06 Déc

Making Of MONGEVILLE épisode 17 « Vénus Maudite »

Nouvel épisode de ma web-série « INSTANT DE TOURNAGE ».

Vous êtes fan de « Mongeville » avec Francis Perrin ? Découvrez les coulisses du tournage de l’épisode Vénus Maudite.

Un épisode inédit réalisé par Bénédicte Delmas à découvrir samedi 8 décembre à 21h sur France 3avec MARIANNE JAMES dans la peau d’une antiquaire excentrique !

Vous pourrez y découvrir toutes les problématiques d’un décor autant magnifique que compliqué, surtout lorsque la météo est capricieuse.

Comme je vous l’annonçais dans l’article du making of de l’épisode « La porte de Fer », j’ai passé une journée sur le tournage de l’épisode Vénus Maudite ainsi qu’une demi journée en post-production en mai de cette année.

Vous n’êtes pas sans savoir que mon métier principal est le montage de fiction. J’ai donc décidé de vous parler de ce métier-passion qui m’anime depuis bientôt 20 ans. Les coulisses de la fabrication de votre série n’auront plus de secrets pour vous… 

©Stéphane Hoarau / Son et Lumière

 

Détails de l’épisode inédit diffusé le 8 décembre 2018 à 20h55 sur France 3 :

VENUS MAUDITE – Réalisé par Bénédicte DELMAS, écrit par Baptiste FILLEUL & Fabien CHAMPION

©Stéphane Hoarau / Son et Lumière

SYNOPSIS

Elias, nouvelle coqueluche du monde de l’archéologie, est retrouvé assassiné dans le chantier de fouilles de la région bordelaise où il travaillait. A-t-il été victime de son succès, ou bien des mystères de son passé d’aventurier? À moins que sa mort ne soit liée à la disparition d’une Vénus paléolithique rare, fraîchement exhumée, et réputée maudite. Pour déterrer les secrets de la victime, Mongeville et Valentine vont devoir enquêter à la pioche et au pinceau.

©Stéphane Hoarau / Son et Lumière

©Stéphane Hoarau / Son et Lumière

Avec :

Francis PERRIN (Mongeville)

Gaëlle BONA (Valentine)

Pierre AUSSEDAT (Briare)

Jean-Philippe LACHAUD (Stéphane)

Christiane BOPP (Pauline)

Armelle DEUTSCH

Marianne JAMES

Marie DENARNAUD

Quentin FAURE 

 

 

>> EXTRAIT de l’épisode 

Marianne James face au Juge Mongeville !

VENUS MAUDITE, un épisode inédit du Juge MONGEVILLE 🔍🕵🏻‍ samedi 8 décembre à 21h sur France 3 avec MARIANNE JAMES dans la peau d'une antiquaire excentrique !#Mongeville #francisperrin #gaellebona #mariannejames #armelledeutsch #mariedenarnaud #france3 #polar

Publiée par Mongeville sur Lundi 3 décembre 2018

>> Pour en savoir plus…

> Le facebook de la série

> Mais aussi l’interview de Marianne James dans Télémagazine pour son rôle dans MONGEVILLE !

 

 

 

26 Oct

LA RÉVOLTE DES INNOCENTS, le précieux film en costumes de France 3

J’ai eu l’honneur et le plaisir de monter ce film aux côtés du réalisateur Philippe NIANG. Il sera diffusé le 20 novembre à 21h sur France 3 dans le cadre d’une soirée débat. 

La Révolte des Innocents

Il faut parfois un drame, pour changer le cours de l'histoire… RDV Mardi prochain, sur France 3

Publiée par La Révolte des Innocents sur Lundi 12 novembre 2018

Ce téléfilm raconte l’affaire des Vermiraux, un de ces nombreux bagnes pour enfants, qui existaient au début de vingtième siècle. Exploités et soumis aux pires violences, les petits pensionnaires étaient condamnés au silence. Leur parole ne valait rien. Grâce au courage et à l’opiniâtreté d’un jeune juge de 26 ans, le cours de l’histoire bascula. Il brisa l’omerta et fis enfin entendre cette parole étouffée. Le procès des dirigeants de l’institution éducative de la commune de Quarré-les-Tombes, défraya la chronique en 1911.

Tourné début 2018 dans l’Yonne, ce film de fiction est inspiré de faits réels, s’étant déroulés entre 1910 et 1911. Ces faits ont donné lieu, un an plus tard, à la constitution de tribunaux pour enfants. C’est-à-dire que, pour la première fois, la parole des enfants était prise en compte. En 1945, sera créée l’ordonnance, qui modifie les tribunaux pour enfants créés par la loi du  et le juge des enfants, et définit clairement la primauté de l’éducatif sur le répressif.

