La Nouvelle-Zélande, autre pays du Sauvignon

Phillip Capper

J'ai eu récemment l'occasion de déguster un Sancerre blanc « Grande Réserve » 2014 de la maison Henri Bourgeois. Ce vin provient de vignes plantées sur les coteaux séparant Chavignol de la commune de Sancerre. Le terroir est argilo-calcaire, il donne à ce vin consistance et longueur avec des arômes d'agrumes, surtout pamplemousse, et de fruits exotiques. C'est un vin qui accompagne parfaitement les Saint-Jacques, un feuilleté au saumon, des poissons en sauce et le fameux Crottin de Chavignol, fromage de chèvre en AOP (Appellation d'Origine Protégée).

La maison Henri Bourgeois appartient à une famille de vignerons installée depuis 10 générations à Chavignol.

Ceci me conduit à apporter un éclairage sur le cépage Sauvignon. Tout le monde ne sait pas que le Sancerre blanc est issu de ce cépage. Il est vrai qu'en France, dans l'esprit des AOC (Appellation d'Origine Contrôlée) l'accent est mis sur la région, la commune, les terroirs et non sur les cépages, exception faite de l'Alsace.

Le Sauvignopn est donc le cépage du Sancerre blanc mais également, dans la même région, du Reuilly blanc, du Quincy, du Ménetou-Salon blanc, du Pouilly Fumé et du Coteau du Giennois blanc.

Les origines du Sauvignon en France

Il n'y a pas d'unanimité sur ce sujet, certains situent l'origine dans le Berry actuel (région de Bourges) et d'autres dans le sud-ouest, plus précisément dans le bordelais.

Ce qui est avéré c'est qu'une partie des Bituriges (les Vivisques), peuple celte, a quitté la région de Bourges pour s'installer près de la Gironde. Ils y ont implanté le Biturica, futur Cabernet-Sauvignon, et ont fondé la ville de Burdigala qui deviendra Bordeaux. On peut supposer qu'ils aient pu également emporter « dans leurs bagages » le cépage qui deviendra le Sauvignon. Celui-ci existe bien dans le vignoble bordelais, en cépage unique dans certains vins blancs secs, sinon en assemblage avec le Sémillon et parfois la Muscadelle dans les vins liquoreux comme le Sauternes.

La migration du Sauvignon

Le Sauvignon va quitter l'hexagone, en Europe on le trouve en Autriche et au nord-est de l'Italie. Et dans le « Nouveau Monde » il est bien implanté en Californie, au Chili et en Nouvelle-Zélande.

Quelques caractéristiques

Le Sauvignon est très sensible au climat et au terroir des régions dans lesquelles il est implanté et cela se retrouve dans le vin. C'est ainsi que sous un climat chaud le style de vin est tendre, corpulent, fruité comme dans le bordelais ou en Californie. Sous un climat plus frais les vins sont plus légers, plus acides avec des notes plus herbacées et plus florales comme en centre Loire ou en Nouvelle-Zélande.

Le Sauvignon en Nouvelle-Zélande

Rappelons que la Nouvelle-Zélande est située dans l'hémisphère sud au sud-est de l'Australie.

C'est le premier pays du « Nouveau Monde » à donner au Sauvignon une nouvelle dimension. C’est Ross Spencer, étudiant néo zélandais en œnologie en Californie, de retour dans son pays en 1974, qui va planter les premiers Sauvignons. La situation géographique, un ensoleillement intense, des sols peu fertiles et drainants vont donner des vins, issus de ce Sauvignon, à l'expression exotique, au fruité intense (fruit de la passion, pamplemousse,...), des arômes herbacés et une acidité vive.

C'est au milieu des années 80 que la production du Sauvignon va se développer. Des producteurs dans la région de Marlborough commencent à exporter des bouteilles de Sauvignon en Angleterre. C'est un Sauvignon dit « sauvage », différent de celui de France et de Californie qui fait aussitôt sensation en Grande Bretagne au moment où la consommation de vin devenait un phénomène social de masse.

A partir de là, la Nouvelle-Zélande va conquérir le marché britannique dans les années 90, celui des États-Unis dans les années 2000 et celui d'Australie à partir de 2010. A présent elle vise le marché chinois.

Le Sauvignon représente aujourd'hui 72% de la production, 86% des exportations et plus de 90% des volumes sont produits dans le Marlborough qui est devenu une marque.

En 1973 il n'existait quasiment pas de plantation de Sauvignon en Nouvelle-Zélande. Aujourd'hui plus de 20.000 hectares ont été plantés. Si dans les premières décennies les vins étaient plutôt « techniques », dans une recherche d'expression du cépage, les vignerons s'orientent de plus en plus vers des styles de vins qui reflètent le sol et le climat où ils naissent.

En 2000 la maison Henri Bourgeois a investi à Marlborough en plantant des vignes de Sauvignon et également de Pinot Noir, autre cépage du Sancerrois.

Articles similaires: