30 Oct

Eveiller ses sens en Bourgogne pour jouer l’épicurien

La Bourgogne est un super terrain de jeu pour les 5 sens. Nous nous doutons d’emblée que sur une terre qui réunit les plus grands vignobles, les belles tables gastronomiques (et autres bien sûr!) qui vont avec, les paysages graphiques que l’ont connait, prendre soin de ses sens, c’est tout un art ! Et bien j’ai pu le constater lors d’activités variées dont je vous raconte les coulisses immédiatement.

Je vous invite à suivre le parcours que je vous propose car il est non seulement plein de sensations, mais aussi surprenant du début à la fin !

Les reptiles captent un sixième sens : 

La science fiction l’a imaginé, la nature l’a fait ! Les reptiles sont fascinants à de nombreux titres. D’abord parce qu’ils nous font greloter… de peur bien souvent ! Normal, nous les méconnaissons.

Je me propose donc de vous transmettre ce que j’ai pu apprendre avec Matthieu, soigneur animalier au parc de l’Auxois. Les serpents ont 3 sens différents des nôtres.

D’abord la vue. Ces animaux ont la faculté de percevoir les images en infra rouge. Un récepteur leur permet en effet de voir la nuit.

L’ouïe est également propre à leur fonctionnement. Et c’est surement là le plus étonnant, en tout cas selon Matthieu. Les serpents n’entendent aucun son mais ressentent des vibrations.

C’est ce qu’il appelle le sixième sens.

A mes yeux ce qui reste le plus surprenant est leur odorat ; ces reptiles sentent … avec leur langue ! C’est pour cela qu’ils la sortent régulièrement en l’agitant devant nous ! Ce n’est pas pour nous attaquer ! Je ne sais pas pour vous, mais apprendre cela a gommé une bonne partie de mes craintes vis à vis de cet animal rampant !

Quoiqu’il en soit, de l’autre côté des vivariums, tous ces animaux restaient une vraie curiosité pour toute l’équipe. C’est Jacques-Emile, notre assistant réalisateur !

IMG_4947

 

IMG_4979 IMG_4978

Jean-Philippe filme pendant que Romuald photographie le boa !

Pour ma part j’allais côtoyer de prêt ces bêtes-ci … Des iguanes verts … Lui, c’est le mâle dominant. Et il a un drôle de rituel ! Lorsqu’il se sent menacé ou tout simplement perturbé par la présence d’un tiers, il secoue son goitre de gauche à droite plusieurs fois, assez sèchement. Cela nous indique que nous ne sommes pas les bienvenus, et qu’il nous défie. Dans ce cas, il vaut mieux rester impassible, si vous hochez la tête il n’appréciera pas et va surenchérir …

Je vous assure, un python en comparaison, c’est un gros nounours !

IMG_4949 IMG_4969

Mais aussi, ces bêtes-là !

IMG_4985 IMG_4988

Allez, le temps d’apprivoiser la bête et c’est parti, mon amour des animaux m’a aidé à dépasser la crainte que j’avais au départ ! J’ y prends goût ! :) Mmmmmm, ils ont la peau douce !

Comme je n’ai pas eu l’occasion de le faire dans l’émission, je raconte mon anecdote ici …

Un jour, l’amie d’un ami, qui possédait un boa pour animal de compagnie est allée voir son vétérinaire.

 » Bonjour monsieur, je viens consulter pour mon boa. Depuis quelques semaines, il ne mange pas et la nuit, il vient se coller contre moi

-Et bien ma chère, votre animal est en train de s’affamer et de prendre vos mesures afin de vous manger ! »

Allez, n’ayez pas peur, je n’ai aucune preuve que cette anecdote n’est pas une blague, et en plus, il n’y a pas que des boas au parc de l’Auxois, il y a aussi des couleuvres de l’amour !!!

IMG_4972

Allez, assez papoté, on nous attend ! Alors, en route !

IMG_4995

 

L’ouïe vibre au rythme des percussions africaines à Marsanay-le-bois

Julien est né en Bourgogne il y a 35 ans. Il est adulte lorsqu’il part en Afrique arpenter cette terre dont il connait déjà la musique. Puis il revient en apportant avec lui des bouts de sa culture. Celle qui résume toute la philosophie des percussions, qu’il enseigne : c’est l’oralité. Je joue du piano en totale amatrice. J’ai donc pu emmener dans mes bagages une partition que j’aurai aimé qu’on joue, ou que Julien joue. Il m’a arrêté tout de suite en me disant que je faisais fausse route ; il ne lit pas la musique, il l’écoute et la reproduit.

C’est ce qu’il fait avec ses élèves. Des jeunes, des enfants, des personnes en situation de handicap aussi à qui la musique offre un soutien. Il se rend chez eux, avec son camion rempli d’instruments de musique. C’est un professeur de musique ambulant, dans sa région qu’il adore.

Jouer avec lui est super et je passe un moment génial à reprendre la « phrase » qu’il m’apprend (ensemble de sons)

Avant tout, l’équipe se prépare ….

IMG_5002

IMG_5005 IMG_5008

Ecoutez donc le travail de Julien et de son orchestre sur son site !

En côte-d’Or : piloter sur un circuit de terre

Ce n’est pas du kart. Ce n’est pas non plus de la voiture de course. Nan ; c’est autre chose. Et lorsque vous l’avez essayé, vous ne pouvez pas vous y tromper.

A Is-sur-Tille, à 20 kilomètres de Dijon, Florent Belfani un presque champion d’Europe, m’attend. Il est venu de Lyon, où il donne des cours, pour piloter sur le circuit Nicolas Kein, reconnu pour être dans les meilleurs. D’ailleurs il accueille un championnat d’auto cross et de Sprintcar.

Pour ma part, avec Florent, je m’essaie au kart-cross sur un de ses engins…. qui captive l’équipe… masculine bien entendu je ne vous fait pas de dessins !

IMG_5020

Voilà donc l’engin. Un moteur de moto (160 chevaux je crois) sur une voiture de 300 kilos. J’ai tellement peur de dire des bêtises que je ne développerai pas davantage.

Toujours est-il que ce que je peux affirmer, c’est sa spécificité : un pilotage sur un circuit de terre. Ce qui est bien plus glissant que le goudron. Mais moins que la glace bien entendu ! Donc dans la classification, des pilotes, c’est un circuit moyennement compliqué. Mais les virages sont nombreux et pour certains assez difficile à négocier car secs !

Alors j’apprends à travailler ma vue, et je suis bien guidée !

IMG_5038 IMG_5042

L’équipe est super, et Hélène m’a même prêté sa tenue de compétition ! Youpi, une femme dans ce sport !!!

La tête dans les étoiles au Charlemagne 

A Pernand-Vergelesses, je rencontre Laurent Peugeot. Il dirige son restaurant,le Charlemagne, depuis 2001. Sa cuisine, mélange de spécialités bourguignonnes et saveurs asiatiques, a été récompensée par l’attribution d’une étoile par le guide Michelin en 2006. C’est le graal.

Je suis enthousiaste, là aussi, de le rencontrer. Il me transmettra forcément quelques-unes de ces astuces de chef.

Il a tout préparé pour cela !

IMG_5131

L’équipe se met en place

IMG_5132 IMG_5137 IMG_5130   IMG_5171

Y compris Romuald, le roi « soleil » dont le métier est éclairagiste…. !

Autour de la table installée au milieu des vignes Laurent me raconte son parcours tout en me faisant déguster des condiments japonais comme de la poudre de pommes de terre violettes, du miso brun ou encore du Yuzu, un agrûme bien acidulé.

Laurent a été formé par le chef Jacques Lameloise, 3 étoiles au guide Michelin, à Chagny. C’est parce qu’il est tombé amoureux d’une jeune chef asiatique, en stage dans ce restaurant, qu’il s’est intéressé, puis s’est formé à manier les saveurs asiatiques.

Dans sa cuisine, je participe à l’élaboration d’un nouveau plat : un maki de crustacé avec un jus de homard, des légumes et le tout dans un « Bento », sorte de bocal en verre qui ressemblerait au Tupperware que l’on connait mieux.

Avec laurent je découvre l‘Umami : une terme qui qualifie une 5eme saveur détectée par la langue après le salé, le sucré, l’acide et l’amer. Littéralement, umami signifie « Goût savoureux »

Effectivement, le goût est à la hauteur de la surprise : toutes les saveurs cohabitent merveilleusement.

Et voici la carte que le chef lance ce jour-là…. Et que nous avons eu la chance de goûter !!!

MIAM !

IMG_5167 IMG_5166 IMG_5148IMG_5165 IMG_5149  IMG_5141

Parcours olfactif avec Sylvain Fauré

Je me disais en sourdine qu’un parcours olfactif dans les vignobles bourguignons, ce n’était peut-être pas très original.

Sylvain m’a prouvé le contraire.

Sa particularité, ce sont ses connaissances géologiques et historiques qui nous permettent, visiteurs, d’aborder la terre avec un regard presque scientifique.

Vuylgarisé, bien sûr.

A quoi ressemblait la Vallée il y a 100 000 ans ? Et pourquoi cette terre est-elle propice à planter de la vigne ?

Les ceps ne souffrent-ils pas trop du réchauffement climatique ? Les vignerons bourguignons vont-ils devoir s’adapter dans les 10 ans à venir ?

Voilà quelques-une des questions auxquelles Sylvain a répondu.

Et puis, j’ai mis le nez dedans, franchement ! Je me suis prêtée au jeu du blind test olfactif pour reconnaître les arômes qui peuvent composer les vins. C’était très amusant

IMG_5058  IMG_5067

Et sur ce promontoire, à Saint-Romain, c’était carrément magique, et nous savourions un de ces vins qui se fabriquent dans la vallée que nous observions tous pendant ce couché de soleil

IMG_5085  IMG_5119

IMG_5094

Et puis j’ai filé pour un terrain de sport…. le rugby touché, un sport apparu en Australie dans les années 50.

J’ai rejoins l’équipe des vieux crampons à Genlis. Avec eux, le traditionnel plaquage est remplacé par un touché (comme quand on joue à chat perché ! :)

Ca défoule !

Je suis ravie de mon escapade autour de ces 5 sens qui nous caractérisent, et que l’on aime tant chouchouter !