Klaus Mäkelä en répétition avec l'orchestre de Paris C) Eric Garault

Klaus Mäkelä à la tête de ses troupes de l'orchestre de Paris dans Mahler, avec Renaud Capuçon en "guest"

C'est en apparence un concert classique de l'orchestre de Paris -un concerto, une symphonie. Avec un programme exigeant, Berg et Mahler. Oui, mais il y a ce jeune et nouveau titulaire à la tête de l'orchestre. Klaus Mäkelä, 25 ans. Et Renaud Capuçon en soliste. Y aller, donc. Une connexion...

Salonen et l'orchestre de Paris C) Julien Mignot

Salonen avec l'orchestre de Paris dans son "arbre généalogique": son magnifique hommage à Sibelius

Un concert enregistré il y a quelques jours à la Philharmonie de Paris où l'orchestre de Paris était dirigé par le grand Esa-Pekka Salonen. Au programme le compatriote du chef finnois, Jean Sibelius, en ses deux dernières symphonies, aussi exigeantes qu'admirables. Et le Tout-Paris des critiques était là! Un Sibelius...

Daniel Harding C) M. Benguigui Pasco

Une rare version pour voix d'hommes du "Chant de la terre" de Mahler par Matthias Goerne et l'orchestre de Paris

Concert privé avant Noël, le dernier de la sinistre année 2020. Privé, c'est-à-dire ouvert aux journalistes, avant que d'être disponible pour le public, sur les plates-formes. Ici, l'orchestre de Paris, dans une version rare du "Chant de la terre" de Gustav Mahler, enregistré à la Philharmonie de Paris. Un chef-d'oeuvre...

Khatia Buniatishvili et, en amorce, Marin Alsop C) Mathias Benguigui, Pasco and Co

A l'orchestre de Paris une rentrée féminine avec Buniatishvili, Marin Alsop et... Beethoven

L'orchestre de Paris reprenait sa saison avec une invitée de prestige, la flamboyante Khatia Buniatishvili, mais aussi avec une cheffe, Marin Alsop, la soixantaine, et qui l'a donc été à une époque où elles étaient rarissimes. Une rencontre de deux femmes bien différentes et qui a eu lieu... surtout grâce...

Marianne Crebassa et E.P. Salonen en répétition générale C) Pasco and Co

Une exceptionnelle "Symphonie n° 3" de Mahler par Esa-Pekka Salonen et l'orchestre de Paris

Trois soirs au lieu des deux habituels de l'orchestre de Paris. L'événement le valait, la plus longue symphonie de Mahler par un des meilleurs chefs de l'époque, Esa-Pekka Salonen, dans une Philharmonie de Paris qui aurait pu, sans les grèves, être encore plus remplie. Et, superbe cerise sur le gâteau,...

Tugan Sokhiev dirige l'orchestre de Paris C) Mathias Benguigui

Renaud Capuçon et son magnifique Schumann, l'orchestre de Paris à l'heure russe

La Philharmonie de Paris accueillait successivement la semaine dernière l'orchestre de Paris et l'orchestre national de France dans deux programmes parallèles, une grande symphonie pas si souvent jouée, un concerto pour violon de deux amis. L'occasion de comparaisons... intéressantes. Bonne nouvelle de la tutelle Et l'on a d'abord été rassuré...

Des musiciens attentifs, Daniel Harding et l'orchestre C) William Beaucardet

Brahms et Sibelius accompagnent les adieux de Daniel Harding à l'orchestre de Paris

C'était mercredi et jeudi le dernier concert de la saison pour l'orchestre de Paris et c'étaient aussi les adieux de son chef titulaire, Daniel Harding, après trois ans à sa tête. Un programme exigeant, Brahms et Sibelius, et une attention décuplée pour des musiciens conscients du moment vécu. Un adieu...

Répétition avec les choeurs, un énorme orchestre et Harding C) Mathias Benguigui, Pasco and Co

A la Philharmonie, Daniel Harding et l'orchestre de Paris nous livrent un "War requiem" de Britten douloureux et apaisé

A la Philharmonie de Paris Daniel Harding et l'orchestre de Paris donnaient la semaine dernière le "War Requiem", chef-d'oeuvre pacifiste de Benjamin Britten, Un Requiem pour la paix Daniel Harding à la tête de l'orchestre de Paris, c'est bientôt la fin (et l'on ne sait toujours pas qui lui succédera). Dommage car...

Un Capuçon contre un mur gris C) François Darmigny

Renaud Capuçon et Stéphanie d'Oustrac passent de Bartok à Berlioz avec l'orchestre de Paris

Renaud Capuçon, Stéphanie d'Oustrac et l'orchestre de Paris: belle affiche à la Philharmonie, sous la baguette d'un jeune chef, Jakub Hrusa, qui dirigeait pour la première fois la formation parisienne. Et un programme assez foutoir, composé d'oeuvres pas si souvent données. Un programme joyeusement foutoir Ives, Bartok, Berlioz et Janacek:...