"Connasse", la nouvelle invention des décomplexé-es du sexisme

Il parait que c'est de l'humour. Du second degré. Un appel à l'auto-dérision.

Un peu comme un éditorial du nouveau "Lui", une question gratte-poil posée par Clara Dupont-Monod, une sortie de Christine Boutin sur les seins d'Angelina Jolie. Une de ses expressions du fameux "politiquement incorrect" supposé nous faire tant de bien dans ce monde tellement contraint, tellement policé, tellement prévenant, tellement respectueux qu'il en deviendrait étouffant.

Le nouveau "shortcom" de Canal, qui succède à "Bref!", s'appelle "Connasse". C'est d'une parfaite limpidité : vous aurez droit chaque soir à votre minute trente dans la vie d'une vraie connasse, une emmerdeuse, menteuse et perso, snob et dédaigneuse, superficielle et péteuse, bavarde et vipérine. Une peste. Une pimbêche. Une chipie. Une bêcheuse. Une connasse, puisqu'on vous le dit.

Vous savez, du genre à repousser les avances d'un type qui l'aborde dans la rue, parce qu'elle se croit supérieure, de ces précieuses qui se la pètent et méritent bien en retour quelque "salope, t'es même pas belle". Ou alors, une de ces harpies "pires que les mecs" dont les femmes sont les premières, nous dit-on, à ne pas vouloir comme cheffes. Une pétasse qui chiale quand elle se fend un ongle mais qui, dans l'alcôve, doit bien aimer quand ça fait aussi mal que dans un guide du "bien baiser" by Kamal. Une princesse jamais contente qui a son idée sur tout, met son grain de sel partout et boude, comme c'est charmant, quand ses caprices ne sont pas exaucés à la seconde...

Ah! La chouette caricature qu'on nous sert, là, à l'heure du repas, quand il est si simple de croire que toutes les contrariétés de la journée passée, s'être fait griller la place dans la file de taxi, marcher sur les pieds dans le bus, pris la tête avec quelqu'un-e au boulot ou avec un-e client-e, agacé des attitudes des un-es et des autres, quand on ressort frustré-e de s'être senti mal respecté-e, peu entendu-e, pas compris-e par son environnement, c'est certainement pas la faute de nos préjugés, des dysfonctionnements des organisations auxquelles nous participons, de l'esprit férocement conflictuel qui souffle sur la société actuelle... Non, c'est la faute de ces individus méprisants et méprisables que sont les connasses. Et les connards.

Parce que si la série s'appelait "Connard", je doute qu'elle m'attirerait davantage. "Connard", ce serait le gros lourd qui rote sa bière et pète au plumard, le blasé en survêt qui joue à la console pendant que bobonne se tape la vaisselle, le présomptueux qui écarte les pattes à 90° quand il s'assied, le tapageur aviné qui braille "allez les bleus" sous les fenêtres des dormeurs, le collègue à moustache rigolarde qui pince les fesses des secrétaires à la cafèt'... "Connard", ce serait aussi facile à écrire que "Connasse". Ce serait aussi sexiste que "Connasse". Ce serait aussi bête et vain, fondamentalement. Complètement déprimant.

Mais comment nos ami-es les créatif-ves "décalé-es" , payé-es pour être insolent-es, irrévérencieux-ses, voire allons-y gaiement, audacieux-ses, font-ils et font-elles pour ne pas se rendre compte que le stéréotype amer dont ils font commerce ne fait rire franchement qu'eux mais très jaune les autres? Que leurs blagues pas moins grossières que celles des beaufs qu'ils dénoncent avec une condescendance à peine masquée ne donnent d'espoir à personne et nous enlisent tous et toutes dans une mélasse malveillante où la détestation d'autrui pousse aussi vigoureusement que des bancs d'algue verte dans les eaux nitrateuses.

 

 

A lire aussi

  • Aucun article
  • Drews

    Juste un détail, mais en aucun cas "Connasse" n'a été conçu pour succéder à "Bref" : case différente, émission différente... A vrai dire, puisqu'il n'y avait rien en clair à cette heure-ci sur C+ jusqu'à cette rentrée, ce shortcom ne peut être le successeur de personne :) 
    Le successeur attitré de Bref cette année serait donc plutôt "Pendant ce Temps" dans LGJ.

