Décès d'Otto Warmbier : la Corée du Nord assure être la "plus grande victime de cet incident"

Quelques jours après la mort d'Otto Warmbier, la Corée du Nord s'estime victime "d'une campagne de diffamation" menée part Washington D.C. Les autorités réfutent toutes accusations de maltraitance à l'égard de l'étudiant américain. 

La riposte de la Corée du Nord ne s'est pas faite attendre. Au lendemain de l'inhumation d'Otto Warmbier, les autorités nord-coréennes ont démenti tout acte de torture et de maltraitance envers le jeune homme. Elles accusent la Maison Blanche de mener une "campagne de diffamation" à son encontre. « Le fait que Warmbier soit mort, soudainement, en moins d'une semaine après son retour aux États-Unis, est pour nous aussi un mystère », a déclaré un porte-parole du Conseil pour la réconciliation nationale, selon l’agence officielle nord-coréenne KCNA.

Depuis le rapatriement de d'étudiant aux Etats-Unis, l'affaire a pris une dimension politique où chacun se renvoie la balle. Le président sud-coréen Moon Jae-in tient pour responsable le régime de  Pyongyang, le qualifiant "d'irrationnel". Pour Donald Tump, le décès de l'étudiant soulève un "scandale absolu".

Face aux accusations, le porte-parole nord-coréen accuse la Corée du Sud d'utiliser le décès d'Otto Warmbier dans le seul but d'obtenir la libération de six détenus sud-coréens. "Ils n'ont absolument aucune idée de la façon dont Warmbier a été bien traité [...], mais ils osent prononcer les mots de "mauvais traitement" et de "torture" ", a poursuivi le porte-parole. Avant d'ajouter que la Corée du Nord est la "plus grande victime de cet incident".

Après un an et demi de détention, l'étudiant américain avait été rapatrié dans le coma, avant de décéder quelques jours plus tard. Il a été inhumé hier, dans sa ville natale, à Cincinnati. 

Yelen BONHOMME-ALLARD

En Inde, un village abandonne son nom et se rebaptise "le village Trump"

C'est l'image du jour. Marora, commune pauvre et rurale de l'Etat de l'Haryana, à 74 km de New Delhi, s'est renommée de son propre chef "village Trump" en hommage au locataire de la Maison Blanche. La démarche coïncide avec le déplacement aux États-Unis du Premier ministre Narendra Modi, prévu dans quelques jours.

A l'entrée du hameau, une gigantesque pancarte bleue accueille les visiteurs : "Bienvenue au village Trump". Dessus, trône le portrait de Donald Trump exhibant un large sourire. Difficile de manquer l'écriteau.

Même si la cérémonie de changement de nom a été présidée par les chefs de la communauté et une ONG indienne, le nom "Trump" n'a toutefois rien d'officiel pour l'instant. Le gouvernement local ne s'est pas exprimé sur le sujet.

Yelen BONHOMME-ALLARD

La ville de Cincinnati fait ses adieux à Otto Warmbier

Otto Warmbier a été inhumé aujourd'hui, dans sa ville natale, à Cincinnati. Des milliers de personnes sont venues lui rendre un ultime hommage. 

Famille, amis et connaissances étaient présents pour dire une dernière fois au revoir à Otto Warmbier. D'après les médias locaux, près de 2 500 personnes ont assisté à la cérémonie, organisée dans l'ancienne école du jeune homme. Des proches de la victime ont porté le cercueil vers le corbillard, puis l'étudiant américain a été inhumé dans un cimetière de Cincinnati, dans l'Ohio, dont il est originaire.

Capture d’écran 2017-06-22 à 15.56.25

Le corbillard, quittant l'ancienne école d'Otto W, avant de rejoindre un des cimetières de la ville. @Reuters

Condamné en mars 2016 pour le vol d'une affiche de propagande, Otto Warmbier avait été condamné à quinze ans de travaux forcés par les autorités nord-coréennes. Après un an et demi de détention, il avait été rapatrié le 13 juin aux Etats-Unis dans un état comateux, souffrant de graves lésions cérébrales. Ses parents avaient annoncé le décès du jeune homme lundi, moins d'une semaine après son retour. Les causes de son coma et de sa mort demeurent mystérieuses. La famille a refusé d'autopsier le corps.

