Retards de paiement des administrations : l'Italie mauvais élève européen

L'Europe rappelle de nouveau à l'ordre l'Italie. L’administration publique italienne est sur le podium des retards de paiement avec le Portugal et la Grèce.

A plus de trois ans de la première lettre de mise en garde de la commission européenne, les retards de paiement de l’administration publique italienne restent parmi les plus longs des pays européens. A égalité avec le Portugal, seule la Grèce fait pire. Les autorités publiques italiennes mettent 100 jours environ pour payer leurs propres factures, alors que la norme européenne en préconise 30. En France, la moyenne est de 57 jours.

La situation s’est cependant nettement améliorée depuis 2014, année de la première mise en garde européenne à la péninsule. A l’époque, il fallait pas moins de 170 jours aux autorités publiques pour régler leurs factures de biens et services, jusqu’à 210 en ce qui concerne les travaux publiques.

Le mauvais élève italien est la commune de Scicli, en Sicile, qui met pas moins de deux ans pour régler ses factures.
La cause du problème : principalement le manque de liquidité, dénonce la Cgia, l'association des PME en Italie. Ils pointent également le manque d’efficience de l’administration publique, connue pour sa lourdeur et lenteur. S’ajoutent à cela les recours introduits en justice qui allongent encore les délais.

A lire aussi