12 Nov

La Ferme à Raymonde : une oasis verte en périphérie urbaine

 

Sur la commune de Guipavas, près de Brest, l’association Vert le Jardin s’est lancée dans un vaste chantier. La remise en état d’une ancienne exploitation de 20 000 m2 en périphérie urbaine pour la transformer en un espace dédié au jardinage au naturel et la biodiversité. Une oasis verte rebaptisée La Ferme à Raymonde.

Depuis le mois d’avril, 20 à 50 personnes s’y retrouvent chaque premier samedi du mois à l’occasion de chantiers participatifs pour y aménager un jardin potager, un verger, y installer des ruches, des nichoirs, un site de valorisation des déchets, de compostage et de broyage des végétaux.

« L’objectif de notre association, c’est de permettre au plus grand nombre de personnes d’avoir accès au jardinage. Même si on n’a pas de jardin, même si on n’y connaît rien, même si on n’est pas outillé. Avec la Ferme à Raymonde, on aura vraiment un espace dédié, où chacun pourra trouver des réponses concrètes aux questions qu’il se pose. »

Inventer un lieu de vie favorisant les échanges

Ce nouveau lieu, les membres de l’association Vert le Jardin, le veut aussi ouverte à tous. Que l’on soit amateur de jardinage ou non. En même temps que les espaces verts, les bâtiments, inhabités pendant cinq ans, font eux aussi l’objet de travaux.

L’ancienne maison d’habitation « pour en faire un vrai lieu convivial », une salle de traite, « qu’on va transformer en une grande conserverie, avec une cuisine collective, que des groupes de gens pourront louer pour organiser des concerts », et des crèches « pour pouvoir abriter les animaux qui vont arriver courant 2019 ».

De nouveaux pensionnaires pour la Ferme à Raymonde.

Planter pour les générations futures

Enfin, en lieu et place d’un ancien champ de maïs, la plantation de 300 arbres d’essences locales a débuté. Des chênes, des noisetiers, des aulnes, des boulots, une forêt dans laquelle les Brestois pourront se promener ou pique-niquer, même s’il faudra pour cela se montrer patient. « Avec la Ferme à Raymonde, on sait qu’on prend racine, qu’on plante pour les générations futures. »

Loan est le tout jeune parrain du premier arbre de la futur forêt de « La Ferme à Raymonde ».

À plus court terme, ces arbres aideront au financement de La Ferme à Raymonde. « On invite les gens à les parrainer. Beaucoup offrent ça à leurs petits-enfants, en cadeau, ou le font pour eux même. Les prénoms des parrains et marraines seront inscrits à proximité. Nous en échange on veillera sur leurs arbres ».