Yelen BONHOMME-ALLARD

Quand le yoga rend chèvre aux États-Unis

Réaliser la posture du chat lors d'une séance de yoga, avec une chèvre sur le dos ? C'est possible ! La nouvelle tendance vient des États-Unis, plus précisément de l'ouest du pays. Depuis, les adeptes de méditation accourent pour s'essayer à cette dernière folie. Outre Atlantique, le "Goat Yoga", ou "Yoga chèvre" a le vent en poupe. 

Terminés les cours de méditation dans les salles de gym habituelles. Le yoga se pratique désormais dans les fermes, en plein air. Le "Goat Yoga", (comprenez "Yoga chèvre") est la dernière tendance aux États-Unis, en matière d'exercice physique. 

Tandis que les yogis exécutent avec mimétisme les différentes postures du professeur, des chèvres naines guinéennes - 50 cm au garrot à l'âge adulte - gambadent à leur guise parmi les tapis. En équilibre sur le dos des participants, ou mastiquant leur chevelure, les mammifères aident, à leur façon, à détendre l'atmosphère. Les mouvements, parfois gênés par le passage des animaux, s'effectuent au rythme des bêlements. Difficile dans ces conditions de garder son sérieux. Mais c'est certainement cette distraction que recherchent les yogis. Fous rire garantis !

Selon des études cliniques, la présence des chèvres aurait des vertus bénéfiques lors de la méditation. L'interaction avec l'animal favoriserait l'évacuation du stress, pour laisser place à un sensation d'apaisement.

Plusieurs fermes aux États-Unis proposent ce concept, mais il faudra patienter avant de pouvoir le tester. Face à l'engouement, les organisateurs ont été contraints d'orienter les participants vers des listes d'attente.

Yelen BONHOMME-ALLARD

Le reporter de guerre Stéphan Villeneuve est décédé à Mossoul

France Télévision a annoncé ce matin la mort de Stéphan Villeneuve, grand reporter de guerre, tombé à Mossoul, en Irak. Il tournait un reportage pour l'émission Envoyé Spécial, lorsqu'une mine a explosé. Blessé, le journaliste n'a pas survécu. Le drame a également coûté la vie à son collègue et "fixeur" Bakhtiyar Haddad.

Il est tombé en racontant la guerre. Stéphan Villeneuve, est décédé à Mossoul, en Irak, alors qu'il enquêtait pour l'émission Envoyé Spécial, pour la société #5 Bis Productions. Aux côtés de ses confrères, il suivait les forces spéciales irakiennes dans la bataille pour reconquérir Mossoul, détenue par le groupe Etat islamique. Lundi, France Télévisions et Reporters sans frontières avaient annoncé que trois journalistes français avaient été blessés lors de l'explosion d'une mine. Le journaliste kurde, Bakhtiyar Haddad qui les accompagné a perdu la vie sur le coup.

Lors d'un communiqué publié ce mardi, France Télévisions a annoncé la mort de Stéphan Villeneuve : "La direction et les équipes de France Télévisions s'associent à la douleur de sa compagne Sophie, de ses quatre enfants, de sa famille et de tous ses proches. Elles leur présentent leurs plus sincères condoléances".

L'explosion a également grièvement blessé la journaliste Véronique Robert et plus légèrement le reporter Samuel Forey. Ce dernier est basé au Moyen Orient depuis 2011 et couvre la bataille en Irak contre l'Etat Islamique. Les deux professionnels ont été pris en charge à l'hôpital d'une base militaire américaine.

Passionné par son métier, il est mort en l'exerçant 

Il avait 48 ans, une femme et quatre enfants. Stéphan Villeneuve était un grand reporter mais surtout, il était passionné par l'information. Tout au long de sa carrière, il a couvert de nombreux conflits à travers le monde. En 2014, BFMTV avait diffusé ce reportage du journaliste qui avait passé dix jours au Kurdistan Irakien, aux côtés des soldats peshmergas luttant contre les jihadistes.

