Peut mieux faire ! Un ex-cancre se venge de ses profs en publiant ses bulletins scolaires

Jean-Baptiste Alméras, 44 ans, ex-cancre, a trouvé avec vingt-cinq ans de retard la vengeance idéale contre l'Education nationale. Sous le titre Peut mieux faire, il publie, sans commentaire, ses bulletins scolaires, année après année. Dès le CE1, il est jugé "trop bavard et trop joueur". "Indiscipliné, taquin, remuant" en CE2.

Au gré des "insuffisant", "ne fait rien"  ou "manque de sérieux", même si on lui reconnaît parfois des facilités, il passe d'une classe à l'autre jusqu'au redoublement en troisième ("en l'état actuel des choses, il est difficile d'envisager un cycle long"). Puis, cahin-caha, jusqu'à la terminale au "gros bon lycée" Marie Curie de Sceaux.

"En terminale, raconte-t-il, la blessure encore à vif, j'ai arrêté l'école, après avoir participé au mouvement de grève contre la réforme Devaquet (qui prévoyait de sélectionner les étudiants à l'entrée en faculté). J'ai passé ensuite le bac en candidat libre, mais je ne l'ai pas eu." Il enchaîne avec des petits boulots, puis trouve sa vocation pendant son service militaire, comme objecteur de conscience, en travaillant dans une bibliothèque. Il sera libraire.

"A aucun moment n'apparaît ma parole"

Ce qui l'a le plus traumatisé ? "On a eu quinze ans de vie commune avec l'Education nationale, mais à aucun moment n'apparaît ma parole. Le bulletin est écrit par les enseignants et les encadrants, il est envoyé à la famille et ça ne fait que ricocher sur l'élève."

Ce qu'il voudrait ?  "Qu'il y ait un dialogue avec l'enfant. Que chaque partie sache ce qu'elle est venue faire. Qu'on ne dise plus à l'élève "peut mieux faire", mais qu'on l'encourage, qu'on développe ses qualités. Il doit bien y en avoir !  Il y a aussi un autre phénomène : tous les gens chargés d'éducation sont d'anciens bons élèves qui ne peuvent pas comprendre qu'on s'ennuie à l'école."

Cette souffrance, malgré "quelques profs géniaux", il la revit aujourd'hui à travers la scolarité de ses deux enfants, de 14 et 7 ans. "J'ai attendu d'avoir été élève et parent pour mesurer la violence de l'école. Quand vous allez tous les jours à l'école et que ça vous emmerde, ça vous marque à vie. Ca empire aujourd'hui parce que les élèves ont changé, mais que l'Education nationale, elle, n'a pas bougé d'un pouce."

Sculpteur et dessinateur après avoir été pendant deux décennies libraire à Paris, Jean-Baptise Alméras s'est vu projeter sous le feu des médias - France 2, France Inter, Le Point, Le Parisien, avant même parution de son livre, qui sort le 28 février. Mais surtout, il a recueilli des réactions enthousiastes de ses amis." Ils me disent que j'ai eu une idée géniale. Et ils embrayent sur leur expérience personnelle." Effet cathartique assuré, comme en témoigne le dessinateur de presse Dominique Boll, qui fut un enfant gaucher et dyslexique à la scolarité tourmentée.

Un concours du "plus beau bulletin"

Pour donner une suite à ce livre, la maison d'éditions, Attila, lance le "concours du plus beau bulletin". Jusqu'à la fin mai, vous pouvez adresser à la maison d'édition ( martin@editions-attila.net ) votre "bulletin scolaire le plus terrible". Certains seront publiés sur le site de Radio France, du Parisien, ou ici même. A gagner ? les livres de trois écrivains sortis de l'école avant quinze ans, Jean-Paul Clébert, Goliarda Sapienza et Edgar Hilsenrath.

-> Peut mieux faire, mon enfance vue par l'Education nationale (dossier scolaire d'un "cancre" devenu libraire), de Jean-Baptiste Alméras (éditions Attila, 5 euros, parution le 28 février).

-> Dans son livre paru début février, Refondons l'école, Pour l'avenir de nos enfants, le ministre de l'Education Vincent Peillon s'interroge sur un système d'évaluation et de notation qui fige les élèves dans des catégories sans les faire progresser. A comparer avec la Finlande qui ne note que tardivement les élèves et bénéficie d'un des systèmes éducatifs les plus performants de l'OCDE, selon le classement PISA.

Publié par Anne Brigaudeau / Catégories : Actu / Étiquettes : éducation

A lire aussi