Ce film est le reflet de la reconnaissance du statut de l’enfant en tant que personne juridique. Mais au delà de narrer ce pan de histoire, ce qui me paraissait essentiel, c’était d’incarner ces gamins. Comme si on prenait la problématique des migrants aujourd’hui… Ils sont des centaines de milliers, mais derrière chacun d’eux, il y a un vécu, un individu, me fait part le réalisateur Philippe Niang.

© Philippe Bourdais

Le réalisateur, qui est aussi l’auteur du scénario, a un attachement particulier à cette histoire, et à cette région, puisqu’il a grandit et a été élevé par une nourrice morvandelle à proximité du lieu de l’établissement des Vermiraux. « Les mômes de l’assistance public, étaient placés dans des fermes dans le Morvan. » Il est arrivé là-bas à 2 ans et en est reparti à 20.

Le fait de connaître tous les décors et d’y avoir vécu, m’ont permit d’écrire un scénario imprégné de l’âme des lieux ! C’est le 3ème film que je tourne là-bas. Les deux premiers étaient « Les fantômes du lac » et « Les amants de l’ombre« , témoigne le réalisateur.

Côté casting, j’ai, en tant que monteuse, particulièrement apprécié le choix, à contre-emploi, de Julie Ferrier et de Bruno Debrandt, que vous connaissez bien dans le rôle du flic en fauteuil roulant dans la série CAIN. Un choix osé pour un rôle qui lui va à merveille !

J’ai aussi pris un certain plaisir à travailler le personnage du jeune juge joué par Théo Frillet que je trouve remarquable.

Résumé du film :

En 1910, un fait divers survenu au lieu-dit les Vermiraux, dans l’Yonne, va connaître un retentissement national. Une révolte éclate, les lieux sont saccagés, des gardiens molestés. Emile Guidon, un juge de 26 ans, tout juste promu à ce poste, est chargé de mener l’instruction. A la surprise générale, il engage une procédure à l’encontre des gérants de l’institution : Armand Sandrin et Joséphine Poliveau. Il tente d’établir leur responsabilité dans la mort de Gaston Perreau, placé là par sa mère… mort qui a déclenché la révolte. Le jeune juge va devoir affronter le clan des notables du coin, dont Sandrin et Poliveau font partie. Pour tous, il est évident que son entreprise est vouée à l’échec et pourtant…
Produit par Kien Productions
Avec la participation de France Télévisions et TV5 MONDE
Avec le soutien de la Région Bourgogne-Franche-Comté
En partenariat avec le CNC
Un film écrit et réalisé par Philippe NIANG
Musique Originale composée, orchestrée et dirigée par Nicolas ERRERA
Montage Johanna TURPEAU
Avec Julie Ferrier (Joséphine Poliveau), Bruno Debrandt (Armand Sandrin), Jérôme Anger (Ernest Mercier), Théo Frilet (Emile Guidon), Emilie De Pressac (Louise Perreau), Marius BLIVET (Gaston Perreau), Chick Ortega (Gardien Meyer), Jean-Marie Winling (Maître Henri).

L’équipe de France 3 Bourgogne s’était rendue sur le tournage. L’article complet à lire ICI.

Ci-dessous le sujet tourné par les équipes de France 3 au moment de l’avant-première à Avallon le 16 octobre dernier.

Avant-première à Avallon

Tourné début 2018 dans l'Yonne, une avant-première a eu lieu à Avallon le 16 octobre dernier. Découvrez les images France 3 – Reportage : Anne Berger, Dalila Iberrakene

Publiée par La Révolte des Innocents sur Dimanche 21 octobre 2018

Pour en savoir plus : LA REVUE DE PRESSE.

06 Mai

Mongeville – Saison 6 / Épisode 1 – Making of

Voici un nouvel épisode de ma web-série « INSTANT DE TOURNAGE »…

Je partage aujourd’hui avec vous, la journée que j’ai passé au château de Montaigne en novembre dernier. Ils tournaient à l’époque l’épisode 1 (inédit : « La porte de fer ») de la saison 6 de Mongeville qui sera diffusé le samedi 19 mai 2018 à 20h55 sur France 3. 

Fiction – Dans les coulisses de la série Mongeville

Vous êtes fan de « Mongeville » avec Francis Perrin ? Découvrez les coulisses du tournage d'un épisode de la série ! 🎥🎬

Publiée par France 3 sur Samedi 26 mai 2018

Comme dans les premiers modules tournés sur une fiction unitaire avec Pierre Arditi Quelque chose a changé, je tourne à l’iphone, et seule. L’important pour moi, étant le rapport amical que j’entretiens avec les équipes et le grand respect que j’ai, pour leurs différents métiers. Même si j’opte pour un ton léger et divertissant, il ne faut pas oublier que ces techniciens font de longues journées et ont une grande responsabilité, car tourner un film de fiction est onéreux et le temps est leur premier ennemi. La durée moyenne à produire par jour est de 5 minutes utiles. C’est beaucoup…

Vous le comprendrez d’autant mieux avec le futur module tout particulier que je suis en train de vous concocter !

