"Devenez policier: devenez gardien de notre paix"

Force est de reconnaître que, en 2018, cette affiche pourrait faire parler. "La police, un métier d'homme".

Parce que, oui, les choses ont, fort heureusement, changé. Même si, évidemment, la gent masculine reste très majoritaire dans la globalité, le nombre de femmes est bien plus important qu'il n'y a été. Et désormais dans - presque - tous les services.

Les choses ont changé, donc.

Depuis maintenant une semaine, la Police Nationale lance une nouvelle campagne de recrutement, à travers un spot télé qui est diffusé sur les principales chaînes françaises.

Cela faisait 18 ans que la Police Nationale n'avait pas investi dans un spot télévisé. Autant dire qu'il y a là quelque chose d'exceptionnel. L'occasion de poser quelques questions au SICOP, le Service d' Information et de Communication de la Police Nationale. Action:

Pourquoi cette nouvelle campagne publicitaire; pourquoi aujourd'hui (cette année) ? Peut-on dire qu'il y a un avant/après le recrutement opéré à la suite des attentats. Qu’il y a une volonté de changement par rapport aux profils? Lesquels sont recherchés, d'ailleurs?

Après les attentats, de très nombreux candidats se sont présentés aux concours de la Police nationale, tous motivés par une envie d’être acteurs de la sécurité de leur pays et de la protection des personnes.

La Police nationale, par cette nouvelle campagne, veut mobiliser des jeunes, non pas seulement par une réaction, mais par une adhésion à ses valeurs fondamentales que sont le courage, le dévouement, l’intégrité, la dignité, le dépassement de soi, l’esprit d’équipe, l’exemplarité, la recherche de la vérité.

Pour relever aujourd’hui de nouveaux défis, comme celui d’anticiper les menaces, la Police nationale a besoin de candidats avec des profils très variés (littéraires, scientifiques, linguistes, informaticiens…).

Quels sont les chiffres du recrutement, pour les années 2018 et 2019?

Historiquement, le nombre de candidats oscille entre 20 000 et 30 000 à chaque concours de gardien de la paix, avec malgré tout des creux et des pics.

  • 2012 (au titre de 2011) > 8 157 inscrits - 450 admis
  • 2016 (mars) > 35 124 inscrits - 2 939 admis (concours exceptionnel post Bataclan)
  • 2016 (septembre) > 23 305 inscrits - 3 215 admis

En 2018 et comme annoncé par le ministre d’État, ministre de l’Intérieur, Gérard COLLOMB dans le cadre de la Police de Sécurité du Quotidien, près de 8000 personnes sont recrutées :

  • 3 300 gardiens de la paix
  • près de 2000 adjoints de sécurité
  • 650 cadets de la République
  • 1500 personnels administratifs,techniques et scientifiques
  • 70 officiers de police et 56 commissaires de police
(NB: étant précisé que la quote part entre créations de poste et départs à la retraite n'est pas connue, donc pas intégrée dans ces chiffres)

Quelles sont les sources d'inspiration, pour cette campagne? Quels modèles?

Selon un récent sondage, ce qui déclenche la vocation, ce qui pousse les jeunes à rentrer dans la police malgré les risques et les difficultés, c’est la noblesse de la mission qu’est la préservation de la paix publique.

C’est cette thématique de la paix publique qui a été choisie pour cette campagne, illustrant les 3 missions quotidiennes du policier : protéger, enquêter, intervenir.

Notre volonté a été de moderniser et de redonner du sens à la terminologie de «gardien de la paix» avec le slogan : « Devenez policier, gardien de notre paix »

Cette terminologie invite à rejoindre la police et rappelle la mission centrale de tous les personnels de la Police nationale. Elle permet aussi de se réapproprier la notion de « gardien de la paix » et d’assumer avec fierté cette mission.

Quel est le coût de cette campagne?

1 million d’euros au total incluant la réalisation du spot, le tournage, les différents supports, l'achat d’espace publicitaire… C’est la première fois depuis 18 ans qu’un tel budget est alloué à une campagne. C’est 4 fois moins que d’autres institutions publiques qui, comme les Armées, connaissent historiquement des difficultés à recruter.

Comme il s’agit d’un budget important et pour que cette campagne soit efficace, il a été décidé de faire un sondage pour bien comprendre la cible (les jeunes de 16 à 26 ans), avant de se lancer dans la réalisation d’un spot télé et de supports digitaux afin que cela répondent aux attentes des jeunes

Vous avez opté pour un plan séquence ; pourquoi avoir choisi cette thématique?