Yelen BONHOMME-ALLARD

 

Et si le chocolat au lait provenait des vaches marron ? 16 millions d'Américains en sont persuadés

Mélangez du lait, avec du cacao et du sucre, et vous obtiendrez du chocolat au lait. La recette semble simple. Pourtant, 16,5 millions d'Américains sont convaincus que le chocolat au lait provient directement du pis des vaches... marron ! Une méconnaissance inquiétante.

Non ce n'est pas une blague, pourtant l'annonce a de quoi faire sourire. Selon une étude menée par The Innovation Center of U.S. Dairy et révélée par le Washington Post, 7% des Américains adultes croient que le chocolat au lait provient directement des vaches marron. Ce pourcentage correspond à une population de 16,5 millions d'habitants, l'équivalent de l'État de Pennsylvanie.

Ce n'est pas la première fois qu'une étude met en lumière les lacunes des Américains quant au secteur agro-alimentaire. Dans les années 1990, déjà, une enquête commandée par le Département de l'Agriculture avait révélé qu'un américain sur cinq ne savait pas que les hamburgers étaient fabriqués à partir de boeuf.

"Nous sommes conditionnés pour penser que, si nous avons besoin de nourriture, il n'y a qu'à aller au magasin", déplore auprès du Washington Post, Cecily Upton, co-fondatrice de FoodCorps, une association qui intervient dans les écoles pour parler d'agriculture. "Rien ni personne n'enseigne aux enfants la provenance des aliments". Et c'est bien dommage...

Yelen BONHOMME-ALLARD

Affaire russe : le procureur enquête sur Donald Trump pour entrave à la justice

Donald Trump a-t-il, d'une quelconque façon, entravé l'enquête de la justice dans le cadre de l'affaire russe ? Le procureur spécial Robert Mueller devra lever le voile sur l'ingérence présumée de Moscou lors de l'élection présidentielle américaine.

Cette affaire politique n'en est pas à son premier rebondissement. Donald Trump est visé par une enquête judiciaire afin de déterminer s'il a freiné ou empêché les investigations de la justice sur l'ingérence russe lors de sa campagne électorale.

Selon le Washington Post, l'enquête touchant le président des Etats-Unis aurait été ouverte quelques jours après le renvoi de l'ancien directeur du FBI James Comey, le 9 mai dernier. Lors de son audition publique, ce dernier ne s'était pas prononcé quant à l'obstruction de Donald Trump, laissant au procureur Robert Mueller de "démêler cela".

Dans ses lignes, le journal atteste que cinq hauts responsables du renseignement ont été contactés par les enquêteurs dont trois auraient accepté d'être auditionnés cette semaine. Il s'agit de Dan Coats, directeur du Renseignement, Mike Rogers, directeur de l'Agence Nationale de Sécurité (NSA) et Richard Ledgett, son ancien directeur adjoint.

Kasowitz, le porte parole de l'avocat personnel de Donald Trump a condamné l'attitude "outrageuse, inexcusable et illégale" du Washington Post à l'égard du locataire de la Maison Blanche. Ce dernier a publiquement reconnu, dans une succession de tweets, être visé par une enquête pour entrave à la justice.

Yelen BONHOMME-ALLARD

 

La présidentielle française vue par les médias américains

Alors que l'échéance du premier tour approche, la presse américaine redouble de créativité pour tenter d'expliquer cette campagne à laquelle même les créateurs d'House of Cards n'aurait pas osé penser.

"N'élisez pas un autre Donald Trump".  Près de cinq mois après l'élection surprise de Donald Trump, c'est au tour de la France de voter, lors d'un scrutin dont les médias américains semblent avoir pris la mesure.

"Le futur politique du pays est encore complètement incertain" 

À chaque fois c'est la même chose. Le journaliste doit se livrer au périlleux exercice de la présentation des candidats. Périlleux, car il est difficile d'établir des parallèles entre les partis français et américains, et ce d'autant plus plus qu'on assiste à une recomposition majeure du paysage politique français. Alors on fait simple: Le Pen est d'extrême droite, Fillon conservateur, Macron "centriste radical" et indépendant, Hamon socialiste et Mélenchon d'extrême gauche. Jusque-là, ça va.

C'est quand il s'agit de pronostiquer les résultats que ça se complique. Telle une bonne série Netflix, les épisodes s'enchaînent avec chacun leur lot de surprises. "L'élection française est un spectacle d'horreur," titre ainsi Slate.com, quand le Washington Post souligne "l'humeur rebelle" des électeurs ainsi que leur indécision à quelques heures du premier tour.

