Elections 2016: Les sondages du Super Tuesday

Super Tuesday: Devinez qui est favori? Indice: La touffe.

Les primaires des deux partis se dirigent à grand pas vers le Super Tuesday, qui se déroulera mardi. 12 états votent, avec 595 délégués républicains en jeu (1237 nécessaires pour l'emporter) la nomination et 1004 délégués démocrates (2383 nécessaires). Autant dire qu'après la journée de mardi prochain, on sera nettement plus proches de connaître le candidat nominé par chaque parti pour l'élection générale et les équipes de campagne sont sur le pied de guerre.

Et puisque nous n'avons rien de mieux à faire, faisons un tour par les sondages.

    • Chez les républicains. Donald Trump est donné favori dans 9 états. Ted Cruz dans 2 états et Ben Carson dans 1 état. Dans, Trump est crédité de 33,6% des intentions de vote. Ted Cruz est second avec 20,4% et Marco Rubio troisième avec 16,4%.
    • Chez les démocrates, Hillary Clinton est donné favorite dans 9 états contre 2 pour Bernie Sanders. Dans l'ensemble, Hillary Clinton est créditée de 47.6% des voix contre 42% à Bernie Sanders.

Une attention particulière sera portée à l'état du Texas chez les républicains. C'est le plus grand état en jeu lors de cette course, et celui ou Ted Cruz joue "à domicile". Le sénateur du Texas était annoncé grand vainqueur du scrutin depuis longtemps, mais Donald Trump est en train de combler l'écart. Selon un sondage publié aujourd'hui, les deux hommes seraient à égalité. Danger pour Cruz, qui joue une grande partie de sa crédibilité sur ce résultat.

Trump reçoit son premier soutien du Congrès

Donald Trump a reçu hier son tout premier soutien en provenance du Congrès. Le sénateur de New-York Chris Collins, lui-même chef d'entreprise et l'un des plus riches membres du Congrès, a publiquement annoncé qu'il se rangeait aux côtés de son compère New-yorkais. Selon Collins, Trump a: "Le cran et la force morale" pour devenir président.

En temps normal, le nombre de soutiens d'un candidat en provenance du Congrès est l'un des marqueurs les plus fiables de la course vers la nomination. Mais Donald Trump est passé par là et tous les indicateurs traditionnels sont à refaire. Avant de se résigner, Jeb Bush était largement en tête des soutiens venus du Congrès.

Aller plus loin:

Avec la montée de Donald Trump au rang de favori pour la nomination républicaine, les cartes sont rebattues au Congrès. Les républicains, qui ne pouvaient jusqu'ici croire en une victoire du magnat de l'immobilier, sont obligés de s'adapter à ce séisme politique.

En cinq scénarios, tous envisageables, le New York Times analyse les facteurs qui pourraient faire dérailler la locomotive Trump. Puissances financières, Rubio comme alternative, un débat atroce, des échecs cruciaux et surtout sa propre grande bouche. Tout y est pour le voir échouer.

Barack Obama doit nommer un nouveau juge à la Cour Suprême, et il a laissé flotter le nom du républicain Brian Sandoval, ancien juge fédéral et gouverneur du Nevada. Sandoval est un centriste, susceptible de plaire aux deux partis. Pourtant, les leaders républicains du Congrès ont déjà annoncé qu'ils bloqueraient tout de même sa nomination.

 

A lire aussi

  • Aucun article