Klaus Mäkelä en répétition avec l'orchestre de Paris C) Eric Garault

Klaus Mäkelä à la tête de ses troupes de l'orchestre de Paris dans Mahler, avec Renaud Capuçon en "guest"

C'est en apparence un concert classique de l'orchestre de Paris -un concerto, une symphonie. Avec un programme exigeant, Berg et Mahler. Oui, mais il y a ce jeune et nouveau titulaire à la tête de l'orchestre. Klaus Mäkelä, 25 ans. Et Renaud Capuçon en soliste. Y aller, donc. Une connexion...

Salonen et l'orchestre de Paris C) Julien Mignot

Salonen avec l'orchestre de Paris dans son "arbre généalogique": son magnifique hommage à Sibelius

Un concert enregistré il y a quelques jours à la Philharmonie de Paris où l'orchestre de Paris était dirigé par le grand Esa-Pekka Salonen. Au programme le compatriote du chef finnois, Jean Sibelius, en ses deux dernières symphonies, aussi exigeantes qu'admirables. Et le Tout-Paris des critiques était là! Un Sibelius...

Marianne Crebassa et E.P. Salonen en répétition générale C) Pasco and Co

Une exceptionnelle "Symphonie n° 3" de Mahler par Esa-Pekka Salonen et l'orchestre de Paris

Trois soirs au lieu des deux habituels de l'orchestre de Paris. L'événement le valait, la plus longue symphonie de Mahler par un des meilleurs chefs de l'époque, Esa-Pekka Salonen, dans une Philharmonie de Paris qui aurait pu, sans les grèves, être encore plus remplie. Et, superbe cerise sur le gâteau,...

Esa-Pekka Salonen C) Clive Barda

Salonen passe au scalpel Wagner et Bruckner à la tête du Philharmonia

La curiosité d'Esa-Pekka Salonen est légendaire. Ce 5 octobre il s'attaquait à des "fondamentaux", Wagner, Schönberg et Bruckner. Comme une immense symphonie germanique et nocturne dont le Philharmonia de Londres était le bras armé. Superbes moments au Théâtre des Champs-Elysées... L'allure dansante et juvénile... Il entre, en noir, d'un pas...

Daniel Lozakovitch le 28 juin D.R.

Daniel Lozakovitch, le nouveau prodige du violon, se confronte à Bach à la Fondation Vuitton

Prodige, cela fait quelque temps qu'on le dit. Ou "le nouveau Yehudi Menuhin". Daniel Lozakovitch, suédois comme son physique ne l'indique guère, était l'autre jour à la Fondation Louis-Vuitton pour un récital en solo mêlant Bach à Paganini et d'autres pièces virtuoses. Prélude d'un été où l'on pourra l'entendre souvent....