Analyse: Qu'est ce qui attend Hillary Clinton?

Jacques Cardoze analyse les prochains mois de la campagne d'Hillary Clinton, ultrafavorite dans la course à l'investiture démocrate pour la présidentielle de 2016.

Hillary se trouve dans une position enviable. En tant que favorite, elle n'a pas a déclencher les hostilités et peut se contenter de répondre à d'éventuelles candidatures surprises. Mais quoi qu'il en soit, il en faudrait beaucoup pour renverser Hillary. Son capital politique et son expérience sont incomparables, ses réseaux combinés à ceux de Bill lui permettent de lever une quantité colossale de fonds.
Son statut lui permet aussi de maintenir une forte présence médiatique sans effort et sans dépenses. Depuis quelques mois, elle s'attache aussi à soigner les failles perçues en 2008, son image de femme dure et son manque d'utilisation des réseaux sociaux.

On pourrait résumer son attitude par un tweet, sur l'épidémie de rougeole qui sévit aux Etats-Unis ou elle prend soin d'évoquer sa famille : « La science est claire : La terre est ronde, le ciel est bleu et les vaccins marchent. Protégeons nos enfants. #Lesgrandsmèressavent »

Il y a peu de chances que les démocrates cherchent à bousculer une personnalité si bien établie et à compromettre leurs chances lors de l'élection présidentielle. Pour Hillary, la vraie campagne ne commencera qu'en 2016.

En revanche, la course à l'investiture est beaucoup plus ouverte chez les républicains. De nombreux candidats se sont déjà déclarés, et derrière le favori Jeb Bush, les appétits sont déjà aiguisés.
Mais le parti devrait garder à l'esprit qu'en 2012, les batailles fratricides à l'intérieur du GOP avaient considérablement affaiblies Mitt Romney, avant même le début de la course à la présidentielle, et ouvert un boulevard à la réélection de Barack Obama.

T.L

A lire aussi

  • Aucun article