Tugan Sokhiev dirige l'orchestre de Paris C) Mathias Benguigui

Renaud Capuçon et son magnifique Schumann, l'orchestre de Paris à l'heure russe

La Philharmonie de Paris accueillait successivement la semaine dernière l'orchestre de Paris et l'orchestre national de France dans deux programmes parallèles, une grande symphonie pas si souvent jouée, un concerto pour violon de deux amis. L'occasion de comparaisons... intéressantes. Bonne nouvelle de la tutelle Et l'on a d'abord été rassuré...

Karina Canellakis et l'Orchestre de Paris C) Eric Garault-Pasco

La cheffe Canellakis ouvre la saison de l'orchestre de Paris avec Ravel et Bartok

Ouverture de saison à la Philharmonie pour l'orchestre de Paris et premier concert sans chef permanent après le départ de Daniel Harding. Mais une cheffe (pour faire aussi le buzz?): l' Américaine Karina Canellakis dans un programme varié réunissant Wagner, Ravel et Bartok. L'uniforme des cheffes Elle entre d'un pas...

Des musiciens attentifs, Daniel Harding et l'orchestre C) William Beaucardet

Brahms et Sibelius accompagnent les adieux de Daniel Harding à l'orchestre de Paris

C'était mercredi et jeudi le dernier concert de la saison pour l'orchestre de Paris et c'étaient aussi les adieux de son chef titulaire, Daniel Harding, après trois ans à sa tête. Un programme exigeant, Brahms et Sibelius, et une attention décuplée pour des musiciens conscients du moment vécu. Un adieu...

Répétition avec les choeurs, un énorme orchestre et Harding C) Mathias Benguigui, Pasco and Co

A la Philharmonie, Daniel Harding et l'orchestre de Paris nous livrent un "War requiem" de Britten douloureux et apaisé

A la Philharmonie de Paris Daniel Harding et l'orchestre de Paris donnaient la semaine dernière le "War Requiem", chef-d'oeuvre pacifiste de Benjamin Britten, Un Requiem pour la paix Daniel Harding à la tête de l'orchestre de Paris, c'est bientôt la fin (et l'on ne sait toujours pas qui lui succédera). Dommage car...

D. Harding et l'orchestre de Paris C) William Beaucardet

L'orchestre de Paris et Daniel Harding dans un Beethoven imprévu et un Brahms imprévisible

Beethoven et Brahms, rien que du très classique à l'orchestre de Paris -ce qui est loin d'être désagréable. Un concerto du premier par un bon pianiste allemand, une symphonie du second. Pourquoi ce concert-là avait-il particulièrement retenu mon attention? A cause d'une absente. Maria Joao Pires... Le départ de Maria...