Jean Pierre Mercier, délégué CGT : "l'intervention des pouvoirs publics est nécessaire"

Le sort des plus anciens toujours en négociation

Jean Pierre Mercier nous a donné rendez-vous dans un centre commercial de Bagnolet à la sortie du métro. Vendredi, c'était la fin du deuxième round de négociations avec la direction de PSA sur l'avenir des ouvriers de plus de 55 ans.

Le délégué CGT de l'usine PSA d'Aulnay bouillonne : "la direction propose de faire passer le nombre de mois de départ anticipé avant la retraite à 30 mois  pour les ouvriers d'Aulnay". Selon lui ces propositions sont extrêmement faibles car explique Jean Pierre Mercier "cela ne réglera rien pour les ouvriers qui n'ont pas de carrières complètes qui n'ont pas la totalité de leurs trimestres et qui doivent encore travailler jusqu'à 62, 63 voire 65 ans, et ils sont nombreux à Aulnay".

PIre à ces yeux, la direction de PSA refuse de  donner le nombre exact de salariés "séniors" concernés par ces mesures d'âge.  Pas plus que le montant de l'enveloppe qu'elle a prévue pour financer ces départs anticipés. Et Jean Pierre Mercier de déplorer que la direction de PSA ne veuille pas mettre en place un dispositif de pré-retraite maison avant de conclure : "Ce n'est pas une négociation sérieuse".

En effet désormais pour le délégué CGT d'Aulnay : " l'intervention des pouvoirs publics est nécessaire". Il regrette que ni la direction de Peugeot ni le gouvernement ne veuille discuter à trois : "On ne demande pas que ce soit le gouvernement qui paye le plan social, il ne manquerait plus que cela, mais qu'il fasse pression sur Peugeot pour financer un plan social avant qu'on se retrouve le bec dans l'eau, c'est l'état qui a la main sur le robinet des aides publiques" s'insurge Jean Pierre Mercier.

Rendez-vous obtenu mardi au ministère du travail

Cette semaine autour de la CGT, une centaine de salariés de PSA Aulnay ont organisé un coup de force au congrès des maires de France pendant le discours de la ministre, Marylise Lebranchu (Ministre de la Réforme de l'Etat, de la Décentralisation et de la Fonction publique).

 

A la tribune du congrès de l'Association des Maires de France, jeudi 22 novembre, Jean Pierre Mercier prend le micro et la parole

 

Ils ont investi la salle et la scène. Dans le même temps, un rendez-vous était demandé  au ministre du travail par téléphone. Ainsi, ils ont obtenu qu'une délégation d'ouvriers d'Aulnay soit reçue mardi au ministère du travail par Michel Sapin ou plus probablement un membre de son cabinet.

Pour l'instant, Jean Pierre Mercier estime que les négociations n'ont fait qu'un  "premier tour de chauffe". Jeudi prochain, le 29 novembre, les syndicats retourneront à la table des négociations face à la direction de PSA. 

 

 

Théoriquement les négociations sur le volet social du PSE (Plan de Sauvegarde de l'Emploi) devaient s'achever en décembre mais ce sera plus sûrement en janvier. Si tout va bien.

 

 

 

A lire aussi