Difficile d'expliquer à des lecteurs américains, habitués à un système bipartisan, que quatre candidats sont au coude à coude. Slate, dans un article estimant Macron comme la moins mauvaise des solutions, envisage "quatre scénarios, dont trois cauchemardesques". 

"Pourquoi la France compte?"

"Pourquoi la France compte?", c'est la question que pose le New York Times, pour tenter de susciter l'intérêt autour de nos élections. 
"67 millions d'habitants, la sixième plus grande économie du monde, un des cinq membres permanents du Conseil de sécurité de l'ONU," égrène Aurélien Breeden. Le journaliste ajoute surtout que la France est "l'une des plus vieillies alliées des Etats-Unis". 

17155749_1061592123985815_670083739221607038_n

Le New York Times consacre un long article à la présidentielle française le 7 mars 2017. Clémentine Boyer Duroselle.

En mettant l'élection française dans la ligne du Brexit et de la victoire de Donald Trump, les médias américains montrent ce qui est réellement en jeu dans cette élection: la confirmation, ou pas, d'une "résurgence anti-mondialiste".

 

Alors que le New York Times souligne à quelle point la politique étrangère de la France pourrait changer selon les résultats, le Time met en garde sur une sortie de la France de l'UE qui "dévasterait le bloc européen et affecterait les marchés financiers". Le Hollywood Reporter, de son côté, s'inquiète des conséquences d'une victoire de Le Pen sur les co-productions hollywoodiennes. 

Dans un article pour le New York Times, Kamel Daoud fait remarquer le "curieux déni" de la possible victoire de Marine Le Pen, qu'il qualifie d'une erreur "monstrueuse". "L'électeur français n'est peut-être pas si bon", écrit-il, dénonçant l'analyse "décalée" des autres candidats, persuadés que "l'élection de Mme Le Pen irait à contresens de l'histoire". Il dénonce un "positivisme politique", qui n'a pas vu que "Mme Le Pen a peu à peu levé les tabous et normalisé les propositions scandaleuses".

Albi, symbole d'une peur bien française

Le New York Times, qui s'est intéressé de près à la campagne présidentielle, a essayé de comprendre le succès des extrêmes à travers un prisme bien particulier, celui du "déclin des villes de province comme marqueur de l'identité" française. Pour "prendre la mesure de la décomposition en cours", le journaliste choisit Albi, à une heure de Toulouse. "Une enfilade de commerce fermés", une ville qui semble "abandonnée"...Adam Nossiter rend compte de cette tragédie française.

 

Capture d’écran 2017-04-21 à 15.21.56

Article du New York Times sur Albi, paru le 7 mars 2017. 

La cause de ce déclin? "Les Trente Glorieuses", selon lui. "C’est le paradoxe français: une nouvelle société de consommation a écorné “l’âme” française, ce qui a empiré, aujourd’hui, avec l’effondrement de la croissance économique."

D'où une angoisse, celle de voir disparaître ce mode de vie dont les Français sont "profondément fiers" et qui est si bien représenté par "ses villes de province de taille moyenne où Balzac situait ses romans". 

L'élection américaine, saison 2? 

Le parallèle, même s'il a ses limites, entre Marine Le Pen et Donald Trump est de tous les papiers. De là à voir dans notre élection un nouveau scrutin américain, il n'y a qu'un pas, que bien des plumes franchissent. C'est ainsi que Foreign Policy voit en Mélenchon un nouveau Bernie Sanders. "Comme Sanders, Mélanchon parle au désir des électeurs de gauche de réécrire les règles orthodoxes de la politique", peut-on lire. De son côté, le Washington Post voit une étrange similarité entre Hillary Clinton et Emmanuel Macron:

"La fin de campagne de Macron commence à ressembler aux derniers jours de campagne d'Hillary Clinton aux Etats-Unis, quand Clinton, qui partage un pédigrée "establishment" similaire et une vision économique néolibérale comparable, n'a pas réussi à convaincre les indécis ni à motiver les électeurs les plus apathiques".

