Superdélégués: Ils vont faire gagner Clinton

Bernie Sanders est tout près de Clinton, mais les caciques du parti démocrate le laisseraient-ils gagner?

Clinton peut-elle être désignée candidate du parti démocrate, même si elle perdait les primaires? Ce scénario est rendu de plus en plus d'actualité dans son duel avec Bernie Sanders.

Pourquoi? La primaire démocrate n'est pas une élection directe. Lors des scrutins, les candidats se disputent des délégués, qui désigneront ensuite le candidat lors de la Convention Nationale prévue du 25 au 28 juillet prochain à Philadelphie. Un candidat doit être choisi par 2383 délégués pour l'emporter.

Après le caucus du Nevada de samedi, voici l'état de la course:

  • Iowa: Clinton 49,9% (23 délégués) / Sanders 49,6% (21 délégués)

  • New Hampshire : Clinton 38,0% (9 délégués) / Sanders 60,4% (15 délégués)

  • Nevada : Clinton 52,6% (19 délégués) / Sanders 47,3% (15 délégués)

Soit, en théorie. Une égalité parfaite jusqu'ici: 51 délégués partout.

Pourtant, la répartition réelle selon le comptage d'Associated Press est de...

  • Clinton: 502 délégués / Sanders: 70 délégués ??

Comment est-ce possible? C'est la magie des "superdélégués"

Au sein du parti démocrate, un système permet à un certain nombre de caciques de décider du candidat qu'ils soutiennent lors de la Convention Nationale, sans avoir à respecter le vote des électeurs de leur état. ces "superdélégués" représentent environ 20% du nombre de délégués disponibles.

Une brève histoire des superdélégués par The Nation:

Et, dans ce domaine, Clinton dispose d'une marge colossale sur l'ancien indépendant Bernie Sanders.

Ce soutien de l'establishment à son adversaire rend la tâche nettement plus difficile pour Sanders. Il ne peut pas seulement compter sur une victoire à l'arraché, il faut qu'il renverse complètement Clinton pour que les superdélégués changent leur vote en sa faveur. Une lueur d'espoir: C'est exactement ce que Barack Obama était parvenu à faire en 2008.

Avec ce vote, les superdélégués remplissent pourtant leur rôle: protéger le parti contre les vagues d'enthousiasme populaire, en donnant une voix à l'establishment. Pour les cadres du parti, Sanders n'est éligible que chez les démocrates les plus acharnés, ceux qui votent pendant les primaires. Face à la majorité des américains, le "socialiste" risquerait selon eux de perdre la Maison Blanche face aux républicains.

Alors, déni de démocratie ou garde-fou utile, les superdélégués?

Venez en discuter avec nous sur Twitter et Facebook.

Envie de suivre les élections avec nous? Inscrivez vous à la newsletter du Bureau de Washington.

A lire aussi

  • Aucun article