Les enseignants moins bien considérés en France qu'ailleurs

@AFP/Archives

La Varkey Foundation vient de publier une étude sur le statut des professeurs dans 35 pays. Pour la deuxième fois après 2013, l’étude a sondé la perception qu’a le grand public des profs de son pays. Les profs français jouissent d’une estime inférieure à la moyenne.

Les profs français perçus comme des bibliothécaires

La France se situe à la 20ème position dans ce classement, au niveau de l’Allemagne. Ce sont les pays asiatiques qui trustent les premières places (Chine, Malaisie, très loin devant, Taïwan, Russie, Indonésie, Corée occupent les 6 premières positions) : dans ces pays les enseignants jouissent d’une haute estime de la population.

Le statut des enseignants français est donc moins bon que la moyenne, mais meilleur que celui des profs italiens ou espagnols (quant aux brésiliens, les pauvres, le manque de considération est total).

En 2013, 21 pays avaient été étudiés, et la France se classait 11ème. Elle se classe désormais 13ème parmi ces 21 pays.

L’enquête de la Varkey Foundation a notamment demandé aux populations des pays étudiés à quelle profession celle d’enseignant  est le plus comparable : bibliothécaire, travailleur social, infirmière, médecin, cadre de la fonction publique.

La majorité des populations (18 sur 35) citent travailleur social en première position. 10 pays classent bibliothécaire en première position, dont la France (28%), où l’on cite ensuite travailleur social (17%), infirmière (16%), cadre de la fonction publique (4%), médecin (1%). D’après la Varkey Foundation, comparer les enseignants à des bibliothécaires revient à les considérer « comme de simples administratifs qui remplissent leur tâche de façon formelle ».

Pour information, la Chine (38%), la Russie (34%) et la Malaisie (16%) sont les trois pays où l’on compare les enseignants prioritairement à des médecins. En France, 1% de la population y songe, c’est le taux le plus faible de l’étude.

30% des français encourageraient leur enfant à devenir prof (contre 24% qui ne l’encourageraient pas dans cette voie), c’est mieux qu’en 2013 (24%), mais cela reste moyen (20ème rang sur les 35 pays, loin derrière la Chine, 50%, normal pour un métier comparable à celui de médecin…).

Enfin, notons une particularité française : les enseignants français ont une piètre image de leur profession, l’index général passant à 26,2 points quand on les interroge, contre 36,2 points pour l’ensemble de la population. Seul 1/3 des pays étudiés sont dans ce cas. Cette faible considération des enseignants français pour leur métier a déjà été pointée par l’OCDE.

Les profs de primaire mieux vus que ceux du secondaire

La confiance des français dans leur système scolaire est en augmentation depuis 2013 : noté 5,6/10 en 2013, le voici à 6,14/10 en 2018, ce qui place la France dans la moyenne des 35 pays (une fois de plus, ce sont les finlandais qui notent le mieux leur système éducatif : 8,06/10).

Cette progression confirme celle notée par le baromètre de l’institut Paul Delouvrier sur le regard des français sur les services publics, qui relevait en novembre 2017 une hausse de 11 points des bonnes opinions de l’école par les français (44%). Parmi les usagers, 74% des élèves et parents se disaient satisfaits de l’éducation nationale (+6%).

La satisfaction des usagers est également relevée dans une autre étude menée par le Varkey Foundation sur les parents, début 2018 : 78% des parents français pensent que la qualité de l’enseignement dans l’école de leur enfant est bonne, et même 82% dans le primaire, pour 74% dans le secondaire. D’un point de vue général, et non plus local, l’école primaire publique a meilleure presse chez les parents français (44%) que le secondaire (36%), cet écart étant le 5ème plus important de l’étude (1).

On retrouve un écart semblable entre école primaire et secondaire dans la présente enquête de la Varkey Foundation sur le statut des enseignants. Quand on demande de ranger 14 professions par ordre de respect qu’elles suscitent, la France est la deuxième nation parmi les grands pays européens à placer les professeurs des écoles aussi haut dans le classement. A contrario, la France est le deuxième pays à placer les profs de secondaire aussi bas dans le classement. Un tel écart de classement est unique dans l’étude et indique une estime plus importante pour les profs des écoles que pour les profs de secondaire.

