Les célébrités, victimes de violences conjugales

Des images chocs, tapissées sur les murs du centre-ville de Milan. En quelques jours, l'artiste italien Alexsandro Palombo a secoué le monde avec cette campagne “Just because I’m a woman”. L’initiative dépeint la violence envers les femmes, avec comme visage symbolique, celles qui sont au pouvoir.

Des visages familiers

Les ravages de la violence conjugale peuvent-ils être plus concernants s'ils sont vus sur les figures de Brigitte Macron, Angelina Jolie ou encore de la Vierge Marie ? Toutes figurent parmi ces portraits, un coquard à l’œil, des hématomes plein le visage et des marques de strangulation au cou.

S'il est certain que les photos dérangent, elles sont aussi nécessaires pour faire avancer une réalité encore trop répandue en Europe et ailleurs. En Italie, 88 plaintes par jour en moyenne ont été enregistrées pour violences sur des femmes en 2018, soit une plainte toutes les 15 minutes. La même année, 142 femmes ont été assassinées par leurs conjoints, contre 94 en 2019 - et l’Italie ne se trouve "qu’à" la 9ème place du triste classement européen.

Nous sommes allés interroger les Italiens, en désaccord sur la manière de véhiculer le message. Pour beaucoup d'entre eux, avoir recours à des faciès connus n'est pas nécessaire pour sensibiliser autrui à ce véritable fléau sociétal. Reportage d'Alban Mikoczy, Florence Crimon, Lisa Dubin et Manuel Chiarello.

L’info en + : Selon les derniers résultats publiés concernant l’Europe, la Finlande occupe la première du classement de nombre de féminicides commis en 2017 avec 6 femmes assassinées pour un million d’habitants.

Lisa Dubin

A lire aussi