"Les électeurs français ont appris au moins une chose de la victoire de Donald Trump: ils doivent se tenir prêt à une surprise", peut-on lire dans un autre article du journal, faisant ainsi écho à des dizaines d'autres journaux américains qui soulignent l'incertitude inouïe dans laquelle la France est plongée.

 

Même John Oliver, animateur du très populaire Last Week Tonight, a tenu à interpeler les Français. "Vous, en France, n'aimez rien de plus que faire mieux que la Grande-Bretagne et l'Amérique. Maintenant c'est à vous de le prouver. (...) Imaginez combien vous vous sentirez supérieurs si vous ne faites pas les mêmes erreurs que nous." Voilà, en substance le message de John Oliver, dont la voix a effectivement porté de l'autre côté de l'Atlantique.

"L'Angleterre et les Etats-Unis ont "fucked up". Ne "fuck up" pas non plus. (...) Vous valez mieux que ça. Ceci est votre chance d'être à la hauteur de la philosophie des Lumières.

Soulignant la possible perturbation des élections par la menace terroriste, les médias américains, conscients que tout est bel et bien possible, retiennent eux aussi leur souffle en attendant les résultats.

 

Victoria David

 

Les ravages des anti-douleurs aux États-Unis: ils sont la cause de l'épidémie d'héroïne

Les États-Unis sont touchés par une épidémie de drogues sans précédent, les médecins prescrivent rapidement et facilement des antidouleurs tels que l'opioïde (similaire à l'opium) pour des raisons diverses: douleurs physiques, malaises mentaux.

Ces antidouleurs sont des médicaments reconnus pour leurs forts effets additifs, c'est pour cela que le Center for Disease Control and Prevention, (CDC) impose aux médecins de ne pas prescrire ce genre d'antidouleurs pour plus de trois jours. Cependant, plus d'un milliard de pilules à base d'opioïde ont été vendues en 2016.

160426124048-dangerous-painkillers-super-169

L' opioïde est présent dans ce genre de médicaments sur le marché pharmaceutique américain: AniléridineBuprénorphin, ButorphanolCarfentanilCodéine, Diamorphine (héroïne)DextropropoxyphèneEnképhalinesEndorphinesFentanylHydrocodone, HydromorphoneLopéramideMéthadoneMorphineNalbuphineOxycodoneOxymorphonePentazocinePéthidine (mépéridine), PropoxyphèneRémifentanil Sufentanil ,Tramadol.

Les médecins prescrivent plus que ce qu'ils ne devraient

Cependant, les médecins prescrivent régulièrement ces pilules pour 30 jours renouvelables. "L' opioïde ne tue pas la douleur, elle tue les gens" explique Dr. Donald Teater, un Conseiller médical au Conseil de Sécurité. "Les intentions des médecins sont bonnes et ils veulent aider les patients, mais cette épidémie prouve que nous avons besoin de plus de connaissances si on veut traiter la douleur des patients et la guérir"explique-t-il.
Lorsque les médecins refusent de prescrire de plus fortes doses, ou décident tout simplement d'arrêter de prescrire de genre de pilules, il n'y a aucune aide pour les patients maintenant dépendants à ce genre de drogues.

Screen Shot 2017-03-14 at 5.20.57 PM
L'opioïde est considérée comme un médicament aux Etats-Unis, mais peut-être considérée comme une drogue dure dans d'autres. Cette drogue touche les Américains de tous bords sociaux.
Ce reportage de Frontline, de la chaîne de télévision publique Américaine PBS explique que "la plupart des utilisateurs étaient des hommes et des femmes blanches, vivant dans de riches banlieues".

 

Le reportage raconte le combat de Carrie, une mère au foyer, qui avait été prescrite de la vicodin après la naissance de son second enfant. Lorsque son ordonnance s'est arrêtée, elle est allée avoir un autre médecin, mentant sur sa condition pour avoir plus de pilules, augmentant à chaque fois la dose.
Elle allait dans différentes villes, différentes pharmacies pour ne jamais se faire repérer et sans réaliser après quelques années, que son addiction était en train de la détruire, "je prenais entre 300 et 400 pilules par mois," explique-t-elle dans le reportage.
Ce qui a commencé par de simples antidouleurs après un accouchement s'est rapidement transformée en addiction aux drogues dures, lorsque les pilules n'étaient plus suffisantes. 

