Pont Morandi : la démolition et ses promesses

A Gênes, le temps est toujours en suspens ; autant que l'ombre du pont Morandi, dont les tronçons fracturés planent encore dangereux au-dessus du vide, comme une plaie ouverte au milieu de la ville. Le chantier de démolition, en revanche, a enfin pris forme. Il a débuté ce 8 février sous les yeux des Génois, et devrait durer deux mois.

Le viaduc Polcevera - de son vrai nom - sera abattu pour 19 millions d'euros et reconstruit pour... 202 millions d'euros. L'architecte Renzo Piano signera ce projet aux coûts non-négligeables pour une inauguration en avril 2020. Ce sera "un pont sobre et simple, qui doit pouvoir durer 1000 ans", assure l'architecte, lui-même natif de Gênes. "Un navire qui doit réconforter et traverser Gênes".

Ce grand viaduc en acier blanc, qui comprendra cette fois une voie d'urgence, sera l'un des ponts les plus chers du pays. Il aura une dimension symbolique forte : une forme de bateau en référence à l’activité maritime de la ville, à laquelle s'ajouteront 43 lampadaires en hommage aux 43 victimes du 14 août 2018. Reportage d'Alban Mikoczy, Florence Crimon et Lorenza Pensa.

L'info en + : en Italie, 10 000 ponts - tous vieux de plus de 50 ans - présentent des risques d'effondrement (Institut des technologies du bâtiment italien). Parmi eux, un pont d'Agrigento (Sicile) qui se nomme aussi...Morandi. Un budget de 500 000 euros a été alloué en 2018 pour entamer la restauration de ces ponts à risque.

Anne Donadini et Lorenza Pensa

A lire aussi