupes sont engagées en Afrique et au Moyen-Orient, mais aussi en France pour faire face à la menace terroriste.

VIDEO. Mais au fait, qui fait le jeu du FN ?

Depuis quelques semaines presque tous les sondages placent le Front national en tête pour les élections départementales. A droite à gauche, et au centre, on cherche des explications mais surtout des coupables. Cela dit, des partis adverses qui s’accusent mutuellement, il n’y a rien d’étonnant.

Plus surprenant, certains socialistes se sont mis à accuser… d’autres socialistes. C’est le cas notamment de l’ancien ministre Benoït Hamon et du porte-parole du gouvernement Stéphane Le Foll.

Alors pourquoi cet argument revient-il sans cesse ? Jean-Yves Camus, politologue spécialiste de l’extrême droite a sa petite idée. Cet élément de langage traduit l'impuissance des autres partis à lutter contre la montée du Front national.

VIDEO. Paquet neutre : les buralistes et les antisèches de l’industrie

Fin mars, la loi Santé devrait entériner définitivement l’adoption du paquet neutre de cigarettes. Le temps presse pour les buralistes qui jettent leurs dernières forces dans la bataille contre le projet. Selon ces derniers, il y a de vrais raisons de s’inquiéter de l’instauration de cette mesure dans l’Hexagone. A la télévision, selon le président de la Confédération des buralistes, Pascal Montredon, comme sur le site officiel nonaupaquetneutre.fr, c’est surtout l’exemple précédent de l’Australie qui fait débat.

Une étude financée par les industriels du tabac

Selon les chiffres avancés, l’introduction du paquet neutre au pays des kangourous aurait fait augmenter la marché illicite de 25%. Problème : l’étude sur laquelle ces chiffres sont basés a été commandée par… trois des plus grands industriels mondiaux du tabac. De grandes firmes qui fournissent aux buralistes des chiffres, mais également des arguments si l’on en croit une note confidentielle de Philip Morris que l’Oeil du 20h s’est procurée.

VIDEO. A la recherche des commissions "Théodule"

De Charles de Gaulle à François Hollande, tous les présidents de la Vème République ont eu la même idée : à chaque problème ou presque, ils ont créé une commission. Mais tous ces groupes de travail sont-ils toujours utiles aujourd’hui ? Pour le savoir, l’Oeil du 20h a lui aussi monté sa commission d‘enquête.

Pas facile de cerner le domaine de compétence et l'activité réelle de certaines commissions et autres comités de suivi. Parmi les 594 instances répertoriées en 2013, on trouve par exemple la commission des téléphériques, le comité stratégique de calcul ou encore la commission interministérielle des données d’origine spatiale. En tout, leur budget de fonctionnement dépasse les 26 millions d’euros pour 2013. Or, selon le projet de loi de finances 2015 que nous avons consulté, certaines de ces commissions ne se sont tout simplement pas réunies pendant plus d’un an.