VIDEO. Quand l'Assemblée annule 130 millions d'économies...


Quelques jours avant chaque élection, c'est la même histoire. Chaque Français reçoit dans sa boîte au lettres des dizaines de prospectus : les programmes des candidats. C'est la Loi et c'est le contribuable qui paie les enveloppes et les timbres. Cout pour les finances publiques : 130 millions d’euros pour les prochaines régionales et cantonales.

Pour faire des économies le gouvernement a donc eu une idée : supprimer l'envoi de “cette propagande électorale” sous forme papier pour les prochaines élections dans le budget 2015. Mais a-t-il réussi à faire passer cette réforme comme une lettre à la poste ? Pas vraiment. L’Oeil du 20h s’est aperçu que sur cette idée, le gouvernement avait fait l’unanimité… contre lui. Même les écologistes et les membres de la majorité présents dans l’hémicycle ont voté contre le projet.

VIDEO. Florange : que sont devenus les ouvriers des hauts fourneaux ?


Pendant deux ans, la France entière à assisté à leur lente agonie. Un soir de novembre 2012, la mort des derniers hauts fourneaux de Lorraine étaient actée par leur exploitant, le groupe franco-indien ArcelorMittal. Au programme : ni nationalisation, ni reprise, les ouvriers sont désespérés. En quatorze mois de combat, les métallos lorrains sont passés par tous les états avec une peur : le chômage. A l’époque, France 2 avait suivi Alain Hartenstein, un ouvrier qui ne donnait pas cher de sa peau.

A l’époque, le président du groupe ArcelorMittal avait néanmoins pris des engagements écrits envers l’Etat français. Ses principales promesses : pas de chômage pour les 629 ouvriers et 180 millions d’euros d’investissement à Florange. Deux ans plus tard, L’Oeil du 20h est retourné dans la région avec une question en tête : l’ancien employeur a-t-il fait ce qu’il avait écrit ?

VIDEO. L'écotaxe abandonnée, Ecomouv poursuit pourtant ses activités


Le 9 octobre dernier, Ségolène Royal mettait l’écotaxe sur une voie de garage. La ministre de l’Environnement annonçait le report sine die de la réforme, en d’autres termes, son abandon. Problème : certains n’ont visiblement pas eu l’information. Mercredi matin, l’équipe de l’Oeil du 20h a appelé la société Ecomouv qui était chargée de gérer les 180 portiques-écotaxe. L’entreprise annonce que l’Etat n’a toujours pas mis formellement fin au contrat.

Sur le terrain, cet état de fait donne lieu à des évènements cocasses. Mardi, Ecomouv a réparé un portique sur l’autoroute A20, près de Châteauroux. Coût de l’opération : 50.000 euros dépensés pour un portique censé collecter une taxe qui n’existera jamais. Au siège de l’entreprise à Paris, des salariés témoignent de réunions organisées pour ne rien se dire.

Mais alors pourquoi Ecomouv fait-elle encore tourner une système promis à l’abandon ? La raison est simple : si l’entreprise ne le fait pas, elle se met en faute et peut donner à l’Etat un argument juridique pour mettre fin à leur accord. Un accord dont l’Etat ne sait toujours pas comment il va réussir à se défaire. D’après Bercy, ce dernier pourrait devoir verser quelques 850 millions d’euros à l’entreprise en cas de rupture. Plutôt cher payé pour une taxe abandonnée avant même d’avoir existé.

VIDEO. Quand le gouvernement voulait supprimer les petites taxes


Pour alléger et simplifier la fiscalité des entreprises, François Hollande et le gouvernement relaient le même engagement depuis janvier dernier : une modernisation du système et une diminution du nombre de taxes. Dans le viseur de l’exécutif, on trouve notamment des dizaines de petites taxes “complexes et de faible rendement”, selon Manuel Valls. Mais de quelles taxes parle le gouvernement et sont-elles vraiment amenées à disparaître ?

La France compte une centaine de taxes qui ne rapportent que très peu aux caisses de l’Etat. C’est ce que le gouvernement appelle un “mauvais rendement”. Par exemple, la taxe sur les machines automatiques de jeux, comme le flipper, rapporte cinq euros par machines par ans, mais coûte aussi quand les agents de l’Etat se déplacent pour contrôler les vignettes des commerçants.

En avril dernier au Sénat, le secrétaire d’Etat au Budget, Christian Eckert, formulait une promesse chiffrée pour remettre un peu d’ordre dans tout ces prélèvements : un milliard d’euros de prélèvements en moins. Six mois plus tard, et alors que les parlementaires discutent toujours du budget, la promesse est-elle tenue ?

VIDEO. 126 préfets invisibles... mais pour quoi faire ?


Il y a en France plus de 250 préfets, mais seule la moitié d'entre eux est affectée en préfecture. Que font les autres ? En juillet dernier, la Cour des comptes s'interrogeait sur la gestion du corps préfectoral, estimant que certaines réformes sont nécessaires. L'Oeil du 20h a voulu en savoir plus.

Première suprise, nous avons constaté que certaines nominations de préfets sont très politiques. Michel Vauzelle, député et actuel président de la région PACA, ou encore Brice Hortefeux, ancien ministre et député européen, ont la particularité d'avoir été promus préfets sans jamais avoir exercé en préfecture. Certains de ces préfets invisibles ne sont donc pas des anonymes.

