Italie : un coup de main à la ville pour régler ses dettes

"Du jour au lendemain, mon téléphone n'a pas arrêté de sonner". En cinq ans, Roberto Del Conte, le maire de la ville d’Invorio, 4500 habitants, a séduit des dizaines d’Italiens qui croulaient sous les dettes. Son principe est novateur : les citoyens italiens en situation précaire sont invités à régler les impôts locaux, en donnant un coup de balai, un coup de pinceau sur un mur ou de sécateur dans un jardin – en somme, des Travaux d’Intérêt Généraux.

Fort de son succès, qui a permis au maire de remporter un prix en 2017, le concept s’est étendu à une dizaine de villes ; à Milan, 30 personnes par an règlent leur déficit de cette manière. Pour 100 euros de dette, il faut compter environ 13 heures de travail. Reportage d’Alban Mikoczy, Florence Crimon et Claudia Billi.

L’info en + : l'Italie est le pays des taxes. Avec plus de 100 impôts par an, les citoyens règlent chaque année une note de 8.000 euros d'impôts en moyenne au Fisc italien. En plus de l'impôt sur le revenu ou la TVA, on trouve des taxes diverses : sur les spiritueux, les allumettes, les jeux à gratter ou encore la bière.

Anne Donadini

A lire aussi

  • Aucun article