  • LaraLoc

    C'est toujours sympa les blogs ultra-militants, car les militants de tous bords détestent particulièrement un truc : l'humour (qu'il soit lourd ou léger, gras ou noir). Tandis que certains veulent faire censurer Charlie Hebdo car le journal serait "islamophobe" et "christianophobe" d'autres accusent Canal Plus d'être "sexiste" (en mélangeant dans le même sac Christine Boutin). Bref, prenez un peu de recul sur votre cause. En la caricaturant, vous la desservez.

    • http://www.facebook.com/jennifer.enchef Jennifer En Chef

       Au delà du sexisme, cet article dénonce surtout la propagande des stéréotypes. Mais effectivement, pourvu que ce soit de "l'humour", on peut tout se permettre.
      Moi je fais partie des gens que ça ne fait pas rire non plus. Comme les blagues sur les blondes, sur les juifs, sur les belges, sur les homos ...

    • Marie Donzel

      Ce qui est sympa, c'est que la personne engagée passe assez systématiquement pour "ultra-militante" et qu'un procès en rabat-joiïsme lui est également fait avec un certain entrain.

      Et si nous n'avions tout simplement pas tous et toutes le même humour, au lieu de décréter que certain-es en ont et d'autres pas... C'est finalement assez subtil et divers, l'humour, pour qu'on en partage l'esprit sans en agréer massivement toutes les formes. Parce que s'il y a bien une chose qui n'est pas drôle, en l'espèce, c'est le conformisme, y compris celui qui porte à adorer collectivement le branchouillo-décalé.

  • maryse196

    "Connasse" c'est de l'humour?!... Je note Laraloc...  Et demain, un court qui s'appellera "Salope" ou "Suceuse"... Bref, c'est d'l'humour (pour parodier) et c'est de très mauvais goût! On peut le dire ça sans être taxée ultra-militantisme ou le seul choix possible c'est de se bidonner à la finesse décalée des créatifs?

  • Marie May

    Moi je suis juste choquée par le terme employé à une heure de grande écoute... Des enfants regardent, avec leurs parents... Après, malheureusement, si ça "fonctionne", c'est que ça correspond à ce que les gens veulent voir et là, le débat serait plutôt si la télé est là pour éduquer ou pour faire de l'audience... Bref! Je ne connaissais pas ce blog, j'aime beauoup!

  • http://www.facebook.com/marnie.tello Marnie Tello

    Marie Donzel : Justement, accepter de ne pas tous avoir le même humour, c'est accepter que cet humour gras et facile en fasse rire certains. Et de ne pas les condamner pour autant. Moi ce genre d'humour me fait rire, bien qu'étant une femme, mais je ne traite pas de rabat-joie ceux qui ne s'en amusent pas. L'humour est une chose, le respect en est une autre. Moi je rigole dans mon coin, avec les gens qui rigoleront avec moi, point barre. Le reste, m'importe peu. Il y a une tonne de sorte d'humour que je ne supporte pas, je ne méprise pas ceux qui trouve ça drôle pour autant. Et je vous jure que ça rend la vie plus belle o/

  • uhkefiue

     Je suis globalement en accord avec ce texte sauf sur un (gros) point: " "Connard", ce serait le gros lourd [...] qui écarte les pattes à 90° quand il
    s'assied". Il me semble que juger de la "connerie" d'une personne à l'écartement de ses cuisse, est assez stupide (genre quand on fait le grand-écart facial on est complétement à la masse ?).

    C'est vraiment n'importe quoi.

    PS: J'ai tenté de comprendre le sens de cette idiotie. La seule chose à peu près vraisemblable que j'ai pu en comprendre serait que dans certaines situations les convenances prescrivent aux femmes de serrer les jambes. "Plutôt que d'interroger ces convenances interdisons aux hommes de les écarter aussi" me semble être la logique de l'auteure. Avec pour corolaire de renforcer ces convenances (si un homme qui écarte les jambes est un "connard" une femme qui fait de même st quoi?). Une bonne dose de sexisme de base chez cette "féministe"...

    • Marie Donzel

      Disons que si vous avez raison sur "le sens des convenances" qui oblige les femmes à se tenir les jambes serrées, je doute de la nécessité pour certains hommes, de se tenir les jambes très franchement écartées pour occuper le plus d'espace possible en laissant entendre qu'il y a aussi "beaucoup" entre leurs pattes, tellement que ça les gêne pour s'asseoir...

