Pourquoi la série "Quantico" est le nouveau plaisir coupable de la rentrée

Ce cru 2015 de la rentrée séries outre-Atlantique ne restera pas dans les annales. Les Bastard Executioner, Heroes Reborn, Scream Queens et autres Minority Report n’ont pas convaincu, et les audiences en berne le confirment semaine après semaine. Mais chez Pop Up’, on mise sur Quantico, la nouvelle série d’ABC que l’on jurerait produite par la grande prêtresse des fictions de la chaîne américaine, Shonda Rhimes (Grey's Anatomy, Scandal). Sauf que non. Pourtant, cet astucieux mélange de soap, d’intrigue terroriste et d'un soupçon de Secret Story au FBI reprend toutes les recettes du succès de la productrice pour en faire la nouvelle série que l'on va adorer en secret. Explications.

Parce que si "Homeland" était un soap opera, il s’appelerait "Quantico"

Bienvenue à Quantico (Virginie), une énorme base militaire américaine qui abrite le centre de formation du Federal Bureau of Investigation (FBI). En ce jour de rentrée, débarquent plusieurs dizaines de NAT ("New Training Agent"), des jeunes recrues qui rêvent de devenir agents fédéraux. Un peu comme des internes arrivant au Seattle Grace Hospital, vous voyez le style ?

Mais, à la différence de Grey’s Anatomy, la bleusaille n'est pas là pour résoudre de nouvelles enquêtes au fil des épisodes. Non, dans Quantico, ils sont au cœur de l’enquête qui se déroule neuf mois plus tard, alors que la gare new-yorkaise de Grand Central est détruite par un attentat terroriste. Méga surprise : tous les soupçons se portent justement vers une recrue de cette promo. Le suspens est total.

138857_9344_FULL

Sur fond de terrorisme façon Homeland (ou plutôt 24 Heures chrono niveau rythme), Quantico alterne les scènes d'enquête avec des flash-back dépeignant le quotidien des apprentis agents à la FBI Academy.

En 43 minutes chrono, le pilote nous offre une jolie vitrine du futur de Quantico : un attentat, une scène de sexe, un suicide et des larmes. Du drame, du cul, de l’intrigue... Bref, tout ce que propose un bon soap façon Scandal (tiens, tiens…) ou Empire, le guilty pleasure de la rentrée 2014.

Parce que Priyanka Chopra est l’héroïne "badass" qu’on attendait

C’est la révélation de la série. Rôle principal dans Quantico, la comédienne indienne Priyanka Chopra incarne Alex Parrish, une jeune recrue qui intègre l’académie sans le dire à sa mère pour y découvrir si son père (qu’elle a tué plus jeune, hum) était un agent fédéral en infiltration. Un motif honorable, donc.

Si son nom ne vous dit rien, son visage (ou son corps) ne vous sont sûrement pas inconnus. Car celle que l’on surnomme PeeCee est une ancienne miss Monde, couronnée en 2000. Devenue depuis une star de Bollywood, elle a impressionné le réalisateur, Joshua Safran, lors de son audition. “Priyanka a instantanément compris le côté vulnérable du personnage d’Alex, intériorisant tellement ses autres traits de caractère que vous ne les remarquiez même plus. J’ai réalisé qu’elle était parfaite pour le rôle", raconte-t-il à Fastcocreate.

140267_8904_FULL

A 33 ans, la jeune femme a beau être la première indienne à tenir un rôle principal dans une série américaine, elle n'a pas l'intention de garder cette étiquette trop longtemps. “Je suis un Jason Bourne ou un Jack Bauer au féminin. Mais je ne suis pas le messie pour tous les acteurs indiens en Occident. Si mes choix peuvent aider à les prendre au sérieux, ça sera déjà génial”, explique Priyanka Chopra au Pune Mirror.

Dans Quantico, son personnage d’Alex Parrish est une femme forte, belle, sexuellement décomplexée (elle couche avec un inconnu rencontré dans l’avion dans les premières minutes de la série) et dotée d’un instinct hors du commun. Ses diagnostiques différentiels façon Sherlock en font une recrue "trop douée" et donc la suspecte idéale, selon ses instructeurs. Bref, elle déchire et on adore ça.

Parce que le casting "United colors of Benetton" fait du bien à la télé

Priyanka Chopra n’est pas la seule surprise au casting de Quantico. Comme dans tout bon soap, la série abuse des personnages stéréotypés. Ainsi, la directrice adjointe de l’académie, Miranda Shaw (interprétée par Aunjanue Ellis) est une femme noire qui dirige avec poigne ses élèves. Un peu à la façon d’Annalise Keating (Viola Davis, récompensée par un Emmy cette année) dans How to get away with murder ou Olivia Pope (Kerry Washington) dans Scandal, deux productions Shonda Rhimes.

Mais les autres minorités (visibles ou pas) ne sont pas en reste. Parmi les jeunes recrues, on recense un mormon, un gay/juif (ou inversement), une musulmane voilée ou encore une blonde sudiste experte en armes à feu. Bref, un casting "Benetton" réjouissant.

138858_3466_FULL

“Nous avons des scénaristes de couleur et de religions différentes [...] et on apprend également énormément de nos acteurs. Yasmine [Al Masri, qui incarne Nimah Amin], par exemple, est essentielle pour nous aider à comprendre ce que c’est qu’être musulmane aujourd’hui, pour nous expliquer comment elle voit le monde et comment le monde la regarde", explique encore le réalisateur à Fastcocreate.

Cerise sur le gâteau, ils sont tous plutôt pas mal et/ou sexy. Rien de plus normal, comme se justifie Joshua Safran : "Les gens peuvent dire que Quantico est ce genre de série où tout le monde est beau mais s’ils allaient visiter le vrai Quantico, ils seraient surpris." C'est donc uniquement dans un souci de restituer fidèlement la réalité que Quantico affiche un casting de premiers de la classe. Nous voilà rassurés.

Parce qu’une réalisation rythmée façon "24 Heures chrono" nous avait manqué

Comme dans How to get away with murder, la narration de Quantico est rythmée par une succession de flash-back. Ajoutez à cela une bande-son "punchy" hyper présente qui convoque Cold War Kids, Cat Power ou Massive Attack et un montage à provoquer des crises d’épilepsie et vous avez une idée du rendu final. Joshua Safran, qui nous avait habitués à un rythme plus calme dans Gossip Girl, a vraisemblablement changé son régime alimentaire (qui a dit MDMA ?). Est-ce à cause de cette réalisation bodybuildée que nous gobons toutes les invraisemblances du scénario ? Probablement. Et le pire, c’est qu’on en redemande.

140446_1737_FULL

Quantico est diffusée sur la chaîne américaine ABC depuis le 27 septembre 2015. Pas de diffusion française prévue pour le moment.

 

A lire aussi