Les anciens de Melun se rappellent au bon souvenir de PSA

Naïma Hammoumi, ex-salariée du site de PSA à Melun a tellement envie de parler et de raconter ce que sont devenus les salariés de l'ancien site de pièces détachées. Elle est, aujourd'hui, leur porte parole : "À Aulnay ils ont raison de se battre, nous on s'est pas battu parce que personne n'a parlé de nous, on n'a eu aucun soutien" explique-t-elle. En effet, aujourd'hui 400 salariés de l'ancien site PSA de Melun-Sénart, situé à Moissy-Cramayel (Seine-et-Marne), sont toujours sans emploi.

Pour la direction de PSA qui s'exprimait dans un communiqué il y a quelques semaines : "La fermeture de la plate forme logistique de Melun, est un succès qui servira de modèle aux sites de Rennes et Aulnay". Ce matin devant le siège de PSA avenue de la Grande Armée quelques dizaines d'anciens salariées  de Melun-Sénart sont venus dire qu'il n'était pas tout à fait d'accord.

La fermeture du site de  Melun, annoncée, en avril 2010 par Peugeot, s'était faite sur la base  du volontariat et de reclassements en interne. Sans plan social ni lettre de licenciement. Maître Philippe Brun, qui a pris la défense des anciens de Melun, présent dans la manifestation ce matin, annonce qu'il va déposer auprès du Conseil des prud'hommes, un recours pour  réclamer  la requalification en licenciement de leur rupture de contrat. En effet, la procédure mise en place à Melun pour faire partir les salariés était une rupture de contrat d’un commun accord dans le cadre de départs volontaires et non un licenciement accompagné d’un plan de sauvegarde de l’emploi (PSE).

 

 

Naïma Hammouni, presidente de l'association des anciens salariés de Melun, elle ne peut contenir sa colère. Elle l'a retient depuis si longtemps. Devant les micros et les journalistes venus pour couvrir la manifestation des grévistes de PSA d'Aulnay, elle dit tout ce qu'elle a sur le coeur. Au même moment, à l'intérieur du siège de Peugeot, se tient une nouvelle séance de négociations sur le volet social du PSE et les conditions de départ des salariés de PSA, 3.000 à Aulnay et 1.400 à Rennes.

 

 

 

A lire aussi