13 Nov

« Au vide-grenier » : de Fougères à Quimper, le succès du dépôt-vente permanent

« Au vide grenier » : 1 100 m2 de troc et puces permanent.

On les appelle vide-greniers, braderies, foires aux puces, bric-à-brac, ou brocantes. De grands rassemblements au cours desquels des particuliers déballent toute sorte d’objets dont ils n’ont plus l’utilité pour les vendre à bas prix plutôt que les jeter. Ces manifestations se déroulent le plus souvent les week-ends et ne durent, pour la plupart d’entre elles qu’une journée. Mais à Fougères, Au Vide Greniers, est un lieu de vente permanent. Son fondateur, Romain Chassagne, s’est inspiré d’un concept découvert au cours d’un voyage en Finlande. Des magasins où les particuliers peuvent déposer et vendre les objets dont ils n’ont plus l’utilité.

« J’ai de la famille là-bas, explique-t-il, c’est pour ça que j’y suis allé en 2015. Là-bas, ils appellent ça des Kirppis. Je fréquentais déjà beaucoup les vides greniers en France et quand j’ai découvert ces magasins, je me suis dit ben oui, c’est génial, le concept est bien. Là-bas, il y en a partout. Même dans un petit village de 30 habitants, 10 tables sont mises à leur disposition pour pouvoir se débarrasser de ses affaires au lieu de les jeter. »

 

De retour, Romain Chassagne décide de tester l’idée et ouvre le premier vide-grenier permanent en France. D’une superficie de 1 100 m2, le magasin compte 140 stands loués entre 10 et 25 € selon le nombre de semaines réservées (de 1 à 3 semaines maximum). Un espace est aménagé pour les meubles et objets encombrants. Des vitrines fermées sont mises à la disposition des vendeurs pour les objets de valeur. Le prix des vêtements, livres, vaisselle, jouets, et autres objets mis en vente est fixé par leurs propriétaires. Une fois les box installés, ce sont les salariés du vide grenier qui assurent le suivi des ventes. Ouvert au mois de mai 2016, le succès est immédiat.

« Les bénéfices des premières années d’activité nous ont permis de refaire tout notre site internet. Du coup, aujourd’hui, les particuliers peuvent passer une annonce de toute la France. On va aussi lancer, d’ici un mois ou deux, une application mobile. Mais surtout, après quelques petits réglages, cette première expérience à Fougères nous a conforté dans l’idée de développer « Au Vide Grenier » sous forme de franchise.»

Et les dossiers de demande de franchise ont très vite afflué. Sur les 150 reçus cette année, une vingtaine devrait aboutir à l’ouverture de nouveaux Vide Grenier. Cinq cette année dont un à Quimper. Son inauguration est prévue ce vendredi 16 novembre.