22 Juin

Le défi de l’ADEME Bretagne à la grande distribution

Dans les rayons d’un grand supermarché. Crédit photo : Maxppp Baziz Chibane

C’est une action unique en France, menée par l’ADME Bretagne. Un défi lancé par l’Agence de l’Environnement et de la Maîtrise de l’Energie à la grande distribution. Dans ces lieux dédiés à la consommation, la production de déchets est importante, tout comme la consommation d’énergie et d’eau, si bien que leur impact environnemental est loin d’être négligeable. « La grande distribution est quand même née en Bretagne, et on fait partie des régions où il y a le plus de surfaces de ventes. Ça nous paraissait  évident de travailler avec ce type d’entreprises », explique Sophie Plassart, en charge du projet.

L’environnement au cœur des préoccupations de l’entreprise

En 2013, l’Agence décide donc de lancer le premier Défi Eco-Action. Objectif : aider les  grandes et moyennes surfaces de plus de 300 m2, à dominante alimentaire, toutes enseignes confondues,  à « réinventer le magasin de demain ».  Septembre 2016, par voie de presse et l’envoi de mails, un appel est lancé. Sur les 758 surfaces alimentaires recensées par l’ADEME en Bretagne, 20 seulement accepteront de relever le défi. « La priorité dans la gestion quotidienne d’un chef d’entreprise de ce type-là, c’est d’abord le chiffre d’affaires, ensuite, la gestion de son personnel. Les questions environnementales elles arrivent loin,  très loin derrière. Quand on discute avec eux, ils nous disent qu’aujourd’hui encore, malgré leur expérience, ils ont beaucoup de difficultés à convaincre leurs pairs », constate Sophie Plassart.

Un premier diagnostic est réalisé par un cabinet d’étude auprès des candidats. Il s’agit de connaître ce que ces magasins ont déjà mis en œuvre en matière de gaspillage alimentaire, sensibilisation de ses salariés, clients ou fournisseurs, mobilité durable, gestion de l’eau, de l’énergie, des déchets. Suivront plusieurs ateliers organisés dans les locaux de l’ADEME. Des échanges doivent des actions innovantes que les chefs d’entreprise qui seront ensuite mis en œuvre dans les magasins. Pour Sophie Plassart, « la question de l’environnement doit être prise dans son ensemble »Sur les 20 candidats inscrits au départ, 6 iront jusqu’au bout de la démarche. 

Ils ont relevé le défi

Intermarché de Pleurtruit (35) : Réduction et valorisation des déchets
Dès juillet 2017, l’Intermarché de Pleurtruit a décidé de mettre en place des actions visant à réduire drastiquement le gaspillage alimentaire au sein de son magasin et notamment son taux de déchets non valorisés (50% de déchets non valorisés en 2016) liés à son activité commerciale.
L’objectif était de gagner en cohérence et en efficacité sur les enjeux du développement durable.

Biocoop Saint-Malo Aquarium (35) : Magasin éco-géré à impact positif
Le magasin Biocoop Saint-Malo Aquarium a été pensé pour être un véritable outil du changement au service de la transition écologique et solidaire. L’enseigne est le fruit des expériences professionnelles du gérant Mickael Chemin dans le secteur de l’innovation et de rencontres avec des acteurs emblématiques de l’économie circulaire, à l’instar d’Ellen MacArthur. L’ambition de l’enseigne est de casser un modèle commercial figé pour permettre le développement d’un nouveau concept de magasin entièrement éco-géré et promoteur d’une consommation plus responsable.

Intermarché de Montauban de Bretagne (35) : création d’un espace préservant la biodiveristé
L’Intermarché de Montauban de Bretagne cultive depuis plusieurs années sa dimension citoyenne en multipliant les initiatives en faveur du développement durable. En 2017, l’enseigne a distribué 26 tonnes d’invendus à des associations et a entrepris de réduire de manière importante ses déchets.
Avec une baisse de 12 tonnes du volume d’emballages jetés aux ordures depuis 2015, le magasin souhaite aujourd’hui créer un espace naturel qui préserve et développe la biodiversité aux abords immédiats du magasin. L’objectif est que les oiseaux, mammifères, amphibiens et espèces végétales disparues reprennent racine dans la nature.

Biocoop La Gambille (Saint-Brieuc 22) : Le Tipi – Création d’un tiers lieu d’échange et de partage
La Biocoop La Gambille a conçu en novembre 2017, un tipi pour répondre aux évolutions des comportements et des attentes de ses consommateurs qui remettent en question le concept de magasin « classique ». Ce tipi abrite un espace non-commercial au coeur du magasin pour proposer un lieu d’information, d’expérimentation, d’échange et de partage. Les grandes problématiques liées à la consommation, l’alimentation, la mobilité, l’écologie ou encore la solidarité y sont ainsi abordées.

Animé par des collaborateurs de la Biocoop en partenariat avec des acteurs locaux, le lieu est le théâtre d’ateliers, de rencontres, de jeux, de démonstration DIY (do-it-yourself), d’expositions à destination des clients du magasin. L’objectif est de contribuer au changement pas à pas des modes de vie.

E.Leclerc de Quimperlé (29) : L’abeille Buttie, une mascotte au service du geste durable et citoyen
Le centre E.Leclerc de Quimperlé prend depuis longtemps ses responsabilités sur le terrain de la citoyenneté et vient d’imaginer une mascotte, vecteur d’information ludique et différenciant, pour relayer ses messages de développement durable auprès des consommateurs.

Super U de Mordelles (35) : Lancement de la « U Box du jour »
Afin de lutter contre le gaspillage alimentaire, le Super U de Mordelles a imaginé le dispositif de la U Box du jour. Une opération qui contribue à une consommation plus responsable des ressources alimentaires tout en redistribuant du pouvoir d’achat à ses clients les plus modestes.

Les lauréats du Défi Eco-Actions 2018

Ce mardi, 19 juin, à l’occasion d’un colloque sur la distribution alimentaire organisé à Rennes, un jury composé de personnalités du monde de l’entreprise et de l’environnement était réuni pour évaluer l’ensemble des projets menés. Le centre Leclerc de Quimperlé est nommé lauréat  « pour sa démarche globale ainsi que son engagement depuis plusieurs années en faveur du développement durable ». Un coup de cœur a également été donné à l’Intermarché de Montauban de Bretagne .

Fort de ces premiers Défi-EcoActions, l’ADEME Bretagne prévoit de publier dès le mois de septembre 2018 un guide des bonnes pratiques à destination des enseignes de la distribution alimentaire. 33 fiches de solutions concrètes. Gratuit, téléchargeable sur le site de l’agence, Sophie Plassart espère que ce guide l’aidera à « donner envie à d’autres magasins de mettre en place des actions en faveur de l’environnement ».