Italie : les tractations commencent

Après les résultats très serrés des élections législatives, les tractations pour obtenir une majorité commencent. Elles pourraient durer plusieurs semaines, et nul ne sait si elles aboutiront.

Comment sera nommé le Président du Conseil ?

C'est le rôle du président de la république, Sergio Mattarella, de nommer le premier ministre en fonction de la couleur politique des chambres. Ce dernier, appelé aussi « Président du Conseil », propose ensuite une liste de ministres pour composer son gouvernement. S’il est approuvé par le Parlement, il devient l’organe au sommet du pouvoir exécutif du pays. Toute la question est donc désormais de savoir quel groupe obtiendra la majorité, c’est-à-dire 40% des sièges de la Chambre et du Sénat. Les partis disposent d’une vingtaine de jours avant de présenter au président de la République leurs groupes parlementaires.

Les jeux d'alliances pour la majorité

La coalition de droite, qui détient 37% des suffrages, est la plus proche d’obtenir la majorité. Mais cette alliance entre Forza Italia, la Ligue, et Fratelli d’Italia ne peut vraisemblablement plus trouver d’alliés. Le Mouvement 5 étoiles a quant à lui obtenu 32,7% des sièges : c’est désormais le premier parti politique du pays. Son leader, Luigi Di Maio, compte bien gouverner. Unique solution possible donc pour le Mouvement 5 étoiles, s’allier avec le PD de Matteo Renzi, afin de dépasser le seuil des 40% de suffrages et obtenir la majorité. Luigi di Maio s’est à ce propos dit être « prêt à gouverner » et assure être en contact avec des élus démocrates (PD).

Un gouvernement anti-Europe ?

L'hypothèse qui inquiète l'Europe est celle d'une alliance entre le Mouvement 5 étoiles et la Ligue de Matteo Salvini. Ces deux partis, en s'unissant, obtiendraient largement la majorité des sièges. Or ce sont deux mouvements eurosceptiques, hostiles à l'Union européenne. De quoi préoccuper les autres capitales européennes et Bruxelles (Emmanuel Macron a évoqué la "forte pression migratoire" que subissait l'Italie), mais cette coalition reste hautement improbable. La Ligue devrait a priori rester dans la coalition de droite dont elle fait partie : beaucoup d'électeurs du Mouvement 5 étoiles sont hostiles aux idées anti-migrants de Matteo Salvini et à un quelconque rapprochement avec tout autre parti, et le leader de la Ligue a déclaré de son côté n'envisager aucun rapprochement avec le parti de Luigi di Maio.

A lire aussi

  • Aucun article