Et si vous adoptiez une ruche ?

Si l'on vous disait que depuis votre canapé, vous pouviez devenir apiculteur en un battement d'aile ? Armé de votre téléphone, vous surveillez la vie de votre ruche italienne via une application et réceptionnez votre miel - un apiculteur avisé s'occupant d'aller visiter ces reines de temps à autre. Cette démarche, deux Italiens (Niccolo Calandri et Riccardo Balzaretti) la proposent auprès de 100 apiculteurs transalpins, en ayant pris soin de tous les munir d'une balance connectée de leur invention - 3bee, de son petit nom.

"Certains vont à leurs ruches en hélicoptère !"

Décliné par des dizaines de start-up ces dernières années, l'intrigant objet fleurit dans le monde apicole. Il séduit d'abord pour son efficacité (l'anticipation des maladies et la baisse de la mortalité des abeilles) mais aussi parce qu'il permet de raréfier les visites.

"Nous, on vient aux ruches en pick-up, mais en Australie, certains apiculteurs se rendent à la ruche en hélicoptère !" précise Niccolo, en nous conduisant à ses abeilles des bords du lac de Côme. Ce n'est pas un hasard si le système high-tech des deux comparses a particulièrement séduit en Océanie. Ces ingénieurs lombards ont vendu leur appareil à 2 000 clients du monde entier (qui ne proposent pas forcément l'adoption). De quoi sauver les abeilles, dont dépendent 35 % de la production mondiale de nourriture. Apprentis mellivores, à vous de jouer ! Reportage d'Anne Donadini, Manuel Chiarello, Bilkis Blanc et Valérie Parent.

Pour adopter sur le site 3bee, c'est par ici !

 

L'info en + : C’est à Cuba que les abeilles vivent le plus heureuses et sont les plus productives ! Un apiculteur cubain récolte environ 45 kg de miel (bio s’il vous plait) par an, soit deux fois plus qu’un apiculteur européen. Cela s’explique par la quasi inexistence de pesticides dans le pays. En 1991, Cuba perd son principal partenaire commercial avec l'effondrement de l'Union Soviétique. L'embargo des États-Unis et le manque de devises étrangères empêchent donc le pays de s'approvisionner en pesticides pour la protection des récoltes. Face à cela, Cuba décide de mettre en place une politique d'agriculture biologique, qui a été conservée jusqu'à maintenant.

Anne Donadini et Bilkis Blanc

A lire aussi