Avis au Ministère de l'Intérieur : la sécurité des femmes n'est pas une affaire de famille!

Conseils pratiquesAujourd'hui, à la rubrique "conseils aux femmes" du site du Ministère de l'Intérieur, vous ne trouverez plus comme hier des recommandations pratiques pour ne pas provoquer les violeurs entre l'avertissement "tournez les queues des casseroles pour prévenir les accidents domestiques" et l'onglet "au secours, mon beau-frère a rejoint une secte".

 

Une pépite sexiste et des recommandations de chaperon

Femme : individu à la morphologie particulière

Femme : individu à la "morphologie" spécifique, victime de ce fait d'"infractions particulières"

Hier encore, vous auriez eu droit, sur le site du Ministère de l'Intérieur à une vraie pépite sexiste :

« En raison de leur sexe et de leur morphologie, les femmes sont parfois les victimes d’infractions particulières.»

Considération liminaire sur les spécificités des femmes justifiant que l'on se fende d'une série de recommandations ciblées leur rappelant qu'il est de leur responsabilité, selon une bonne vieille culture de l'inversion de la charge de la preuve, de faire ce qu'il faut (pour l'essentiel, se barricader dans le confinement des espaces privés) pour ne pas tenter les agresseurs :

- « Ne laissez pas apparaître sur votre boîte à lettres, votre porte ou la liste des occupants de l’immeuble votre condition de femme seule. Évitez d’indiquer : Mademoiselle, Madame, Veuve ou votre prénom. »

- « Assurez-vous que toutes les issues sont soigneusement fermées. Équipez votre porte d’un entrebâilleur et d’un judas, et utilisez-les. »

- « Evitez les lieux déserts, les voies mal éclairées, les endroits sombres où un éventuel agresseur peut se dissimuler. Dans la rue, si vous êtes isolée, marchez toujours d’un pas énergique et assuré. Ne donnez pas l’impression d’avoir peur. Marchez toujours en sens inverse de la circulation routière. »

Vite, Najat, un communiqué à copier-coller!

 

L'incendie a été allumé par StreetPress qui dans un savoureux billet dénonçait le ton paternaliste et le discours sous-jacent de culpabilisation des femmes dans tous ces petits conseils à la papa qui met en garde fifille sur la taille de sa jupe quand elle sort le soir.

Pour éteindre le feu avant qu'il se propage sur la toile féministe, le webmaster du Ministère de l'Intérieur a remplacé à la hâte le petit guide du "va-pas-te-faire-violer" par un copié-collé des extraits du communiqué du Ministère des Droits des Femmes présentant le projet de loi-cadre sur l'égalité.

Un an d'excellent boulot des équipes de Najat Vallaud-Belkacem renvoyé au statut de joker communicationnel pour celles de Manuel Valls, ça fait un peu mal! Ca fait aussi un peu postiche tombé dans le potage, genre "on n'a pas bien compris ce qu'on nous reprochait, donc dans le doute, on va balancer tout ce qu'on a dans les placards sur les nanas et chacun-e fera le tri."

Et si on conseillait plutôt aux femmes de prendre confiance en leur capacité à se défendre et en l'état de droit?

Bien sûr, à la place d'un communiqué repompé du Ministère voisin, on aurait pu se donner la peine d'écrire quelques conseils un peu plus futés et surtout moins patriarchiste, comme rapidement, par exemple :

- ne baissez pas les yeux quand on cherche à vous intimider, mais osez vous défendre, vous n'êtes pas plus faible que quiconque,

- ne cadenassez pas votre porte, vous pourriez avoir besoin de sortir rapidement de votre domicile, car c'est statistiquement là que la majorité des agressions ont lieu,

- occupez l'espace public, soyez présente dans les rues, dans les transports collectifs, dans tous les lieux de vie communs, vous y avez pleinement votre place et ce n'est pas en les abandonnant aux hommes que vous les rendrez plus accueillants pour vous,

- souvenez-vous que vous êtes dans un état de droit et que les personnes qui vous agressent physiquement ou sexuellement encourent des peines lourdes pour ça, n'hésitez jamais à porter plainte...

Les femmes, ces êtres qui vont avec les enfants...

Mais bien sûr, pour penser les "conseils aux femmes" dans ces termes-là, encore faudrait-il commencer par admettre que ce sont des individus adultes et indépendants, pas plus faibles par nature que les hommes et qui n'ont pas besoin de chaperon pour leur épargner les risques (ou les contre-parties?) que l'on voudrait associer à leur liberté.

ministère intérieurAutrement dit, il aurait fallu commencer par sortir la question de la sécurité des femmes des questions de "famille", comme c'est pourtant là qu'elle est toujours "rangée" sur le site du Ministère de l'Intérieur, aux côtés de la protection des enfants et de celle des personnes sous influence ou sous tutelle.

La sécurité des femmes n'est pas une "affaire de famille"

Avis au Ministère de l'Intérieur : les femmes ne sont pas des individus placées sous la responsabilité (l'autorité?) des familles et les violences faites aux femmes ne sont pas des "affaires de famille"!

Non seulement, ces questions n'ont pas à se régler "en famille" (comme pourtant, on voudrait souvent que ce soit le cas, notamment en matière de violences conjugales) mais encore les agressions dont sont victimes les femmes ne sont-elles pas des agressions dirigées contre l'institution familiale mais bien contre des individus, en raison de leur genre.

Il devrait être fini le temps où l'on humilie le mari quand on souille l'épouse, où l'on fait honte aux enfants quand on attaque la mère. Il devrait être fini le temps où l'intégrité de la cellule familiale est la raison d'être de la défense des droits des femmes.

La seule raison d'être de la défense des droits des femmes, c'est que ce sont des êtres humains parfaitement égaux des hommes, quel que soit leur statut marital ou familial ; et que c'est seulement en garantissant cette égalité de principe en tout lieu et en dehors de toute considération sur leur "morphologie" comme sur leur prétendu rôle (d'épouse ou de mère) dans la société, qu'on leur accordera enfin le droit fondamental et non-négociable d'être libres.

 

A lire aussi

  • Aucun article