Elections 2016: Les favoris ont dominé, Jeb Bush se retire

Républicains: Ce sera Trump vs. Cruz vs. Rubio (comme prévu)

A peine 2% des bulletins décomptés et déjà, l'Associated Press attribuait la victoire à Donald Trump. Sans surprise, la primaire républicaine de Caroline du Sud a tourné au plébiscite pour le magnat de l'immobilier. Tout au long de la campagne, ses adversaires n'ont jamais paru en mesure de resserrer l'écart, malgré les (nombreux) "dérapages" de Trump. Il finit en tête avec 32.5% des voix, devant Marco Rubio (22.5%) et Ted Cruz (22.3%) à égalité virtuelle.

Mais la principale information de la soirée, c'est l'abandon de Jeb Bush après un troisième score décevant (7.8%) en trois courses. Dans une campagne jouée à couteaux tirés, Bush n'est jamais parvenu à répondre aux attaques de Donald Trump, Ted Cruz, ou même celles de son ancien protégé: Marco Rubio. C'est ce dernier qui est dorénavant l'espoir des républicains modérés. S'il bénéficie d'un bon retour de voix (et de la centaine de millions de dollars toujours dans le trésor de guerre de Bush) il pourrait poser de gros problèmes à Trump.

Au final, si l'on ne compte pas John Kasich et Ben Carson (plus personne ne compte John Kasich et Ben Carson) il ne reste plus que trois réels candidats dans la course: Donald Trump, Marco Rubio et Ted Cruz.

Une donnée pour finir: De 1980 à 2008, la Caroline du Sud a systématiquement désigné le candidat choisi par les républicains pour l'élection générale.

Démocrates: Clinton respire (comme prévu aussi)

Passera, passera pas? C'est passé. Sous la pression de Bernie Sanders, donné à égalité avec elle dans le Nevada, Hillary Clinton parvient à remporter une victoire modeste mais claire avec 52.6% des voix contre 47.3% à son opposant. C'est une deuxième victoire pour Clinton, après celle du caucus de l'Iowa, mais cette fois avec un écart plus significatif. De quoi reprendre de l'élan pour Clinton, dont le discours de victoire donnait dans le soulagement:  "Certains ont pu douter de nous, mais nous n'avons jamais douté de nous même."


De son côté, Bernie Sanders a félicité la gagnante, mais ne rend pas les armes. Il confirme son intention de mener la course à l'échelle nationale, particulièrement lors du Super Tuesday qui aura lieu le premier mars prochain dans de nombreux états du sud.

Et maintenant? On prend les mêmes (états), et on recommence!

Dans une semaine, les deux partis inversent les rôles. Les démocrates se dirigent vers la Caroline du Sud pour une primaire sans aucun suspense - Hillary Clinton est donnée grande favorite - tandis que les républicains se dirigent vers un caucus plus incertain.

A lire aussi

  • Aucun article