Viganella, sous le soleil exactement

Puisque le soleil ne baigne pas leur vallée, c'est eux qui traquent sa course. Pour cela, il a fallu 100 000 euros, un peu de patience et l'ambition d'un homme. En 2006, Pierfranco Midali a fait installer un miroir de plus d'une tonne sur les flancs vallonneux de Viganella, un village si profondément enclavé dans les Alpes italiennes qu'il ne reçoit pas les rayons du soleil.

Chaque hiver, cet impressionnant miroir réfléchit les rayons du soleil sur la place centrale de ce bourg construit au Moyen-âge, à l'ombre de la montagne Castello. Mais ce qu'attendent le plus les 207 habitants de Viganella, prisonniers d'une demi-obscurité trois mois par an, c'est le retour du soleil. Chaque année depuis plus de 500 ans, la Chandeleur y est accueillie par des danses, des chants... et de nombreux touristes, curieux d'observer l'idée insolite de l'ex-maire Midali.

A Viganella, on ne trouve ni restaurants, ni hôtels ou magasins. Néanmoins, les habitants se sont presque pris d'affection pour la pénombre silencieuse de leur vallée ; ce n'est que pour mieux retourner le 11 novembre prochain à leurs rêves d'Icare.

L'info en + : c'est pour déclarer sa flamme à son épouse Lena que Martin Andersen a fait installer trois miroirs sur la montagne de sa ville de Norvège, en 2013. Inspiré par l'histoire de Viganella, il offre ainsi un peu de soleil à sa femme, pour la remercier d'avoir accepté de rester avec lui dans "la vallée des ténèbres".

A lire aussi