Au secours des femmes battues

Dexter

Je travaille pour une association d'aide aux victimes dont la mission est de proposer un soutien juridique et psychologique aux personnes victimes d'infractions pénales. Nous rencontrons en majorité des femmes battues par leur conjoint. Voici le récit d'un de mes entretiens :

Je reçois une jeune femme d'environ trente ans, mère de deux enfants. Elle a fini par porter plainte après avoir été victime de violences physiques de la part de son mari pendant plusieurs années. Cette femme a très peu de ressources financières, n'a aucune famille à proximité, et son réseau social est inexistant. Suite à son dépôt de plainte, le mari a été incarcéré - il doit sortir de prison dans un mois. 

Vous imaginez probablement que mon métier consiste à aider cette femme à gérer les conséquences morales d'une maltraitante chronique. Ce n'est vrai qu'en partie. Car les difficultés de cette personne à ce moment précis de son histoire sont liées avant tout aux dommages collatéraux du dépôt de plainte : un fort sentiment de culpabilité, une peur de se retrouver à la rue, d'être éloignée de ses enfants, mais surtout de se faire tuer par son mari à sa sortie de prison.

"Je n'ai pas tellement peur de mourir pour moi, mais surtout pour mes enfants. J'ai peur de les savoir en danger s'ils restent avec leur père après ma mort. Il vont devenir quoi sans moi ?"

Cette femme, comme beaucoup d'autres dans sa situation, expérimente donc une double peine : les séquelles des sévices, mais aussi les effets secondaires liés au dépôt de plainte, l'un des plus redoutables étant la hantise des représailles. La balance coût-bénéfce de la plainte penchant largement du côté des inconvénients, il n'est par surprenant que ces femmes soient si peu nombreuses à engager une procédure judiciaire.

Mon cerveau en "mode par défaut"

Au cours de la consultation, je perçois donc que le principal besoin de cette femme est que l'on assure sa sécurité. Mais le constat est sans appel : rien ni personne ne peut véritablement la protéger1. Cette entrevue est éprouvante pour la patiente, bien sûr, mais aussi pour moi qui suis mis en échec de pouvoir répondre à sa demande - il n'y a rien de pire pour un psy que de se sentir inefficace. J'ai beau être démuni, mon cerveau ne peut pourtant s'empêcher d'essayer de trouver des solutions. La zone cérébrale consacrée à ce type de raisonnement est appelée le réseau du "mode par défaut". C'est en quelque sorte la partie du cerveau dédiée à la résolution de problèmes. Elle a une forte valeur adaptative car elle nous pousse à distancer les dangers, notamment en élaborant des projections mentales. C'est ainsi que je me surprends à orchestrer avec cette femme son échappée clandestine. Un plan de fuite salutaire pour elle et ses enfants. UN moisUn mois pour s'exiler, se fondre dans la masse et retrouver l'anonymat avant la libération du conjoint. La deadline est serrée, d'autant que sa situation économique et les deux gamins à sa charge sont des freins sérieux à la réussite de son camouflage. Mais pourquoi pas. Après tout, elle n'a rien à perdre de pire que sa vie. Imaginer sa fuite nous procure même une sensation réjouissante : pendant quelques secondes, cette femme réchappe symboliquement à ce qu'elle redoute le plus et retrouve de l'espoir. Quant à moi, je me libère d'un sentiment détestable, celui d'être un psy incompétent. 

La conjuration des hommes violents

Sous pression d'une exigence de résultats, mon esprit continue à divaguer. Il me souffle une autre idée hors cadre, voire clairement absurde : monter une équipe d'intervention avec l'aide de quelques potes compétents et bien placés. Cueillir le mari à l'issue de sa détention, le faire assassiner et se débarrasser du corps. Dexter, le paradigme du justicier social, sera le modèle à suivre. Si ce coup d'essai devait se révéler être une réussite, il ne faudra pas en rester là. Pour être dissuasive, la sanction devra être systématique et expéditive. La réponse devra tomber comme un couperet. Nous façonnerons alors un plan d'action à plus grande échelle, une industrie clandestine bien huilée dédiée à la conjuration de tous les époux mal intentionnés. Les milices interviendront dans un premier temps à un niveau national, avant d'opérer dans d'autres pays. Un nouveau "projet Chaos", façon Fight Club, dont l'objectif sera de protéger les femmes battues, une fois pour toutes. L'alternative aux moyens légaux actuels franchement stériles.

Mon délire est à la hauteur de l'insolubilité du problème2.

  1. Sur ce point l'Etat est très défaillant. Les mesures d'éloignement n'ont pas d'effet sur le comportement des auteurs déterminés à passer à l'acte. Et les rares hébergements d'urgence sont saturés, sans compter que cette solution n'est que provisoire. Néanmoins, quelques hommes violents reconnaissent leur tort, souffrent du caractère irrépressible de leurs comportements et veulent changer. Pour eux, des interventions psychologiques peuvent être envisagées.
  1. Le réseau du mode par défaut est un piège. Plutôt que de m'acharner à essayer de solutionner l'affaire de cette femme, je devrais au contraire jouer franc jeu avec elle et évoquer humblement la réalité de son inévitable angoisse - d'autant plus qu'elle est parfaitement consciente que le système judiciaire actuel ne permet pas de garantir sa sécurité. Mais pour lâcher prise, je dois d'abord accepter mon propre sentiment d'impuissance.

A lire aussi