Attendre : "ça prend la tête"

Depuis le 12 juillet, le jour de l'annonce de la fermeture de l'usine d'Aulnay-sous-Bois, le plus dur pour les ouvriers de PSA à Aulnay semble être l'attente. Attendre la fin des négociations, attendre des propositions concrètes de la direction. Attendre pour envisager la suite. Une incertitude qui commence à les miner. Sur le parvis de la préfecture de Bobigny hier ils attendaient aussi la sortie de leurs représentants, sans espérer beaucoup de résultats concrets de cette deuxième réunion tripartite.

"On rabâche toujours la même chose"

Quelques confidences recueillies entre deux cigarettes, deux blagues avec les copains ou au détour de la manifestation. Tout recommencer à zéro avec son lot d'incertitudes, chacun a son scénario que l'on se repasse en boucle. Certains sont déterminés à se reconvertir même dans la boucherie. D'autres ne savent quelle décision prendre et ont du mal à dormir. Et comme dirait Cathie, penser sans cesse à l'avenir : "ça commence à prendre la tête ". Cathie, elle, attend de toucher, "un dividende pour la peine qu'on nous fait" .

 

 

 

A lire aussi