 

Pendant des années, sa famille ne s'est rendu compte de rien, alors qu'elle consumait entre 40 et 50 pilules par jour. "Personne ne m'a jamais dit que ça allait me rendre malade le jour où j'ai essayé d'arrêter ces médicaments" dit-elle. Carrie était dépendante et avait tous les symptômes d'un junkie essayant d'arrêter la cocaïne ou l'héroïne, prouvant à quel point l'opioïde peut être additif.

Son seul but était devenu de trouver de quoi la faire sentir mieux, antidouleurs ou pas. C'est comme cela que Carrie a commencé les drogues dures, cela lui donnait les mêmes effets que les médicaments.

Carrie, Frontline

Carrie, Frontline

"L'opioïde est comme l'école maternelle de l'héroïne, c'est comme ça que ça commence" explique Dr. Tom Maclellan, Directeur Adjoint de la Politique Nationale de contrôle des drogues.
Sans s'en rendre compte, Carrie a commencé à utiliser de la cocaïne, de l'héroïne au quotidien, perdant la garde de ses enfants, perdant sa maison, son mari, ses amis... jusqu'au jour où elle a pris la dose d'héroïne de trop. 

 

Avec du temps et beaucoup d'aide Carrie s'en sont sortie, mais ce n'est pas le cas des 50 000 Américains décédés des suites d'une overdose en 2016 selon le Death Statistics at The Center for Disease contrôle and Prévention. 73% d'entre eux sont mort à cause d'une overdose d'opioïde.

 

Overdose d'opioide - Photo/YIPA

Overdose d'opioide - Photo/YIPA

 

L'épidémie d'opioïde a mené le pays à une épidémie d'héroïne sans précédente. Environ 2 millions d'Américains sont aujourd'hui dépendants à l'héroïne.

Quel-est le rôle du gouvernement?

Le National Institute on Drug Abuse (NIDA) travaille avec des agences fédérales "pour préserver la santé publique du challenge de l'abus des ordonnances d'opioïde dans le pays," explique leur site internet.

Le dernier changement que le gouvernement a établi pour gérer cette crise d'héroïne était le 19 septembre 2016 lorsque Barack Obama a annoncé une "opioid and Heroin Epidemic Awareness week."

Il a également demandé en urgence au Congrès un budget spécial de plus d'un milliard de dollars pour trouver un nouveau traitement contre ce genre d'addiction.

f194e7fe1b5d1b8aa1e8073da7c690bd_f410
Pendant Opioid and Heroin Epidemic Awareness week, nous devons nous souvenir de ceux que nous avons perdus à cause de l'utilisation de l'opioïde, et nous devons de soutenir les personnes courageuses qui veulent s'en sortir, et nous reconnaissons l'importance de cette épidémie," a expliqué la Maison-Blanche ce jour-là.

Clementine Boyer Duroselle

 

Quand les universités américaines creusent les inégalités

En 2014, la dette étudiante a dépassé les mille milliards de dollars aux Etats-Unis. Elle n’a cessé d’augmenter depuis. Alors que les frais de scolarité des universités américaines atteignent des sommes rarement égalées dans le reste du monde, l’université américaine semble ne plus jouer son rôle et creuser les inégalités.

Avec leurs frais de scolarité, "les universités de reposent plus que jamais sur l'inégalité du système" 

Le montant moyen de la dette d’un étudiant dépasse désormais les 30 000 dollars, révèle l'enquête 2016 du Pell Insistute. Rien d’étonnant quand on sait que le coût moyen d’une université américaine s’élève à 20 000 dollars par an, alors que l’Etat ne cesse de diminuer ses investissements. Ces frais exorbitants – qui dépassent souvent les 50 000 dollars dans les meilleures universités du pays –, sont devenus indispensables aux établissements de l'enseignement supérieur qui fonctionnent en grande partie grâce aux frais versés par leurs étudiants.

student-loan-debt

Lors de leur cérémonie de remise des diplômes, les étudiants ont inscrit le montant de leur dette sur leur "graduation cap". 