Les profs travaillent plus qu'estimé et devraient gagner plus

Sans grande surprise, les français interrogés sous-estiment le temps travaillé par les profs : 34 heures hebdomadaires d’après monsieur tout-le-monde, alors que les profs travaillent moyenne 36,8 heures par semaine d’après l’étude. 34 heures, ce n’est pas anodin, c’est moins que la durée légale de travail hebdomadaire, pour l’opinion publique française les profs travaillent donc moins chaque semaine que le reste de la population.

Que les profs français se rassurent, visiblement la sous-estimation du temps de travail des enseignants est assez répandue dans 30 des 35 pays de l’étude (particulièrement dans les pays d’Amérique du Sud). En Finlande, où l’on trouve décidément toujours un moyen de sortir du lot, les enseignants travaillent moins que ce que pense le grand public !

On ne sait pas sur quoi se fonde l’enquête de la Varkey Foundation pour annoncer 36,8 heures hebdomadaires de travail pour les profs français. Cela ne correspond pas exactement aux chiffres connus (DEPP, INSEE), qui indiquent 44 h 07 en moyenne pour les professeurs des écoles, ce qui est encore bien supérieur à ce qu’estiment les français d’après l’enquête de la Varkey Foundation : 10 heures de différence, ce n’est pas rien, c’est tout de même 40% de plus que ce pensent les gens !

Si dans 21 pays sur les 35 de l’étude, les populations estiment majoritairement que les profs devraient être payés en fonction des résultats de leurs élèves, en France c’est l’inverse : seul un tiers de la population pense que ce devrait être le cas, un chiffre en chute libre depuis 2013, où 62% de la population se déclarait en faveur de la paie au mérite.

Plus généralement, les français estiment que les profs devraient gagner davantage, estimant à 36 000$ le juste salaire au lieu de 33 000$ réellement (l’enquête se cantonne sur ce sujet aux profs de secondaire). Cela confirme les chiffres de l’étude sur les parents, où 2/3 d’entre eux voyaient l’augmentation du salaire des enseignants comme un des facteurs décisifs d’amélioration du système éducatif (contre 50% en moyenne dans les pays étudiés). Surtout, ce "juste salaire" est en nette augmentation par rapport à 2013, où il était selon les français de 27 000$. Cependant, 10 pays sur les 35 estiment que les profs devraient gagner davantage encore. Pour information, on rappelle que les profs français gagnent moins que la moyenne des pays de l’OCDE (particulièrement les instits, dont le salaire a baissé de 10% entre 2005 et 2017, quand il augmentait en moyenne de 8% dans l’OCDE).

Hasard du calendrier, la grève du 12 novembre a suscité un sondage Odoxa (72% des français à soutenir la grève) qui pourra éventuellement redonner du baume au cœur des profs : 53% des français estiment qu’on demande trop à l’école et 69% ont une bonne image des personnes qui travaillent dans l’Education nationale. Les français estiment que les enseignants sont compétents (73%), sympathiques (71%), soucieux de leurs élèves (62%), dévoués (57%), mais aussi qu’ils sont privilégiés (57%) et moyennement travailleurs (50% pour, 49% contre).

 

(1) Sur cet écart entre la satisfaction quant à la qualité de l’enseignement proposé dans l’école de leur enfant et l’opinion générale portée sur l’école publique en France, paradoxal puisque 4 parents sur 5 pensent que l’école de leur enfant est bonne, mais seuls 4 sur 10 estiment que le niveau de l’école publique est bon (1), on avait conclu que l’on est « toujours plus satisfait de ce que l’on connait et qui est sous nos yeux, et plus critique d’un point de vue général, notamment en fonction de l’atmosphère dans laquelle baigne le pays ».

Suivez l'instit'humeurs sur Facebook et sur Twitter @LucienMarboeuf.

A lire aussi