Italie : un référendum risqué pour Matteo Renzi

Les Italiens se prononcent dimanche 4 décembre par référendum sur une réforme constitutionnelle portée par Matteo Renzi, qui démissionnera en cas de victoire du "non".

Avec ce bulletin glissé dans une urne en début de matinée ce dimanche 4 décembre, Matteo Renzi le sait : c'est son avenir politique qui se joue. Depuis quelques semaines, son appel à voter "oui" au référendum constitutionnel se heurte à Beppe Grillo, populiste et europhobe. Il a pris la tête d'un large front du "non".


Italie : un référendum risqué pour Matteo Renzi

Le risque de l'instabilité politique

La réforme proposée aux Italiens réduirait les pouvoirs du Sénat, divisant par trois le nombre de ses membres, et surtout, il ne pourrait plus faire tomber le gouvernement. Mais comme le Premier ministre a promis de démissionner si le "non" l'emportait, les électeurs italiens sont tentés d'utiliser ce scrutin pour l'éjecter du pouvoir. "Il faut tout faire pour le mettre à la porte", dit un homme. On saura cette nuit, de dimanche à lundi, si l'Italie entre dans une période d'instabilité politique.

Référendum en Italie : Matteo Renzi joue son va-tout

En Italie, les électeurs étaient appelés aux urnes ce dimanche 4 décembre pour un référendum crucial. Ils doivent se prononcer pour ou contre la réforme de la constitution italienne. En réalité, c'est l'avenir du président du conseil, Matteo Renzi qui est en jeu. "Le taux de participation à 19 heures était de 55% ce qui est beaucoup pour l'Italie. Cela signifie que les Italiens ont compris les enjeux de ce référendum" indique François Beaudonnet, en direct de Rome.

"Une tempête financière"

Le premier enjeu, c'est l'avenir politique de Matteo Renzi. "Il a dit qu'il quitterait le pouvoir en cas de victoire du non. Le deuxième enjeu, c'est de savoir si Beppe Grillo, le leader populiste du mouvement Cinq étoiles, va pouvoir peut-être dans quelques semaines accéder au pouvoir. Le dernier enjeu, c'est le risque d'une tempête financière qui pourrait souffler sur toute l'Europe et qui partirait d'ici", complète le journaliste. Résultat à partir de 23 heures.

A lire aussi