Malheurs en Méditerranée

Plus de 62 000 migrants ont été sauvés par les navires de guerre italiens depuis le 1er janvier 2014.

Le bilan de l'opération Mare Nostrum dans le canal de Sicile est déjà supérieur en six mois à toute l'année record des révoltes arabes en 2011.

Des hommes, des femmes, des enfants qui cherchent un avenir meilleur en Europe et qui sont traités par les passeurs comme de simples choses sans âme.

Le 29 juin dernier, un bateau de pêche avec 550 personne sur son pont a ainsi été secouru. horreur, dans la cale, les autorités ont retrouvé 45 autres personnes.

Des hommes exclusivement, tous venus d'Afrique noire. ils avaient été enfermé, le soupirail cloué pour ne pas qu'ils sortent. Les passeurs ont utilisé les malheureux pour lester le bateau, "comme des pierres" nous dira le maire de Pozzallo.

Ils avaient payé 600 euros pour rêver d'Europe. Trop peu pour les trafiquants sans scrupule qui leur ont scellé un tout autre destin.

Malgré ces traitements sordides, malgré les risques (25000 noyés depuis l'an 2000 selon l'ONU) les autorités italiennes estiment que les migrants prêts à embarquer depuis la Libye vers l'Europe seraient 600 000.

3 millions même affirme Tripoli même si le gouvernement libyen n'a le contrôle sur rien chez lui.

Quand ils touchent terre, c'est désormais en Sicile.

Lampedusa a été fermé cet hiver pour cause de traitements inhumains dans son centre d'accueil.

Face à ce flot massif des arrivées, les centres d'accueil ne suffisent plus.

D'autres structures ont du ouvrir leurs portes. Des églises mais également des hôtels vidés de touristes et désormais dédié à l'accueil de ces malheureux.

A lire aussi