Le plan séquence a été notre choix pour des raisons artistiques. Nous souhaitions réaliser un spot publicitaire de qualité, et capter l’attention grâce à de belles images. Le plan séquence permet également de dérouler les trois missions de la Police nationale : protéger, enquêter et intervenir dans un même ensemble.

_ _ _ _ _ _ _ _ _ _

Les principaux directeurs de la Police Nationale étaient donc réunis, le 14 Mai dernier, autour du 1er d'entre eux, Eric Morvan, Directeur Général de la Police Nationale, et du Ministre de l'intérieur, Gérard Collomb.

Ils étaient entouré de quelques uns des policiers que l'on aperçoit dans le spot publicitaire. Etant précisé que tous sont réellement des policiers.

Ce parterre faisait face à la presse, mais aussi à une cinquantaine de lycéens venus avec quelques questions à l'attention de la tribune, mais aussi quelques uns des policiers présents sur Twitter, dont je fais partie.

Synthèse du sondage relatif à l’image de la police et à l’attractivité du métier de policier auprès des jeunes, de 16 à 26 ans

Les jeunes sondés ont une perception assez peu différenciée de l’ensemble des Français : 78% d’entre eux ont une bonne image de la police (81% du grand public)

Les entités de la police qui sont les plus attirants pour les jeunes :

  • la police technique et scientifique (72%)
  • le renseignement (44%)
  • la police judiciaire (45%)
  • le RAID (40%)

31% des jeunes ont déjà envisagé d’entrer dans la police, mais seulement 9% de manière sérieuse. Les hommes, les plus jeunes (16-17 ans) et ceux qui résident en province sont légèrement sur-représentés dans cette catégorie.

Néanmoins, les modalités d’entrée dans la police sont plutôt méconnues, seuls 25% des jeunes estiment connaître le processus.

L’intérêt du métier  jugé attirant par les jeunes, bien plus que la situation qu’il offre :

  • 40% l’envie de mener des enquêtes
  • 40% l’envie de protéger la population
  • 37% la volonté de servir l’intérêt général
  • 17% la stabilité, la sécurité de l’emploi
  • 9% les perspectives d’évolution
  • 8%  le salaire

A ce titre, seuls 7% des jeunes sondés situent correctement la rémunération des gardiens de la paix (tranche de 400 euros), sous évaluée de manière très générale.

Les 3 qualités principales pour être un bon policier :

  • calme (61%)
  • courageux (46%)
  • honnête (44%), qualités retrouvées classées dans le même ordre par l’ensemble de la population.

Les freins pour rejoindre la police:

  • 51% les risques du métier
  • 34% les conditions de travail
  • 87% des parents se disent inquiets si leur enfant devenait policier, mais 79% en seraient fiers.

_ _ _ _ _ _ _ _ _ _

A la question de savoir pourquoi je suis devenu policier... je dois bien le reconnaître... cela n'était absolument pas une vocation. Aucune envie de "jouer le cow-boy", comme certains préjugés aimeraient laisser croire. A l'époque, pour moi qui étais dans une forme d'échec scolaire, donc, le hasard. Et puis, j'ai découvert ce métier de policier, avant de découvrir la particularité de la fonction d'enquêteur. Là, oui, j'ai découvert une passion. Dévorante. Avec ses bons et ses mauvais côtés. Mais tellement enrichissante. D'ailleurs, le gros avantage de ce métier de policier, comme le souligne la campagne autour du recrutement, réside dans la diversité des métiers, des spécialités, au sein de la profession. De fait, les réorientations sont tout à fait envisageables.

A ceux qui se posent des questions quant au recrutement, ou le métier de policier, je vous invite à poser vos questions à mes collègues que vous pouvez voir (évidemment, pas lorsqu'ils sont en intervention). Je suis certain qu'ils seront heureux de répondre à vos interrogations. Vous pouvez également me les poser ici, en commentaire, ou via Twitter, que cela soit en public ou en message privé.

Si vous êtes déjà inscrits... Bon courage. Travaillez, n'ayez que pour seul but d'atteindre vos objectifs. Donnez-vous les moyens. Vous avez fait un choix de métier difficile, audacieux, mais tellement enrichissant. Même si, ne nous leurrons pas, tout n'est pas parfait, loin de là.

A vos marques... prêts...

 

Related Posts:

  • No Related Posts