Comment expliquer ces nominations ? Quels avantages confèrent-elles en termes de rémunération ou de retraite ?

VIDEO. Quand Eric Zemmour dérape sur les chiffres de l'immigration

Depuis début octobre, un livre s’arrache dans les librairies : Le suicide français de Eric Zemmour. Selon son éditeur, 5.000 exemplaires sont vendus chaque jour. Sur Internet, il est en tête des ventes sur Amazon.

Mais si ce livre se penche surtout sur l’Histoire contemporaine de la France, lorsqu’il est sur les plateaux, le journaliste parle très souvent d’un autre sujet : l’immigration et ses chiffres. L’Oeil du 20h a voulu en savoir plus.

Depuis deux ans, le journaliste cite notamment une étude de l’Insee qui expliquerait selon lui que la France compte douze millions d’étrangers. Ce chiffre comme d’autres, L’Oeil du 20h est allé les vérifier auprès de la Direction des études démographiques de l’Insee.

VIDEO. Ecotaxe : pas facile de faire payer les autoroutes


Depuis la semaine dernière, pour compenser l’abandon de l’écotaxe, Ségolene Royal n’a qu’une idée en tête : piocher l’argent dans la poche des sociétés autoroutières. Mais taxer les profits de ces géants de la route, ce n’est pas si facile, comme le montre L’Oeil du 20h.

Au gouvernement, Michel Sapin est d’ailleurs assez pessimiste. Il faut dire que le ministre des Finances et des Comptes publics sait quels contrats l’Etat a signés en 2006 avec les concessionnaires, comme Eiffage, Vinci ou l’espagnol Abertis.

Sur ces documents figure toujours le même article qui empêche l’Etat de prendre trop d’initiatives. Il stipule que si les autorités imposent une nouvelle taxe aux sociétés d’autoroutes, des compensations pourront être enclenchées. Principales possibilité : permettre aux sociétés d’exploiter ces autoroutes plus longtemps que prévu ou augmenter le prix des péages.

VIDEO. Ecotaxe : tout le monde l'a votée, personne ne l'a assumée


Le jour du vote de l’écotaxe, certains parlementaires auraient mieux fait de s’abstenir. Cette nouvelle règle, quasiment l’ensemble des députés de droite et de gauche l’ont voté en 2008. Problème : maintenant qu’elle a été reportée sine die par Ségolène Royal, tout le monde se demande comment on en est arrivé là.

Il faut dire qu’avant d’être un boulet pour la gauche, l’écotaxe avait été un boulet pour la droite. L’écotaxe était en effet un projet de Nicolas Sarkozy, l’une des mesures phares de son Grenelle de l’Environnement.

A l’époque, il n’y a pas encore de Bonnets rouges, mais les bretons ne sont pas pour autant enchantés par une nouvelle taxe. Le gouvernement de François Fillon décide alors de temporiser pour faire paraître le décret d’application de la règle… le 6 mai 2012, jour de l’élection de François Hollande à l’Elysée. Depuis lors, le caillou est passé de la chaussure droite à la chaussure gauche. Sept années d’avancées et de reculades retracées par L’Oeil du 20h.

VIDEO. Fraude à la carte vitale : Marine Le Pen est-elle restée en 2004 ?


Quand elle veut dénoncer les fraudes à la sécurité sociale, depuis trois ans, Marine Le Pen utilise toujours le même chiffre : il y aurait dix millions de cartes vitales en surnombre en France. Selon la présidente du FN, ce serait donc autant de cartes qui auraient été renouvelées, sans que les anciennes aient été retirées de la circulation. C’est beaucoup pour un pays de 65 millions d’habitants, l’Oeil du 20h a donc voulu le vérifier.

Du côté de l’assurance maladie, on communique sur un chiffre : en 2013, moins de 100.000 actes médicaux ont été remboursés grâce à des cartes vitales en surnombre. On est donc très loin des 10 millions annoncés par Marine Le Pen.

Il faut dire que depuis 2004, date à laquelle ce chiffre est apparu dans un rapport de l’Inspection générale des affaires sociales (IGAS), les choses ont bien changé. Sur les cartes vitales, on trouve désormais une photo et des listes d’opposition ont été mises en place en cas de perte ou de vol. Bref, le chiffre cité par Marine Le Pen a pris un bon coup de vieux.

VIDEO. Logement social : l'Etat ne fera pas de cadeaux


C’était la promesse n°23 du candidat Hollande : mettre gratuitement des terrains et immeubles à la disposition des mairies pour y construire des logements sociaux. Problème : tout ne s’ est pas déroulé exactement comme prévu… L’Oeil du 20h va vous expliquer pourquoi.

Cette histoire a commencé avec un couac. En septembre 2012 : Cécile Duflot présentait une liste de 930 terrains et immeubles que l’Etat devait céder aux mairies. Mais le lendemain, l’annonce avait été rattrapée par un rétropédalage, la liste était fausse. Selon le nouveau décompte, les préfets ne recensaient plus que 224 sites disponibles fin 2013.

Aujourd’hui, le décompte du ministère du Logement ne recence plus 74 adresses pour créer des logements sociaux. Mais ces immeubles ou ces terrains, l’Etat va-t-il réellement les céder gratuitement ? En ces temps de disette budgétaire, rien n’est moins sûr…