VIDEO : Élections en Italie, les 5 étoiles au firmament ?

Les Italiens voteront dimanche 4 mars pour élire leurs députés et sénateurs. La coalition de droite menée par Silvio Berlusconi devrait l'emporter, mais c'est le mouvement populiste 5 étoiles (M5S) qui arriverait en tête, selon les sondages. 

Il a longtemps été l'image et l'âme du Mouvement 5 étoiles (M5S) : l'ex-comique Beppe Grillo a révolutionné la politique italienne. Derrière ses vociférations, une idée simple : "tous pourris". Aujourd'hui à la tête du mouvement populiste, il y a cet homme : Luigi Di Maio, âgé de 31 ans seulement. Les cheveux courts et gominés, veste impeccable et cravate, toujours le sourire aux lèvres ; l'exact opposé du fondateur qui, lui, refuse tout dialogue avec les partis traditionnels. Entre ces deux moments, moins de dix ans se sont écoulés.

Derrière la coalition des droites, mais devant la gauche

En 2013 le parti anti-système entre en force au Parlement. En 2016, il décroche les mairies de Turin et de Rome. Premier échec : dans la capitale, la maire 5 étoiles ne parvient pas à résoudre les problèmes des ordures et des transports. Peu importe pour les Italiens ; ils gardent confiance dans ce parti inclassable. Dimanche, le Mouvement 5 étoiles pourrait être le premier parti d'Italie avec 30% des voix, derrière la coalition de la droite et de l'extrême droite avec 35% et devant la gauche, à 22%. Preuve que Luigi Di Maio a aussi le sens de la mise en scène, il a donné cette semaine le nom de tous ses ministres en cas de victoire. Un coup de bluff qui lui permet de faire croire qu'il est sûr de gagner.

A lire aussi