De l'ordre de l'indicible...

Arnaud BELTRAME. Que l'on se souvienne, partout en France, et pour longtemps, de cet homme.

A l'heure où j'écris ces quelques lignes, je suis en attente, devant mon ordinateur, de ce télégramme qui arrivera dans la matinée, afin que soit observée une minute de silence dans tous les services de Police de France. Bien entendu, il sera de même dans la Gendarmerie, et j'imagine, dans tous les autres corps d'armée.

Vendredi après-midi, étant déployé dans le cadre d'une prise d'otage à caractère terroriste, cet homme s'est lui-même livré au terroriste, en l'échange de la libération d'un otage. Ce terroriste l'aura, plus tard, blessé, à mort, vraisemblablement par balle, coup de feu qui entrainera, quelques instants plus tard, l'assaut des forces d'intervention. Le colonel Beltrame est decedé des suites de ses blessures, dans la nuit.

Samedi matin, en apprenant le décès, une question tournait sans cesse, en boucle, dans ma tête. Qu'aurais-je fait? Ou plutôt, aurais-je été capable de ce sacrifice? Parce que c’est bien de cela, dont il s'agit. Un sacrifice. Qu'avait en tête le gendarme, lorsqu'il s'est proposé en échange d'un civil? Probablement gagner du temps; probablement s'est-il dit que, quoi qu'il advienne, il aurait plus de chances de s'en sortir face à un homme armé qu'un civil. Au-delà de ce qui peut être enseigné dans les corps d'élite d'intervention, de l'armée, de la Gendarmerie, et de la Police, ce qu'a fait le Colonel Beltrame n'est inscrit nulle part. Dans aucun manuel. Dans aucune méthodologie quelle qu'elle soit. Et pour cause, cela va bien plus loin que le risque que l'on peut demander de prendre à des forces spéciales. Le sacrifice de sa propre vie. Pour répondre à la question que je me posais, probablement que l'on ne peut jamais y répondre sans y étant confronté ! C'est tellement inimaginable!

L'indicible...

La douleur, tout d'abord, de la famille d'Arnaud Beltrame... De sa femme, civilement; alors qu'une cérémonie religieuse les attendait, le 9 Juin prochain. Celle d'une mère qui, d'une dignité sans nom décrivait un fils qui "voulait toujours aller plus vite, plus loin, plus fort"... Une mère qui a dit ne pas avoir été surprise d'apprendre que c'était son fils, qui s'était fait otage. Fidèle à lui-même. Celle d'un frère, lequel, tout aussi digne, dira qu'il a "donné sa vie pour quelqu’un d’autre. Il savait certainement qu’il n’avait pratiquement aucune chance, il a quand même été très conscient de ce qu’il a fait". Au-delà de cette douleur, de la perte d'un homme, d'un proche, tous peuvent, bien évidemment, être fiers, de l'homme qu'ils aimaient.

L'indicible douleur, aussi, de ses compagnons d'arme. Ceux qui sont intervenus avec lui, Vendredi. Ceux qui l'ont vu partir, aux devants du terroriste, seul. Ceux avec qui il a pu servir, durant toutes ces années dans la Gendarmerie Nationale. Difficile de ne pas parler des états de service d'Arnaud Beltrame, rendus publics par l’Élysée, samedi:

  • Major de la promotion « campagne d’Italie » de l’École militaire interarmes de Saint-Cyr Coëtquidan (1999).
  • Deux années plus tard, à nouveau major de promotion (promotion « Capitaine Gauvenet ») de l’École des officiers de la Gendarmerie nationale.
  • 2003, il fit partie des sept candidats sur 80 retenus pour intégrer le GSIGN (actuel GIGN).
  • 2005, déployé en Irak en tant que chuteur opérationnel; après quoi il sera décoré de la croix de la valeur militaire avec citation à l’ordre de la brigade (2007).
  • Il rejoindra ensuite la garde de l’Élysée, en tant que Commandant de compagnie de la Garde Républicaine,
  • avant de rejoindre Avranches
  • puis le groupement de Gendarmerie de l'Aude.

Au travers de ce parcours, l'on distingue l'homme que le Colonel Beltrame a pu être, au service de la Nation. Exigeant envers lui-même, d'abord.

L'indicible douleur, c'est aussi celle de l'otage qu'il a pu faire libérer. Comment ne pas penser à ce que doit ressentir cet homme ou cette femme. Cette sensation qu'ilaura, à jamais, de devoir sa vie à un homme qu'elle ne connaissait même pas. Comment aborder les jours qui viennent? Au-delà du traumatisme que représente le fait d'avoir frôlé la mort, celui de ne devoir sa survie qu'au sacrifice ultime d'un autre ! Cette personne qui, quelques heures auparavant, vivait, comme tous les habitants de Trèbes, une vie paisible, allant faire ses courses. En l'espace de quelques heures, sa vie, qui n'a un moment tenue qu'à un fil... s'en retrouve bousculée. Il va falloir être fort, tenir. Pour juste rendre hommage au sacrifice d'un autre.

Au-delà, ce sont, bien sur, l'ensemble des policiers et gendarmes qui ont perdu un des leurs. Le Colonel Beltrame, à son corps défendant, est le premier homme, parmi les forces de sécurité, à laisser sa vie, en 2018. Son nom s'ajoutera à la liste déjà longue, de ceux morts face au terrorisme ces dernières années:

  • Imad Ibn Ziaten, Abel Chennouf et Mohamed Legouad exécutés par Mohammed Merah.
  • Franck Brinsolaro, membre du service de protection des personnalités (SDLP), et le brigadier Ahmed Merabet, tués lors de l’attaque de Charlie Hebdo, le 7 janvier 2015.
  • Clarissa Jean-Philippe, policière municipale  tuée le lendemain par Amedy Coulibaly.
  • le commandant de police Jean-Baptiste Salvaing et sa compagne Jessica Schneider, agent administrative au commissariat de Mantes-la-Jolie, exécutés à l’arme blanche à leur domicile de Magnanville (Yvelines), le 13 juin 2016
  • Xavier Jugelé, en faction sur l’avenue des Champs-Élysées, tué le 20 avril 2017

Alors, au-delà de la minute de recueillement des administrations, tous, où que nous soyons, prenons quelques instants pour mesurer, chacun, le don qu'a fait le Colonel Beltrame; celui de sa vie, pour la Nation. Pour nous, tous. Où que nous soyons.

Related Posts:

  • No Related Posts