Sauvegarder des fruits d'antan

Isabella Dalla Ragione possède dans son jardin près de 400 variétés de fruits et de plantes comestibles qui, sans elle, n’existeraient plus sur la surface de la Terre.

Isabella Dalla Ragione est une archéologue des fruits : « Archéologie arboréale », c’est d’ailleurs le nom qu’elle a donné au petit paradis, situé au-dessus du petit village de San Lorenzo di Lerchi en Ombrie, où elle vit : quatre hectares de bois et quatre de fruits, avec 440 plantes et 150 variétés de fruits qui semblaient être en voie d'extinction. Et depuis une trentaine d’années, accompagné au départ par son père, elle fait revivre des centaines de variétés de fruits qui, sans elle, auraient disparu. Pommes, poires, pêches ou figues, le verger situé dans le poumon vert de l’Italie est impressionnant. Et ces fruits venus du passé n’ont bien souvent qu’une lointaine ressemblance avec ceux des étalages d’aujourd’hui.

Des fruits sauvés de l'oubli

Tous les jours, elle peut faire sa collation avec tous ces fruits introuvables en supermarché. C’est notamment le cas de la pomme Museau de boeuf. À la renaissance, cette variété qui ressemble à une poire se trouvait sur toutes les tables d’Europe avant d’être oubliée, trop différente de ce que doit être une pomme de nos jours : verte, rouge, jaune, mais surtout ronde. En Italie comme en France, une centaine de variétés de pommes étaient cultivées au XIXe siècle, contre seulement trois aujourd’hui. Pour les trouver, non seulement elle se promène dans la vallée, mais elle lit aussi dans les archives, consulte les vieux manuels en latins d’agriculture. Elle apprend également des habitants, notamment des anciens cultivateurs. Et, pour les conserver, elle les dispose... Dans une petite église du XIVe siècle, accolée à sa maison.

Pour lui permettre de financer son activité, Isabella ne vend pas ses fruits : avec plusieurs partenaires, elle a créé une fondation, « L’archeologia Arborea » en 2014, pour préserver ce musée naturel à ciel ouvert. Alors, chacun peut faire un don en « achetant » un petit arbre. C’est le cas de stars comme Bill Pullman, Anna Galiena, ou encore Gérard Depardieu : tous, ont « adopté » une plante. D’ailleurs, Gérard Depardieu a choisi la « Pera ‘mbriaca » (la poire bourrée). Assurer la biodiversité, un challenge que cette femme a relevé. Au travers de ces fruits sauvés de l'oubli, c'est surtout le passé qu'Isabella fait revivre...

A lire aussi