Scandale pédophile: le cardinal américain Bernard Law sera enterré au Vatican 

Accusé d’avoir caché des actes d’agressions sexuelles au sein de l’Eglise américaine pendant des décennies, le cardinal Bernard Law, dont l'histoire a inspiré le film "spotlight" est mort hier matin. Ses obsèques auront lieu cet après-midi en la basilique Saint-Pierre, en présence du pape François. Il sera ensuite enterré dans la Basilique Sainte-Marie-Majeure, propriété du Vatican à Rome.

Il avait couvert des prêtres pédophiles pendant plusieurs décennies au sein de l’Eglise catholique américaine, le cardinal Bernard Francis Law est décédé hier à l’âge de 86 ans. Alors que les victimes et leurs proches auraient souhaité que cet enterrement se fasse en toute discrétion, il est révélé aujourd’hui que l’ancien archevêque de Boston sera inhumé au sein de la basilique Sainte-Marie-Majeure à Rome. Cet après-midi à 15 h 30, lors des obsèques, le pape François sera présent et il donnera une dernière bénédiction sur la dépouille de cet homme haï par les victimes et leurs proches.
Des derniers honneurs qui choquent
Ces honneurs réservés à l'ex-archevêque de Boston provoquent la colère du public et des victimes des violences sexuelles révélées par l’affaire Spotlight. En effet, pour ces dernières, il est offensant de voir le cardinal honoré par le Vatican alors qu’il a longtemps protégé les auteurs de crimes. Il n’avait finalement reconnu sa faute que sous la pression médiatique et celle de l'Eglise.

A lire aussi

  • louis gerard

    L'église a TOUJOURS soutenu ses fidèles , surtout si haut placés. Trois papes sont passé et aucun n'a rien fait sinon de l'exfiltrer des USA.

  • Nobody

    Parmi ces pontes au cul béni, il y en a finalement bien peu qui ont la foi.

  • Thomas Michelet

    A-t-il été condamné par les USA? Non. Alors au nom de quoi aurait-il fallu l'extrader?

    • Tara

      au nom de Dieu peut être !!

      • Thomas Michelet

        Vous confondez les différents plans. La justice divine, c'est pour maintenant, et elle est parfaite rassurez-vous. La justice des hommes est de deux types. L'Église l'a déjà puni en lui retirant la charge de son diocèse et en l'exilant de son pays. Les États Unis ne l'ont pas condamné, il n'y avait donc aucune base légale pour l'empêcher de quitter le territoire, ni pour l'y faire revenir au moyen d'une extradition. Au nom de quelle condamnation et pour y effectuer quelle peine? La condamnation médiatique et la vindicte populaire? Ce n'est pas digne d'un État de droit. Si aucun juge américain ne l'a personellement condamné, alors qu'il a reçu une double sanction de l'Église (perte de sa charge et exil de son pays), il faut donc conclure que sur ce point la justice de l'Église est allée bien plus loin que la justice étatique.

        • Tara

          Oui il reste aussi le jugement populaire dont chacun a pu faire,
          en toute conscience, son opinion au travers Spotlight qui adapté de faits réels, retrace la fascinante enquête du Boston Globe (couronnée par le prix Pulitzer) qui a mis au jour ce scandale sans précédent au sein de l’Eglise Catholique. Rien a voir avec la "vindicte " et cela Dieu aussi le sait...Maintenant si pas de faute pénale effectivement rien n empêche le Vatican de partager la faute morale et surtout de l enterrer dans leur jardin...

          • Thomas Michelet

            Comme je l'ai dit, il a été sanctionné par le Vatican : démis de sa charge, exilé de son pays, contraint à reconnaître publiquement sa faute. On attend toujours que l'État français fasse de même avec les ministres qui ont couvert des fonctionnaires, quand ce n'étaient pas les ministres eux-mêmes. Lorsque Luc Ferry a eu le courage de l'évoquer, ça s'est retourné contre lui.