07 Jan

Breizhicoop : un supermarché où les clients se retrouveront aussi derrière la caisse

À l’origine du projet, Nora, vice-présidente de la coopérative, explique avoir découvert ce concept il y a trois ans, grâce à un reportage sur l’une des plus anciennes coopératives alimentaires aux Etats-Unis. En activité depuis 1973 dans le quartier de Brooklyn à New-York, le Park Slope Food Coop (PSFC) compte plus de 16 000 adhérents.

« Quand j’ai vu l’ambiance qui y régnait, les valeurs qui y étaient portées, ça m’a tout de suite pris aux tripes. J’ai voulu savoir si ça existait en France, et j’ai vu qu’il y en avait un à Paris, mais rien en Bretagne. J’en ai parlé à deux amies, qui à ma grande surprise m’ont dit : faisons-le ! »

Les débuts

Tout cela se passe au mois de juin 2016. La toute petite équipe se met au travail dès le mois de septembre 2016. Cela commence par des contacts avec les coopérateurs de La louve, le supermarché de Paris. Puis ceux du projet Scopeli, à Nantes. « On a été voir ce qu’ils faisaient, comment ils s’y prenaient. On est dans le partage d’expériences. Entre associations, on est très solidaires. Paris par exemple, nous a transmis ses statuts, en toute confiance et en toute transparence », témoigne Nora.

Dans le même temps, des réunions publiques sont organisées sur Rennes et son agglomération. Des étudiants de l’école de Sciences Politiques apportent leur aide pour créer un site internet et communiquer sur les réseaux sociaux. « Pour qu’un tel projet puisse voir le jour, il faut des forces vives », explique la vice-présidente. En deux ans, l’association passe de 3 à 10, 100 puis 630 adhérents.

Et ce n’est pas fini. Plusieurs rendez-vous sont d’ores et déjà programmés. Ce dimanche 15 décembre une journée portes-ouvertes dans les locaux de la future épicerie se clôturera en chansons avec la chorale de Breizh’Ipotes. Une nouvelle réunion publique se tiendra le 21 janvier 2019.

Comment ça marche

Le principe d’un supermarché coopératif et participatif est d’appartenir à ses adhérents. En échange d’une part sociale, ils peuvent y faire leurs courses, prendre part aux décisions, mais s’engagent également à donner chaque mois 3 heures de leur temps pour en assurer la gestion et le bon fonctionnement.

En contrepartie de quoi, ces coopérateurs pourront bénéficier de produits alimentaires et non-alimentaires 20 à 40 % moins chers que dans les grandes surfaces classiques, tout en garantissant une juste rémunération aux producteurs et éleveurs. La priorité est donnée aux circuits courts, aux produits de saisons, bio, au respect de l’environnement.

Pour faire ses courses entre Breizhipotes

Avoir plaisir à faire ses courses

Mais Breizhicoop se veut aussi un lieu de vie et d’échange où adhérents, habitants et producteurs pourront se retrouver pour inventer un nouveau mode de consommation. « Un lieu où on sera content de faire nos courses, et même d’y rester une après-midi, pourquoi pas. Parce qu’on y retrouvera des personnes avec qui on partage les mêmes valeurs ».

Derniers préparatifs

Initialement prévue fin 2018, l’ouverture de l’épicerie à Rennes a pris quelques mois de retard, mais le projet touche au but. Avec l’aide de la ville de Rennes, un local de 270 m2 a été trouvé dans un petit centre commercial, dans le quartier du Blosne. L’association a fait appel à des artisans professionnels pour réaliser les gros travaux de rénovation. Plusieurs chantiers participatifs ont été programmés pour la peinture, le montage des meubles, des gondoles.

L’équipe peinture en action

Son inauguration pourrait être programmée d’ici la fin de ce trimestre, mais pour Nora et tous les adhérents de Breizhicoop, ce premier magasin est une « étape intermédiaire pour se faire la main. On sait qu’on va essuyer les plâtres, que tout ne sera pas parfait, qu’on va devoir faire des réglages. L’épicerie, c’est bien pour ça, mais notre objectif, c’est vraiment d’ouvrir un supermarché d’ici deux ou trois ans. »

Pour plus d’information, rendez-vous sur le site  Breizhicoop.fr , ou la page Facebook de l’association.