30 Nov

Disco-soupe : parce que la lutte contre le gaspillage alimentaire peut-être festif

 

À Loudéac, l’association d’entraide L’Arbre de Vie organisait ce jeudi 29 novembre, dans le cadre du mois de l’économie solidaire et sociale, sa première Disco-soupe. Son objectif : sensibiliser le consommateur au gaspillage alimentaire.

La première étape d’une Disco-soupe commence par la collecte. « On a récupéré gratuitement des légumes soit disant moches, non calibrés, invendables de différents commerçants et maraîchers du coin », explique Jasna Barisic, animatrice à L’Arbre de Vie.

Tous ces légumes, les passants sont ensuite invités à participer à des ateliers d’épluchage, de découpage, puis de cuisson. Les disco-soupes sont le plus souvent organisées sur la voie publique, à la vue de tous. « Cela permet aussi de sensibiliser les gens à une alimentation saine. Les légumes qui habituellement partent à la poubelle sont transformés pour en faire quelque chose de bon pour la santé ».

Ultime étape : la dégustation, en musique. Plusieurs associations culturelles et artistiques étaient venues prêter mains fortes à L’Arbre de Vie pour faire de cette manifestation un vrai moment festif.

Pour Jasna Barisic : « Le but, c’est vraiment de ne pas avoir une attitude culpabilisante par rapport au gaspillage alimentaire. C’est plutôt d’être festif, et ensemble de prendre conscience de nos habitudes de vie et de les changer ».

Né en Allemagne, ce concept a été repris pour la première fois en France le 11 mars 2012 à Paris. Il a depuis fait de nombreux adeptes sur l’ensemble du territoire et dans 24 pays dans le monde. Et pour aider tous ceux qui souhaitent organiser une Disco-soupe, un mode d’emploi a été mis en ligne sur le site internet du mouvement.