Dépendantes de ces frais, les universités admettent en majorité des étudiants à hauts revenus qui pourront débourser les sommes demandées - ou contracter des prêts. « Les universités se reposent plus que jamais sur l’inégalité du système », écrivait The Atlantic en 2013. Quatre ans plus tard, le constat est le même. En effet, les universités pouvant se permettre d’octroyer de nombreuses bourses sont rares et les aides de l’état ne couvrent en général que jusqu’à 20% des frais de scolarité.

Salaires stagnants et chômage élevé pour les jeunes diplômés

A la sortie, les salaires stagnent et les perspectives d’emplois sont rares voire inexistantes dans certains secteurs, comme le souligne l'étude publiée en avril 2016. Entre avril 2014 et mai 2015, le taux de chômage moyen des jeunes diplômés âgés de 21 à 24 ans était de 7,2%, alors que le taux national moyen avoisinait les 5,5%.

Capture d’écran 2017-03-03 à 11.21.33

Graphique comparant l'évolution de la dette étudiante moyenne (en violet) à celle du salaire moyen (en vert), de 1990 à 2015. Source: The Huffington Post, 2016.  

 

Endettés et sans emploi, nombreux sont les anciens étudiants se retrouvant rapidement dans une situation précaire, après quatre, six ou même huit ans d’études. Certains diplômés désespérés décident d'intégrer à nouveau l'université, poursuivant l'espoir qu'un master ou un doctorat les sortira de la précarité. Une décision qui, dans l'immédiat, ne fait que creuser leur dette.

Choisir son université, une décision déterminante

Mais ce n’est pas qu’à la sortie que les inégalités de creusent. Pour beaucoup, tout se joue avant même la fin du lycée, au moment de choisir leur université. Ainsi, les étudiants issus des foyers les plus riches représentent 74% des élèves des 146 meilleures universités du pays. En cause, manque d’informations, autocensure, mais surtout ces fameux frais de scolarité.

Les élèves ne pouvant pas se permettre de telles dépenses doivent donc souvent se contenter de choix moins ambitieux ou de diplômes en deux ans dans des « community colleges », moins onéreux. Enfin, faute de moyens, certains doivent parfois tout simplement renoncer aux études supérieures.

Dans un pays où le classement des universités est tenace, la provenance du diplôme détermine souvent le salaire – et la position – à la sortie. On assiste alors à un cercle vicieux qui nourrit et perpétue les inégalités. 

"Je suis étudiante et employée à plein temps, mais je n'ai pas le choix" 

Autre facteur d’inégalités, les élèves les moins aisés doivent souvent cumuler études et emploi étudiant. Un duo qui, s’il peut parfois être bénéfique à l’étudiant, fait rarement bon ménage sur le plan scolaire. L’étude note ainsi que les étudiants désignent cet emploi comme la première cause d’échec à l’université.

Kristen fait partie de ces étudiants qui doivent travailler afin de pouvoir s’offrir une éducation. Etudiante à plein temps en troisième année à l’université de George Mason en Virginie, elle est employée, en parallèle, quarante heures par semaine. Un rythme éprouvant pour cette aspirante psychologue qui n’a pas vraiment le choix.

Septième d’une famille de huit enfants, Kristen a pu bénéficier, comme ses frères et sœurs, du soutien financier de ses parents pendant ses deux premières années d’études. Désormais, c’est à elle de trouver les fonds pour financer le reste de ses études. Une situation qu’elle trouve « totalement normale » : « Certaines familles ont les moyens de payer pour leurs enfants ou de rembourser leurs prêts, moi je dois travailler. Mais je ne suis pas un cas isolé, beaucoup d’étudiants autour de moi travaillent. »

Quant aux conséquences sur le plan scolaire, l’avis de Kristen vient confirmer les conclusions de l’étude. « J’ai moins de temps à consacrer à mes études et je suis évidemment plus fatiguée, donc moins efficace en cours », nous confie-t-elle.

Ils restent cependant nombreux, même en ayant travaillé durant leurs études, à ne pas pouvoir rembourser leur emprunt dans les délais. Un problème qui pourrait bientôt dépasser le cadre estudiantin puisque ces défauts de paiement en chaîne pourraient entraîner une nouvelle crise, celle de la dette étudiante.

Victoria David