      • uhkefiue

        Merci de votre réponse.

        Cependant, votre perception des raisons à cette position ne sont-elles pas pleines de préjugés? Avez-vous interrogé ces hommes? Lu une étude à ce sujet? Où est-ce aussi café du commerce que de prétendre que les femmes qui s’assoient jambes écartés "laissent entendre" qu'elles souhaitent ceci ou cela?

        Sans nier la nature corporelle que peut prendre le langage (et qu'un homme ou une femme peut très bien utiliser la position de son corps pour s'imposer ou inviter), je persiste à trouver extrêmement abusif votre lien "jambes à 90°-> connard".

        Quand cette position, comme "occuper le plus d'espace possible", c'est souvent synonyme de décontraction, il me semble. Il n'y a qu'a observer un chat se mettre à l'aise dans un fauteuil. Il est évident que si elle s'exerce au détriment de l'espace des autres, elle devient un rapport de domination, mais de même que manger ou n’importe quelle autre activité ou presque.

  • LaraLoc

    L'art de la caricature induit être.... caricatural ! C'est le principe. A lecture des différences réponses, je donnerai le même conseil qu'à ceux qui hurlaient contre les caricatures de Charlie Hebdo : vous trouver Charlie Hebdo "islamophobe" et "cathophobe", et bien n'achetez pas Charlie Hebdo ! De la même manière, vous trouvez que des sketchs de Canal plus sont "sexistes", et bien ne regardez pas Canal Plus !

  • Pingback: Connasse, la nouvelle invention des déco...()

  • Luug

    Ca semble beaucoup vous déranger, mais il existe bien des connasses de même qu'il existe des connards.

    Votre définition du "connard", c'est en fait le cliché du macho et vous imaginez, apparemment, que les hommes  ont la même définition mais en négatif de la "connasse". C'est une erreur. Un connard/une connasse, c'est globalement une personne qui n'a aucun égard pour les autres, et ce quel que soit le sexe de ces autres (et c'est bien ainsi que se comporte l'"héroïne" de ce "shortcom", antipathique aussi bien avec les femmes qu'avec les hommes contrairement à votre connard qui ne l'est qu'avec les femmes). A noter, que chacun peut devenir temporairement ce "connard", mais il y en a qui le sont plus souvent que les autres...

    Avez-vous remarqué que cette série est réalisée et produite uniquement par des femmes ?

    Parfois, les squetches de la série provoque le rire par le comportement des personnes piégées, c'est le principe des caméras cachées, d'autres fois, on déplore la méchanceté gratuite, blessante et humiliante dont fait preuve l'actrice vis à vis de ses interlocuteurs ; dans ces situations, c'est dégradant pour l'actrice, la personne piégée et le téléspectateur. Finalement, la vulgarité du titre de la série annonce la vulgarité du contenu. Tout comme Marie May, je trouve consternant cette vulgarité affichée à une heure de grande écoute. L'"esprit Canal" de toute manière, c'est assez puant.

  • Danube222

    Serge Eisenstein a écrit une belle
    étude sur Charlie Chaplin où il explique que son humour - et
    l'humour en général exprime une vision enfantine sur le monde.
    L'enfant voit une vieille dame glisser sur une banane et, ne se
    rendant pas compte de la cruauté de la situation, peut rire de ses
    mouvements désordonnées. Eisenstein conclue que se révolter
    contre n’importe quelle forme d'humour est difficile car cela
    sous-entendrait que l'on n'est plus jeune...

    Les auteurs des
    blagues que vous critiquez montrent leur infantilisme. Ce ne serait
    pas bien grave. Par contre, son exploitation par "Canal"
    mérite votre courroux. L'humour "gras" n'est pas ma tasse
    de thé, mais peut me faire rire dans un certain contexte, comme tout le monde, y compris les femmes. Sûrement
    pas quand cela devient l'unique forme d'humour. Encore moins s'il
    s'agit d'attirer une clientèle comme cela semble être le cas pour
    cette émission de TV.

    Dieu sait pourquoi on a tellement envie de blaguer sur le sexe.
    « Gras » ou « raffiné », il est une source
    inépuisable de rire. Malheureusement pas toujours sans conséquences : pour
    vous en convaincre voulez-vous jeter un oeil sur
    http://www.aneries-sur-les-femmes.fr ?