"Scream", "Vendredi 13", "Scream Queens"... Le "slasher movie" peut-il survivre à une adaptation télé ?

Après les films adaptés d’une série télé, les séries inspirées d’un film. Après le très réussi Fargo, les chaînes américaines multiplient les projets tirés du grand écran. Et tout particulièrement du cinéma d’horreur. D’une certaine manière, le succès de The Walking Dead a ouvert la voie en prouvant qu’une série peut tenir la longueur avec des personnages principaux qui meurt.

Du coup, la saga Scream a été portée sur petit écran par MTV, CW développe une version télé de Vendredi 13 et Fox diffuse actuellement Scream Queens (le 3e épisode sort mardi 29 septembre aux Etats-Unis). Mais le "slasher movie", celui où une bande d’adolescents se fait massacrer à tour de rôle, est-il seulement compatible avec un format long ? Wes Craven se retourne-t-il dans sa tombe ?

Oui, c’est fun

Fidèle (dans un premier temps) à la saga ciné, la série Scream débute par une bande d’ados dissertant sur les serial killers, dans des dialogues méta plutôt réussis. Jusque-là, tout va bien. Dans les couloirs du lycée, Noah, le geek, ironise sur les règles du genre qui nécessitent d’aller vite, les morts doivent s’enchaîner, le public s’attacher aux personnages pour pouvoir les regretter. On s’amuse d’abord d’une pareille dérision.

Et Scream Queens alors ? La nouvelle série de la Fox, avec Emma Roberts (l’héroïne de Scream 4) et Jamie Lee Curtis (la star de la saga Halloween), se déroule à l’université, elle, au sein d’une sororité. Ambiance Le Diable s’habille en Prada x La Revanche d’une blonde. Mais rapidement, les membres des Kappa Kappa Tau se font décimer par un mystérieux tueur déguisé en diable. L’une d’elle est blessée en se faisant asperger d’autobronzant. Une autre est tuée à l’aide d’une tondeuse à gazon. Comédie horrifique, la série se montre assez amusante.

Non, seuls les personnages secondaires meurent

L’écueil, c’est que dans une série, impossible de tuer tout le casting dès le premier épisode. La menace ne plane pas sur tous les personnages. Seuls les rôles secondaires (voire tertiaires) meurent. Après deux épisodes, Scream Queens paraît déjà s'essouffler, faisant revivre une victime dans un ultime rebondissement relativement éculé.

Dans Scream, il y a bien une mort choquante, digne de Game Of Thrones. Mais il faut attendre de longs épisodes dans lesquels l’intrigue patine avant que celle-ci n’arrive. Même le dernier épisode de la saison ne bascule pas dans le bain de sang, comme le voudrait le genre. Résultat : tout le monde s’en sort (ou presque).

Non, le résultat n’est pas convainquant

Surtout, dans les films, les personnages n’ont pas le temps de faire leur deuil, vu que les meurtres s’enchaînent. Là, ce qui devrait être un point fort des séries, est en fait vite évacué. Personne n’a l’air choqué par les crimes ni dans Scream Queens, ni dans Scream. Dans cette dernière, Emma est vaguement triste de la mort de son ex le temps d’un épisode tandis que son nouveau boyfriend ne pleure même pas la perte de son paternel, et préfère roucouler avec sa copine.

Certes, Scream est diffusée sur MTV, n’empêche, le scénario n’échappe pas au déjà-vu. Et c’est regrettable : la série ne joue pas avec les codes que connaît le téléspectateur (ce qui était la force de la saga de Wes Craven). En plus de ne pas faire franchement peur, rien dans le script n’est franchement surprenant : oui, on s’attendait à ce que le tueur ait un(e) complice. D’autant que la chaîne a commandé une deuxième saison.

A lire aussi

  • Aucun article