En effet, je viens d’aller passer une journée (début mai 2018) sur le tournage d’un futur épisode de MONGEVILLE (Une affaire dans le milieu de l’archéologie, VENUS MAUDITE avec Armelle Deutsch et Marianne James), et une demi journée en post-production.

Vous n’êtes pas sans savoir que mon métier principal est le montage de fiction. J’ai donc décidé de vous parler de ce métier-passion qui m’anime depuis bientôt 20 ans. Les coulisses de la fabrication de votre série n’auront plus de secrets pour vous… Le montage vous permettra de comprendre la quantité de travail à effectuer sur le tournage pour faire 5 minutes utiles par jour.

Saison 6 Mongeville – Épisode 1 – La porte de fer

Détails de l’épisode diffusé le 19 mai 2018 à 20h55 sur France 3 :

LA PORTE DE FER – Réalisé par Delphine Lemoine, écrit par Simon Jablonka

SYNOPSIS

Avertis d’un danger au château médiéval de Roquenoire, Mongeville et Valentine assistent impuissants à la commission d’un crime inexplicable. Derrière l’épaisse porte de fer qui les sépare du donjon, Laurence de Sidonia est assassinée en direct, sans qu’on ne retrouve ni arme du crime ni trace du meurtrier. Tandis que Valentine s’efforce de percer le mystère de ce crime parfait, Mongeville explore les méandres de cette riche famille aristocratique. Et en particulier Marguerite, vieille romancière excentrique et peut-être sénile dont le précieux héritage attise toutes les convoitises. Entre les fantômes du passé et les rivalités du présent, une enquête brumeuse dans le huis clos des remparts.

Avec Francis Perrin & Gaëlle Bona, Pierre Aussedat, Jean-Philippe Lachaud & Andréa Ferreol, Eric Berger, Foëd Amara, Hélène Seuzaret…

21 Fév

« Né sous silence » : Record d’audience et petits secrets de fabrication

La fiction française a triomphé hier soir (20 février) sur France 3 en détrônant la série américaine Gone sur TF1, très souvent en tête des audiences du mardi soir. Maintenant que vous avez vu le film, je me propose de vous livrer quelques petits secrets de fabrication…  

odile-vuillemin

 

LA MUSIQUE

Parlons tout d’abord Musique. Il y a la musique composée pour le film, par un auteur compositeur. Dans notre cas, il s’agit d’Axelle Renoir, bien connue dans le monde de la fiction télévisuelle.

Et il y a les musiques ajoutées. Les bordelais auront peut-être reconnu l’excellent groupe Dätcha Mandala dans le casque d’Odile Vuillemin lorsqu’elle court.

Enfin, dans le taxi qui vient prendre Odile Vuillemin à la sortie du terrain vague, le chauffeur écoute en boucle le morceau préféré de sa fille… Vous vous êtes peut-être dit que vous aviez déjà entendu cette mélodie et vous ne vous êtes pas trompés ! Puisque c’est la musique générique de la série Cassandre, petit clin d’oeil à nos amis de la filière production de Lyon qui travaillent sur cette série.

LES DÉCORS

Il y a eu un gros travail de décors, comme sur tous les films, mais dans celui-là, j’aimerai vous dévoiler les deux lieux de tournage de la prison :

  • l’extérieur a été tourné à la base sous-marine de Bordeaux. Nous nous sommes beaucoup questionnés en post-production sur la présence ou non d’une porte. Nous avons décidé de la laisser tel quel, mais cette problématique a été soulevé et si nous avions choisi d’en mettre une, alors cela aurait été fait en effets spéciaux sur le montage.
  • l’intérieur a été tourné dans l’ancienne caserne de Libourne. Dans ce lieu-là, l’équipe déco a reconstitué des cellules… Gros travail donc, que j’aurai l’occasion de vous raconter plus en détails sur de futurs post…

ne-sous-silence-de-thierry-binisti-image-3

 

LES DOUBLURES

Pour finir, un dernier secret concernant cette fois, les comédiens. Lorsque des scènes un peu techniques sont tournées, dans notre cas, la « baston » avec le flic dans la chambre d’hôtel, l’équipe Mise en scène fait appel à des doublures ou des cascadeurs. En effet, la comédienne pourrait se blesser et ne pas finir le tournage, ce qui n’est absolument pas envisageable. Certains plans sont donc tournés avec la « vraie » comédienne et d’autres avec la doublure. Ensuite, tout se joue au montage pour que personne ne se rendent compte du subterfuge !

Vous aurez bientôt le loisir de découvrir une petite vidéo tournée sur la série Mongeville qui aborde ce sujet avec Gaëlle BONA et son « clone ».

LES AUDIENCES

« Né sous silence » avec Odile Vuillemin a séduit 4,4 millions de téléspectateurs, pour une part d’audience de 18,7%.

Capture d’écran 2018-02-21 à 10.06.11